Huit jours de dépenses militaires financeraient l’école pour tous les enfants du monde

La guerre semble plus importante que l’éducation  des enfants suivant les psychopathes qui dirigent la planète. Combien de milliards faudrait-il pour nourrir l’ensemble de la planète? Combien pour que la paix soit durable? Combien pour des solutions viables au niveau environnemental? Et combien pour éduquer l’ensemble des enfants de la planète durant une année? Pour la dernière question, nous avons la réponse: 39 milliards, tout juste 39 milliards, mais il semble « tellement plus important » de financer la guerre et la mort… 39 milliards, ce sont seulement 8 jours de financement de la mort, et toujours rien pour financer les solutions…. Quelle tristesse…

girl-going-to-school-during-war

L’équivalent de huit jours de dépenses militaires suffirait à financer une scolarité gratuite pour tous les enfants du monde, a affirmé mardi au Sommet d’Oslo sur l’éducation pour le développement, la lauréate du prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai.

Une scolarité obligatoire et universelle de 12 ans coûterait environ 39 milliards de dollars annuellement, selon les estimations du Fonds Malala, ONG fondée par la lauréate. «En fait, et malheureusement, 39 milliards de dollars ne représentent que huit jours de dépenses militaires» à l’échelle mondiale

, a-t-elle déclaré à l’occasion de son retour dans la capitale norvégienne, pour la première fois depuis la remise du Prix Nobel de la Paix en décembre.

L’appel est lancé à une semaine d’une Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Éthiopie, où des chefs d’État et de gouvernement discuteront de nouveaux objectifs.

«Mon message est qu’avec ces objectifs l’éducation secondaire serait assurée», a affirmé la militante, à quelques jours de ses 18 ans.

Source: Lavenir.net

Il y a un documentaire intéressant disponible sur Youtube qui justement parle magnifiquement de l’école pour certains enfants de cette planète: « Sur le chemin de l’école« . Rendez-vous compte du courage pour ces enfants qui voient l’éducation comme une chance, et du courage qu’il leur faut pour s’y rendre…

Zahira au Maroc, Jackson au Kenya, Carlos en Argentine et Samuel en Inde doivent chaque jour relever d’innombrables défis, parfois au péril de leurs vies, pour aller à l’école.

Pour recevoir cette éducation, véritable clef vers un avenir meilleur, Jackson parcourt 15 km au milieu de la savane et des animaux sauvages, Zahira traverse les monts de l’Atlas marocain, Samuel, en fauteuil roulant, franchit 4 km de chemins sablonneux, à travers des rivières et des palmeraies grâce à l’aide de ses deux jeunes frères ; enfin Carlito met plusieurs heures à travers les paysages escarpés de la Patagonie pour rejoindre à cheval l’école, située à 18 km de son domicile.

Si chacun d’eux s’embarque ainsi, le cœur vaillant, dans un véritable parcours du combattant, c’est parce que pour ces enfants, l’école est une véritable chance. Celle d’acquérir une éducation, une instruction qui leur permettra de réaliser leurs rêves, de quitter la misère et de construire une vie meilleure que celle de leurs parents.

Les enfants parcourent devant la caméra leur véritable chemin pour aller à l’école. Aucune scène n’est jouée ni aucune parole inventée. Les quatre enfants dont le film raconte l’histoire sont-ils des héros ? Leur chemin de l’école est à la fois un récit d’aventures et d’émotions. Ils n’ont pas l’impression d’accomplir un exploit. Pourtant le courage dont ils font tous preuve pour aller à l’école révèle une détermination sans faille à accéder au savoir. Encouragés par leurs familles, les enfants du film montrent qu’ils sont prêts à soulever des montagnes pour suivre une scolarité.

Source: Surlechemindelecole.org

 

9 commentaires

  • Ça me fait penser à tous ces crétins de morpions qui disent « les maths ça sert à rien » ou « pas besoin de faire des études si c’est pour se retrouver au chômage ».

    Abrutis et fiers de l’être. Essaye donc de leur dire que la connaissance et la culture n’ont rien à voir avec le fait de trouver un boulot ou d’avoir une bonne place, et admire les yeux vides de bovins neurasthéniques qui regardent passer une soucoupe volante… Le plus drôle (ou le plus terrible, c’est selon) c’est qu’ils seront persuadés que, pour avoir dit ça, c’est toi qui est bête à manger du foin.

  • De toute manière il est clair que l’argent des dépenses militaires pourrait servir à des choses bien plus utiles que de faire la guerre. Souvent on ne trouve pas d’argent c est ce qu on dit mais alors pour les dépenses militaires il y en a toujours…

  • GROS

    C’est le retour vintage de la mode Hippy ?

    Les dépenses militaires permettent également de faire vivre quantité de personnes (industries, sous-traitants, services) et l’éco-système qui va autour.
    De plus ces budgets alimentent également des filières de recherche importantes, indispensables aux progrès techniques qui nous permettent de rester à un niveau acceptable par rapport à ce qui se fait dans le monde.

    Je n’imaginerais pas que notre aviation militaire, par exemple, soit équipée d’engins et de radars des années 60 ou 70 pendant que le reste du monde s’équipe des dernières technologies.
    Déjà qu’on se prend d’énormes claques dans la guerre économique, je n’ose même pas imaginer ce que ce serait si on n’avait même pas une assise militaire crédible.

    On peut dire ce qu’on veut, le monde réel n’est pas celui des bisounours. Même si on dit « la guerre, bouh c’est mal ! et la paix, chouette c’est bien ! », la réalité pragmatique des choses fait que ces dépenses militaires sont nécessaires.

    Alors après, on peut dire que quand même, l’école c’est important, en plus c’est pour les enfants. Oui, c’est vrai, ça leur permettra d’être mieux armés pour se faire la concurrence quand ils seront adultes… Au fait, c’est pas sur ce même blog qu’on lit régulièrement que l’école c’est mal et ça endoctrine les enfants pour mieux les faire rentrer dans le moule du « système » ?

    De plus, c’est parce que ça concerne les enfants que ce sujet de financement a été choisi : ça fait forcément réagir et ça fait le buzz.

    Allez, continuez de réagir à ce genre d’études : moi ça me distrait.

    • bonsoir

      fabuleux : homosapiens destructor au sommet d’idiocratie dans toute sa splendeur

    • Sans aller jusqu’à jouer les Hippies, on peut se demander qui de la poule ou de l’oeuf…

      Tu parles de notre « aviation militaire, par exemple » qui serait « équipée d’engins et de radars des années 60 ou 70 pendant que le reste du monde s’équipe des dernières technologies. ».

      Je suis d’accord, mais un système éducatif plus performant et disposant de plus de moyens forme ceux qui feront les engins et radars de demain…

      Il n’est pas non plus question de ne plus avoir de défense, mais de 2,2% des dépenses militaires annuelles. On est loin de supprimer toutes les dépenses militaires, faut arrêter un peu la mauvaise foi…

  • SURICATE

    Pas d’accord…Si je prends l’exemple de la FRANCE. Plutôt que de réduire le budget des Armées, les effectifs des Armées Françaises, il faut au contraire les augmenter !

    S’il est un domaine où PUISER cet Argent nécessaire pour scolariser les enfants de la planète (même si c’est plus qu’utopique) c’est celui que s’octroient les gouvernements en place où qu’ils se trouvent et où le gaspillage est roi.

    Déjà en France : Réduire les dépenses abusives de l’Etat Français, supprimer les sénateurs et leurs prestations scandaleuses, réduire le nombre de députés etc…

    Idem pour les prestations perçues par les membres de L’UE.

    Alors là nous pourrions en effet aider à la scolarisation d’enfants privés d’ECOLES dans le monde.

    MAIS, attention, il est des Pays que je ne citerai pas où la transmission du savoir aux enfants est interdite pour cause de « religion » et surtout pour les PETITES FILLES qui naissent pour devenir des ESCLAVES domestiques et sexuelles dès qu’elles atteignent dix ans ! Et ces pays là…pas question de s’en approcher pour offir une scolarisation gratuite !

    Commençons par PENSER à nos ECOLES en FRANCE et donnons-leur les moyens d’exceller dans la transmission du SAVOIR comme jadis !

    Ensuite nous pourrons envisager d’aider les pays en difficulté qui souhaitent scolariser leurs enfants.