Bruno Le Maire vivement interpellé par un syndicaliste devant l’usine de Mulhouse…

De 14.000 salariés, il en reste plus que 5000 et le massacre va continuer, avec les réformes pour rendre la France « plus compétitive ». Avec les vrais chiffres du chômage, on voit bien comment le pays va être redressé, en savonnant la descente pour aller plus vite..

« On vous paye à faire des choses, vous faites rien pour les ouvriers, écoutez pour une fois que vous en avez un en face de vous. »

PSA – Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a été vivement interpellé par la CGT ce vendredi 22 février dans l’usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) qu’il visitait, mais a assuré en réponse que le gouvernement irait « jusqu’au bout » de ses réformes, a constaté un journaliste de l’AFP.

Une dizaine de représentants CGT de l’usine automobile ont pris à parti Bruno Le Maire, l’accusant de cautionner la « destruction d’emplois » par une entreprise « obèse de fric ». « Comment se fait-il que cette entreprise continue à supprimer des emplois alors qu’elle gagne des milliards d’euros ? On ne voit pas de retour. », ont-ils lancé au ministre.

Salah Keltoumi, délégué CGT chez PSA Mulhouse, s’est emporté contre le ministre, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. « Vous savez combien on a eu d’augmentation cette année ? On a eu 19 euros. Avec 19 euros on achète combien de baguettes, vous savez combien cela coûte la baguette ? Vous savez combien coûte un ticket de bus ? Vous ne le savez pas. Vous savez que les gens ici ils touchent moins que le SMIC ?! »

« Vous êtes l’avocat de Carlos Tavarès (le président de PSA), vous êtes le copain des patrons. », a critiqué Salah Keltoumi, délégué CGT chez PSA Mulhouse. « Qu’est ce vous êtes venu faire ici ? Vous êtes venu faire des cadeaux aux patrons ? Vous passez souvent à la télé, on vous écoute souvent vous, on vous paye à faire des choses, vous faites rien pour les ouvriers, écoutez pour une fois que vous en avez un en face de vous. », lâche-t-il au ministre.

« Je suis venu ici pour garantir aux Français qu’on va garder une industrie automobile, pour garantir que le site restera ouvert. », répond Bruno Le Maire. Une répartie qui semble exaspérer le syndicaliste : « On était 14 000 on est bientôt 5000 dans l’usine ! »

Bruno Le Maire a jugé « caricaturale » cette « vision qui coule la France depuis des années ». Selon lui, elle ne traduit pas la position des salariés PSA « qui sont fiers de travailler dans cette entreprise » et saluent son « redressement après avoir failli mettre la clé sous la porte il y a cinq ans ».

L’échange devenant de plus en plus vif, Bruno Le Maire a critiqué ses interlocuteurs comme « faisant partie de ces gens qui mènent le pays à la ruine ». « Le peuple français compte plus que trois syndicalistes qui ne veulent pas discuter, c’est lui que nous écoutons », a dit Bruno Le Maire.

« Nous ne nous laisserons impressionner par personne. Nous avons reçu des Français le mandat de réaliser enfin la transformation du pays et nous irons jusqu’au bout de cette transformation. », a répété le ministre plus tard dans l’usine, dans son allocution aux dirigeants de PSA et aux élus locaux.

La CGT est le seul syndicat qui n’a pas signé l’accord de compétitivité « Nouvel élan pour la croissance » en 2016. Les autres syndicats, « représentant 80% des salariés, co-construisent l’avenir de l’entreprise », a commenté sur place Carlos Tavarès, qualifiant les organisations signataires de « réformistes ». « Seule la performance protège véritablement l’entreprise. Nos organisations syndicales signataires, réformistes, l’ont parfaitement compris. », a-t-il déclaré.

Bruno Le Maire, VRP de luxe pour le DS7

Source Aphadolie et

https://www.agoravox.fr/actualites/article/bruno-le-maire-laquais-du-capital-201868

https://www.businessbourse.com/2018/02/27/clash-bruno-maire-cgt-a-psa-mulhouse-mr-maire-y-a-reprise-reprise/

https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/23/psa-bruno-le-maire-vivement-interpelle-par-un-syndicaliste-devant-lusine-de-mulhouse-vous-etes-venu-faire-des-cadeaux-aux-patrons_a_23369450/

Voir aussi:

11 commentaires

  • Encore un article qui pourrait se nommer “PILLEUR D’état”, fomenter par la plupart de nos élus sous les injonctions du(des) deep states dénommé par lui même “le marais” !

    (voir la totalité de mon article ci-dessus.)

    Et encore je n’avais pas vu cet article de très bonne facture à mon avis..
    reseauinternational.net/la-technologie-de-pointe-de-la-france-a-un-puissant-ennemi-les-etats-unis-bloquent-la-vente-de-rafales-a-legypte/

  • Si il pense que les gens vont acheter du General Motors en lieu et place des peugeots, il reve.

  • jules vallés jules vallés

    « Nous avons reçu DES Français le mandat de »…..

    Ah tiens j’ai encore raté quelque chose, misère de misère je ne suis jamais au courant de ce que désirent les AUTRES Français!!!

  • BA

    L’Union européenne, c’est la course aux salaires les plus bas possibles.

    L’Union européenne, c’est la mort de l’industrie française, la mort des ouvriers français, la mort des commerces français.

    France : salaire minimum de 1445 euros.
    Belgique : salaire minimum de 1501 euros.

    En clair : ces deux pays voient leurs usines fermer.

    Les patrons délocalisent leurs usines vers les pays européens qui ont un salaire minimum minable.

    Pologne : salaire minimum de 387 euros.
    Hongrie : salaire minimum de 344 euros.
    République tchèque : salaire minimum de 327 euros.
    Roumanie : salaire minimum de 190 euros.

    Castorama et Brico Dépôt : licenciés, des salariés devront former … leurs remplaçants polonais.

    https://www.capital.fr/votre-carriere/castorama-et-brico-depot-licencies-des-salaries-devront-former-leurs-remplacants-polonais-1274882

    • Graine de piaf Graine de piaf

      Et les braves petits Français vont continuer à acheter dans ces magasins, l’âme sereine et le cœur en paix ! quant à moi je n’y mettrai plus les pieds !

  • engel

    …Et dire que l’on a raccourci Louis XVI, sa femme, toute la famille Romanov pour moins que cela.

    Faut dire qu’à cette époque tout décideur ou chef étaient « responsable et coupable »…, le cas échéant.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • engel

      Quand les frigos seront vides, les derniers français restants auront-ils de la mémoire?
      Là est la seule question qui les ralentissent encore….un peu.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • Graine de piaf Graine de piaf

      S’il n’y avait eu que le Roi et la Reine, mais tous ceux qui avaient le malheur d’avoir une particule et un château même délabré et en ruines y sont passés aussi. La république est née dans le sang de milliers d’innocents, elle périra de même !

  • fabienne

    J’ai travaillé dans cette usine il y a longtemps.
    Les 14 000 employés, ça date d’il y a drôlement longtemps ( + de 40 ans)A l’époque, les salaires n’étaient pas si mal, avec les avantages du CE. Bien sur, tout ça s’est certainement réduit. L’emploi industriel est surtout tué par la robotisation. Comme partout, les syndicats sont de plus en plus minoritaires et ne finissent par représenter qu’eux-même, surtout la CGT.
    Néanmoins, chapeau à ce monsieur d’avoir secoué le ministre,ça doit pas lui arriver souvent et ne peut que lui faire du bien. Il faudrait une piqure de rappel ( pas que pour M Lemaire) tous les jours.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Ce monsieur a eu du courage, mais il ne faut pas oublier que depuis des lustres les syndicats jouent double jeu avec leurs syndiqués et les différents gouvernements ! ils n’ont pas les mains blanches. Les ayant vu à l’œuvre et ayant compris leurs agissements j’ai toujours refusé de me syndiquer !

    Tout au début oui, ces gars ont fait du bon boulot, ils ont permis bien des avancées, mais depuis…. forts en gueule c’est tout ! Je n’oublie pas qu’à cause d’eux nous avons perdu le France, ce fleuron de nos mers, et aussi que bien des dockers ont perdu leur travail en même temps que les ports leur renommée. Et je ne cite que ce qui m’est resté sur le cœur !