Grève du Zèle – Une grève qui n’en est pas une – Un mode d’action oublié à tort

Grève du ZèleDans le monde de ceux qui ont encore la chance d’avoir un travail, ce type de grève (ce n’en est pas une en réalité), assimilée à tort à la grève perlée pour la décrédibiliser, est probablement le mode d’action le plus puissant qui soit dans le monde du travail ultra réglementé et certifié d’aujourd’hui, mais également si elle devenait constante une des solutions pour inverser l’inversement de l’inversion de la courbe du nombre de demandeurs d’emploi.

La grève du zèle c’est quoi ? :

  • Le strict respect de votre contrat de travail
    • Fini les minutes et les heures en plus (Celles non rémunérées pour rendre service à la boite).
    • Fini les remplacements des collègues qui se trouvent à des postes mieux rémunérés que le vôtre.
    • Fini les remplacements tout court, car votre temps de travail à votre poste a été défini au plus juste, vous n’avez donc pas le temps de remplacer un collègue.
    • On prend le temps de manger en prenant l’intégralité de la pause légale, le Code du travail (article L 3121-33) impose un temps de pause minimum égal à 20 minutes (qui peut être bien supérieur) dès lors que le temps de travail atteint 6h par jour.
  • Le strict respect des consignes de sécurité
    • elles se comptent aujourd’hui par dizaine dans la majorité des postes et cela dans toutes les entreprises
  • Le strict respect du code de la route pour les salariés utilisant un véhicule
    • D’autant plus que dans la plupart des cas, les amendes sont pour votre pomme.
  • Le strict respect des procédures de mise en service, d’extinction et d’entretien (qui vous incombe) des véhicules, des machines et autres outils et outillage de production.
    • C’est typiquement le genre de tâches où l’on prend de dangereux raccourcis sans même sans rendre compte.
  • Le strict respect des normes qui ont amenées votre boite a être certifiée ISO (9000,9001,14001)
    • Vous ne voudriez tout de même pas être responsable de la perte de ce saint Graal pour votre entreprise, que constitue aujourd’hui ces normes dont ont vous impose le changement tous les 6 mois ?
  • Et bien d’autres points encore pour peu que vous preniez le temps d’y réfléchir en profondeur, quitte à lire pour la première fois l’ensemble des règles écrites qui vous touchent de près ou de loin.

Si 10% des salariés (même moins pour les postes clés) d’une même entreprise ce concertent en dehors des heures de travail et décident de commencer ensemble ce type d’action ouvertement (par le port d’un brassard de couleur par exemple), c’est l’ensemble de l’entreprise qui inverse ses courbes de rentabilité de manière exponentielle.

Il ne faut en général pas longtemps pour que la direction vous convoque (accepter ce type de rencontre après les heures de travail de préférence) et vous demande de bien vouloir recommencer à faire n’importe quoi comme avant en lâchant sur tous les points que vous demandez, pour peu qu’ils soient légitimes et dans l’intérêt de tous, y compris ceux qui n’auront pas pris part au mouvement.

Malgré son efficacité, cet outil de lutte qui de nos jours, suite à l’augmentation normative et la diminution des effectifs permettrait d’obtenir gain de cause facilement et sans violence ne nous est jamais proposé par les syndicats.

Cette étrange constatation vient probablement  du fait qu’il ne savent plus aujourd’hui que ce type d’action existe. Il ne vous reste plus qu’à les en informer en leur rappelant bien que :

La « grève du zèle », consistant à appliquer très strictement les consignes données pour l’exécution de son travail n’a jamais fait l’objet d’aucune condamnation, car cela reviendrait à vous condamner pour avoir respecter les règles qui vous sont imposées.

Aucun préavis de grève n’est nécessaire, le rôle des syndicats étant ici de participer au mouvement et aux négociations en veillant à ce qu’aucune pression et autre harcèlement ne vienne entraver sur le moment et dans le futur les salariés qui auront décidé pour une fois de rentrer chez eux avec le sentiments du travail bien fait.

Si tous les salariés de toutes les entreprises décidaient demain de revenir de manière strict à un respect des règles imposées, les dirigeants d’entreprises prendraient la mesure de ce qu’implique en terme d’effectif un tel changement positif de comportement au travail de leurs salariés. Il est même plus que probable qu’ils le savent déjà…

Stef2892 pour les moutons enragés

 

 

55 commentaires

  • gnafron

    merci Stef, un rappel bien salutaire ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Louve

    Il vaut mieux être plusieurs à le faire car à jouer à ça je me suis fait muter dans un service où je ne voulais pas aller.

  • GROS

    Le respect strict et inconditionnel des règles, ça peut être certes pénalisant pour l’employeur, mais c’est aussi particulièrement difficile à appliquer : au moindre écart (ce qui arrivera tôt où tard), il faut s’attendre à un retour de bâton et se faire méchamment allumer.
    A trop vouloir jouer au con…

    • tavax

      En quoi c’est jouer au con au juste ?

      Ce n’est pas faire le malin, c’est éviter l’abus, juste ça, rien d’autre.

      Ensuite si on est muté dans un truc qu’on ne voulait pas : le patron le pouvait-il ? quel motif valable ? Possible de dire non ?

      Il suffit de bien lire les lignes, je ne pense pas que c’est si contraignant au final

      • GROS

        Si, c’est jouer au con.
        La réglementation définit un cadre pour réaliser des activités, et un point de référence faisant foi en cas de litige.

        Se montrer strictement inflexible, c’est une position extrême et radicale. Ça peut marcher tant qu’on réussit à tenir cette ligne, mais :
        – L’employeur n’hésitera pas à employer lui aussi strictement les règles pour vous amener à une situation pénalisante, voire déplaisante.
        – Au moindre écart par rapport aux règles (par ex. retard à cause d’un souci de voiture ou d’un gamin malade), il ne faut pas s’attendre à une flexibilité de l’employeur qui se fera une joie de vous allumer comme il faut.

        Les comportements extrêmes et radicaux, c’est toujours comportements de con. Et si on y joue trop, faut pas s’étonner du retour de bâton.

        On a toujours tort d’entrer en conflit avec son entourage. Si la situation ne plait pas, il vaut encore mieux chercher un autre boulot, voire une reconversion professionnelle. Il y a des dispositifs pour ça (ex. bilan de compétences), et les RH (ou l’employeur), s’ils ne sont pas des abrutis finis, vous accompagneront dans la démarche : ils n’ont aucun intérêt à avoir des collaborateurs démotivés qui pénalisent l’ensemble de la boite. La démarche est donc positive pour tout le monde, et ça montre aussi que l’employé est une personne responsable. Mais bon, c’est sûr que pour faire ça, il faut mettre de côté sa mentalité de gueulard gaucho et daigner se sortir les doigts du…

      • Mouais …au risque de me faire huer etc …
        pour ceux qui sont dans une PME/TPE où le patron trime pour gagner des marchés et pouvoir faire vivre ses salariés et leurs familles …cette démarche me paraît contre productive …
        Cette démarche (pour les TPE/PME j’insiste) me paraît contre productive et pas en cohérence avec les véritables problèmes qui sont principalement politique.
        Pour un patron de PME/TPE, ses principaux problèmes sont :
        – gagner des marchés pour faire (sur)vivre tout le monde
        – la tréso
        – les charges qui sont aberrantes
        – l’administratif et les administrations (aberrant également)
        – etc etc etc

        Ne nous trompons pas de cible …Et même si les patrons de multi ou grosse boites abusent carrément de leurs privilèges et positions n’oublions pas que les TPE/PME et artisans (80% des emplois en France) sont avant tout des gens qui trimes pour (sur)vivre …

        Le problème est avant tout politique …

        Une grève du vote ou boycott des élections me paraît beaucoup plus intéressante …
        les politiques n’en ont rien à faire des TPE/PME …seules les multi et les malettes qu’ils peuvent ramasser les intéressent …

      • dredger

        Pq te ferais-tu huer, c’est le bon sens ce que tu racontes.
        J’ai moi même une PME, j’ai engagé 3 personnes cette année, j’ai plus que doublé mon effectif, je dis ça juste pour faire comprendre que j’ai du taf et je m’y retrouve quand tu dis que le patron trime, car oui je trime. J’ai d’ailleurs engagé un type senior qui gagne 50% de plus que moi, car je me verse un salaire de misère pour mon poste, mais à côté de ça, la boite progresse bien et est solide même si petite.
        Donc oui, ne vous trompez pas de cible, ça serait en fait de la bétise incarnée. Et en effet, ce genre de grève du zèle, ce n’est possible qu’à plusieurs, voire lorsque la majorité des employés/ouvriers se réunis et prennent des décision de front commun. Mais à nouveau, où et dans quelle boite ? Même une grosse boite régionale mais purement française on va dire, voulez-vous qu’elle coule ? Faut voir, tout les cas sont discutables …

        L’article devrait être complété pour ajouter ce bémol + les réflexions de Gros qui sont aussi censées, c’est jouer avec le feu, et un patron voire un directeur peut toujours vous virer si vous le faites vraiment trop chier, même s’il doit payer pour ça, les réactions émotionnelles n’ont parfois pas de limites.

        Enfin, bien évidemment que les politiques n’ont rien à faire des PME, vu qu’ils sont payés pour privilégier les grands groupes internationaux (ne disons pas US, mais en grosse partie oui) qui sont là pour écraser ou racheter un maximum de PME.

        Tiens, tout cela me donne une idée : un site web communautaire qui réunis :
        – des gens au chomage qui cherche un travail (avec leur CV et autres infos)
        – des gens qui travaillent mais aimeraient changer
        – des gens qui veulent juste investir
        – des patrons de sociétés, petites sociétés, qui aimeraient s’étendre
        et
        une liste des sociétés qui vont mal, en faillite voire bientot en failite, en liquidation ou bref, qui vont mal.
        Mixez le tout et voilà, un site dédié à cela qui colle très bien avec le renouveau solidaire que je constate un peu partout en France avec tout ces projets collaboratifs/sociaux/participatifs/d’entre-aide qui fleurissent un peu partout, non ?

        Bref, idée à creuser, et si qqun la voit et la veux, prenez là c’est gratuit.

        ++

      • A chaque nouveau salarié si l’on ne modifie pas les statuts pour le faire intégrer vraiment a la boite tout en gardant bien sûr la minorité de blocage, alors on est un patron qui prend le risque de voir ses salariés se mettre en grève et revendiquer, ce n’est pas négociable même dans votre cas ou l’on sent bien que vous voulez faire bien le mieux possible. Vous n’en restez pas moins un patron dans le sens du système actuel aussi gentil que vous soyez.

      • Je bote ce que tu dis, toutefois dans le système actuel, changer des statuts coute … Quant aux actions pour salariés elles sont plutôt pratiquées par les multi…
        Il faudrait amender la loi dans ce sens et imposer que si le salarié et le patron se séparent le devenir de ces actions …
        Moi j’aimerai bien être un patron sans capitalisme …
        Ps bote = note …appli mobile

      • Cela s’appelle une société coopérative ouvrière, Camarade.

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • ouep mais la scop est contraignante ….à cause des % qu’elle impose au capital …entre autres …

      • C’est pour cela que si le patron veux rester le patron tout en ayant un niveau d’implication de ces salariés décuplé et un véritable regard sur le perçu des ses salariés il doit les intégrer en divisant à chaque nouvelle entrée son propre capital tout en gardant la main cette division ne donnant qu’une part égale du bénéfice et de decision.

    • engel

      Bouahhh..
      « A trop vouloir jouer au con… » on finit Gros.

    • soubiemyriam

      Oui. Je trouve que c’est la pire des idées de grève. Joue à ça et T’es le premier à virer.

      • Et pour quel motif seriez vous donc viré ? Pour avoir fait correctement dans les règles votfe travail ? Ce n’est pas une grève reconnue comme telle. Si vous la connaissez si peu c’est parce que le système fait tout pour que vous ne preniez pas la mesure de ce qu’elle implique.

    • verisheep

      A vouloir trop jouer au con… On gagne aux Prud’hommes!
      N’hésitez pas à faire cracher les exploiteurs… C’est très simple pour qui n’est pas une lavette, et le résultat est garanti pour tous les contrats signés avant la loi maquereau (macron).

      Testé et approuvé.

      • Exactement ! Et je rajoute qu’aucun patron n’a jamais attaqué un salarié pour avoir respecté a la lettre la réglementation. Si la grève du zèle est aussi peu connue c’est qu’elle est la hantise des grandes boites et que tout est fait pour la faire oublier.

      • verisheep

        Le code du travail et les conventions collectives sont pleins de subtilités.
        Ne pas hésiter à les utiliser à votre avantage, tant que c’est encore possible…

        On vous traite comme de la merde au boulot?
        Accumulez les preuves, et faites en sorte de vous faire virer sans enfreindre votre contrat de travail…

        Si vous n’êtes pas pressés, c’est facile… Inévitablement votre « chef » vous demandera d’outrepasser vos attributions: c’est le moment de l’envoyer chier.

        Si vous voulez, je peux vous donner des conseils en MP sur le forum.

        Il est possible de récupérer entre 6 mois et 2 ans de salaire (+ chômage).

        Oui, j’ai profité du système… Mais le système à profité de moi pendant des décennies, je n’ai fait que me rembourser et j’emm**de les bien-pensants!

      • engel

        moi aussi.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
        ..sauf que moi je me suis fais baisé..et c’est après que j’ai appris la viehttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Nez

    Je pense que les commentaires n’ont pas compris :la « grève du zèle » est une grève comme une autre … donc qui demande un comportement collectif des employés, ou des corps qui la font … buralistes, petits commerçants, citoyens face à une loi …
    Elle cherche, pour pouvoir faire pression dans le temps, à respecter une procédure qui fait pression sur l’autre partie tout en restant légale.
    Le boycott est dans la même philosophie.
    Toutes ces démarches ne peuvent avoir du succès que si de nombreuses personnes la font en même temps. Sinon vous avez le risque comme le dit Gros d’être pris à votre propre piège et d’être la personne que l’on fait plier, pour donner l’exemple à ceux qui auraient idée de vous suivre.
    Le problème, est que si quelqu’un ne commence pas à avoir l’idée … personne ne fait rien !

    • Cet article s’ adresse en priorité à ceux qui utilisent déjà la grève comme moyen de lutte. De toute les grèves celle ci en est une au regard de l’action et n’en est pas une au regard du droit. Elle est volontairement cachée, amalgamer avec le grève perlée pour faire croire qu’elle est répréhensible. Hors elle ne l’est pas.

  • Bobbafett84

    Alors çà c’est bien vrai car fut un temps ou ma direction jouait un peu trop sur « la gentillesse » des gens pour compenser le manque de personnel. Jusqu’au jour ou un responsable a jouer au con, a prit les salariés pour de la merde, ces derniers ont décidé de ne plus faire que le strict minimum contractuel. Du coup, le directeur a fait la gueule, et l’assistant n’est pas rester longtemps. Niveau sécurité, j’en parle même pas. Car là, si vous saviez….. et tous çà parce qu’un responsable subit des pressions pour respecter son budget, et faire en sorte de le réduire encore plus d’année en année. Mais là, pareil, des salariés pourraient s’en servir, si tenter qu’ils soient informer sur les devoirs et les obligations de l’entreprise. Combien de fois nous étions « hors la loi » pour une ouverture au public, sans avoir les critères requis…. mais çà, avec le temps, çà été plus ou moins modifié en basculant l’exception sur les épaules des directeurs, qui évidemment, eux, ont profiter de cette « souplesse » pour légitimé des augmentations de salaire…. conséquente (monnayé la sécurité du public, pour s’en mettre plein les fouilles, sachant que le jour ou il y aura un pète, ils trouveront une bonne excuse pour se déchargé de cette responsabilité de ne pas être « conforme » au loi, s’équipant souvent de petit fusible en dessous d’eux qui eux, pareil, par ambition, par cupidité, se laisse manipulé a assumé de ne pas faire ce qui normalement, doit être fait).

    • engel

      En cas de manquement avéré à la sécurité, le travailleur est seul responsable des conséquences. Surtout si les consignes sont écrites, comme c’est quasiment toujours le cas.

      « La parole s’envole les écrits restent »….Et un salarié au chomdu de plus,…. sans indemnité

      C’est pas tant que ça du zèle, de respecter à la lettre les consignes de sécurité. Mais bon..

  • Pardon si je dis une connerie, mais la grève du zèle ne toucherait-ellen pas d`abord les usagers, c`est à dire vous ou moi? c`est juste une question. Ou alors ca devrait être le fait de millions de persones et je serais étonné que des gens par millions fassent ce genre de chose…

    • GROS

      Scuse, il faut croire qu’il y avait de la friture sur la ligne ADSL… Tu peux répéter la question, stp ?

      • Je ne vois pas ce qu`il y a d`incompréhensible dans ma remarque

      • GROS

        Bah, par exemple : « la grève du zèle ne toucherait-elle pas d`abord les usagers, c`est à dire vous ou moi? ».

        Je ne saisis pas ce que tu veux dire. Tu peux reformuler, stp ?

      • Si je reformule tu vas encore moins comprendre. Alors: Toi être usager, moi être aussi usager. La gréve= ici, refuser de participer. Donc nous y`en a être usagers qui refuseons de participer. MAIS si peu d`usagers y`en a faire la grève alors les autres usagers y`en a être dindon de la farce. Toi comprendre moi?

      • GROS

        Je ne comprends pas ton emploi du terme « usager ». Usager de quoi ?? Ton usage du lexique français me paraît bien particulier…

        Mais tu n’es pas obligé de répondre, l’envie m’est passée de faire des efforts à essayer de te comprendre, je passe mon chemin.
        Bonne soirée.

  • Chapaate

    Faire la greve du VOTE. Mais en se déplaçant au bureau de vote avec une pancarte marquée
    Votard en gève.
    Cela sera beaucoup plus efficace car cela sera visible des autres qui se contentent de suivre le troupeau.

    • Grève du vote, 2 solutions :
      – rester au chaud chez soi et pas voter
      – aller voter et marqué : VOTE ETIENNE CHOUARD

      à défaut d’avoir un vote utile qui est inutile, celà fera connaître ses idées …

      @Volti : d’ailleurs un article sur la grève du vote et une incitation à boycotter les élections de fin d’année me semble TRES intéressante (voir discussion d’hier avec Fenrir)…

    • Stef81

      La grève du vote ? Ca ne s’appellerait pas l’abstention ?
      Et jusqu’à présent et à preuve du contraire, l’abstention n’a jamais nuit au « système » en place.

      Le pacifisme a ses limites on dirait. Toute sorte de grève est vaine tant que les grévistes n’auront pas la « rage » et eventuellement quelques armes au lieu des banderoles.

      Le peuple se reveillera le jour ou il aura faim.C’est pas encore le moment.

  • Habitant un petit village je me vois me pointer avec ma pancarte à la mairie et défiler devant les copains avec qui je bois le coup.. Quelle portée! les médias vont s`arracher les photos de l`événement.

  • Chapaate

    Je vous rappelle ce petit lien qui n’est autre que la Constitution du 24 JUIN 1793.
    Avec les droits de l’homme en préambule.
    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html

    • Chapaate

      Le texte de base a des articles a conserver et au vu du comportement des politiques certains doivent etres éliminés et/ou remaniés .
      La mise en place du tirage au sort pour une assemblée dont le rôle sera de réécrire ce texte fondateur est préférable a toute autre méthode de choix.

  • certes et re-certes, mais qu`en est-il des gars qui auront été tirés au sort et qui sont incapables d`aligner deux mots? Et où serait rédigée cette nouvelle constitution? Et si plusieurs petits comités de tirés au sort s`évertuent à dire que leur nouvelle constitution est la bonne et pas celles des autres?

  • rouletabille rouletabille

    Faut voir les grèves qui pénalisent les USAGERS et servent juste à emmerder les gens.
    LA VRAIE GREVE est de ne pas faire payer les GENS que ce soit aux transports,aux guichets d’autoroute,les ammendes etc etc le reste est foutaises.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • C`est tout à fait vrai. On a l`exemple d`employés d`autoroute qui ont utilisé ce moyen. Ils n`ont pas recommencé deux fois vu qu`ils ont été virés peu après.
    Donc, dans ce cas ci, faut avoir prévu de changer de boulot.
    idem pour le refus de payer des amendes: faut plus avoir de compte en banque ni de bien personnels. Faut tout prévoir.
    J`ai un copain qui a refusé de payer ses impôts pendant trois ans, ya longtemps. Ca a continué conne ca mais un jour, subitement, les huissiers ont débarqué et lui ont embarqué jusqu`á son slip.

  • getup

    La grève du zèle c’est tout simplement nuire à la production en appliquant à la lettre les directives de sécurités et de productions.Faire son travail du mieux possible et avec beaucoup de zèle ralentit la production, ce qui ne plaira pas du tout à la direction de l’entreprise qui sera prise à son propre piège.

    Mais parce qu’il y a un mais, il faut que les employées soit irréprochable pour éviter les retour de bâton et surtout solidaire en cas d’attaque individuel.Et c’est bien sur ce dernier point que je ne croit pas au pouvoir de la grève quel qu’elle soit!

    • Non c’est rappeler à l’entreprise que ses effectifs insuffisant s et sa production ne sont possibles que parce que les règles sont bafouées.
      De plus CE N’EST PAS UNE GREVE. Aucun salarié ne peut être condamné pour ce type d’action.