Mais où sont passées les abeilles françaises ? Des dizaines de milliers de ruches sont vides…

Est-il possible de mettre une ruche dans un coin et laisser les butineuses se débrouiller, de ne pas s’en occuper comme elles le feraient à l’état sauvage ? J’ai  quelques abeilles sauvages (noires) qui viennent. Merci pour vos réponses. Partagez !

Le printemps est enfin arrivé, timidement mais il est en place : les fleurs s’épanouissent mais les abeilles manquent à l’appel… Des dizaines de milliers de colonies d’abeilles sont décimées, vides… Les maigres mesures mises en place ne seront pas suffisantes pour mettre fin à une hécatombe insoutenable. C’est tout notre système agricole qui est à revoir.

« Fin mars, les apiculteurs de Dordogne avaient dénombré 700 ruches désertées, vides de tout occupant. Aujourd’hui il y en aurait 3 000 ! », indiquait France 3 Nouvelle Aquitaine le 2 mai 2018. Les apiculteurs sont unanimes : il n’y a presque plus d’abeilles dans les ruches…

Même constat en Bretagne où 20 000 colonies d’abeilles sont déclarées comme décimées d’après les apiculteurs soutenus par plusieurs associations de défense de l’environnement. Désemparés face à cet écocide, les apiculteurs sont partis du Faouët (56) et accompagnent un convoi mortuaire de ruches qui va arriver ce vendredi matin à Rennes, à la Chambre d’agriculture régionale. Objectif : dénoncer l’usage des pesticides qui détruisent les populations d’abeilles.

Ecocide : définition. Ce terme, non reconnu dans le droit, est l’équivalent du génocide pour les écosystèmes.

Ce ne sont pas seulement les abeilles domestiques qui se font rares, les colonies sauvages sont également décimées comme en témoigne l’absence inquiétante des abeilles et autres pollinisateurs sur les fleurs du printemps.

Abeille sauvage © Christophe Magdelaine / www.notre-planete.info – Licence : CC BY-NC

Les scientifiques et la société civile ont déjà tiré la sonnette d’alarme il y a quelques semaines concernant la chute dramatique des populations d’oiseaux depuis quelques années. Le Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles (Colony Collapse Disorder – CCD) apparu il y a maintenant plus de 30 ans, ne cesse de s’intensifier et touche également d’autres insectes.

« La Fédération Bretagne Nature Environnement, Bretagne Vivante, Eau et Rivières de Bretagne et l’UMIVEM-patrimoine et paysage s’associent au désarroi des apiculteurs, en leur apportant leur soutien pour appuyer leur demande que toutes les causes possibles de cette surmortalité particulièrement hors-norme soient explorées, et que soient dénoncés les pesticides. Mais la principale raison de la mauvaise santé des populations d’ abeilles est la disparition de leurs plantes nourricières et des habitats naturels et semi-naturels. Les abeilles se rabattent donc sur des cultures de mauvaise qualité alimentaire, voire empoisonnées par les néo-nicotinoïdes. Même si l’on supprime tous les néo-nicotinoïdes, les abeilles continueront de disparaître. C’est donc une remise en cause du modèle agricole industriel actuel dans sa globalité qu’il va falloir mettre en œuvre », expliquent le collectif d’associations dans un communiqué.

Que pouvons-nous faire face à l’effondrement des colonies d’abeilles ?

Nulle fatalité, inutile de baisser les bras en attendant (vainement) qu’un futur gouvernement soit sensible à la perte de biodiversité actuelle : dès maintenant nous pouvons tous agir pour que les populations d’abeilles se reconstituent. Comment ? Voici quelques solutions simples à mettre en oeuvre :

  • vous avez un jardin ? Gardez-vous de le tondre frénétiquement dès que l’herbe dépasse 3 cm. Laissez des espaces en friche où de nombreuses fleurs apparaîtront spontanément, c’est le garde-manger des pollinisateurs ! Sans nourriture, les abeilles ne peuvent pas vivre (c’est évident mais il est bon de le souligner) ;
  • semer des fleurs dans votre jardin et/ou planter des arbustes mellifères ;
  • n’utilisez pas de pesticides dans votre jardin, d’autant plus qu’ils sont dangereux pour vos enfants et vos animaux ;
  • ne piégez pas le frelon asiatique : les pièges tuent aussi de nombreux autres insectes sans être efficaces. Laissez les apiculteurs s’en charger ;
  • ne tuez pas les bourdons et abeilles qui tournent autour de vous, laissez-les sans les affoler, ils partiront d’eux-mêmes ;
  • Laissez le lierre pousser ! Il ne dégrade pas son support et sa floraison tardive est un soutien précieux pour les pollinisateurs en manque de nourriture ;
  • vous mangez sûrement des fruits et légumes : privilégiez au maximum l’agriculture biologique française qui garantit une utilisation bien moindre des pesticides.

Auteur Christophe Magdeleine pour Notre Planète Info

Article CC BY-NC-SA (Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions)

Ne confondez pas les abeilles, avec les guêpes et les frelons… ( j’en connais)

42 commentaires

  • predateur

    ah nous revoilà partis dans les classiques de la mère voltigeur
    chez potasser le sujet https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
    http://lesilencedesabeilles.over-blog.com/article-un-insecticide-bio-toxique-pour-les-abeilles-50042901.html

  • gneu

    Bonjour,

    d’après un ami apiculteur, ses plus grosses pertes sont liées au varroa, un parasite acarien qui s’accroche à l’abeille (ou à la larve) et la dévore. Reste à savoir pourquoi ce parasite se développe…

    Ensuite, viennent les conditions météos. Par exemple, en hiver, les abeilles doivent sortir de la ruche une fois toutes les deux semaines minimum pour prendre l’air. Mais il doit faire au moins 12°C pour qu’elle sortent. S’il fait moins de 12°C en continu durant 2 semaines, elles restent dans la ruche et meurent.

    Bien sûr, tout ceci est variable d’une région à l’autre. Il est clair que dans certaines zones, ce sont les pesticides & insecticides qui sont responsables.

    Une chose est sûre, les dégâts causés par le frelon asiatique restent à la marge. Si le médias nous ont autant bassiné avec le mythe du frelon asiatique destructeur d’abeilles, c’était pour éviter de parler des problèmes de l’agrochimie… D’ailleurs, on ne voit pas tant de frelons asiatiques que ça. (Personnellement, je n’en ai jamais vu alors que je vois plein de frelons classiques)

    • engel

      Ça, c’est pour les guêpes sudistes, version monokini.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
      J’ai comme un doute. vu qu’en lorraine, la température ne remonte qu’exceptionnellement à 12° en hiver.
      Sans parler des ruchers de montagnes…

    • Natacha Natacha

      Bonjour ! 🐝

      Exact. Nos abeilles et tout apiculteur en 2018 sont confrontés au varroa, acarien qui provoque des dégénérescences jusqu’à extinction et présent pratiquement partout dans le monde aujourd’hui. Il représente le premier danger pour nos avettes.
      Les errances de traitements chimiques ont pollué les cires pour des générations d’abeilles et certainement contribué à leur encore plus grande vulnérabilité.
      L’utilisation de certaines Huiles Essentielles ( dans des formulations précises ), l’acide oxalique, le fil de cuivre ( expérience personnelle positive de sept ans ) et une conduite sérieuse et attentive permettent de limiter les dégâts de la varroase.
      L’apiculture est devenue plus technique.
      La pratique de l’élevage de reines et de sélection de certains caractères de résistance aux pathologies sont devenues courantes, voire nécessaires puisque l’espérance de vie des reines est réduite à deux ou trois ans ( en Europe ) et leur changement incontournable pour maintenir les qualités à présent. Bien sûr, l’élevage doit être fait avec honnêteté, raison et soin, de manière locale pour tenir compte des spécificités à préserver.
      En France, Allemagne, Royaume Uni, il y a beaucoup d’amateurs et cela peut être un atout pour la protection, la sauvegarde et la pérennité des divers écotypes.
      Il est aujourd’hui également indispensable de multiplier ses colonies pour compenser les pertes.

      Personne ici ne se demande plus pourquoi nous en sommes arrivés là.
      Dérives de l’industrie chimique qui voulait faire bénéfices de ses stocks de molécules meurtrières eti a conduit l’agriculture à devenir agrochimie oublieuse de l’essentiel, la biodiversité

      Dès lors qu’il y a désèquilibre, comme en toute chose, la disharmonie s’installe avec acariens, parasites, prédateurs variés qui prennent plus qu’un petit goûter !
      Pour le frelon asiatique, c’est vrai qu’il gagne du terrain et que sa pression s’intensifie d’année en année.
      Bien sûr qu’on peut piéger les fondatrices à la saison avec des pièges adaptés . Parce qu’ensuite, c’est partie de badminton assurée tous les jours de la fin de l’été à l’hiver !
      Disparaîtra t-il ou sera t-il régulé par maladie ou prédateur ? Par grâce aux insecticides, cà je le parie.
      Il est plus facile d’avoir des abeilles en montagne, ou en zones boisées ou moins défigurées par l’agriculture intensivement destructrice.
      Mais nous sommes ici pour réparer sans nul doute, chacun à notre échelle, par la base.
      Souvent, dans le rucher, je pense à nos aïeuls pour lesquels ces questions ne se posaient pas. Je pense aussi à nos enfants qui éprouvent beaucoup de joie à aider à cueillir un essaim ces jours-ci et qui s’en souviendront pour faire des choix vivants, cohérents et agir avec sagesse.

      • Natacha Natacha

        Renseignez-vous.
        N’hésitez pas à passer le cap,
        à fréquenter un rucher-école
        et à accueillir une ruche sur votre balcon ou dabs votre jardin. 😊

  • Scoob

    pour la varroa il suffit de mettre une tige de cuivre à l’entrée de la ruche, une sorte de stérilet.

  • laspirateur

    Hier j’ai buté une reine asiatique qui commençait à faire son nid! C’est la période de ponte donc ayez l’œil!
    Par contre j’ai pas encore buté l’agriculteur conventionnel d’à côté, désolé!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • GROS

    C’est pourtant du Darwinisme de base.
    Si elles ne peuvent pas s’adapter, elles dégagent. Ca se passe comme ça depuis des millions d’années.
    Y’a pas de quoi s’en émouvoir.

    • M.G. M.G.

      Sauf que si « elles dégagent », tu dégages aussi. C’est également du Dard-winisme, puisque sans les abeilles plus de pollinisation, donc plus de fructification, etc … Le sommet de la chaîne alimentaire n’y résistera pas …

      M.G.

        • M.G. M.G.

          Et de quelle genre d’énergies as-tu besoin pour construire tes bestioles, et surtout pour les diriger ? Cherche pas, cette technologie s’appuie sur les énergies non-renouvelables pour la fabrication (pétrole). A ça tu ajoutes le positionnement géospatial qui impose des systèmes complexes (satellites) et le contrôle par l’utilisateur qui lui s’appuiera je pense sur la technologie 5G. Bref, ça fonctionnera tant qu’aucun grain de sable ne viendra enrayer la machine et tant que nous disposerons de pétrole. Après ça …

          Moi je ne mise plus sur la technologie, même si je l’utilise partiellement aujourd’hui, vouée disparaître avec la raréfaction des ressources planétaires. Au lieu de construire un nouveau joujou quand on a cassé le premier, je préfère lutter pour « réparer » et préserver ce que la nature met à disposition de l’homme depuis des millénaires, pour son bien-être et sa survie, dont les abeilles …

          M.G.

        • gneu

          et que va-t-il arriver au guêpier s’il attrape un de ces drones en vol ?
          Les concepteurs se sont-ils posés cette question ?
          Encore une innovation technologique « à un pas » censée apporter une réponse à un problème sans se soucier des autres conséquences. Or, dans la nature tout est lié et tout s’enchaîne en cascade.

  • Rik22

    Bizarre, qu’est-ce qui a changé depuis l’an passé ?
    Avec l’arrivée de macron, serait-ce le retour des épandages massifs comme sous sarko ? De nouvelles expériences météos à base d’ondes ? Rien n’a été signalé, pas plus de pesticides que les années précédentes, mais plus de vols de colonies d’abeilles.
    Jadis, les abeilles étaient aussi utilisées pour détecter les dangers imminents.

    • nux nux

      bah c’est justement ce que je me demande depuis plusieurs mois …. ( pour les chemtrails / ondes , harrp et les Abeilles ).

  • utarcistedu25

    Hello !

    Z’avez déja vu une ruche naturel ? la forme hein ! Vous savez pourquoi les ruche sont pas carré hihi ! un petit indice, les abeilles gère la température de la ruche grace au battement d’ailes …..

    Par contre ca me tue d’entendre que plus d’abeille plus de polénisation, merci pour les autres, syrphes, bourdons, papillons, fourmis et j’en passe !

    Les abeilles tout le monde s’en cogne, les apiculteurs c’est leur beurre alors forcement ca rale …..

    Voyez les amis, j’habite dans un endroit charmant ( zone natura, znieff, arreté de biotope ) et autour de moi les terrains sont gèré comme en lotissement …. ( a gerber ) j’attire le maximum d’insecte, batracien et oiseau sur mon modeste hectares et chaque jour je me dis que j’en fais pas assez !

    Convertir les gens c’est difficile, voyez l’exemple de gros qu’a rien compris a la vie ….

    • Rik22

      J’ai appris l’an passé par un ami apiculteur qu’il existait un partenariat entre les agriculteurs et les apiculteurs qui apportent leurs ruches (moyennant paiement), ce qui permet de doubler les récoltes, voire plus.
      Il faut ensuite gérer la météo car les abeilles ne pollinisent pas par temps humide, et certains apiculteurs peu scrupuleux apportent parfois de faibles ruches d’où de faibles hausses des récoltes.

      • Scoob

        ruches type kenyane qui respect l’angle naturel des ruches.

        une abeilles c’est environ 800 heures de battements d’aile.

        les abeilles tout le monde s’en cogne ? toute forme de vie a son importance abruti.

        convertir les gens ? toi t’es pas net.

        t’as compris quoi à la vie pour dire qu’on s’en cogne de la vie des abeilles? rien du tout.

        t’en fais assez ? et tu penses avoir compris la vie…..

        • utarcistedu25

          En gros si on t’écoute je suis un abruti pas net qu’a rien compris a la vie !

          Réponse d’un mec compulsif, irrespectueux qui sais meme pas interpreter mes propos, en plus de les déformer !

          Peu etre que « tout le monde  » =  » la masse  » pouvait porté a confusion ! le reste était assez simple a lire, assez logiquement pour en déduire que je suis loin de m’en cogner !

  • ROSSEL

    Une autre cause de la disparition des abeilles qui ne sera certainement médiatisée en raison des enjeux financiers :
    https://www.robindestoits.org/Les-ondes-des-mobiles-fatales-pour-nos-abeilles-Mai-2011_a1229.html
    Ceci dit il est un peu facile d’incriminer Apple ou bien Microsoft quand on est soi-même un accroc du portable. Tant que chacun ne modifiera pas individuellement son comportement et ses habitudes de consommation, il sera inutile d’espérer. Il est bien connu que « l’enfer c’est les autres ».
    JE NE SUIS PAS OPTIMISTE.

  • nux nux

    une conférence ( qui date un peu ) très intéressante sur les ruches Warré , ou l’ excellent Christophe Koppel , nous apprend beaucoup , et surtout les choses a ne pas faire …

    http://www.youtube.com/watch?v=scIHbWG_S7M

  • Nak1neuron

    Les conseils en fin d’article sont judicieux. On peut faire un petit peu plus avec des abris pour les insectes : bois mort, trous dans des buches (et penser à ne pas bruler les buches cet hiver), …
    Mettre une ruche chez soi est cher et pas très pertinent. Une ruche vide ne se remplira pas toute seule, parfois, pas souvent.
    Il faut surtout que les agricultueurs cessent d’épandre des biocides par milliers de litres sur des milliers d’hectares. Nos politiciens ne réagissent pas ou sont vendus, les agricultueurs ne veulent pas comprendre, les consommateurs continuent de consommer de la merde … que nous reste–t-il comme moyen d’action ?
    Comme les faucheurs d’OGM, faut agir. Je pense qu’il faut aller continuer les traitements dans les champs : repasser derrière le traitement de glyphosate mais alors traiter tout ! Là, le type comprendra que trop c’est trop.

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    dans ma région limite huit mois d’hivers et de flotte la météo à fait le boulot et pas que pour les abeilles … bientot mi mai et les insectes sont au RDV absent.
    M^me si les insecticides ont bien affaiblis les colonies d’années en années cette année un long hivers humide à sans doute décimé nombre de ruche