Association de malfaiteurs…

Notre Dame des Landes. Une épine dans le pied de l’exécutif qui ne veut pas que les bonnes initiatives se propagent, surtout si elles peuvent réussir. Unissons nous pour que les malfaiteurs, n’utilisent pas les « forces de l’ordre » contre le peuple pour leur profit, alors qu’elles sont censées le défendre et laissent les citoyens décider de leur mode de vie. Stop à la dictature ! Voir aussi NDDL: L’état prêt à tuer ?? Merci à 64Pax, Verisheep …

Quatre dangereux hooligans sévissent en France et commettent délit sur délit. Problème : ils sont au pouvoir. Analyse du mode d’action de cette association de malfaiteurs.

Défini par l’article 450-1 du Code pénal, le terme d’« association de malfaiteurs » désigne un « groupement formé ou entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d’un ou plusieurs crimes ou d’un ou plusieurs délits punis d’au moins cinq ans d’emprisonnement ». Il ne fait guère de doute que MM. Macron, banquier de Rotschild devenu président de la République, Philippe, employé d’Areva devenu Premier ministre, Collomb, anciennement socialiste, et Hulot, multimillionnaire, constituent ensemble une telle association. Ils agissent en effet de concert pour commettre les graves délits — ou plutôt « voies de fait » — consistant à chasser des habitants par les moyens les plus violents et sans respecter la stricte procédure juridique qui encadre légitimement le droit le plus vital qui soit : celui d’avoir un toit. Cette association agit aux yeux de toutes et tous, depuis lundi 9 avril, et a entrepris ce qu’on n’avait pas vu depuis plusieurs décennies : une opération militaire en métropole. Ce quatuor brutal a donc engagé la France sur un quatrième front de guerre : l’armée est engagée au Mali, en Syrie, en Irak, et la voici donc engagée en France même, sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, avec 2.500 gendarmes armés, des hélicoptères, des véhicules blindés, etc.

Les actes de violence de cette association de malfaiteurs sont précisément décrits par ailleurs. Ils prennent aussi d’autres aspects.

Du mensonge à la novlangue comme système de gouvernement

Ces messieurs et leurs affidés (ce mot, nous dit le dictionnaire, désigne des personnes « dévoués à quelqu’un dans l’exécution de desseins coupables ») ont développé une sémantique originale pour masquer leurs forfaits. En gros, il s’agit de dire le contraire de la réalité avec le plus parfait aplomb.

La gendarmerie va ainsi parler de « déconstruction » pour qualifier les actes incontestables de démolition ou de destruction qu’elle commet sur la Zad. Chez les gens normaux, déconstruction signifie défaire une construction pièce à pièce pour éventuellement la refaire ailleurs. Dans la novlangue, déconstruction consiste à saccager un habitat à coup de pelleteuse ou de bulldozer.

La déconstruction selon la gendarmerie.

Le mensonge va aussi prendre des allures de plaisanterie sinistre. M. Gérard Collomb déclare ainsi : « Nous voulons dans ce pays éviter toute violence. C’est ce que nous faisons à Notre-Dame-des-Landes ». Le résultat est effectivement saisissant. S’il n’y a pas de violence à Notre-Dame-des-Landes, on ne sait pas à quoi il faut s’attendre quand l’association de malfaiteurs décidera d’utiliser la violence.

On va aussi parler de « bâti », en laissant entendre que le bâti ne concerne que les maisons comprenant des murs de pierre, mais en aucun cas celles faites, par exemple, de bois. Mme la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, est une spécialiste de cette bizarre conception de l’architecture. On peut donc ainsi détruire — pardon, déconstruire — toutes les maisons à base non minérale telles que les Cent Noms, les Vraies Rouges, etc.

Dans un autre genre, Mme Klein s’est rendue maître d’une forme de mensonge subtil, obéissant, on n’en doute pas, à ses chefs en malfaisance : on laisse entendre qu’on va discuter de l’avenir ensemble, on organise des réunions avec tous les « acteurs », on concerte, on palabre, on réfléchit. Lesdits acteurs baissent la garde, gambergent, débattent, proposent. Ils croient, les candides acteurs, qu’on peut prendre la parole de l’État au sérieux, que le gouvernement cherche vraiment une solution nouvelle, imaginative. Ils se relâchent, ils pensent à l’avenir, ils se démobilisent. Parfait ! BIM ! On envoie la force sur les naïfs !

Nicole Klein et quelques amis. Être seul, sans collectif.

Il y a une démarche idéologique profonde chez les malfaiteurs. Il ne leur suffit pas d’occuper l’État pour en faire profiter leurs amis de l’oligarchie, d’abaisser les impôts sur les riches, de démanteler le service public pour le brader au privé, de démolir la paysannerie pour développer l’agro-industrie, de bavasser d’écologie pour la transformer en terrain de jeu pour les trusts du capitalisme vert… Il leur faut en plus changer la société pour y casser toutes les formes de solidarité, les liens entre les gens, les élaborations d’actions collectives.

Ils veulent que la société soit composée d’individus, séparés les uns des autres, cloisonnés dans leurs compartiments, et assujettis en fait à la tutelle de l’État et des multinationales. Et qu’ainsi éparpillés, sans force, gavés de sport et de boniments, ils laissent les riches user tranquillement de la richesse volée à la société.

Que reprochait la préfète, parlant au nom des quatre malfaiteurs, aux habitants de la Zad ? De ne pas présenter de « projet agricole individuel ». Ils prétendaient, ces marauds, ces rebelles, ces rastaquouères, faire œuvre commune, présenter quelque chose de nouveau, œuvrer ensemble. Ils observaient, les rêveurs, que dans une agriculture qui s’effondre, où les exploitations disparaissent par milliers, où les paysans se suicident par dizaines, il faudrait penser autrement, travailler en coopération, être sobre et écologique. Communistes ! Vous voulez le goulag ! INDIVIDUEL, on vous dit !

Mme Klein et les quatre malfaiteurs ne font qu’appliquer la doctrine néo-libérale exprimée naguère par leur inspiratrice, Margaret Thatcher : « Il n’y a pas de société ».

Aucune idée de l’avenir

Avez-vous entendu M. Macron, M. Philippe, M. Collomb, M. Hulot dire quoi que ce soit sur ce que pourraient devenir les terres de la Zad ? Une idée, un projet, une proposition ? Nada, nenni, rien de rien. Détruire, chasser les marauds, on verra après, avec nos si brillants amis de la Chambre d’agriculture et de la FNSEA, qui président avec un talent unanimement célébré dans tout le pays à la disparition de la paysannerie, à l’artificialisation des sols, à l’agrochimie…

On peut prédire que, dans vingt ans, si les intentions de l’association de malfaiteurs se réalisent, quand le bocage aura été saccagé de diverses manières, il viendra à l’esprit de quelques historiens nostalgiques de proposer d’édifier quelque part sur l’ex-Zad un musée de la
Lutte de Notre-Dame-des-Landes. Et à côté, on placera un centre de loisirs et d’initiatives, avec un restaurant de spécialités locales. Bio, bien sûr.

Ou alors, on pourrait implanter un centre de recherches en intelligence artificielle. Oh oui, super ! T’es trop fort, Manu. Merci, Nicolas.

Auteur Hervé Kempf pour REPORTERRE


Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre – et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre

Voir aussi:

Sur la Zad, la difficile résistance face au rouleau compresseur des gendarmes

Zad de Notre-Dame-des-Landes : stoppez tout avant qu’il ne soit trop tard !

À cet effet, nous appelons au ressaisissement des esprits dans les ministères chargés de ce dossier, une pause immédiate des opérations de destruction sur le terrain et la reprise du dialogue. Faute de quoi, les appels à mobilisation, de soutiens et de tous horizons, vont se renforcer dans les heures à venir.

LES PREMIERS SIGNATAIRES

ACTE (Association chalonnaise pour la Transition Ecologique)
Agir pour l’Environnement
Alsace Nature
Alternatiba
Alternatiba-Rouen
Amis de la Terre France
ANV-COP21
Association La Presle
Attac
Attac Vosges
Attac Alès Cévennes
AVERN
Bizi !
Bouillons Terres d’Avenir Rouen
Coordination Cigeo/BURE Stop : Asodedra, Burestop 55, Bure Zone Libre, Cedra 52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Fédération MIRABEL Lorraine environnement et des opposantes et opposants à la poubelle nucléaire
Collectif 3R
Collectif NDDL 73
Comité de soutien NDDL-Chalon
Collectif Alsace NDDL
Collectif GCO NON MERCI
Collectif Non À l’Autoroute A133-A134
Des habitant.e.s de la zad du Moulin (lutte anti-GCO)
Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs
Confédération Paysanne
DECICAMP (DEmocracie pour les CItoyens des CAMPagnes)
Fédération Environnement Eure-et-Loir
France Nature environnement Grand Est
Greenpeace France
Gudmont-dit-Non
Libre Canut, association environnementaliste de Goven
NOVISSEN
Réseau Sortir du nucléaire
St Hilaire Durable

38 commentaires

  • GROS

    J’espère qu’ils auront d’aussi beaux projets quand ils seront chez eux.

    • M.G. M.G.

      De qui parle-tu ? Des 4 malfaiteurs qui dilapident le bien commun au nom du profit, ou des gens qui œuvrent pour construire une société plus juste tout en essayant de préserver l’intégrité de notre territoire ?

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif M.G.

      • engel

        Il parle des « zadistes » qui vivent sur des terrains appartenant à d’autres.
        …Je pense.
        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

        • M.G. M.G.

          Si les terrains occupés appartiennent « à d’autres », je suppose que tu penses « terrains privés », alors il va falloir nous expliquer pourquoi l’état vient fourrer son nez dans des affaires privées !

          Soit les terrains occupés sont publiques et donc régie par le Code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) « Nul ne peut, sans disposer d’un titre l’y habilitant, occuper une dépendance du domaine public … », soit les terrains occupés sont privés et c’est aux propriétaires des terrains d’engager une procédure classique d’expulsion par l’intermédiaire du juge judiciaire via une requête présentée devant le Président du Tribunal de grande instance (TGI) du lieu de l’occupation.

          Qu’en est-il de ces terrains ?

          Edit: autre chose concernant les terrains qui étaient destinés à l’aéroport. La Déclaration d’utilité publique (DUP) étant devenue caduque, les anciens propriétaires peuvent demander de récupérer leurs terrains, maisons et bâtiments d’exploitation.

          M.G.

      • GROS

        Décidément, les squatteurs, en France, c’est une plaie…

        ZAD : Zone d’Aménagement Différé, plus tard renommée Zone A Défendre par une poignée d’individus.
        A défendre contre quoi ? La construction d’un aéroport.
        Ils se sont donc installés illégalement (on ne le répétera jamais assez) sur les terrains concernés. Ils savaient que c’était illégal, ils savaient qu’ils prenaient des risques, et ils savaient que ce n’était pas durable.
        C’est incroyablement malhonnête et irresponsable, maintenant que l’aéroport est abandonné et que le combat n’a plus lieu d’être, de venir chouiner et ne pas libérer les terres.
        C’est également une question de justice sociale : comment laisser ces gens s’approprier ces terres au mépris de toutes les lois, alors que d’autres triment toute une vie dans le respect des lois pour parfois ne même pas y parvenir ? C’est juste scandaleux.

        Moi je trouve au contraire vraiment généreux (pour ne pas dire franchement laxiste) de la part des autorités d’avoir laissé perdurer ces squats durant tout le temps des réflexions sur le projet d’aéroport. Certainement auraient-ils dû les foutre dehors à coups de pompe (voire de plomb) dans le cul plus rapidement que ça, ça ferait moins de discussions aujourd’hui… mais bon, on ne refera pas le passé (même si certains y parviennent…).
        Je ne suis pas souvent d’accord avec ce gouvernement, mais là sur ce coup, je le soutiens complètement.

        Donc on peut raconter tout ce qu’on veut sur les beaux projets et modèles alternatifs (et ils le sont !) qui se dessinaient sur cette ZAD, ce n’est pas ça la question, ça ne change rien au fond du problème. Ces gens ont de beaux projets, c’est dommage qu’ils se les soient eux-mêmes sabotés. Ils ont agi en toute connaissance, ils ne doivent maintenant s’en prendre qu’à eux-mêmes.

        Donc comme je le disais initialement, ces gens ont de beaux projets et de belles idées : je leur souhaite de pouvoir les réaliser quand ils seront chez eux.

        PS : à ceux qui me diront que je suis rigide sur le cadastre et le respect du droit de propriété, on a des cas pratiques : voir ici. Si c’est ça votre modèle de société idéale, franchement ce n’est pas le mien.

        • blackout

          Le domaine public appartient au public et pas à l’état ou gouvernement, l’état veut y faire régner la loi et les zadistes refusent la loi, ou plutôt la société.
          Quand l’état a démantelé la jungle de Calais , il a donné la possibilité de relogement aux migrants, là on détruit l’ habitat sans aucune solution de relogement, encore heureux qu’ils aient respecté la trêve hivernale, cela ne vas pas solutionner le problème car j’ai bien l’impression qu’ils vont rester sur place.
          Je soutiens les Zadistes.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

        • « C’est également une question de justice sociale : comment laisser ces gens s’approprier ces terres au mépris de toutes les lois, alors que d’autres triment toute une vie dans le respect des lois pour parfois ne même pas y parvenir ? C’est juste scandaleux. »
          On est vraiment formaté!!! Tu trouves cela scandaleux, alors que les ministres, le système financier nous font bien pire en matière de justice sociale… Quelque part tu as raison mais avant de m’attaquer aux habitants de la ZAD pour des raisons de droit, je préfère m’attaquer au pouvoir car les vrais mécréants, ce sont eux. Et si la ZAD remet en cause notre modèle sociétal de cette manière, pourquoi pas. Modèle sociétal basé sur la monnaie dette, monnaie dette qui réduit de plus en plus l’accès à la propriété foncière .
          Par contre, je dénonce la minorité de dégénérés profonds qui sont en train de saccager gratuitement la fac de Lettres de Montpellier. Ce n’est pas du tout la même chose, ces jeunes détruisent le bien commun qui profite à des milliers de jeunes dont ma fille, au nom de la liberté(libérez les vagins) et d’un refonde ment de la société. Ils ne proposent rien de concret, ils détruisent tout, même la morale la plus élémentaire. Rien à voir avec la ZAD.

          • GROS

            Tu trouves cela scandaleux, alors que les ministres, le système financier nous font bien pire en matière de justice sociale… Quelque part tu as raison mais avant de m’attaquer aux habitants de la ZAD pour des raisons de droit, je préfère m’attaquer au pouvoir car les vrais mécréants, ce sont eux.

            Dans le cadre de NDDL, je n’en ai strictement rien à taper que certaines personnes bien placées fassent pire ! On doit laisser couler parce qu’il y a pire ailleurs ? C’est quoi cette mentalité ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
            Si tu vas au tribunal parce que tu as porté plainte contre un type qui t’a vandalisé ta voiture, apprécierais-tu que le juge te dise « non, on va le laisser tranquille, ce n’est pas grave, puisqu’à côté de ça, il y a des gens qui commettent des homicides. »

            On va où, avec des raisonnements pareils ?

          • Gros,
             » La ZAD remet en cause notre modèle sociétal de cette manière, pourquoi pas. Modèle sociétal basé sur la monnaie dette, monnaie dette qui réduit de plus en plus l’accès à la propriété foncière . »
            Ils remettent en cause le système que tu as l’air de défendre. Travailler toute sa vie pour pouvoir se payer une maison, alors qu’à côté, ils s’en mettent plein les poches. La ZAD en s’appropriant ces terrains refuse ce genre de société, j’approuve! Je me suis mal exprimée, il ne faut pas les laisser faire parce qu’il y a pire mais parce qu’ils dénoncent ce que nous devrions tous refuser! L’asservissement de millions de gens pour le bénéfice d’une minorité!

        • verisheep

          « C’est également une question de justice sociale : comment laisser ces gens s’approprier ces terres au mépris de toutes les lois, alors que d’autres triment toute une vie dans le respect des lois pour parfois ne même pas y parvenir ? C’est juste scandaleux. »

          Donc si tu es cohérent j’imagine que tu soutiens cette démarche des occupants afin de régulariser leur situation et démontrer leur ouverture au compromis:

          La création d’une entité juridique provisoire, reconnue et représentative de l’ensemble du mouvement, est en cours. Elle doit permettre de réaliser les actes officiels concernant la zone : des mandats de gestion des terres ou des communs, des signatures de convention précaires d’exploitation… Il s’agit de permettre par le biais de cette association la meilleure protection possible pour tous les types de projets, agricoles ou non agricoles, conventionnels ou hors cadre… Cela peut se faire en particulier par la reconnaissance d’un droit d’expérimentation sur la zone. Il s’agit d’élargir les possibles.
          https://zad.nadir.org/spip.php?article5147

          L’état refuse de reconnaitre cette entité de gestion commune… https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

          « Après un premier rendez-vous où le projet commun a été exposé, la Préfecture refuse à ce jour de poursuivre les échanges avec la délégation commune. »
          https://zad.nadir.org/spip.php?article5236

          Pourquoi? Parce que l’état veut des Conventions d’Occupation Précaire individuelles afin de morceler l’usage du territoire et le mouvement.

          Comme le dit l’article de reporterre, « Ils veulent que la société soit composée d’individus, séparés les uns des autres, cloisonnés dans leurs compartiments, et assujettis en fait à la tutelle de l’État et des multinationales. Et qu’ainsi éparpillés, sans force, gavés de sport et de boniments, ils laissent les riches user tranquillement de la richesse volée à la société. »

          Plus de détails:
          https://zad.nadir.org/spip.php?article5222

          • L’état refuse de reconnaître cette entité de gestion commune…
            Logique puisque l’Etat ne veut absolument pas sortir du modèle sociétal capitaliste. Ils ont trop peur que ce genre de modèle fasse des petits et se propage. Le peuple ne rêve plus de capitalisme, du coup, ils doivent nous forcer à rester dans ce système, un peu comme en URSS à l’époque. On en est là. Ils ne toléreront aucun modèle alternatif au capitalisme qui risque de séduire le peuple.

          • GROS

            Tu ne verras donc aucun inconvénient à ce que je te vole ta bagnole, et que je revienne te voir un an plus tard en te disant que je l’utilise pour faire des trucs sympas et que ça serait donc bien si tu pouvais me céder la carte grise.

          • verisheep

            Le vol d’un bien privé n’est en rien comparable à une occupation militante (qui a porté ses fruits) de terres requisitionnées par l’état.

            Et ce même état serait d’accord pour accorder des conventions d’occupation précaire individuelles, mais refuse d’envisager des conventions d’occupations collectives (rien à voir avec « laisser ces gens s’approprier ces terres au mépris de toutes les lois »).

            Il s’agit donc uniquement d’une volonté politique de casser le collectif au bénéfice du chacun pour soi, et de ne surtout pas laisser se développer une alternative.

          • GROS

            Non, ça n’est pas différent. C’est une violation de propriété, un vol.

            Les terres ont été « réquisitionnées » pour un projet d’aéroport, et les propriétaires de l’époque ont été indemnisés à hauteur supérieure aux prix du marché.
            Le militantisme que tu évoques concernait le projet d’aéroport. Il pouvait s’entendre tant que le projet d’aéroport était en discussion, maintenant il n’a donc plus lieu d’être.

            Qu’ils aient fait des choses sympa ou pas sur ces terrains, c’est secondaire, et surtout ça les regarde.
            Sans base légale, les arguments ne sont pas recevables.
            Ils ont saboté eux-mêmes leurs projets.

        • M.G. M.G.

          Je rejoins ce que dit Laurence.

          Pour ma part j’ajouterais ceci : Il y a des moment dans l’histoire où il est nécessaire d’outrepasser la loi quand celle-ci devient inique, spoliatrice ou destructrice, et c’est précisément ce qu’ont fait les personnes qui ont luté contre la destruction d’une partie de notre environnement à NDDL. Alors bien sûr il y avait les « contres », mais aussi les « pour » l’aéroport parmi la population. Dans ce cas, comme sur bien d’autres sujets nationaux importants, il aurait fallu organiser un référendum national pour trancher la question. Mais comme chacun le sait ici, aujourd’hui le peuple n’a plus son mot à dire concernant son bien commun, la France.

          M.G.

          • verisheep

            Il n’y a eu aucun référendum, même régional, mais seulement une consultation publique non contraignante dont le périmètre a été soigneusement délimité pour obtenir le résultat voulu.
            Mais si le résultat n’avait pas été celui souhaité, le gouvernement se serait assis dessus en invoquant le caractère non contraignant de la consultation.
            Pile je gagne, face tu perds…

          • Voltigeur Voltigeur

            C’est vraiment l’accélération dans la destruction de tout ce qui fait la France, le « fricotage » avec les saoud, financiers des terroristes, reçus en grande pompes à l’Elysée, le bradage du patrimoine national, les interdits qui s’ajoutent les uns après les autres, la suppression des droits, le captage des comptes en banques, la spoliation des terres, le racket fiscal direct et indirect, Sarko l’américain a commencé, hollande le flan, a continué et « la gravure de mode » fils spirituel de Rothschild, met le turbo pour achever le pays.. Faut virer ces parasites!!! :(

        • sephiros

          Je pense que le peuple devrait récupéré toutes les terres agricoles pour les rendre public ( délimité équitablement pour chaque village/ ville il pourrait nourrir tout le monde ) si l’impôt et toutes les lois limitante pour l’habitation n’exister pas les gens pourrait vivre de la culture de ses terres qui devrait appartenir au peuple et pas au profit de quelque un qui les pollues
          chacun s’entraiderait les gens en trop travaillerai dans les métier utile pas comme la majorité des métier d’aujourd’hui qui ne servent à rien
          avec de l’eau, de la nourriture, un toit tout le monde peu vivre

  • bonjour.

    quand des inconscients donnent leur pouvoir à des complices d’assassins et d’escrocs les résultats ne peuvent être qu’à l’image de leur maîtres…

  • BA

    Entre 2002 et 2004, à l’ENA, dans la même promotion qu’Emmanuel Macron, il y avait une certaine Sibyle Veil.

    Macron a donné ses consignes : sa copine de promotion doit devenir présidente de Radio France.

    Macron continue de placer ses copains de promotion aux postes-clés : l’ENA, c’est la mafia.

    En plus, Sibyle Veil est mariée avec Sébastien Veil, qui est de la même promotion de l’ENA 2002 – 2004.

    Sébastien Veil est un des Young Leaders de la promotion 2009.

    Une belle bande de traîtres.

    – Quand on regarde la liste des Young Leaders de l’année 1981, on trouve un jeune politicien de droite Alain Juppé, et deux futurs ministres de la Défense : François Léotard, qui était de droite, et Alain Richard, qui était au Parti Socialiste.
    – Quand on regarde la liste des Young Leaders de l’année 1996, on trouve Pierre Moscovici et François Hollande. Ils étaient au Parti Socialiste.
    – Quand on regarde la liste des Young Leaders de l’année 2006, on trouve Najat Vallaud-Belkacem et Laurent Wauquiez.
    – Quand on regarde la liste des Young Leaders de l’année 2012, on trouve Edouard Philippe et Emmanuel Macron.

    https://frenchamerican.org/young-leaders/earlier-classes/2009/

  • Cyrildu44

    D’un autre côté, quand vous allez dans un lieu naturel qu’est la ZAD, il ne faut pas s’étonner l’adoption de la stratégie « langue de vipère » par les 3 premiers personnages.

    A part ça, personne n’a mentionné que ce soit sur ce site ou sur les réseaux sociaux, la stratégie « langue morte » de Nicolas Hulot : le seul parmi les 4 à se taire alors que son ministère est plus impacté que les autres.

    Ne se serait-il toujours pas remis des carottes qu’il avait reçues lorsqu’il était venu au rassemblement des opposants il y a quelques années ?

  • g

    le musée des horreurs ! en plus ils sont une sale gueule, des gueules de mafieux. pas de problème pour eux, Ils connaissent déjà leur reconversion !
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • verisheep

    Circulez y’a rien à voir !

    « 200 caméras de la gendarmerie sur le terrain », annonce fièrement Gérard Collomb sur LCI. Tranquillement, le ministre de l’intérieur assume le fait d’avoir écarté des journalistes professionnels pour montrer au public des images « contrôlées » de l’évacuation des Zadistes de Notre-Dame-des-Landes. « Ce que nous voulions, c’est qu’il puisse y avoir de la part des spectateurs un jugement qui soit objectif », déclare notamment le premier flic de France pour justifier cette atteinte à la liberté de la presse. Sur place nos confrères ont vu ces « collègues » filmer des équipes de journalistes professionnels. Equipés de leurs tenues de sécurité, comme tous les autres CRS, certains de ces gendarmes arboraient des dossards de presse. Ne reculant devant aucun moyen, les gendarmes ont également utilisé des drones qui ont fourni des vues aériennes, mises gracieusement à la disposition des médias. Lors de leur arrivée sur les lieux, nos confrères (les vrais) ont été parqués en bord de route puis évacués de la zone, sous escorte, avec interdiction de filmer. Certains sont parvenus à regagner la ZAD par des chemins de traverse, ils ont été contrôlés, menacés, interdits d’accès. © Pacôme Le Mat – journaliste France Télévisions Le SNJ France Télévisions condamne très fermement cette dérive qui consiste à fournir, sous prétexte de sécurité, des images « clés en main » et totalement aseptisées des opérations « sensibles » du gouvernement. Le SNJ France Télévisions regrette qu’en diffusant les images de la gendarmerie, la direction de France Télévisions cautionne indirectement cette censure imposée à nos équipes sur le terrain. L’Elysée a fait le choix d’une information contrôlée, au mépris de la profession de journaliste, au mépris des citoyens qui ont droit à une information libre et indépendante. Au moment où le gouvernement lance un projet de loi contre les « fake news », il serait nettement contradictoire qu’il en fabrique lui-même.

    communiqué du Syndicat National du Journalisme
    Paris, le 11 avril 2018

  • blackout

    Au pays des droits de l’homme, certains trouvent normal que les représentants du peuple envoient des pelleteuses pour détruire des habitations qui sont occupées, en laissant ainsi leurs occupants assis sur leur débris.

    Cette démonstration de force de l’état, n’est pour moi qu’une démonstration du ridicule, 2500 gendarmes face à quelques centaines de Zadistes, le ridicule ne tue pas.

    L’augmentation de la CSG, le serrage de ceinture ça sert aussi à ça,braves gens, à financer le ridicule.
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • predateur

    je me demande quel gouvernement vous auriez voulu ?????
    à part les quelques réflexions habituelles ,genre délit de faciés ; je ne vois jamais de proposition sur une alternative à macron et sa bandehttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

Laisser un commentaire