Vous pouvez faire émerger d’autres possibles…

Un billet qui a un an, mais que je trouve très actuel, aussi pourquoi ne pas y réfléchir?

ecologie_PIl ne suffit pas d’observer avec impatience et agacement les tergiversations d’une élite politique aux abois. Il ne suffit pas de regarder le journal de 20h en râlant contre les injustices de ce monde. Il ne suffit pas de mettre un bulletin de vote dans l’urne. Il ne suffit pas de manifester sa colère. Non, cela ne peut décidément pas suffire.

La multiplication des grands projets inutiles et de la violence policière associée m’indigne tout particulièrement et je soutiens les zadistes, qu’il s’agisse de Notre-Dame-Des-Landes, du Testet et d’ailleurs. Mais si l’insatisfaction et l’indignation sont des sentiments nécessaires, ils ne sont pas suffisants.  Il est généralement plus « facile » de contester, que de proposer et construire. On le voit bien avec le gouvernement actuel, dont l’incapacité à proposer un projet pour notre pays le conduit à montrer sa détermination dans la destruction de l’autre, s’impliquant, dès que possible, dans un conflit armé.

Le gouvernement sort les armes pour donner l’impression qu’il maîtrise encore quelque chose, mais nous, citoyens, quel est notre rôle pendant ce temps ? Devons-nous attendre 2017 et l’élection d’un sauveur pour réfléchir à notre avenir ?

La transition, remède contre la morosité

Des dizaines de milliers de personnes en France, ont désormais dépassé leur colère et décidé de passer à l’action, de proposer des alternatives dont les gouvernants ignorent tout, car ces nouveaux possibles sont intimement liés à l’histoire de chaque territoire, à ses habitants, à sa culture, à son milieu naturel, à son activité économique.

Le changement est long et lent, alors si vous n’avez pas encore fait ce pas de côté, si vous n’avez pas encore appuyé sur « pause » pour réfléchir au sens de votre vie et de vos interactions avec voisins et familles, n’attendez pas plus longtemps.

Certes, il est terriblement frustrant de constater les échecs de ceux qui sont sensés nous représenter, mais il n’en est que plus excitant de choisir l’émancipation et de reprendre en main sa propre vie, de refaire société avec les habitants de son quartier ou de son village.

 

Ma transition, lente mais déterminée

Je peux décrire ici mon propre cheminement personnel (après tout, c’est mon blog !) pour montrer que, même si cela prend du temps, la transition n’est pas une utopie.

2002: salarié dans l’aéronautique, je prends conscience des grands enjeux de l’environnement

2003: découverte du pic pétrolier et premier acte de rébellion (pas bien!). Je mets de l’huile de friture usagée pour remplacer le gazole dans le réservoir de ma voiture, ce qui est interdit, mais évite à l’époque que l’huile soit jetée dans le caniveau, limite ma consommation de pétrole (beurk) et réduit mon budget carburant (youpi).

2006: je travaille aux essais en vol pour l’A380 mais je me rends bien compte que tout cela ne va pas durer et qu’il vaut mieux changer de carrière. Je décide de reprendre les études et de devenir ingénieur des Mines, spécialisé dans l’énergie. A l’époque, je fais mes courses au supermarché, je ne fais presque pas de vélo et j’ai une télé à la maison.

2009: je suis ingénieur, je passe plusieurs mois dans un éco-village du Québec qui sera un véritable catalyseur, je regarde des heures de vidéos de J.M. Jancovici et Pierre Rabhi (beau mélange non ?), je découvre le mouvement des villes en transition et la notion de résilience m’apparaît comme essentielle.

2010: première conférence au Québec, puis je reviens en France où je quitte définitivement l’aéronautique. En même temps que je bosse dans le photovoltaïque, je crée la conférence « un avenir sans pétrole? » avec l’objectif de lancer la transition sur Orléans. En fait, il ne s’est rien passé à Orléans … mais j’ai présenté cette conférence 120 fois dans toute la France ! 2010 est aussi l’année de la création de ce blog et le début de la co-écriture d’un livre.

2012: Yves Cochet, Député Européen me confie la réalisation du rapport « L’Europe face au pic pétrolier » que je présente devant le Parlement. Chez moi, à Châteauneuf sur Loire, la municipalité m’invite à faire une conférence devant des citoyens et ce sera le début d’un mouvement local de transition. Je commence à en avoir marre de faire mes courses au supermarché et j’ai toujours une télé que je ne regarde presque plus.

2014: Deuxième étude commandée par Yves Cochet pour le Parlement Européen, sur la résilience territoriale. Je travaille sur le scénario Virage Energie pour la Région Centre (0 fossile et 0 nucléaire en 2050) et je co-écrit un livre depuis 3 ans (il est temps que ça se termine). Je ne mets quasiment plus les pieds au supermarché, je n’ai plus de télé, je suis membre d’une AMAP et de l’Institut Momentum, j’ai planté une forêt comestible, installé un chauffe-eau solaire et isolé ma maison, je fais presque tous mes trajets à vélo et en train, je commence le potager, j’apprends les techniques de conservation des aliments, je me soigne avec des plantes, je m’implique dans les incroyables comestibles, mon compte bancaire est à la NEF, mon électricité est fournie par Enercoop.

Il a donc fallut 12 ans pour enfin me sentir dans une certaine cohérence entre mes idées et mon mode de vie.

Alors, je participe avec enthousiasme à l’organisation de cette formidable journée de la transition citoyenne ! Car c’est l’occasion de montrer à tous le plaisir que l’on peut ressentir à prendre les choses en main, ensemble, dans la convivialité, le respect et l’intelligence collective.

Journée de la transition citoyenne à Châteauneuf-sur-Loire

Voilà trois ans maintenant que la transition est en marche dans notre petite ville de 8000 habitants, à 30km d’Orléans dans le Loiret. Trois années de sensibilisation, d’actions, de créations autour de thèmes aussi variés que l’alimentation, les transports, la santé, l’habitat, l’énergie, etc.

Benoît Thévard

Source: Avenir-sans-Pétrole via Les-Brins-d’Herbe

6 commentaires

  • .article35.

    Bonjour à tous.
    Comme tous ceux qui ont regardé cette vidéo, je ne peux qu’être d’accord avec les personnes qui se sont exprimées . Ils vont dans le bon sens , celui de la logique du respect et de la vie .
    Mais ce qui me chagrine c’est que pour lutter contre ce qui nous menace , la bonne volonté ne suffira malheureusement pas . Vouloir changer son monde , vouloir sortir du système, s’émanciper et vivre selon sa vision des choses quand justement tout est fait pour uniformiser , regrouper, centraliser , dominer c’est se mettre en travers du plan mondial . Je les admire pour le choix qu’ils ont fait et qu’ils mettent en pratique. Mais je crois qu’ils ont sous estimé l’ennemi . Lutter contre un adversaire qui n’a ni foi,ni loi ,ni morale , ni état d’âme, ni compassion ça demande de s’adapter : de sortir du mode bisounours .
    Quand un hélico viendra pulvériser quelques bidons de roundup sur leurs cultures et que des robocops viendront les expulser de leur paradis pour le remplacer par un X° aéroport ou grande surface , sauront-ils réagir à ça? Je ne veux pas jouer à l’oiseau de mauvaise augure , mais il faut regarder les choses en face, nous ne sommes pas dans un combat à armes égales et je pense qu’ici beaucoup ont une vague idée de ce qui se prépare . Idée qui doit d’ailleurs s’affiner au fil des infos de ces derniers jours, état d’urgence oblige. N’en déplaise à GROS qui verra surement des motifs de rester optimiste http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif je trouve l’avenir bien sombre. Vouloir ériger une société de substitution à l’intérieur même d’un système en place ça demande de penser à protéger cette nouvelle société . Et il est difficile de protéger des zones éparses et de petites tailles. Alors à ceux qui ne vont pas manquer de me demander ce que je préconise , voilà un début d’idée. A mon avis la première chose à faire est de regrouper les initiatives de ce style dans le même secteur géographique , en somme de créer une « réserve » volontaire , dans laquelle on mettrait en pratique ce qui est énoncé dans l’article. Cette réserve devrait être établie loin des centres urbains pour ne pas susciter la convoitise immédiate des grands groupes prédateurs . Et surtout cette nouvelle société devrait s’inspirer de la Suisse en ce qui concerne sa propre défense . Si le nombre de personne devient assez important , alors cette région rebelle pourrait revendiquer le statut de région autonome et se soustraire en partie au pouvoir officiel (pour commencer) . Je sais , je sais, je suis un grand rêveur http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif
    mais j’ai même un nom, on pourrait l’appeler « la nouvelle Gergovie ».

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif article35, j’ai la même crainte que toi depuis longtemps! …y’aucune chance qu’ils nous laissent faire bien longtemps effectivement http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif, c’est bien des gens se réveillent et commencent à agir dans le bon sens ; …mais les enfoirés préfèreront déclencher la guerre ou organiser le chaos plutôt que de laisser notre résilience ré-évolutive prendre le dessus sur leur « ordure mondiale » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif …ça c’est une certitude !

      • Nez

        Je suis d’accord avec vous, mais même s’ils ont des machines ultra-performantes, l’humain est toujours le maillon obligatoire pour exécuter leurs ordres …
        Leur monde va droit dans un mur d’asservissement, alors à chacun de faire ses choix. J’avais compris que les différentes force de l’ordre elles aussi commençaient à comprendre le système pervers car ce sont leurs enfants qui en pâtiront. Je crois qu’avec les derniers attentats à Paris, beaucoup de parisiens sont eux aussi en train de cheminer, car ce sont leurs enfants ou les amis de leurs enfants qui sont morts. Et il n’y a rien de pire que de tuer indirectement ses propres enfants par sa propre lâcheté.

        Le principal est d’aller vers le dévoilement des mensonges, des rouages de l’asservissement programmé, pour que chacun fasse son propre chemin.
        Nous avons conscience qu’ils ont une longueur d’avance, mais nous avons conscience aussi que la prise de conscience est inexorable dans tous les domaines, qu’elle prend du temps, mais qu’elle est du niveau d’une véritable re-humanisation de notre société. Ce changement mental ne pourra être arrêté. Il pourra y avoir toutes les tortures possibles, ils ont besoin de nous pour survivre. Allez en Nouvelle-Zélande ne les protégeraient même pas !
        Chaque jour, chacun fait une part de colibris dans des domaines les plus divers. Ils déclencheront le chaos tant qu’ils le pourront, mais si nous avons changé, les conséquences ne seront pas les mêmes, car avec la solidarité, une certaine bienveillance envers l’autre et tout ce qui nous entoure, nous retournerons les armes contre ceux qui les lancent…
        La seule chose que nous ne savons pas c’est quand et comment cela se fera. La seule chose qu’il est plus que nécessaire de faire, est de modifier leur propre calendrier. Nous savons qu’ils ne nous parlent que de 2017 (USA, France, GB …) vivons et informons inlassablement avant.

    • GROS

      Le bonheur, ça se décide.

  • Thierry92 Thierry92

    Des actions sont en cours sur tout le territoire, mais cela reste discret.
    Personne n’en parle sur les blogs mais les monnaies locales complémentaires commencent a bien s’implanter.
    Des réseaux alternatifs se développent en catimini.
    Les moteurs Gillier-Pantone fonctionnent un peu partout mais personne n’en parle.
    Il reste a voir les moteurs Stirling avec des puissances de 6 a 10cv a développer, de façon à entraîner des alternateurs suffisamment puissant pour fournir du courant a trois ou quatre familles.