Ukraine: la patience des créanciers étrangers est à bout

Le mensonge ne cessera jamais et les néo-nazis en place continueront à l’entretenir, car pour lutter contre cela, il faudrait remettre en cause les plans de ceux qui sont responsables du chaos en Ukraine. Pour l’heure, il faut toujours plus de capitaux, plus d’investisseurs, et plus de réformes pour étouffer la population, la technique habituelle appliquée à l’ensemble des pays européens…

Malgré les appels du premier ministre Arseni Iatseniouk à développer l’économie ukraine-usaukrainienne, les investisseurs étrangers se montrent sceptiques: Kiev a déjà perdu beaucoup de temps sans avoir réalisé les réformes structurelles promises, rapporte un journal autrichien.

Si les autorités de Kiev n’améliorent pas le climat des affaires dans le pays et ne prennent pas de mesures efficaces dans la lutte contre la corruption et les violations flagrantes de l’ordre légal, les créanciers étrangers finiront par perdre patience, estime le quotidien Die Presse.

Selon le journal, les investisseurs étrangers se montrent sceptiques malgré les récents appels du premier ministre Arseni Iatseniouk à « investir en Ukraine ». Le chef du gouvernement a dans le même temps souligné que les sociétés russes ne seraient pas autorisées à privatiser les entreprises ukrainiennes.Pour attirer les investisseurs étrangers et leur montrer les « progrès » en matière de réformes économiques structurelles, les autorités ukrainiennes ont organisé une conférence internationale baptisée « Support for Ukraine ». Lors de ce forum, Kiev a distribué de luxueux dépliants dans lesquels il a présenté ses succès dans la lutte contre la corruption et la mise en place d’un climat d’investissement favorable.

Cependant, constate Die Presse, « la situation sur le terrain est extrêmement grave ».

Les investisseurs étrangers sont sceptiques: les « réformes promises sont trop fragmentaires » et les autorités ont perdu beaucoup de temps.

« Il y a encore beaucoup de choses à améliorer », a déclaré à cette occasion Hermann Ortner, membre de la délégation autrichienne à la conférence.

Le journal rappelle notamment que la monnaie nationale ukrainienne — la hryvnia — s’est considérablement dépréciée ces derniers mois, entraînant une baisse spectaculaire du pouvoir d’achat de la population. En outre, à la demande du Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement a sensiblement augmenté les tarifs d’électricité, ce qui n’a pas tardé à provoquer des réactions négatives dans le pays.

Source: Sputniknews
Comme expliqué plus haut, pour mettre fin à ce mensonge entretenu par l’ensemble des pays soumis aux intérêts américains, il faudrait remettre en cause les plans des États-Unis qui ont créé le chaos en Ukraine pour mieux s’emparer du pays et de ses richesses:

À l’heure actuelle, j’entends encore dire que la situation en Ukraine est entièrement imputable à Poutine, et que cette guerre civile ayant fait 50 000 morts suivant un responsable du renseignement allemand, n’aurait jamais eu lieu sans l’intervention de la Russie. Il est donc indispensable de rétablir certains faits que nous aurions pu oublier dans la masse d’informations qui nous est servi imposée chaque jour par les médias mainstream.

Voici donc quelques points importants qu’il ne faut pas oublier sur les événements en Ukraine, et qui montrent que si la Russie n’est pas complètement innocente, elle n’a pas le niveau de responsabilité que certains aimeraient bien faire croire!

question-mark-nothing

  • Le 20 novembre 2013, la veille du refus par le gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association avec l’Union Européenne, le député Oleg Tsarov dénonçait à la Rada (le Parlement ukrainien) l’ingérence des États-Unis via leur ambassade à Kiev, les accusant de travailler au déclenchement d’une guerre civile en Ukraine, notamment par le biais des TechCamps. Les TechCamps sont « des sessions de formation à l’utilisation de réseaux sociaux au service de l’action, autrement dit d’agitprop, en faveur du déclenchement de révolutions colorées. Elles font partie de l’initiative “Société Civile 2.0” du Département d’État américain qui en finance une grande partie« . La même technique a été utilisée pour le déclenchement des printemps arabes organisés par les Etats-Unis suivant un article du New York Times.

Et ce ne sont que quelques faits parmi beaucoup d’autres qui montrent que si renversement du pouvoir il y a eu, non seulement Poutine n’aurait rien eu à gagner avec celui-ci, mais qu’au contraire, cela aurait été « tout bénef » pour les Etats-Unis. Les Etats-Unis VEULENT un nouveau conflit qui serait un minimum salvateur pour leur économie, puisque financièrement ils sont dans une situation apocalyptique, et que cette nation n’existe que par la guerre: sur 239 années d’existence, 220 années de conflits.

La guerre ne sera pas évitable puisque les Etats-Unis ne le souhaitent pas. Quand à la Russie, ils subissent toujours plus de sanctions qui sont contre-productives puisque les montants que l’EU a perdu en n’exportant plus en Russie se comptent en milliards.

Depuis, qu’avons-nous pu constater?

Quand à l’OTAN, « outil de paix » dans le monde, elle est menacée par la Russie, il ne faut pas l’oublier, cette carte le prouvant:

07-bases-otan

À l’heure tout n’est plus que propagande, l’ennemi ultime étant Poutine, et systématiquement, il faut défendre et soutenir l’Ukraine avec son gouvernement à la botte des Etats-Unis. L’ensemble de « l’empire » soutient maintenant une bande de néo-nazis sans dénoncer le moins du monde les mensonges autours, ce qui n’est plus une surprise de toute manière venant des Etats-Unis qui n’hésitent pas à menacer pour atteindre leurs buts, ils ont déjà un sacré passif dans le domaine:

Pour rappel également, les Etats-Unis ont refusé d’interdire la glorification du nazisme à l’ONU, ça, c’était le petit plus…

Alors, c’est toujours Vladimir Poutine le dangereux et le responsable de la situation en Ukraine?

 

5 commentaires