Sortie annoncée du film « Les 33 » sur les mineurs chiliens coincés sous terre il y a 5 ans, avec cette « coïncidence » que personne n’a vraiment remarqué…

Vous vous souvenez peut-être de ce sauvetage magnifique survenu au Chili il y a 5 ans, celui de 33 mineurs coincés sous terre suite à l’effondrement d’une mine de cuivre à 600 mètres de profondeur, et qui ont retrouvé la liberté au bout de 69 jour. Un film va sortir racontant leur histoire, « The 33 ». Ce film est réalisé par Patricia Riggen, réalisatrice mexicaine, sort vendredi aux dans les salles aux Etats-Unis, avec Antonio Banderas et Juliette Binoche à l’affiche. Pour la sortir française, c’est prévu pour Mars 2016.

Cinq ans après, certains de ces survivants se sont reconstruit, l’un est même devenu un homme d’affaire, tandis que d’autres vivent toujours aussi chichement, car la médiatisation ne les a pas aidé, loin de là, ce que rappelle certains articles parlant de la sortie du film. Suite à leur sauvetage, ils étaient considérés comme étant des héros, une célébrité éphémère qui n’a pas joué en la faveur de tous puisque beaucoup de patrons refusaient par la suite de recruter ces travailleurs, de peur d’avoir affaire à des « caprices de stars ». Mais là n’est pas vraiment ce qui importe, ce n’est qu’anecdotique comparé à ce que fut réellement cette histoire, et vis-à-vis de ce qu’elle cache réellement, les symboles véhiculés, et surtout la prophétie qui annonçait cela point par point.

NE4bCIszDEBL85_1_b

Du jour de la catastrophe à la libération des mineurs, 69 jours exactement, des médias qui ont suivit chaque étape, les familles sur place, des moyens colossaux d’utilisés, pour finir par les sortir par une simple galerie de 66cm… Pour ceux qui auraient oublié cette histoire, voici un bon résumé des événements, le rappel est important pour comprendre la suite:

L’accident
Le 5 aout 2010, à 13h40, un éboulement se produit dans la mine de San José, située au nord du Chili, à 30km au nord est de la ville de Copiapo. Dès le lendemain, des secours s’organisent sans savoir s’il y a des survivants des mineurs travaillant `ce moment la à l’intérieur de la mine. Des spécialistes descendent au plus profond, afin de creuser des puits d’aération par lesquels des sondes seront envoyées en direction des refuges ou endroits stratégiques de la mine. Le 7 aout, un nouvel éboulement à lieu proche de l’entrée du tunnel. Des machines, vont alors remplacer l’homme pour ces opérations, qui seront effectuée depuis l’extérieur.

La joie
Au matin du 17e jour, le 22 aout, une des sondes, descendue à pres de 690m de profondeur, vient de rompre le toit d’une galerie. Vers 05h50, les agents manœuvrant les machines semble entendre des bruits d’impact sur les sondes. Une des sondes remonte avec des marques de peintures rouges. Un espoir renait alors et une rumeur d’un miracle se répand sur les lieux. A 15h17, le président chilien Piñera, montre au caméras présentent, un message écrit venant des profondeurs de la mine. ‘Estamos bien en el refugio los 33’ (On est en bonne santé dans le refuge les 33).
C’est alors une joie immense qui se ressent chez les personnes sur la zone des secours, mais aussi dans tout le pays. On voit des scènes de joie dans les rues des grande villes du pays et surtout à Santiago. Très vite on a les premières images des 33 survivants après la descente d’un caméra. Une des premières réaction des mineurs est de chanter l’hymne national. C’est alors à ce moment la que la presse internationale va s’interesser aux 33 mineurs chiliens.

La journée du 23 aout est occupée à envoyer tout le nécessaire aux mineurs concernant l’hydratation, l’alimentation et aussi un questionnaire à propos de l’état de santé général de chacun.

Le 26 aout, avec une caméra descendue dans leur refuge, les mineurs enregistre sur une vidéo un message pour leurs proches. Cette vidéo qui sera finalement diffusée sur les chaines chiliennes, va toucher tout le pays, mais aussi le monde entier, car des extraits de cette vidéo sont vus sur toutes les chaines du monde.

L’opération San Lorenzo
Le saint patron des mineurs, San Lorenzo, va donner son à l’opération de sauvetage qui va dans un premier temps faire appel à des ingénieurs et des spécialistes, dont une grande partie travaillent pour Codelco (Entreprise gérant les mines de l’État comme El Teniante ou Chuquicamata). Ils seront donc ‘libérés’, solidairement, pendant cette opération. Ce plan de sauvetage est dirigé par André Sougarret (Codelco).

Le ministre des mines Laurence Golbone, annonce que la solution pour sortie les 33 mineurs, sera de creuser un ‘puits’ jusqu’au refuge, et prendra entre 3 et 4 mois.

Après une étude topographique, le lieu de perforation idéal est choisi. La machine d’origine sud africaine, la Raise Borer Strata 950, propriété de Codelco, est envoyé sur le site pour effectuer cette opération. Elle est utilisée en général pour creuser des puits de ventilation. Elle a une vitesse moyenne de 20m par jour suivant le type de roche à perforer. Un premier trou de 33cm se réalisé, pour ensuite être élargi à 66cm. Il y a 4 autres trous qui seront creusé en parallèle, en cas de problème avec le premier puits.

Une capsule est aussi imaginée pour sortir les mineurs par ce trou. L’étude et la construction sont confiées à la société chilienne ASMAR. Elle sera nommée Fenix, et sera construit en 4 exemplaires.

Les mineurs vont devoir passer le temps, et pour occuper leurs journées, ils vont recevoir du matériel pour écouter de la musique, regarder des films ou match de football, ou jouer à des jeux de société. Ils ont aussi la dure tache de déplacer 22 tonnes de grava par jour, qui tombe des puits de secours. Certains mineurs ont des problèmes de santé liés à ce travail, et d’autres du à cette situation d’isolement.

A partir du 15 septembre, les mineurs vont devoir se préparer physiquement à cette sortie en suivant un régime, car n’oublions pas que le diamètre du puits sera de 66cm. Donc moins à l’intérieur de la capsule !

Le 7 octobre, le ministre Golbone, annonce qu’un possible contact pour sortir les mineurs est possible dès le 9 octobre. Il se trouve que la machine du plan B, Shram T130, à été plus rapide que prévu.

Le 9 octobre la Shram T130 termine son travail, comme annoncé 2 jours auparavant. Le ministre Golbone annonce officiellement que l’opération de sortie se réalisera le 12 octobre à partir de 20h30.

Le temps moyen entre chaque sortie fût de 40 minutes, avec une durée totale de 22h36.

Les chiffres
Les mineurs sont restés 17 jours à 700m de profondeur sans savoir si ils ressortiraient. Ils sont restés au total 69 jours dans leur refuge.
L’opération a coûté approximativement 14 millions d’euros. Jusqu’a aujourd’hui, c’est le plus grand sauvetage minier au niveau mondial. C’est aussi un des événements d’actualité qui eu la plus grosse couverture médiatique de tous les temps avec plus d’1 milliard de téléspectateur le jour de la sortie des mineurs. L’impact médiatique, au Chili comme à l’étranger, à été supérieur au tremblement de terre du 27 février de la même année.

Article en intégralité sur Voyage-au-chili.com

Mais ce qui fut réellement intéressant dans cette grande aventure, c’est ce qu’aucun média ne rappellera ni même ne mettra en avant. La première chose est le symbolisme considéré comme étant « franc-maçonnique » de cet événement, beaucoup d’éléments ne semblaient pas issus du hasard…

Mais il y a un autre point, une coïncidence sûrement diront certains, c’est que ce sauvetage est décrit dans la Bible elle-même, tiré par les cheveux me direz-vous? Il suffit de lire pour se faire une opinion, c’est relativement étrange… 33 mineurs, 69 jours, et une petite recherche peut nous mener vers le psaume 69, vous allez voir, c’est assez étonnant:

Citation:
La Bible – Psaumes
Livre deuxième : Psaumes 42 à 72Psaumes 69
Lamentation

69.1 (69:1) Au chef des chantres. Sur les lis. De David. (69:2) Sauve-moi, ô Dieu! Car les eaux menacent ma vie.
69.2 (69:3) J’enfonce dans la boue, sans pouvoir me tenir; Je suis tombé dans un gouffre, et les eaux m’inondent.
69.3 (69:4) Je m’épuise à crier, mon gosier se dessèche, Mes yeux se consument, tandis que je regarde vers mon Dieu.
69.4 (69:5) Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête, Ceux qui me haïssent sans cause; Ils sont puissants, ceux qui veulent me perdre, Qui sont à tort mes ennemis. Ce que je n’ai pas dérobé, il faut que je le restitue.
69.5 (69:6) O Dieu! tu connais ma folie, Et mes fautes ne te sont point cachées.
69.6 (69:7) Que ceux qui espèrent en toi ne soient pas confus à cause de moi, Seigneur, Éternel des armées! Que ceux qui te cherchent ne soient pas dans la honte à cause de moi, Dieu d’Israël!
69.7 (69:8) Car c’est pour toi que je porte l’opprobre, Que la honte couvre mon visage;
69.8 (69:9) Je suis devenu un étranger pour mes frères, Un inconnu pour les fils de ma mère.
69.9 (69:10) Car le zèle de ta maison me dévore, Et les outrages de ceux qui t’insultent tombent sur moi.
69.10 (69:11) Je verse des larmes et je jeûne, Et c’est ce qui m’attire l’opprobre;
69.11 (69:12) Je prends un sac pour vêtement, Et je suis l’objet de leurs sarcasmes.
69.12 (69:13) Ceux qui sont assis à la porte parlent de moi, Et les buveurs de liqueurs fortes me mettent en chansons.
69.13 (69:14) Mais je t’adresse ma prière, ô Éternel! Que ce soit le temps favorable, ô Dieu, par ta grande bonté! Réponds-moi, en m’assurant ton secours!
69.14 (69:15) Retire-moi de la boue, et que je n’enfonce plus! Que je sois délivré de mes ennemis et du gouffre!
69.15 (69:16) Que les flots ne m’inondent plus, Que l’abîme ne m’engloutisse pas, Et que la fosse ne se ferme pas sur moi!
69.16 (69:17) Exauce-moi, Éternel! car ta bonté est immense. Dans tes grandes compassions, tourne vers moi les regards,
69.17 (69:18) Et ne cache pas ta face à ton serviteur! Puisque je suis dans la détresse, hâte-toi de m’exaucer!
69.18 (69:19) Approche-toi de mon âme, délivre-la! Sauve-moi, à cause de mes ennemis!
69.19 (69:20) Tu connais mon opprobre, ma honte, mon ignominie; Tous mes adversaires sont devant toi.
69.20 (69:21) L’opprobre me brise le coeur, et je suis malade; J’attends de la pitié, mais en vain, Des consolateurs, et je n’en trouve aucun.
69.21 (69:22) Ils mettent du fiel dans ma nourriture, Et, pour apaiser ma soif, ils m’abreuvent de vinaigre.
69.22 (69:23) Que leur table soit pour eux un piège, Et un filet au sein de leur sécurité!
69.23 (69:24) Que leurs yeux s’obscurcissent et ne voient plus, Et fais continuellement chanceler leurs reins!
69.24 (69:25) Répands sur eux ta colère, Et que ton ardente fureur les atteigne!
69.25 (69:26) Que leur demeure soit dévastée, Qu’il n’y ait plus d’habitants dans leurs tentes!
69.26 (69:27) Car ils persécutent celui que tu frappes, Ils racontent les souffrances de ceux que tu blesses.
69.27 (69:28) Ajoute des iniquités à leurs iniquités, Et qu’ils n’aient point part à ta miséricorde!
69.28 (69:29) Qu’ils soient effacés du livre de vie, Et qu’ils ne soient point inscrits avec les justes!
69.29 (69:30) Moi, je suis malheureux et souffrant: O Dieu, que ton secours me relève!
69.30 (69:31) Je célébrerai le nom de Dieu par des cantiques, Je l’exalterai par des louanges.
69.31 (69:32) Cela est agréable à l’Éternel, plus qu’un taureau Avec des cornes et des sabots.
69.32 (69:33) Les malheureux le voient et se réjouissent; Vous qui cherchez Dieu, que votre coeur vive!
69.33 (69:34) Car l’Éternel écoute les pauvres, Et il ne méprise point ses captifs.
69.34 (69:35) Que les cieux et la terre le célèbrent, Les mers et tout ce qui s’y meut!
69.35 (69:36) Car Dieu sauvera Sion, et bâtira les villes de Juda; On s’y établira, et l’on en prendra possession;
69.36 (69:37) La postérité de ses serviteurs en fera son héritage, Et ceux qui aiment son nom y auront leur demeure.

Nous avons donc cela:

69.2 (69:3) J’enfonce dans la boue, sans pouvoir me tenir; Je suis tombé dans un gouffre, et les eaux m’inondent.

Cela résume un peu la base de l’histoire, ils se sont enfoncé dans la terre (la boue) et se trouvaient dans un gouffre, dans la profondeur et les ténèbres de la terre. Les eaux l’inondent, l’eau symbolise la vie comme…la mort. Autre chose, ne prenez pas ces 33 mineurs indépendamment les uns des autres mais comme un groupe d’où le « je » dans la narration.

69.3 (69:4) Je m’épuise à crier, mon gosier se dessèche, Mes yeux se consument, tandis que je regarde vers mon Dieu.

Des appels au secours, le manque d’eau qui prouve la symbolique ici puisqu’il est inondé par l’eau mais sa gorge se dessèche, l’eau qui l’inonde n’en est donc pas. Les yeux se consument, ne vous brûlent-ils pas quand vous forcer sur ceux-ci dans la pénombre? Et au final, ils prient pour en réchapper…

69.4 (69:5) Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête, Ceux qui me haïssent sans cause; Ils sont puissants, ceux qui veulent me perdre, Qui sont à tort mes ennemis. Ce que je n’ai pas dérobé, il faut que je le restitue.

Ha! Qui sont-ils ceux qui haïssent le groupe? Ce sont des puissants à qui il faut rendre ce qui n’a pas été volé, donc ils sont liés à la catastrophe, ceux qui gèrent la mine? Ceux qui s’occupent de ce qui est extrait de la mine? Faut-il payer pour les pertes ou l’argent investi pour les secours enclenchés?

69.10 (69:11) Je verse des larmes et je jeûne, Et c’est ce qui m’attire l’opprobre;

L’opprobre, c’est son malheur, n’ont-ils pas pleuré dans ce tunnel? Ils se rationnaient et ne mangeaient que toutes les 48 heures jusqu’aux premiers signes extérieurs. Pour tenir dans une telle situation, il faut du courage et de l’espoir, mais le courage et l’espoir sans manger…..c’est l’opprobre.

69.12 (69:13) Ceux qui sont assis à la porte parlent de moi, Et les buveurs de liqueurs fortes me mettent en chansons.

J’ai beaucoup hésité sur cette phrase puisque lors de la sortie de chaque mineur, l’accueil s’est fait en chansons, mais cela serait trop simple…Une référence aux chef des chancres cité en tout début de texte? Le chancre chante initialement les évangiles, c’est par lui entre autres (mais aussi avec « le lis » référence à Marie et à Dieu qui les sortiront du gouffre), le chef et ses « buveurs de liqueurs » qu’ils peuvent être libérés et que nous pouvons être informés, le chant étant avant tout un message. Et si ce chef des chancres et ces buveurs de liqueurs étaient les journalistes? Ne font-ils pas les louanges de l’or et du capitalisme alors qu’ils sont tous deux à l’origine des problèmes de ce monde? N’ont-ils pas avant tout du dédain pour les ouvriers? Mieux encore, ce sont ces même journalistes qui ont dénoncé les dérives de certains de ces mineurs qui ont des maitresses, qui les ont dénoncé et sont donc devenus des ennemis.

69.14 (69:15) Retire-moi de la boue, et que je n’enfonce plus! Que je sois délivré de mes ennemis et du gouffre!
Et hop! D’une pierre deux coups, on sort de la mine et on se débarrasse des journalistes en même temps…
69.15 (69:16) Que les flots ne m’inondent plus, Que l’abîme ne m’engloutisse pas, Et que la fosse ne se ferme pas sur moi!

Bon, le message est clair, les espoirs du groupes sont ici…

Voilà donc l’analyse qui fut faite à l’époque, le texte décrirait donc bien ce qui arrive à ces mineurs, mais à vous également de confirmer ou d’infirmer ces propos, de me dire si je me trompe ou si réellement les liens qui sont fait ici sont étranges. Le débat est lancé, et si vous avez des arguments, des contre-arguments ou des idées à émettre au niveau de l’analyse, pour la compléter, n’hésitez surtout pas!

Quoiqu’il en soit, le film risque d’être intéressant à voir, non pas pour l’histoire ou pour le divertissement qu’il est censé représenter, mais pour les symboles qu’il risque de relayer plus ou moins volontairement…

3 commentaires

  • Nez

    Ce n’est pas le psaume 69 qui m’a troublé, mais le fait que pendant 17 jours ces 33 hommes ont cru en Dieu (ils ont beaucoup prié) … mais aussi dans les hommes :
    Ils avaient la certitude que leurs camarades d’en haut feraient tout pour les rechercher.
    Aurais-je eu cette confiance ?
    C’est une histoire comme celle-là qui redonne confiance quelques soient les épreuves que nous endurons.
    Je n’étais pas spécialiste du psaume 69, mais il s’applique aussi à tous les moutons enragés que nous sommes … et tous nos petits amis moutons qui subissent sans comprendre : »
    69.4 (69:5) Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête, Ceux qui me haïssent sans cause; Ils sont puissants, ceux qui veulent me perdre, Qui sont à tort mes ennemis. Ce que je n’ai pas dérobé, il faut que je le restitue. »
    … cela s’appliquent aux syriens, aux ukrainiens, aux grecs, et à tant d’autres de part le monde…

  • Mata Hari Mata Hari

    Dans cette partie, vers la fin de l’article :

     » J’ai beaucoup hésité sur cette phrase puisque lors de la sortie de chaque mineur, l’accueil s’est fait en chansons, mais cela serait trop simple…Une référence aux chef des chancres cité en tout début de texte? Le chancre chante initialement les évangiles…………………………… Et si ce chef des chancres et ces buveurs de liqueurs étaient les journalistes? ………………….qui les ont dénoncé et sont donc devenus des ennemis.  »

    Le rédacteur a écrit  » chancre  » au lieu de  » chantre  » plusieurs fois ?
    Un chancre est un virus que l’on trouve dans certaines MST dont la Syphilis ( Rien à voir avec le sujet ! )

    Un chantre ( du latin cantare = chanter qui a donné cantor puis chantre ) est un chanteur qui officie pendant les cultes religieux catholiques, protestants, juifs ( dans le judaïsme il s’appelle Hazan )