L’industrie agroalimentaire vs. Circuits courts

origine-industrie-agroalimentaireParmi tous les produits présents en supermarchés, comment savoir les procédés de fabrication et l’origine des matières agricoles? PHOTO//Wikimedia

L’industrie agroalimentaire a connu plusieurs crises qui ont marqué nos esprits : crise de la vache folle, l’affaire des poulets aux dioxines en Belgique, contamination de steaks hachés par la bactérie E. Coli, le scandale de la viande de cheval dans les lasagnes de plusieurs marques… Outre ces scandales médiatisés, plusieurs interrogations demeurent… Et si nous passions aux circuits courts?

Lorsque nous achetons de la viande de volaille, il est peut-être indiqué «Nourri sans OGM». Mais pour les autres viandes, il n’est que trop rarement indiqué si l’alimentation exclut les OGM, notamment les tourteaux de soja OGM importés d’Amérique latine. Il n’est pas non plus indiqué le mode d’élevage, alors que de plus en plus de critiques se font entendre contre l’élevage industriel, notamment sur le manque de bien-être animal, les résidus d’antibiotiques dans la viande, les bactéries, etc.

Quid des pesticides et des procédés de transformation?

La question des pesticides fait souvent le titre des journaux. Y a-t-il trop de résidus de pesticides dans notre alimentation ? La course aux bas prix n’entraîne-t-elle pas une baisse de la qualité et une standardisation des produits? Les ONG fustigent, l’industrie agroalimentaire s’en défend.

L’industrie agroalimentaire n’ouvre que trop rarement ses portes et lorsqu’elle le fait, c’est généralement à son insu en caméra cachée. A moins que vous ne soyez abonné au magazine spécialisé de l’industrie agroalimentaire Agro Média, qui s’intéresse aux actualités des plus grosses entreprises de Food Processing. Mais là encore, les pratiques douteuses restent à l’écart.

Comment ont été produits mes aliments? Quelles ont été les pratiques agricoles? Quels ont été les process industriels? Ces interrogations restent souvent sans réponse. Au supermarché, nous pouvons connaître l’origine des fruits et légumes, mais il est très rare que l’origine des ingrédients des plats transformés ou des produits surgelés soit indiquée sur les emballages. Différentes mentions « cuisiné en france », « élaboré en France », « recette française » existent, mais elle n’indiquent pas l’origine des matières premières agricoles. De plus, n’y-a-til pas trop d’additifs et certains ne sont-ils pas néfastes ?

Lire aussi : Les produits transformés sont-ils vraiment meilleurs ?

L’industrie agroalimentaire transforme nos campagnes

Le développpement de l’industrie agroalimentaire s’est accompagné d’une transformation de notre modèle agricole. Depuis le début des années 1950, le nombre des exploitations agricoles a été divisé par cinq. Il restait encore plus de deux millions de fermes en 1955. En 2010, on ne comptait plus que 490 000 exploitations en France métropolitaine et 24 800 dans les départements d’outre-mer dont quelque 326 000 exploitations professionnelles occupant au moins l’équivalent d’une personne à trois quarts de temps. Cela ne représente plus qu’un million d’exploitants agricoles, alors qu’ils étaient 10 millions en 1945.

Les exploitations, moins nombreuses, s’agrandissent en reprenant les terres libérées par celles qui disparaissent. 60 % des exploitations françaises de moins de 20 hectares (ha) ont disparu entre 1967 et 1997, tandis que le nombre de celles de plus de 50 ha a quasiment doublé. Entre le recensement agricole de 2000 et 2010, la taille moyenne des exploitations est passée de 42 ha à 55 ha en moyenne. Une exploitation sur dix dépasse 143 hectares.

Les circuits courts pour contrer ces dérives

Pour contrer toutes les interrogations posées par les process de l’industrie agroallimentaire et pour garder des fermes de petite et moyenne taille dans nos campagnes, les circuits courts doivent se développer.

Entendons-nous donc sur la définition des circuits courts. Selon la définition officielle du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt, « Les circuits courts sont des modes de commercialisation qui s’exercent soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire ».

En revanche, cette définition ne spécifie pas le mode de production et la distance d’acheminement. Par exemple, la ferme des 1000 vaches pourrait très bien vendre des produits en direct et serait alors un circuit court, pas sûr que cela aille dans le sens des dérives que nous cherchons à éviter.

Source et fin de l’article (à lire absolument): Natura-sciences.com

 

2 commentaires

  • vico

    un casse tête http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif même pour les étiquetages d’où vient la provenance des produits? (Code barre) ^^ parfois c’est trucké !!
    http://cellard.com/ean13fr.htm utile pour boycotter mais bien des nuances vis à vis de cette indication rechercher !!
    Le TAFTA va déroulé le tapis Mortuaire fasciste de toutes la merdas purement dégueulasse que dictat auto-promulger

  • SURICATE

    IL faut arrêter le commerce de la viande de CHEVAL en FRANCE ! en France et dans le monde.

    VIANDE de CHEVAL RIME avec SCANDALE !
    Enquête au Far West
    Lasagnes à la viande de cheval, chevaux volés, chevaux issus de l’industrie pharmaceutique ou de
    centres équestres : plusieurs scandales ont fait la Une des journaux l’an dernier sur la viande chevaline made
    in France. Or, en France, au moins 60% de la viande chevaline importée provient du continent américain, soit
    plus de 9000 tonnes !!!

    HONTEUX et dire que nous avons tous lu que le CHEVAL était le MEILLEUR AMI de l’Homme …

    Nous avons presque oublié combien il est étonnant qu’un animal aussi grand, aussi puissant et aussi intelligent puisse accepter sur son dos un autre animal tellement plus faible! »
    Peter Gray