Édouard Bassourine : Il faut s’attendre à de graves provocations sur la ligne de contact en RPD à partir du 10 mars…

Aujourd’hui 6 mars 2018 au soir, le commandement opérationnel de l’armée de la RPD a convoqué la presse en urgence afin de transmettre un communiqué important.

D’après les informations transmises par Édouard Bassourine, il y a plusieurs jours en arrière, le directeur de la CIA, accompagné de représentants de services de renseignements, ont visité la ville d’Avdeyevka, située sur le territoire temporairement occupé par l’Ukraine.

L’événement en question a été mené sous la couverture d’une « familiarisation des soldats américains de haut-rang avec la situation opérationnelle en RPD ».

En réalité, lors de cette réunion, les autorités ukrainiennes ont reçu l’ordre de mettre au point, d’ici le 10 mars, plusieurs scénarios de provocations graves afin d’accuser la République Populaire de Donetsk (RPD) de relancer les hostilités.

Il semble que les patrons américains de Kiev aient besoin d’une justification auprès de la communauté internationale pour relancer la guerre dans le Donbass (et/ou justifier le déploiement de cette force inacceptable de 24 000 casques bleus dans la région), et quoi de mieux qu’une opération sous faux-drapeau pour obtenir le résultat médiatiquement désiré ?

Toute ressemblance avec ce qui se passe en Syrie avec les attaques chimiques attribuées, sans preuves, à Bachar el-Assad pour relancer la guerre là-bas n’est pas fortuite…

D’après les informations obtenues par la RPD, ces provocations seront menées par les combattants du régiment ultra-nationaliste Azov, déguisés en soldats de la RPD. Le régiment Azov devrait être déployé à proximité de Novoazovsk, il y a donc de fortes chances que les provocations aient lieu sur cette portion du front.

Dans le même temps, aujourd’hui à 14 h 30, une forte explosion a eu lieu côté ukrainien à 800 m de la ligne de contact, vers Maryinka. Vingt minutes plus tard un hélicoptère survolait la zone en violation totale des accords de Minsk, faisant craindre une tentative d’attaque aérienne.

D’après les informations transmises par Édouard Bassourine, l’hélicoptère était là pour mener une évacuation, sûrement liée à l’explosion qui a eu lieu plus tôt au même endroit. Néanmoins, même pour une telle raison, cet hélicoptère n’aurait jamais dû se trouver là, puisque les accords de Minsk interdisent à tout engin volant de grande taille de voler à moins de 15 km de la ligne de contact.

Les représentants de la RPD au sein du CCCC ont demandé à l’OSCE d’enquêter sur ces faits. Et nous ne pouvons qu’espérer que la divulgation des plans américano-ukrainiens permettra une fois de plus de tuer dans l’œuf les provocations prévues et les victimes éventuelles qui pourraient en résulter.

Voir le rapport urgent complet en vidéo :

Christelle Néant pour DoniPress

Voir aussi:

Viktor Medvedtchouk – Les autorités ukrainiennes collaborent avec les ultra-nationalistes

Le 17 février 2018, une trentaine d’ultra-nationalistes ukrainiens venant des mouvements C14 et Secteur Droit, ont attaqué l’agence culturelle russe Rossotroudnitchestvo à Kiev, arrachant le drapeau russe et saccageant les vitrines d’une exposition. Le 18 février, ce sont des membres de l’OUN (Organisation des Nationalistes Ukrainiens) qui s’en sont pris de nouveau à l’agence culturelle, détruisant les fenêtres du bâtiment, avant de s’en prendre à des succursales d’Alfa Bank et de Sberbank (banques russes)…/…

2 commentaires