Les vers de farine c’est bon, surtout quand c’est fait maison…

Un sujet qui va vous soulever le cœur ? Et si au lieu de viande on pensait insectes? Nous savons que beaucoup d’ethnies se nourrissent d’insectes et autres larves, mais nos habitudes alimentaires bien carrées, nous en interdisent même en pensée, la consommation. Pourtant, il se pourrait bien qu’il y ait changement de paradigme, des restaurants dédiés aux insectes ont vu le jour et gageons, que les chefs de cuisines rivalisent d’imagination pour préparer ces mets d’avenir… On peut aussi trouver des sites qui proposent la vente d’insectes comestibles. Prêts à franchir le cap? Ce n’est pas difficile.

Katharina Unger (g) et Julia Kaisinger présentent leur appareil "Ruche de table", le 7 janvier 2016 à Vienne - Dieter Nagl AFP

Katharina Unger (g) et Julia Kaisinger présentent leur appareil « Ruche de table », le 7 janvier 2016 à Vienne – Dieter Nagl AFP

Elever ses propres vers dans sa cuisine, pour les manger ensuite, qui en rêve ? Personne, sauf deux jeunes Autrichiennes qui entendent sauver la planète avec un appareil de leur invention, permettant de produire chez soi ces protéines « durables ».
Joliment baptisé «Ruche de table», l’engin laqué blanc, au design étudié, peut produire jusqu’à 500 grammes de vers de farine par semaine, destinés à être consommés frits ou réduits en farine.

Les vers sont introduits sous forme de larves dans le haut de l’appareil, où ils grandissent et se reproduisent. Une fois atteinte la taille de 3 cm, ils tombent automatiquement dans un tiroir où ils sont «récoltés».

«Vous les passez alors au congélateur et vous pouvez les consommer comme n’importe quelle autre viande, cuits, frits, en burger ou dans une sauce pour les pâtes», explique Katharina Unger, 25 ans, qui a imaginé le concept avec son associée Julia Kaisinger, 28 ans.

Une douce excentricité? Pas du tout. Les deux jeunes femmes, qui se sont installées en Chine pour y superviser la fabrication de leur produit, ont levé près de 150.000 euros par financement participatif et ont déjà prévendu 200 appareils, au prix de 459 euros.

Encouragée par la FAO, l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui y voit une contribution à la sécurité alimentaire mondiale, la consommation d’insectes est quotidiennement pratiquée par plus de 2 milliards d’humains, notamment en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud.

En Europe, les insectes étaient également appréciés durant l’Antiquité par les Romains et par les Grecs, notamment Aristote qui confia dans ses écrits raffoler de larves de cigales.

Tombée dans la confidentialité en Occident, l’entomophagie (la consommation d’insectes) gagne à nouveau du terrain en Europe et en Amérique du Nord avec quelques épiceries et restaurants branchés proposant vers séchés, crickets grillés et autres scorpions frits.

– Goût noix ou champignon –

Mais personne jusqu’à présent n’avait pensé à produire des vers comestibles dans sa propre cuisine, relève Katharina Unger.

«J’ai grandi dans une ferme où produire sa nourriture était quelque chose de normal au quotidien. Arrivée en ville, je me suis demandé comment continuer à produire des aliments sains, et de façon durable», témoigne-t-elle.

Nourris de déchets organiques, les vers de farine peuvent contribuer à réduire le volume des poubelles d’un foyer, à l’image des lombricomposteurs. Mais surtout, ils offrent une alternative très écologique à la viande, selon Katharina Unger.

«Par rapport à une quantité équivalente de boeuf, la production requiert seulement un quart de nourriture et 10% de surface», note la jeune femme, affirmant que les vers de farine contiennent autant de protéines que le boeuf, plus de vitamines B12 que les oeufs et plus de fibres que le brocoli.

Ces caractéristiques n’ont pas échappé à la FAO, qui dans un rapport publié en 2013 avait souligné «l’énorme potentiel» alimentaire représenté par les insectes, non seulement pour les humains, mais aussi, potentiellement, pour le bétail.

Reste toutefois, pour beaucoup de néophytes, à surmonter son aversion face à l’idée d’élever une masse grouillante de vers bruns et dodus… et de les manger.

«La première étape, c’est d’oublier que l’on mange un insecte. Ensuite, on se rend compte que ce n’est pas si mauvais», confie la critique gastronomique Alexandra Palla, dont le blog est très suivi en Autriche.

Verdict de l’experte, rencontrée par l’AFP lors d’une dégustation de salade grecque aux vers, de boulettes de viande aux vers et de gâteau au chocolat (et aux vers) organisée par la start-up à Vienne: le goût n’est «pas très spectaculaire» et relève de «la noix, ou du champignon».

Julia Kaisinger en est convaincue: «A l’avenir, tout le monde ou presque mangera des insectes.» D’ores et déjà, assure-t-elle, «les gens consomment un demi-kilo d’insectes par an sans le savoir, que ce soit sous forme de traces dans le chocolat, ou dans les jus de fruit».

Sans compter les aficionados de la mimolette française ou du cazu marsu sarde, fromages traditionnels farcis d’acariens pour l’un et de vers pour l’autre…
Source 20Minutes

450 €uros c’est un peu cher, il y a des moyens bien plus simples et tout aussi efficaces pour l’élevage de ces petits compagnons. Rendez vous sur le site insectes et élevage, pour en savoir d’avantage…

55 commentaires

  • verisheep

    « Les vers de farine c’est bon, surtout quand c’est fait maison »???
    Bah, le cochon et le poulet fait maison c’est pas mal non plus…
    Je vous laisse vous délecter d’asticots, chacun son truc.

    Et demain, soleil vert pour tout le monde (enfin, pour la plèbe)…

  • C’est exactement ça. Je refuse catégoriquement de marcher là dedans, les insectes c’est une mode qui lancent pour le peuple afin de palier à la future pénurie de viande, mais les plus riche pourront continuer de s’en offrir. Accepter d’en consommer c’est accepter de creuser encore un peu plus le fossé qui nous sépare.

    Orné

    • cocodesbois

      Le point culminant de la connerie … désolé pour le mot.

      « La première étape, c’est d’oublier que l’on mange un insecte »
      – Pour moi la première étape c’est de me souvenir que je ne mangeais pas de la « viande », mais des animaux et que je les aime et que je n’ai pas besoin de les tuer… chacun part d’une réflexion différente après tout.

      Le modèle ?
      « Une douce excentricité? Pas du tout. Les deux jeunes femmes, qui se sont installées en Chine pour y superviser la fabrication de leur produit, ont levé près de 150.000 euros par financement participatif et ont déjà prévendu 200 appareils, au prix de 459 euros. »
      – Mais ouais ! On a besoin de nouvelles merdes fabriquées en Chine !!! Fallait l’inventer ça … On est en plein dedans, la glorification de cet esprit d’entreprise dynamique … c’est à vomir. Mais bon, si quelqu’un est capable de « penser » qu’il fait quelque chose d’intelligent voire d’écologique en bouffant ça … grand bien lui fasse !

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif En attendant, en temps de pénurie ou pire en mode survie, je serais bien content de les avoir sous la main, nos petits amis croquants ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • polemile

    L’homme est doté d’instincts naturels dont celui de l’écoeurement face à ce qui est néfaste pour sa nourriture.
    Aujourd’hui, on veut faire outrepasser ces bas instincts sous une foule de prétexte à but commercial comme nous le montre cet article.
    J’attends la prochaine étape dans laquelle on fera un excellent repas avec une crotte dans l’assiette accompagnée d’un verre d’urine (il y en a déjà qui ont vanté les vertus de l’urine, au passage…)

    Vous pouvez observer les animaux, jamais un animal ne boira de l’alcool ou ne mangera ce qui n’est pas approprié à son espèce. Une vache ne mange pas de viande, sauf si on lui masque cette viande sous forme de farine dissimulée dans le fourrage. On a vu le résultat: maladie de la vache folle….
    Alors en mangeant des asticots, on va peut être déclencher une épidémie de maladies affreuses que chacun peut s’imaginer.

    • firebird2

      à polemile : faux à 100% va voir les vidéos d’oiseaux qui se tapent des binouzes, prends n’importe quel chien et file lui du sucre il va en bouffer plus que de raison, et pourtant ses yeux ne lui diront pas merci. Prends n’importe quel chat et file lui du lait de vache, tu verra si il ne le mange pas.
      Alors avant de sortir des âneries basées sur tes aprioris renseigne toi.

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif Pour sortir de telles conneries, t’as surement encore dû lire l’article en diagonale avec ton esprit étroit quoi ; …ou alors pour toi Aristote n’était qu’un gr0s dégueulasse d’entomophage quoi ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • rouletabille rouletabille

        Pourquoi faire de la ségrégation ?
        Tout les vers sont mangeable ,les vers de farine au top?.
        NON,les vers de terre dans les vignes sont d’une dégustation affriolante aussi.
        Mare des vers de farine,vive les vers de terre (du terroir)et les vers gavés,un foie gras de vers parfumé au gingembre au barbecue,le nec ^^^^^plus ultra ,y ajouter la truffe et une CHIMAY les gars.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • rouletabille rouletabille

        Le vers solitaire dont personne ne parle ,bon ok ,pas facile à attraper.
        Je vous donne la recette.
        .
        Vous lui présentez chaque jour une feuille de salade,et un œuf dur ok..
        Après une semaine ,vous présentez juste un œuf.
        Le vers solitaire sort et vous demande ou est la SALADE ?
        C’est la que vous lui couper la tête.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • minotor

    Les vers de farine j’en ai goûté j’en ai même fait quelques recettes, mais ça n’a pas un grand intérêt gustatif, pas plus que le grillon ou les sauterelles. Alors allez-y, surtout ne vous gênez pas, mais ce sera sans moi. Il n’y a rien actuellement qui justifie d’arrêter de manger du poulet ou du cochon pour manger des insectes, c’est simplement de la propagande. A chaque fois qu’on veut nous vendre une saloperie (la dernière en date c’était les OGM) on évoque la lutte contre « la faim dans le monde » comme si les industriels qui vont produire ça en avaient quelque chose à foutre de la faim dans le monde ? Je n’ai aucune confiance dans ce qu’on nous raconte sur le sujet, et si j’ai un conseil à vous donner c’est de n’apporter aucun crédit à des types qui sont prêts à nous faire avaler n’importe quoi, comme par exemple le fluor qui est dans le sel, et autres saletés, « pour notre bien ».

  • firebird2

    Je ne souscris pas à vos commentaires.
    déjà la notion de dégout est bien souvent culturelle. Les cultures ou les insectes sont mangés ne sont pas dégouté par cela. Si si le dégout est un signe qu’il ne faut pas manger, alors les anglais ont raison de ne pas manger d’escargots. Et j’ai raison de ne pas manger d’huitres.
    Pour en revenir aux insectes, ok, moi je n’aime pas mais objectivement c’est un bon apport de protéines.
    Sinon pour les vers de farine, moi j’en ai régulièrement dans les farines bio T 115 et plus. (oui ça les vers l’ont bien compris faut être con pour manger de la T55 qui est un produit mort vide de tout) Et si j’ai beau adorer une bonne baguette (et c’est bon pour moi si j’en juge par l’argument du dégout) cela reste un produit vide de tout intérêt nutritionnel il est donc plus qu’absurde d’en manger.
    Donc des vers j’en mange parfois car je ne fais pas toujours le tri dans la farine. Moi ça ne me rebute pas plus que les asticots dans le fromage. Mais ça c’est bien français donc ça ne rebute pas.

    Bref, propagande ou pas vos commentaires ne me semblent pas bien objectifs.

    • minotor

      @firebird, ne me fais pas rire avec l’objectivité, « objectivement c’est un bon apport de protéines ». Vraiment ? Alors d’abord de quel type de protéines s’agit-il ? Et il y en a combien de % pour 100g d’insectes ? Tu peux nous en dire un peu plus ? Toutes les protéines ne se valent pas. Tous les articles se reprennent en boucle pour raconter la même chose mais nulle part il n’y a d’informations réelles sur le sujet. C’est peut-être vrai, mais c’est peut-être du pipeau complet, comme pour le soja, qui était aussi la panacée avant qu’on découvre que c’est en fait une vraie saloperie pour la santé !

      • firebird2

        C’est vrai, difficile de savoir réellement, cela dit ceux qui en mange depuis des lustres doivent y trouver leur compte non ?
        Sur le soja tu as tout à fait raison, et le soja est aussi mangé par les chinois depuis des générations mais d’une manière bien particulière et pas en grosses quantité.

        Toujours est il que je ne vois aucune raison de rejeter en bloc l’insecte comme nourriture.
        Après, pour parler de moi j’ai considérablement réduit ma consommation de viande sous toutes ses formes et j’y trouve plus que mon compte sur ma forme et ma santé donc je ne vois pas pourquoi je me mettrais à consommer en masse des insectes, mais sur le principe je ne vois rien de choquant. à la rigueur voir une personne se boire sa canette de coca me choquerait plus.

      • minotor

        Oui ils ne mangent le soja que lacto-fermenté, la fermentation détruit ce qui est le plus nocif dans le soja. Moi non plus je ne rejette pas les insectes a priori, mais globalement j’en mangerai si je n’ai rien d’autre sous la main en cas de pénurie alimentaire (guerre par exemple), d’ici là je ne vois pas l’intérêt, étant donné que ça n’a rien d’extraordinaire, et qu’en plus ça coûte très cher !

      • firebird2

        tout à fait pour le soja je ne l’ai pas détaillé car je ne me souvenais plus du mot « lacto-fermenté » mais c’est en effet ce que j’entendais.
        Sinon j’entends tes arguments sur le gout et le prix mais l’intérêt actuel pourrait être l’impacte environnemental réduit de l’élevage » d’insecte.

  • Thierry92 Thierry92

    Alors, recette maison.
    Vous récoltez les œufs, vous les cassez sans laisser de coquilles, et vous faites une véritable omelette espagnole avec.
    Évidemment n’oubliez pas qu’il faut mettre quelques vers grillés a point, c’est a dire moelleux au centre dedans.
    Bon appétit.

  • Emy Emy

    ça sans l’arnaque, a kho lanta ils prennent le ver tout vivant ils arrachent la tête et ils gobent ça pas besoin de machine.
    l’œil de poisson ça doit être bon aussi miaam.

    les français mangent des cuisses de grenouilles c’est pas mieux déjà rien que voir la grenouille c’est yeurk.
    dégoutant.

  • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

    En ce qui me concerne je suis plutôt pour le fait de manger des insectes, sur ce qui dit manger des insectes n’exclut pas le fait de continuer à manger de la viande. Ont peut « modérément » l’ajouter à notre régime alimentaire. Vous devez bien intégrez que nutritivement parlant les insectes en général dont les vers de farines en particulier sont bien plus intéressant que la viande.

    Entendez moi bien, l’idée de s’y mettre n’a rien de stupide et c’est surtout dans la perspective d’autonomie alimentaire que l’entomophagie est intéressante, il est plus facile à un individu d’obtenir 10 g de protéine par l’élevage du ténébrion que du blanc bleu belge ! Dans notre perspective de désengagement et d’émancipation vis-à-vis de la société techno industrielle, le fait d’avoir un appoint en protéine grâce à cet élevage facile n’est pas négligeable. En plus d’un petit poulailler et d’un clapier cela peut être même vous rendre auto-suffisant en protéine !

    « La liberté signifie la maîtrise — en tant qu’individu isolé ou membre d’un groupe restreint— des questions vitales de sa propre existence : la nourriture, l’habillement, l’habitat et la défense contre toute menace éventuelle. Être libre signifie avoir du pouvoir ; non pas celui de dominer les autres, mais celui de dominer ses conditions de vie. Nous ne pouvons être libres si qui que ce soit, en particulier une grande organisation — nous dirige, quelle que soit la manière dont ce pouvoir s’exerce, avec bienveillance, indulgence ou permissivité.  » (Ted Kaczynski la société industrielle et son avenir).

    Sur ce, j’en convient que l’achat de ce kit d’élevage made-in-china à 400boules est absolument superflu ! Il est plus qu’aisé d’organiser son petit élevage de façon optimale en se passant de cet artifice. Furetez sur le net, il existe une pléthore d’articles traitant du sujet.

    • minotor

      @Niakine Yapatchef « Vous devez bien intégrez que nutritivement parlant les insectes en général dont les vers de farines en particulier sont bien plus intéressant que la viande. »
      Tiens donc ? Et d’où sortent ces infos ? Comme l’auteur vous n’avez aucune info factuelle, que des on dit qu’on répète sur tous les sites qui vendent des insectes. Nos grands-parents atteignaient aussi l’autonomie alimentaire avec des poules donc des oeufs, et des lapins. On peut revenir à ça c’est bien meilleur que les vers de farine. Ah c’est vrai il faut tuer les lapins. A choisir ce se serait vite fait, même si j’aime bien les lapins.

      • firebird2

        là on en revient au débat végétarisme/ « omnivore »
        si l’être humain est conçu pour manger régulièrement de la viande pas de soucis, dans le cas contraire …
        Pour ma part vu notre organisme et si on se compare à ce qui existe dans la nature je dirais que nous sommes frugivore, donc un régime alimentaire constitué de légumineuses de fruits et exceptionnellement de viande et insectes. Je ne vais pas re-détailler tout ce qui m’amène à cette conclusion car ça n’est pas le sujet direct, mais bon si il y a un argument de certains végétariens que je déteste c’est le : »ohh un lapin c’est trop mignon, il ne faut pas le tuer » et « tuer des animaux c’est mal ».
        Encore une fois, si l’homme n’est pas conçu pour manger de la viande pourquoi pas car tuer pour manger un être vivant alors qu’on est pas fait pour c’est négatif, mais sinon aucun problème, on ne vaut tout de même pas reprocher au lion de bouffer de la gazelle tout de même !

      • minotor

        @firebird2 si on n’était pas fait pour manger de la viande on ne pourrait pas en manger c’est aussi simple que ça. Le lion ne peut pas brouter d’herbe et la gazelle ne peut pas manger de viande.
        Certains singes sont frugivores, mais justement, nous ne sommes pas des singes que je sache.
        Pour info (j’ai déjà évoqué le sujet ailleurs) les fruits et les légumes sont pour la plupart une création humaine. Ils n’existent dans la nature qu’en version microscopique, sauf sous les tropiques. Bonne chance pour te nourrir avec des carottes sauvages et myrtilles en été, et je ne t’explique pas les problèmes digestifs que tu vas très vite rencontrer. Et les fruits (je parle pas des cultures évidemment) c’est 3 mois dans l’année, le reste du temps il n’y a rien à bouffer à part des racines (là encore bon courage) et quelques champignons.
        Mais même en Amazonie ou le climat tropical donne des fruits toute l’année, les indiens cultivent les patates douce, manioc etc. Ils chassent, ils pêchent et mangent aussi des fruits.
        Tout ce que je viens de dire implique que nous n’avons jamais été frugivores, nulle part, car notre existence aurait été trop précaire.

        Nulle part sur terre n’existe de frugivores humains dans les cultures anciennes. Il est donc très peu probable que ce soit une bonne idée de penser qu’on peut survivre longtemps avec un tel régime.
        Maintenant je n’obligerai surtout personne à manger quoi que ce soit ! Personnellement je suis en pleine forme et j’ai bien l’intention de continuer comme ça.

      • firebird2

        J’attendais cet argument, mieux étayé que souvent je dois dire. Mais dire « si on n’était pas fait pour manger de la viande on ne pourrait pas en manger » n’est pas logique, car tu peux physiquement manger des excréments (exemple extrême mais c’est voulu) mais bon à la longue ta santé…

        « Le lion ne peut pas brouter d’herbe » ,mais les chats (autre félin) en ingère pour se purger (c’est un peu différent)

        « Certains singes sont frugivores, mais justement, nous ne sommes pas des singes que je sache. » du point de vu de notre corps et de notre système digestif nous sommes bien plus proche d’eux que des omnivores (qui sont très rares), même rapport de longueur du système digestif, même main préhensiles sans griffes ou presque, système dentaire très proche excepté les canines souvent plus longues,etc. Les omnivores comme les ours on un système digestif plus court pour que la viande soit plus vite digérée et sortie du corps, de longues griffes pour chasser, une mâchoire adaptée.
        Tes dents sont plus adaptées à arracher des morceaux de viande d’un lapin fraichement tués ou pour croquer dans une pomme ?
        Le reste de tes arguments me semble malgré tout valable, on parle de chasseur/ Cueilleur pour les « primitifs » Mais cet étrange tout de même de se dire que l’homme s’il ne cultive ou ne chasse pas n’aura rien à bouffer alors que les frugivores trouvent ce dont ils ont besoin et ne se nourrissent de protéines animales qu’en cas de disette ou comme « dessert » de manière ponctuelle.
        Je croix qu’on oublie aussi que des centaines de variété de fruits, racines et légumineuses, ont été oubliées, détruites et que la population de l’époque était considérablement moindre, donc il ne faut pas comparer ce que l’on peut trouver dans nos forêts aujourd’hui et ce qui était disponible avant l’agriculture.

        « Nulle part sur terre n’existe de frugivores humains dans les cultures anciennes. Il est donc très peu probable que ce soit une bonne idée de penser qu’on peut survivre longtemps avec un tel régime. »
        Je pense que les 300 millions de végétariens indiens qui ont moins de cancer que nous et qui vivent ainsi depuis des millénaires ne seront pas d’accord avec toi. D’ailleurs végétariens est plus extrême que frugivore car il élimine de facto toute protéine animale alors que les frugivores l’intègrent mais pas comme ressource principale. Et la consommation effrénée de viande actuelle est très récente dans l’histoire de l’humanité, à part dans les milieux ou l’homme ne devrait peut être pas vivre finalement.

      • minotor

        @firebird il se trouve que ce n’est pas la première fois que j’ai ce genre de débat donc merci déjà de ne pas jouer sur les mots : non les lions ne broutent pas d’herbe, non les gazelles ne mangent pas de viande.
        Nous sommes bien nous, des omnivores, comme certains singes, contrairement à ce que vous dites. Les singes sont très divers, les gorilles sont exclusivement végétariens, ce qui n’est pas du tout le cas des chimpanzés, qui ne se contentent pas de quelques larves de termites en plus des fruits sauvages, mais chassent les colobes, qui sont de petits singes arboricoles, et les tuent pour ensuite les manger. C’est donc un peu plus qu’un dessert. Donc comment on appelle ça ? Omnivore.
        Ensuite contrairement à ce que vous pensez, tous les fruits et légumes intéressants ont été conservés, cultivés, développés. Les fruits et légumes qu’on ne mange plus sont ceux qui étaient les moins intéressants. On en a donc au contraire beaucoup plus aujourd’hui qu’il y a 10 000 ans, infiniment plus.

        « Tes dents sont plus adaptées à arracher des morceaux de viande d’un lapin fraîchement tués ou pour croquer dans une pomme ? » j’ai déjà répondu à cette question précédemment : c’est l’homme qui a inventé la pomme, dans la nature elle n’existe pas telle qu’on la connaît. Alors explique-moi comment on peut être faits pour manger des pommes ? L’homme a aussi inventé la cuisson, ce qui est plus pratique pour manger le lapin.

        On pourrait développer mais ça fait déjà beaucoup. Je terminerai sur les Indiens, enfin plus exactement les Jaïnistes, qui sont une secte indienne strictement végétarienne. C’est par caprice religieux et non pas par des considérations nutritionnelles qu’ils sont végétariens stricts. ils sont en tout 10 millions dans le monde, et donc sûrement pas 300 millions en Inde. Par ailleurs je connaissais une ancienne étudiante qui avait passé un an là-bas et qui avait voulu naïvement faire pareil, elle est revenue avec 10kg de moins (la peau sur les os) et une sévère dépression dont elle ne s’était pas remise un an plus tard. Donc faites comme il vous plaira, encore une fois mais qu’on ne vienne pas me dire que ce sont là choses normales, évidentes et bonnes pour la santé.

      • firebird2

        Votre conclusion sur les indiens indiquerait que une personne qui ne serait pas de cette tribu et adopterait un régime végétarien deviendrait un squelette sur patte, il y a pleins de végétariens qui s’en sortent très bien sans compléments alimentaires. Après je n’ai jamais dit que les indiens le faisaient pour des raisons diététiques et je ne suis effectivement pas d’accord sur les raisons qui les poussent à être végétarien, même si cela part d’un bon sentiment. Et pourquoi dire secte on sait bien qu’utiliser ce mot à une connotation péjorative.
        Et encore une fois je ne prône pas un régime strictement végétarien.
        Je ne joue pas sur les mots avec le lion je précise simplement.
        Pour le lapin, ah oui alors on faisait comment avant la cuisson ? Cuisson qui n’a absolument rien de naturel d’ailleurs et qui pose également des soucis divers d’apports nutritionnels, et de maladies potentielles (grillé).
        Et tu joue sur les mots avec la pomme, la pomme était une image pour parler des légumes et fruits qu’ils aient ou non la forme actuelle.

        Pour les chimpanzés :
        « Le régime alimentaire des chimpanzés se compose principalement de fruits, mais ils mangent aussi des feuilles et des bourgeons de feuilles, et le reste de leur régime consiste en un mélange de graines, de fleurs, de tiges, de moelle, d’écorce, et de résine (Goodall 1986). Les chimpanzés sont des frugivores hautement spécialisés et sur tous les sites de recherche, ils mangent préférentiellement des fruit, même quand ces derniers ne sont pas abondants. Ils complètent leur régime principalement végétarien avec des insectes, des oiseaux, des œufs d’oiseau, du miel, de la terre, et des petits mammifères, y compris d’autres primates (Goodall 1986; Boesch et Boesch-Achermann 1989; Isabirye-Basuta 1989) »

        Je pense que Goodall sait mieux que toi ce qu’ils mangent.

        Et on a plus aujourd’hui en quantité mais pas en diversité

      • minotor

        @Firebird2 tiens regarde cette vidéo on y voit un chimpanzé tuant un singe colobe, httpxxs://www.youtube.com/watch?v=g_g-aywmB3E c’est pourquoi faire d’après toi ? Au hasard tu as aussi un documentaire d’Arte sur les chimpanzés à la chasse : http://future.arte.tv/fr/les-chimpanzes-et-la-chasse . Les sources dont tu parles viennent d’une époque où on racontait beaucoup de choses sur les singes, jusqu’à ce que des gens viennent les étudier de près et on s’est rendu compte que c’étaient des conneries. Il ne suffit pas de lire 3 lignes dans wikipedia pour pouvoir argumenter ! Ca fait des années que je m’intéresse au sujet et il ne faut pas venir me raconter n’importe quoi.
        Pour les pommes c’est pareil : je le redis pour la troisième fois les fruits et légumes sont une invention humaine, à part les fruits tropicaux, donc dire que l’être humain a pu être frugivore à l’origine est stupide car nous serions morts de faim. Et nos plus proches « cousins » sont les chimpanzés qui eux-mêmes ne sont pas frugivores, mais omnivores, ce qui est bien plus malin parce que ça permet de manger tout ce qu’on trouve et donc d’avoir plus de chances de survivre.
        En cherchant un peu sur le web tu trouveras de nombreux repentis du végétalisme, et ils expliquent à quel point ce régime a peu être mauvais pour eux et pour leur santé. Il est vrai que le végétarisme est moins ultime que le végétalisme, mais pour moi c’est dangereux de laisser aller les gens sur cette voie sans qu’ils soient prévenus de la réalité des choses. Après chacun fait ce qu’il veut mais on ne peut pas raconter n’importe quoi.
        J’ai d’ailleurs oublié de dire que mon propre frère, qui est végétalien, a dû être hospitalisé car il avait contracté une macrocytose à cause d’une carence en vitamine B12. Sans cette intervention de la médecine il serait mort. Car il n’y a pas de vitamine B12 dans les végétaux, seuls les animaux naturellement herbivores sont capables de la produire à partir de bactéries qui sont dans leur système digestif. Alors comment les carnivores font-ils pour obtenir de la vitamine B12 ? Ils mangent des herbivores (tu noteras que l’on ne mange que les animaux herbivores ou granivores, mais pas les carnassiers).
        C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles il est évident que nous avons besoin de viande, nous ne produisons pas de vitamine B12. CQFD. Et les végétaliens prennent des supplémentations en vitamines B12 mais ils ne s’en vantent pas !

      • firebird2

        Mais où as tu lu que je prônais le végétalisme ? Je pense comme toi que c’est une erreur. D’ailleurs comme tu le dis le végétarisme que je ne défend pas non plus est moins extrême, et le frugivorisme l’est encore moins.
        Donc le sujet sur le B12 n’a pas lieu d’être puisque je ne défend pas cela.
        J’espère donc que tu me lira mieux pour ne pas me prêter des idées que je n’ai pas.

        La différence principale tient au fait que la viande n’est pas la source principale de nourriture mais secondaire. Donc je n’ai aucun problème à manger de la viande, je pense simplement que l’on devrait en manger considérablement moins que la moyenne actuelle. Et cette réflexion est autant valable pour des raisons de santé que des raisons écologiques.

        Et pour le régime alimentaire des chimpanzés, j’en suis désolé mais tu as encore tord, et ma source n’était pas wikipédia mais la National Primate research center de l’université du wisconsin.
        Tu admettra qu’il y a pire comme source

        Et pour enfoncer le clou, voici une étude sur leur régime alimentaire :
        http://www.csrs.ch/Africa2013/PDF/113_Gone_Bi_Zoro.pdf

        Et je ne trouve aucune source allant dans le sens que les chimpanzés mangent beaucoup de viande.

      • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

        « Le régime de presque tout les primates consiste en un premier lieu, en Insectes et leurs larves, Arraignées, Oiseaux, Lézards et autres animaux. »
        Vous trouverez nombres d’informations et d’autres sur l’alimentation naturelle des primates et de nos plus proches cousins dans l’ouvrage de référence (on ne plus est) suivant : « Les Primates  » d’Adolphe H. Schultz . L’humanité, dans sa primatitude, n’échappe pas à la règle, en Afrique, Asie et Amérique la consommation d’insectes est courante et contribue pour une bonne part à l’apport en protéine journalier notamment des enfants. Ceci , je l’ai constaté moi même ayant séjourné plusieurs années dans différents pays.
        Quant aux enquêtes nutritives sur l’entomophagie et les études comparatives (Insectes/Viande animale) la FAO a publié de très nombreux articles sur le sujet. Vous pouvez les consulter en français sur leur site internet http://www.fao.org. .

        Sur ce, vous pouvez très bien vous passer des insectes dans votre alimentation, cela vous regarde après tout !

        Cela dit, en ce qui me concerne, je trouve que c’est une alternative intéressante et j’envisage très sérieusement de tout doucement l’intégrer dans les habitudes alimentaires de ma famille. Ne vous déplaise, ainsi qu’aux réactionnaires intolérants de tout poils. On fait son lit comme on se couche non ?
        Mes principales motivations sont environnementales et autonomistes.

        Notez pour terminer, que j’adore le lapin à la Chimay, que je mange mes propres poules et que les seuls interdits que je m’impose en matière d’assassinat concernent uniquement les femelles et les petits des espèces hominoïdes…

      • minotor

        Comme vous dites, « cela vous regarde après tout » ! Chacun voit midi en effet midi à sa porte, les singes, nos « cousins », s’épouillent et mangent ensuite ces délicates friandises (très nutritives) que sont les poux et autres parasites, mais nous ne sommes pas des singes que je sache, et tant que j’aurai le choix je préférerai une bonne tranche de saucisson à une cuiller de punaises d’eau ou de larves quelconques. Mais bien sûr ces choix réactionnaires et intolérants n’engagent que moi !
        Au moins je sais de quoi je parle puisque j’en ai déjà mangé différentes sortes, et comme je le disais au début ça n’a (quasiment) aucun intérêt gustatif, à part sans doute les vers d’agave mexicains qui sont paraît-il délicieux mais introuvables.
        Vous me faites rire quand vous dites que vous pensez en introduire dans le menu de votre famille, je ne pense pas que vous soyez sérieux. Essayez, juste pour voir, de dire à votre femme et à vos enfants qu’ils vont manger de délicieux vers de farine ce soir, et on en reparlera. Je peux même vous proposer une recette de mon propre site : http://www.cuisine-pied-noir.com/recette/salade-de-concombres-aux-grillons-et-vers-de-farine/
        Je pense qu’il sera bien temps de manger des sauterelles quand on n’aura rien d’autre à manger, car c’est bien ce que font les gens dans les pays du tiers-monde. S’ils avaient autre chose à manger croyez-bien qu’ils seraient heureux de s’en passer. Pour info nous avons adopté notre fille en Ethiopie, et elle en a mangé des sautelles quand elle était là-bas. Le croirez-vous ? Ca ne lui manque pas, et pour rien au monde elle n’en remangerait aujourd’hui.
        Merci pour les liens, malheureusement la FAO est également pour l’utilisation massives des OGM pour le bien de l’humanité, (et contre la faim dans le monde évidemment) ce qui de mon point de vue relativise beaucoup la crédibilité de ce qu’ils peuvent raconter par ailleurs.

      • firebird2

        L’argument gustatif que je peux aisément comprendre, ne se pose pas quand il est question de ce qui est nécessaire au corps pour bien fonctionner. J’adore le mcdo pourtant c’est de la merde au dernier degré, je pense que tu ne me contredira pas sur ce point, et ce que nous aimons gustative-ment n’est malheureusement pas souvent ce qui est bon pour nous. Le bon gras de charcuterie, des frites du fromage, plein de sel pour relever le gout etc. Non dire que ce qui est gustative-ment bon est bon pour la santé est une hérésie.
        Et ce que l’on trouve bon est purement culturel. Par exemple les indiens qui mangent hyper pimentés moi qui aime bien les plats relevés je pourrais vomir (et je l’ai déjà fait) certains des plats dont ils raffolent et c’est valables partout dans le monde. Il n’y a que la mondialisation qui a une tendance à lisser les gouts des gens.

      • minotor

        firebird, ah désolé, on ne sera pas d’accord non plus là-dessus ! Et ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit ! IL y a évidemment une dimension culturelle dans ce qu’on aime ou pas, mais personnellement je n’aime pas les macdo, ni rien de ce qui se vend dans ce genre de magasins, c’est proprement infect.
        On aime bien ce qui est bien préparé, c’est surtout ça le truc, et c’est en mangeant des choses variées que notre corps apprend par lui-même à trouver un équilibre et à demander ce dont il a besoin. Evidemment quand on mange de la nourriture industrielle depuis l’enfance et qu’on n’a rien connu d’autre, le goût et le corps sont déformés et ça ne donne rien de bon…

      • firebird2

        quand je disais « tu ne me contredira pas sur ce point » je faisais référence à « c’est de la merde au dernier degré » et pas à l’aspect gustatif, je comprends aisément que l’on aime pas le gout du mc do.
        Pour ma part j’aime le gout du mcdo, mais je mange essentiellement du bio non modifié cad, pas de produits bio transformés et donc je suis obligé de préparer les plats. Je sais donc faire la différence, mais peut importe le corps à une prédisposition à aimer ce dont il a besoin en quantité et il ne s’auto limite pas, il est naturellement attiré par le sucre, et le gras. On peut très bien manger bio et préparé et être obèse. Perso je mangerais bien de la choucroute bio à tous les repas, tout comme de bon gâteaux avec de la farine, du lait du beurre bien bio.

      • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

        Je vais sans doute vous étonner mais l’homo sapiens est bel et bien une espèce de singe à part entière, donc vous y compris. Ce n’est pas moi qui le dit mais Pascal Picq, paléoanthropologue maître de conférence au Collège de France…. https://
        http://www.youtube.com/watch?v=WwALB_hMZ_g
        Pour le reste, je vais clore le débat,car en ce qui me concerne, je n’ai rien de plus à rajouter.

      • minotor

        Chacun est libre de penser ce qu’il veut et de choisir ses références ! Bonne soirée.

      • rouletabille rouletabille

        Merci MINOTOR.
        Reste vers tu heu ,tu as raison je pense,tu exposes amicalement une forme de consommation sans complexe.
        Félicitation
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • rouletabille rouletabille

        Une fois mort et enterré ce sont les vers qui nous bouffent ,une revanche?
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • rouletabille rouletabille

        En plus ,ils se bouffent eux même vus qu’on les a bouffer avant eux,en fait ,ils se font roulés dans la farine.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • boco

        juste du recyclage !

        you trust god
        I trust worms
        ;-)

      • rouletabille rouletabille

        Cool cher BOCO,tout les vers sont serviables et honnêtes dans la pâtisserie aux vers vivants ,un Javanais svp,avec des vers? oui,de préférence,ils sont frais (qui le javanais ou les vers ?)
        Ca rapporte le trill ?perso ,je suis neutre et n’ai pas d’aprioris ,t’est un chouette BOCO comme ton clone GRIS,vouis faites une équipe super sympa .
        bisous
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

      • boco

        Un vrai trill développe ses arguments, étoffe avec des liens, etc… Il doit être crédible !
        Moi, je vais juste à l’essentiel ! J’ai horreur des long discours inutiles, des videos sans fin !

        you trust god
        I trust worms

        Pour moi c’est clair et suffisant !

        On pourrait penser que toi aussi tu en es un, mais tu vas aussi vers l’essentiel, une Chimay à la main !

        A la tienne RTB !

  • Je ne pense pas qu’on sois obliger d’aborder le débat végane ou omnivore pour se départager sur le fait de manger des insectes ou pas. Le principale soucis ici est le manque criant d’étude sur le sujet. Déjà que justement il est très difficile de trancher sur quel régime convient le mieux à l’homme avec moult étude sur les deux grands régimes entendre végane et omnivore donc, sans encore devoir compliquer les choses…Eh puis pour moi il y a aussi une question d’étique et aussi il est vrai de culture. Ils existent effectivement des tributs qui en consomme, mais très peu on ne peux pas vraiment parler d’un régime baser principalement sur sa consommation. Or ici on voudrait vraiment nous emmener tout doucement sur se terrain, pour justement limité la consommation de viande mondiale pour qu’ils puissent en rester suffisamment pour une élite dominante.

    Il y a aussi un gros soucis d’apport nutritif, Les gens sont déjà assez larguer en diététique sans encore leur compliquer la tache. Une protéine se doit d’être complète, sa chaîne est formée de différentes acides aminé dite essentielle ou non essentielle, dont notre organisme est capable d’en fabriquer donc.. Et on a pas de renseignement fiable là dessus. Je le sais en tant que nutritionniste je me suis penchée sur la question. J e ne conseil pas la consommation d’insecte à mes clients.

    Pour le soja, l’ennui est leur provenance essentiellement, car 80% sont issue des culture d’OGM surtout dans les produits transformé à base de soja, mais pas que.. Sinon sa transformation en œstrogène pour l’homme a fini par être démontrer comme étant faux. Le soja bio peut donc être consommer sans aucun problème.

    Sur la question quel est le véritable régime pour l’homme, je répondrait simplement qu’il peut s’adapter aussi bien à un régime omnivore que végane. L’homme durant les millénaires à pu vivre sans soucis en étant végane à certaines époques ou lieux différents sur la planète

    Akasha.

    • firebird2

      Ce qui me semble fou c’est qu’on ait besoin d’étude pour savoir ce que l’on peu ou ne peut pas manger. C’est terrible d’avoir perdu ce que la grande masse des animaux a conservé c’est l’instinct de savoir ce qu’ils peuvent et doivent manger (exceptions faire des animaux cités plus hauts par moi même).
      Je suis intéressé par une source concernant le soja et l’oestrogène car je mange très peu de soja, mais il est bio et français. Mais malgré tout j’aurais bien voulu savoir si c’était vraiment nocif ou pas.

      Pour en revenir aux insectes, en Thaïlande j’en ai vu pas mal et sur des marchés locaux, pas des attrapes touristes, donc je suis loin de penser que leur régime alimentaire se base là dessus, mais la consommation régulière dans les petites villes et campagnes me semble actée. et il ne semble pas que ce soit pour eux un palliatif à la viande trop cher mais qu’ils peuvent en acheter comme nous on pourrait hésiter entre du poulet et un steak. Je n’ai pas de chiffres, mais juste une estimation sur ce que j’ai pu voir et de ce qu’une jeune fille m’a dit la bas.

  • Oui on a constaté la même chose au Vietnam l’été dernier. Là bas cela rejoint ce que je disais plus haut ils en consomment un peu comme encas ou accompagnement de plat.

    Sujet aux études, vu que ce n’est pas dans notre culture d’en consommer et de plus de la façon dont ils voudraient nous emmener sur sa consommation je pense que oui une étude sérieuse ne serait pas superflu.

    Pour le soja, c’est vraiment compliquer d’avoir une réponse définitive au vue ici (et ses contradictoire), le nombre impressionnant d’étude qui s’infirmes ou se confirmes les une et les autres. Donc ici cela rejoint un peu ce que tu dis, c’est en testant et voir comment on le digère t qu’on se sent en le consomment. Mais en faisant bien attention à ça provenance. Encore une fois ici dans certaines autres cultures que la notre ils en mangent depuis des siècles sans aucun soucis.

    Akasha.

  • Brebis Galeuse

    459 € c’est bien cher! C’est si facile à élever ces petites bêtes, pas besoin d’un truc comme ça.
    http://autrement-mieux.forumactif.org/t319-elevage-de-vers-de-farine-ou-tenebrions-tenebrio-molitor
    J’avoue que j’aurais du mal à en manger mais c’est un super complément alimentaire pour les poules qui les transforment en bon oeufs.

    • minotor

      Ca par contre c’est un excellent argument, je n’y avais pas pensé !

      • Brebis Galeuse

        Oui il ne faut pas oublier que les poules sont omnivores et que si elles n’ont pas assez d’espace pour trouver suffisamment de protéines animales, il faut leur en donner.
        Que mangent-elles d’origine animale dans la nature? Une souris si l’occasion se présente (elles les chassent très bien, je l’ai vu), une charogne éventuelle (de la viande très « avancée » ne les rebute pas) et, principalement, des insectes.
        Donc, je leur donne un petit peu de viande hachée de temps en temps (des restes du chien) et chaque jour des vers de farine.
        L’appareil présenté est beaucoup trop cher et, pas du tout low-tech (je cite : « The hive has a controlled micro climate » source : http://www.dezeen.com/2015/11/10/katharina-ungers-livin-farm-edible-insects-mealworms-home-grown/).
        Mais pourquoi ne pas s’en inspirer pour améliorer son système d’élevage?
        Je planche donc sur la question et, lorsque j’aurai trouvé des améliorations, j’en ferai part dans l’article de forum que j’ai mis en lien mais, patience, cela peut prendre beaucoup de temps.

      • minotor

        Excellent, je regarderai ça avec attention ! Je me demandais si ce ne serait pas une piste intéressante également pour nourrir d’autres animaux ! Le ver de farine à tout prendre est certainement plus sain que la croquette pour chien ou chat ! Ce serait également une bonne source d’alimentation pour un élevage de poissons…

      • firebird2

        Oui probablement, mais il faudrait aussi mettre un terme à l’agriculture industrielle actuelle qui détruit les sols et sa bio masse, notamment les vers de terre dont les poules raffolent.
        J’avais essayé de leur donner du poisson chat (que je pêchais et qui est considéré comme nuisible, il est donc interdit de les remettre à l’eau), elles aiment aussi, mais j’ai arrêté de leur en donner car aussi fou que cela puisse paraitre ça donnait un gout aux œufs.

  • Voilà un composant alimentaire qui ne me tente pas. Culturellement, c’est sûr. Pourtant, j’en ai bien aussi dans quelques paquets de produits bio, si toutefois ce sont bien ces vers qui donnent les mites ? Je ne sais pas.
    Maintenant… en économie de guerre, il pourrait en être autrement.

    Pour ce qui est de la nature, elle offre plein de plantes sauvages, dont l’ortie si riche en protéines. Pour remplir un estomac affamé, je ne sais pas, mais pour avoir tous les composants dont le corps a besoin, je pense que c’est suffisant.
    La nature a juste une petite baisse de régime en cette saison car le froid est vraiment arrivé maintenant.