À peine entré en vigueur, le nouveau cessez-le-feu est violé par les FAU qui tirent sur le convoi d’un député russe…

Et ça continue de plus belle.. Qu’elle sera l’issue de cette guerre, s’il n’y a pas d’entente possible, qui va oublier le massacre d’Odessa et autres horreurs ?

Aujourd’hui 5 mars 2018 à 1 h 00 heure locale, un nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur afin d’essayer d’enrayer la tendance à l’escalade qui était lentement, mais sûrement, visible depuis le début de l’année.

Juste avant l’entrée en vigueur du nouveau cessez-le-feu, l’armée ukrainienne s’est déchaînée, tirant 483 munitions (contre 177 durant les 24 h précédentes), dont 82 obus de mortier de 82 mm et 120 mm sur le territoire de la République Populaire de Donetsk.

Après l’entrée en vigueur de la nouvelle trêve, le silence s’est fait sur la ligne de front. Pour seulement 10 heures à peine… Dès 11 h 10, l’armée ukrainienne ouvrait à nouveau le feu sur la localité de Leninskoye (dans le Sud de la RPD), à coup d’armes légères, et de fusils de snipers.

Pensant pouvoir profiter de cette nouvelle trêve, et évaluer si elle était réellement respectée, le député russe de la Douma et président du parti Rodina (Patrie), Alexeï Jouravlev, accompagné de journalistes, s’est rendu sur la ligne de front près de Kroutaya Balka, voir les soldats de la RPD.

Mais alors qu’ils étaient en route, à 13 h 45, l’armée ukrainienne a ouvert le feu sur les véhicules qui se dirigeaient vers le front. Les FAU ont tiré 10 obus de mortier de 82 mm depuis Avdeyevka, vers Kroutaya Balka.

Une des voitures a souffert et est désormais inutilisable, mais aucune victime n’est à déplorer. Les collègues de REN TV qui se trouvaient avec lui ont filmé ce qui s’est passé.

Comme on peut le voir dans le Donbass, les cessez-le-feu se suivent et se ressemblent, et malheureusement pas en bien… Il y a de moins en moins de différences entre avant et après nouveau cessez-le-feu.

Dans le Sud de la RPD, où nous nous sommes rendus du 28 février au 1er mars, la situation était loin d’être calme, alors que prenait fin le cessez-le-feu du Nouvel An.

Si sur d’autres points de la ligne de front, les soldats ont pu constater une évolution négative de la situation après la signature de la loi de réintégration du Donbass par Porochenko, à Sakhanka qui est l’un des points chauds, constamment bombardé, les soldats n’ont vu presque aucune différence.

Comme nous le dit l’un des soldats interrogés, il est plus facile de compter les jours où les soldats ukrainiens ne tirent pas que l’inverse. Mais malgré cela, ils pensent qu’il n’y aura pas d’offensive de la part de l’armée ukrainienne, car elle n’en serait plus capable après les chaudrons de 2014 et 2015.

Nous dormons cette nuit-là avec les soldats non loin des positions, et avons pu entendre ce que le mot « cessez-le-feu » voulait dire pour l’armée ukrainienne. Dès la nuit tombée, des salves de tir se font entendre en provenance de Chirokino (qui est sous contrôle ukrainien). Des tirs groupés, qui s’interrompent, avant de reprendre 30-45 minutes plus tard.

Le cessez-le-feu est mort, vive le cessez-le-feu…

Voir le reportage filmé à Sakhanka :

Christelle Néant pour DoniPress
Voir aussi:
Alexandre Zakhartchenko : « La stratégie de développement de la république doit être élaborée par le peuple »


Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d’information.

6 commentaires

  • Je ne me fais plus autant de soucis depuis certaines déclarations des officiels russes. Les députés, sénateurs russes ne laisseront pas faire un génocide a leur porte alors que c’est le berceau historique de la Russie qui est attaqué. Mais ils ne tirerons pas les premiers. La Russie ne commence jamais les guerres, ils les finissent.
    Donc mes amis sur place reviendront sans trop de problemes. :)

    • kalon kalon

      « La Russie ne commence jamais les guerres, elle les fini »
      Comme quoi, il ne faut pas de longues phrases pour expliquer une évidence historique !
      Bravo ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      • Il y a de petites phrases citées sur ce blog qui mériteraient d’être répertoriées. Celle-ci en fait partie, c’est certain.

        • Franchement Laurence!?
          Il faut être vigilant avec la géopolitique, tu connais la Russie?
          Les USA je n’en parle pas, tu sais.
          La Russie a été la première en Afghanistan,non? Il faut être prudent ici.
          moralité, si elle termine pas, elle observe les autres.
          Sifflote. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
          Les éleveurs Afghans semblent avoir une importance supranational, probablement une arme de chèvre.
          Evidemment, je ne parle pas de l’IRAK, l’Ibye… (crime contre l’humanité)
          On sait maintenant, qu’il n’y a de droit que pour les scélérats (supranational)!
          Une preuve: Bush ( il y en a tant d’autre)!
          @+
          Il n’y a rien à répertorier ici, pathétique!

          • En Afghanistan , c’était les soviétiques , pas les Russes qui y sont allés pour soutenir un gouvernement ami qui tentait de desislamiser le pays (droit des femmes, écoles, etc.)

            La guerre reste la guerre , c’est sale quel que soit le fautif.

            Amicalement
            https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • Cyrildu44

        Il y a les exemples avec Napoléon Bonaparte puis Hitler qui démontrent que les Russes n’avaient pas besoin de déclencher un conflit pour le gagner.

        En Afghanistan, les Russes étaient obligés d’intervenir : une fois le pays envahi, c’était la Russie la prochaine sur la cible.

        En Irak et surtout en Syrie, c’est bien la coalition occidentale qui a fait des ravages…et continue d’ailleurs à le faire.