Municipales 2020 : Permaculture et Vraie Démocratie. Partout. 36 000 JARDINS !…

S’il n’y a pas un réveil massif de tous les citoyens conscients des enjeux futurs, nous allons droit dans le mur. Nous le voyons tous, et pourtant rien n’émerge des réflexions proposées. Partagez !!

On le voit arriver à grand pas, ce moment où des millions de gens vont souffrir de leur mairie, ce sera en 2021, en 2022 et en 2023 et certains d’entre-eux diront :
« Mais c’est pas vrai, faut qu’on fasse quelque-chose, on ne peut pas continuer comme ça avec cette affreuse mairie, c’est quand les prochaines élections ?
– En 2026 !
– 2026 !!!! Oh put-tain, mais c’est loiiinn !!! On est dans la meeeeerde ! … Bon, il va falloir prendre notre mal en patience… Mais alors dès 2025, on rate pas le coche, on essaiera de mettre en place quelque-chose pour que ça change vraiment. »

Voilà, ce petit dialogue risque d’avoir lieu en grand nombre puisqu’il a lieu tous les jours depuis 2014, date des précédentes élections municipales.

Mais il se trouve qu’on n’est pas encore en 2021, mais qu’on est en 2018 et que les plus importantes élections du pays — celles qui permettraient si on n’était pas trop con de transformer chaque commune en véritable commune — se tiennent en 2020.

C’est donc dès maintenant, sans plus tarder, que chaque citoyen peut prendre son bâton pour engager autre chose dans sa commune. Pour se donner le cap avec des concitoyens de transformer sa commune en vraie démocratie et en commune digne de ce nom. (Et retrouver le fertile tant au niveau humain qu’au niveau de la Terre)

Pour engager les choses en terme de véritable démocratie, on peut soit pousser le curseur au maximum afin de réaliser simplement une expérience qui risque dans la majorité des cas d’avoir un sens uniquement pédagogique et qui ne permettra pas d’accéder à du concret (un peu comme l’expérience que j’avais réalisée à Cognin en 2014 ou pour les élections départementales).
On peut aussi essayer (bêtement) de « prendre le pouvoir » de façon traditionnelle (mais c’est totalement paradoxal par rapport au but recherché) et ne peut pas mener selon moi à quelconque vraie démocratie. Si on n’est pas capable de déjà faire preuve d’authentiques principes de vraie démocratie avant les élections, c’est qu’on ne les mettra jamais en place ensuite. Et si on a les idées vraiment pures, mais qu’on se place sur le terrain démoniaque de la politique politicienne, on se fait forcément rétamer la tronche (il faut se placer sur un tout autre terrain pour réussir à mettre en difficulté les habituels avides de Pouvoir).

Donc, si l’expérience pédagogique ou la prise de pouvoir traditionnelle sont à proscrire pour les raisons que j’ai données, eh bien, si on veut vraiment mettre le cap vers une vraie démocratie, il nous reste à nous situer entre les deux (pour qu’une fois « élus », le cap reste toujours celui de la vraie démocratie).

Se situer entre les deux, c’est mener tout le processus en restant, d’un bout à l’autre, solides et déterminés, sur les principes suivants :

1 – [RELATIF AUX DÉSIGNATIONS DE PERSONNES] ​Dès qu’il y a apparition quelconque de l’idée de DÉSIGNATION de personne, tout doit être fait et pensé pour favoriser le plus possible la technique du TIRAGE AU SORT.
Ce principe aura une conséquence majeure sur ce qui va être mis en œuvre pour que des personnes soient désignées « conseillers municipaux » ou « maire » en début de « mandat » (afin de pouvoir se situer dans la légalité), et la deuxième conséquence majeure concernera le type de pouvoir (affaibli) qui apparaîtra subséquemment à la technique de tirage au sort et donc sur les exigences de rotations ou de partage et contrôle du pouvoir.

2 – [RELATIF AUX PRISES DE DÉCISION] Dès qu’il y a apparition quelconque d’un processus de DÉCISION, tout doit être fait et pensé pour favoriser le plus possible les techniques de recherche du CONSENSUS et les techniques de VOTATION démocratique (au sens de la totalité du peuple).
Exemple : les DÉLIBÉRATIONS des conseils municipaux se feront de manière RÉFÉRENDAIRE. (Conséquence majeure : le groupe qui veut mettre en place autre chose pour les municipales de 2020 annoncera donc que les délibérations municipales reposeront toutes sur des référendums.) — pour ceux qui douterait de la faisabilité technique de ce dernier point, je rappelle que les communes ont en générale entre 10 et 40 points à l’ordre du jour par mois. Il est donc bougrement simple de nos jours de faire parvenir à chaque citoyen ces délibérations, de leur permettre de voter chaque point et d’enregistrer les résultats —.

3 – [RELATIF A L’ÉGALITÉ POLITIQUE] L’esprit général doit être de tout mettre en œuvre pour amoindrir tout pouvoir individuel qui tendrait à se mettre au dessus de tout le monde. Cela implique de fonctionner dans l’égalité politique et donc dans les techniques de l’Égalité Politique (de les connaître et de les diffuser). (Exemple : actuellement le Maire a plus la Parole que tout le monde : inégalité politique majeure. L’Égalité politique demande entre autres d’organiser le partage équitable de la Parole). L’Égalité Politique = toutes les techniques qui permettent de diminuer les Pouvoirs qui tendent à se détacher du reste et toutes les techniques qui permettent d’augmenter « le sentiment d’exister » de chacun.
Maîtriser l’Égalité Politique implique de savoir que le Pouvoir augmente toujours comme un mécanisme de pesanteur pernicieux qu’il faut donc une volonté, un effort permanent (et des techniques) pour le contrer. Si on laisse les choses s’enfuir, ça tombe comme une pomme tombe sous l’effet de la pesanteur.
Et pour ça faut aussi bien caractériser ensemble ce qu’est le Pouvoir. Le pouvoir, c’est toujours celui de décider/légiférer plus que les autres, de parler plus que les autres, d’être plus vu que les autres, d’organiser plus que les autres, de punir/sanctionner plus que les autres, de propagander et d’influencer plus que les autres, de tenter et séduire (démagogie) plus que les autres.

Mais le pouvoir ne doit donc pas être confondu avec la présence de gens « en forme ». Ne pas être malade, ne pas être enceinte, ne pas être vieux croulant, et être super motivé et plein de capacité et de bonne volonté, ce n’est pas réellement « avoir le pouvoir ».
Si l’Égalité Politique possède ses techniques, le Pouvoir lui aussi est directement supporté par les siennes. Il faut donc opposer techniques à techniques. (Aujourd’hui malheureusement la population est souvent ignorante des techniques d’égalité politique).

4 – [RELATIF A L’ACTIVITÉ POLITIQUE] Tendre vers l’augmentation substantielle de l’activité politique de la population doit être un principe fort (= rencontres les plus fréquentes possible, en présentiel, des citoyens sur des choses qui les concernent directement), tout comme on parle d’activité biologique ou d’activité chimique dans la nature. N.B : tout pouvoir traditionnel (monarchique ou oligarchique) tend à provoquer l’inverse, car une augmentation de l’activité politique signifie potentiellement augmentation de l’activité des gouvernés et des rivaux. Être (ou se diriger vers) en vraie démocratie suppose donc de n’avoir pas peur de ça.
[Mais Attention à ne pas se prendre les pieds dans le tapis de « la démocratie participative » qui est un concept mou et vicieux diffusé par l’État lui-même. L’activité politique doit donc tendre vers le point 2 relatif aux prises de décision. La simple « participation » de façade ne nous conduit pas à la vraie démocratie. C’est la décision ou la délibération (ou le consensus) qui nous place en vraie démocratie (et non « la participation », comme on fait parfois « participer » des enfants qui n’ont pas encore l’âge de).]

Ces 4 points permettent de tenir LE CAP, d’obtenir LE SOCLE stable. Ensuite, voici tous les autre principes à installer progressivement sur ce socle, une fois les élections passées :

1 – Égalité politique parfaite, toute personne possède la même quantité de pouvoir politique et participe égalitairement au pouvoir.
2 – Existence et souveraineté de l’assemblée populaire
3 – Idée de représentation politique inexistante
4 – Idée de Cité (de commune, de communalité, d’en-commun, de communaux) qui doit être forte dans les esprits.
5 – Comportement démocratique (comportements des citoyens pour la démocratie : capacité de parole, éloquence, rhétorique, aptitude à la polémique ; passion politique et pour l’en-commun, connaissance des lois etc.)
6 – Autonomie, auto-institution (se diriger vers « pas d’État »)
7 – Réflexivité permanente (philosophie), toutes formes de lois, de décisions, de constitutions, présentées systématiquement comme modifiables.
8 – Centralité de l’initiative populaire
9 – Constitution d’origine citoyenne
10 – Participation effective de tous au pouvoir
11 – Tirage au sort comme méthode de désignation centrale des personnes qui ont des charges politiques.
12 – Tirés au sort qui sont des serviteurs, non des maîtres.
13 – Les Mandats sont courts et non renouvelables
14 – Présence de Contrôles citoyens et d’un régime fondé sur la défiance à l’égard des tirés au sort.
15 – Des institutions qui poussent à la vertu via les outils de protection (révocabilité, reddition des comptes, etc.)
16 – Principe de révocabilité des tirés au sort
17 – Reddition des comptes (les tirés au sort doivent rendre des comptes à l’issu de leur mandat)
18 – L’amateurisme politique (pas de professionnel de la politique)
19 – Les partis politiques existent en tant que menace oligarchique
20 – Pas d’honneur ou de distinction donnés pendant les mandats
21 – L’Agora (lieux institutionnalisés des débats)
22 – L’iségoria (droit de parole, pour tous, à tout moment et à tout propos)
23 – La parrhésia (Franc-parler et plus encore)
24 – Apprentissages en vue des affaires communes (Paideia) –> École communale autogérée (sans l’État).
25 – Théâtre comme institution protectrice et aussi éducative en vue des comportement démocratique.
26 – Publicité totale des éléments ayant attrait à la chose publique
27 – Recherche de l’amitié et de la convivialité au sens large, c’est le but affiché de la Cité (N.B : et pas d’amitié sans égalité et donc sans partage du « sentiment d’exister » et des possibilités d’existence).

Encore une chose, étant donné qu’il s’agit de politique et que règne le quiétisme et l’apathie politique carabinée dans ce pays, vous êtes peut-être en train de vous dire que tout ceci n’est pas vous, parce que : TRAVAIL, ARGENT, GOSSE, SEXE, VOTRE BORDEL, ET TOUTES VOS ADDICTIONS prennent tout votre temps… Pourtant à tout moment, le fait de refaire des communes où il fait bon vivre, c’est le devoir de chacun d’entre-nous.

Alors voilà, il vous suffit de créer un petit groupe d’environ 12 personnes avec lesquelles vous pourrez poser ensemble les 4 premiers principes de cet article puis les 27 qui suivent.
Le but est évidemment de rassembler la totalité de votre commune (même vos ennemis) autour de ce cap vers la vraie démocratie et les bons fruits.

Il serait dommage que 3 communes seulement sur 36 000 prennent le cap de la vraie démocratie en 2020. Ce pourrait être plutôt 16 456, voire 33 123, voire 36 000… Ça dépend entièrement de toi qui lit ces lignes…

Mais la démocratie pour quoi ? Vivre pour quoi ? Se battre pour quoi ? Pour que fleurissent partout des jardins en « permaculture », pour que les écosystèmes soient rétablis. Pour que les communes et les villages deviennent des jardins permaculturels communaux géants, où il fait bon vivre, où l’abondance fruitière et de la nature donne à chacun de quoi vivre en bonne santé et heureux jusqu’à 110 ans.

Bref, faire repartir l’activité politique (aP) pour que redémarre l’activité biologique (aB) CAR ON EST TOUS EN TRAIN DE CREVER BÊTEMENT !!!!

Faire de ta commune : UN JARDIN NOURRICIER ET CONVIVIAL.

« Sur l’emplacement des ruines que j’avais vues en 1913, s’élèvent maintenant des fermes propres, bien crépies, qui dénotent une vie heureuse et confortable. Les vieilles sources, alimentées par les pluies et les neiges que retiennent les forêts, se sont remises à couler. On en a canalisé les eaux. A côté de chaque ferme, dans des bosquets d’érables, les bassins des fontaines débordent sur des tapis de menthes fraîches. Les villages se sont reconstruits peu à peu. Une population venue des plaines où la terre se vend cher s’est fixée dans le pays, y apportant de la jeunesse, du mouvement, de l’esprit d’aventure. On rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes campagnardes. Si on compte l’ancienne population, méconnaissable depuis qu’elle vit avec douceur et les nouveaux venus, plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéard Bouffier. » Giono, l’homme qui plantait des arbres.

Sylvain Rochex — 5 mars 2018 pour Déscolarisation.org

12 commentaires

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Oh là là !! quel charabia ! « ce qui est bien pensé s’énonce clairement » ! on en est loin ! ceci au moins dans une grande partie du commencement du texte.
    Ceci dit, allez donc faire bouger des citoyens qui ne voient en tout et pour tout que le côté politique d’un futur élu… le reste leur passe très au-dessus de la tête !

  • SANTE

    Volti, les maires et conseillers municipaux agissent globalment contre l’intérêt des habitants. Il suffit de suivre le cas Linky. C’est flagrant.
    Les CM ou pom-pom girls votent sans comprendre et ne s’intéressent pas aux dossiers.
    Les diplômes n’ y changent rien. A croire les diplômes ne veulent pas dire grand chose.
    L’école est géré par les enseigants et les parents d’élèves influents. Le maire se contente d’aquiécer.
    Beaucou d’habitants dorment.

  • C’est une belle vue de l’esprit, une utopie qui pourrait fonctionner si…Mais:
    – le référendum communal est interdit en France
    – les gens (en gros) ne veulent pas s’investir
    – j’habite un village de vieux qui s’en foutent (trop prêts de la sortie) et de jeunes qui bossent et n’ont pas le temps

    Mais pour ce qui est du constat, là, on est bien d’accord…

  • senzu

    « le référendum communal est interdit en France » …. ????? C’est quoi la vertu de ce genre de propos à part bloquer l’imaginaire à partir de rien de vraiment fondé.

    N’importe-quelle Mairie peut délibérer de façon référendaire si ça lui chante. Au pire il lui suffit juste de transformer/convertir le résultat démocratique du référendum en votes artificiels de conseillers municipaux correspondant au résultat du référendum : SIMPLISSIME à faire. Et donc dire « le référendum communal est interdit en France » n’a aucun sens !

    La proposition ci-dessus vise justement à DÉTOURNER l’attendu de l’État concernant la gestion municipale, vers les principes d’une véritable démocratie. L’État, de son point de vue, recueillera le même genre de choses de la part de la mairie en vraie démocratie, mais, la source sera différente.

    Mais bon, ça ne me surprend pas qu’on ne veuille pas s’y mettre. En 2018, on en est vraiment au 36ème dessous d’un quelconque désir de faire de la politique. On est comme une femme qui se serait faite violée 4 789 fois, et qui retomberait encore sur quelqu’un qui lui fait des avances.

  • senzu

    Le principe du courage, c’est de ne pas attendre les autres. Et par votre courage, les autres seront peut-être là. Courage.

  • keg

    Nous partîmes des milliers et par une prompte désertion, nous ne fument qu’une vingtaine en arrivant au porc (salut)…; La désillusion ayant fait son oeuvre. Et c’est ainsi que la démocratie devint la dictature des belles (et bobeaux) aux bois dormants.
    Oui il faut rendre au citoyen sa dignité.
    Oui, surtout, il faut que le citoyen reconquière sa dignité. On peut le représenter, mais jamais le remplacer. Au boulot….. 2020, c’est presque demain mâtin!

    https://wp.me/p4Im0Q-2jo

  • Je suis d’accord qu’il faille tenter le coup , et pour ce faire plusieurs moyens existent .

    Je voudrais pas trop en faire, on va encore penser que je suis pédant… Pourtant, je ne fais qu’investir le réel…

    La semaine prochaine, il y a le festival du cinéma. Pour semer les graines, quoi de mieux que ce genre d’occasion offerte par le système pour diffuser le film sur le village de Vaudoncourt ?
    https://www.lelotenaction.org/pages/content/archives/un-village-auto-gere-depuis-1971.html

    Si il y a des groupes de villageois qui ont envie de faire un coup, envoyez un mail, je vous expliquerai ce que 70 personnes sur 250 essaient de mettre en place ici… Et on avance. Peut être ce sera l’échec, mais on aura tenté , et donné du Sens au Temps.

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • senzu

    Mon papier est très clair.
    Avancez cher amis vers les Municipales 2020, en vous rassemblant, selon 4 principes piliers :
    [1 : désignation de personnes ] Tirage au sort
    [2 : décisions ] Consensus et votation référendaire
    [3 : Pouvoir et Parole] Techniques de l’Égalité politique, contrôles, défiance
    [4 : Activité Politique ] On l’augmente comme on cherche à augmenter l’activité biologique en permaculture.

    Et convoquer pas à pas, tous les autres principes d’une vraie démocratie.

    • Bon mon carrosse n’arrivant pas…

      Senzu , je pense qu’avant de créer un sentiment d’idéal politique chez les gens, il faudrait créer une communauté de destin.

      Faire en sorte que les gens se rassemblent, se rencontrent, en dehors de toutes notions politiques. La politique rebute plus d’un.

      C’est pas facile, faut se taper certaines contraintes , s’adapter aux différents publics d’un village.

      Mais c’est faisable. Faut participer à tout ce qui se fait déjà ou « innover » : un village du coin par exemple organise des journées coupe de bois avec la mairie et l’ONF. Des hommes bénévoles, avec du matos de la mairie participent entre 1 et 4 jours à des coupes.
      Ce bois est ensuite partagé pour les démunis du village.
      Résultat ils se connaissent tous, et il sont dans les 500.

      Et le villageois préférant la pratique à la théorie….

      Courage :)

    • Bonjour Senzu, le peuple ne pourra être vraiment autonome qu’avec une monnaie libre. Donc, il manque un pilier essentiel, en sachant que nous sommes tous tenu par l’argent!
      Pilier 5 :
      Ceci est pour toi : http://nayya.org/

  • senzu

    Je dirais surtout que nous tenons à l’argent plus qu’il nous tient. Car nous tenons à CONSOMMER des milliards de merde.

    Apprenons d’abord à vivre avec le stricte nécessaire et à cultiver la terre. Vous verrez que l’argent deviendra peu à peu un vieux souvenir.

    Une table, 4 chaises, un lit, un bureau, un poêle à bois, quelques vêtements. Nous avons besoin de pas grand chose pour vivre. Surtout pas de milliards d’objets inutiles comme actuellement.

    Par contre là où je te suis, on peut se donner comme pilier 5 : les échanges de type SEL et la skholè libre. Bise. Mon numéro : 04 79 79 37 15

  • boubou38

    Pour accompagner les réponses sur l’argent, moi je suis persuadé qu’un monde de dons (donc sans argent) est possible car chaque don (de temps) que l’on fait remplis bien plus notre âme que l’échange du même temps contre de l’argent (quel qu’il soit). Mais je suis persuadé aussi que nous vivons dans un monde pas du tout prêt à cela …. bien au contraire….

    Et c’est en cela que je rejoins l’idée de la monnaie libre (idée que j’estime de transition entre notre modèle d’argent actuelle et le modèle qui suivra, le don de temps). Ce serait une transition car cette idée de monnaie regroupe l’argent (car le changement argent actuelle dons est trop violent pour la plupart des personnes, hormis cataclysme majeur) et le temps (cette monnaie étant créer par le temps de chaque utilisateur de cette monnaie).
    Et cette nouvelle monnaie pourra desserrer l’entrave de l’argent actuelle, qui empêche qui que se soit (en majorité) d’avoir du temps de réfléchir ou penser profondément les choses.Temps de libération de chacun, qui permettra à ces 5 piliers de se lancer tout en étant aussi suivis par un grand nombre.