La maison autonome ou comment vivre d’énergies renouvelables, d’amour et d’eau fraîche

Voilà l’exemple parfait d’un idéal d’autosufisance et d’autonomie par l’alternative; Patrick Baronnet  est chercheur et réalisateur en mode de vie alternatif, concepteur et réalisateur de La Maison Autonome (la Maison des 3 E – Site internet heol2.org ). Il est membre actif des “Oasis en tous lieux” de Pierre Rabhi (Mouvement Colibris) et co-fondateur du Réseau National des Écocentres.

La maison autonome de Patrick et Brigitte« Une famille joyeuse et créative vit sans eau publique, ni pétrole ni nucléaire… ni supermarché depuis plus de 20 ans ! Une maison totalement autonome : énergie du soleil et du vent, eau de pluie filtrée, potager bio, toilettes sèches, phytoépuration… et entraide. Des exemples concrets et pragmatiques, des outils pratiques et simples en vue d’un futur proche, qu’ils ont déjà partagé avec des milliers de visiteurs, stagiaires, téléspectateurs etc.. »
Chercheurs en économie alternative, c’est ainsi que se définissent Patrick et Brigitte Baronnet. Installés en Loire-Atlantique, depuis plus de 30 ans, ce couple et leurs quatre enfants expérimentent un mode de vie autonome et solidaire. Dans lequel les consommations d’énergie sont divisées par quatre. Et les besoins en argent aussi. Rencontre avec des adeptes de la sobriété heureuse.

Patrick et Brigitte ont fêté leur « débranchement EDF ». C’était il y a 20 ans. On parlait alors à peine de transition énergétique, encore moins d’arrêter la moindre sacrosainte centrale nucléaire. Installés en Loire-Atlantique, ils savouraient l’accomplissement d’un de leurs objectifs : être autonomes en électricité. Aujourd’hui, une éolienne de 18 m de hauteur et de 5 m d’envergure, couplée à des piles photovoltaïques d’une surface de 6 m², leur suffisent. L’ensemble fournit assez de courant pour une famille de six personnes (ils ont quatre enfants).

Autonomie énergétique

Cette autonomie n’est possible que parce qu’ils consomment 10 fois moins d’électricité que la moyenne des Français ! Comment ont-ils réalisé cet exploit sans revenir à l’âge des cavernes ? Très simplement : le chauffage de l’eau est assuré par les rayons du soleil et celui de la maison par un poêle de masse, qui ne coûte que 200 euros de bois par an. Patrick et Brigitte ont aussi décidé de se passer de réfrigérateur. « Six mois par an, il fait plus frais sur le bord de la fenêtre que dans le frigidaire », sourit Patrick… Ils cueillent au quotidien de quoi se nourrir dans le vaste potager biologique qu’ils entretiennent depuis bientôt 40 ans.

« Alors que tout le monde montait à Paris, pour faire carrière, pour être à la mode ou dans l’espoir d’une société meilleure », Patrick et Brigitte décident d’aller à contrecourant et quittent la capitale. « L’idée, c’était de vivre en cohérence avec nos idées et l’environnement, raconte Patrick. Il ne fallait donc pas dépenser plus que ce que pouvait nous fournir la planète. Et donc revoir totalement notre mode de vie. A l’époque, on nous prenait pour de doux rêveurs. » Il commence par enseigner à mi-temps dans une ville dont il n’avait jamais entendu parler : Châteaubriant, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Rennes. « Nous avons décidé de diminuer nos salaires pour ne pas participer à la croissance, synonyme pour nous de destruction de l’environnement. Il ne peut y avoir d’écologie avec deux salaires. Le salaire est forcément lié à la production et donc à l’atteinte à l’environnement. » Radical. Mais comment vit-on à six avec un demi-salaire d’enseignant ?

Libérés de toutes créances

« Nous sommes pourvoyeurs de nos besoins, répond Patrick. L’argent couvre un quart de nos besoins. Le reste, nous le tenons de nos bras, de nos mains et de nos maison_p.1-ea693neurones déconditionnés. » Premier poste d’économie : le logement. La maison a été entièrement retapée par ses propriétaires. Qui n’y connaissaient rien mais ont tout appris. « Il ne faut pas craindre l’apparente complexité des techniques, quelles qu’elles soient, estime Patrick. Il faut revenir à des techniques simples, pas chères, réparables. Le chauffe-eau solaire que j’ai fabriqué il y a 35 ans fonctionne toujours ! » Patrick n’était pourtant pas chauffagiste. « J’ai observé et je me suis lancé : tous les soirs, je prenais ma douche, chaude, grâce à un tuyau jaune de plastique qui restait au soleil toute la journée. Je me suis dit, je vais remplacer ce tuyau par un serpentin noir mat, je vais l’insérer dans une sphère plate, et je vais faire serpenter un tuyau de cuivre à l’intérieur et le relier à un ballon de 200 litres. Ce n’est pas sorcier. »

Seule contrainte : disposer de temps. « Soit on emprunte beaucoup d’argent et on travaille pour rembourser. Soit on devient auto-constructeur, et on est totalement responsable de sa maison. Nous n’avons pas toutes les garanties et assurances qu’offre un professionnel. Cela dit, quand on fait soi-même, pour soi-même, en général, on s’applique. Faire soi-même permet de minimiser les emprunts, et de ne pas être obligé de travailler à temps plein. » La plus récente construction en paille, bâtie à côté de la maison autonome, a coûté moins de 25 000 euros, pour 70 m² habitables ! De quoi rendre dépressif un promoteur immobilier. « Elle est conçue comme un capteur solaire. Le soleil, en passant à travers les vitres, chauffe les « briques de terre compactées » qui accumulent les calories. La paille très isolante, à l’extérieur, prévient du froid, les murs et le plancher rayonnent à l’intérieur en chauffant la maison. »

Autonomie en eau

« Nous n’avons jamais payé l’eau, ajoute Patrick. Nous récupérons celle qui tombe du ciel, gratuitement. Elle est stockée dans des cuves souterraines et remonte dans un puits grâce à une éolienne de pompage. Nous la filtrons ensuite pour pouvoir la boire. Elle est de bien meilleure qualité que l’eau du réseau. » N’en déplaise à Veolia ou Suez environnement. Si l’on en croit les travaux de Joseph Orszàgh, chercheur belge, sur l’eau de pluie, celle-ci est bien plus légère en produits phytosanitaires que l’eau du réseau. Et elle ne contient pas de chlore. Chez la famille Baronnet, divers systèmes, tels que la pédale en remplacement du robinet pour se laver les mains et/ou les dents, permettent de réaliser d’importantes économies.

Exit aussi la chasse d’eau. « Nous avons installé des toilettes sèches, qui nous permettent d’avoir un excellent compost pour notre jardin », avance Patrick. Résultat : la famille assure consommer cinq fois moins d’eau que la moyenne des Français. Les eaux grises – issues de la vaisselle, des lessives et des douches – sont épurées par un filtre naturel : une série de bacs où poussent des plantes que l’on retrouve traditionnellement dans les zones humides et qui permettent de nettoyer l’eau. Cette alternative aux fosses sceptiques et aux mini-stations d’épuration, très chères en zone rurale, est peu onéreuse à l’installation (moins de 1000 € contre plusieurs milliers d’euros pour les systèmes classiques). Les analyses réalisées en sortie de système assurent d’une eau très bien épurée.

Article complet sur Decroissons.wordpress.com

 

15 commentaires

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif Je dis Respect ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • Bonjour chers moutons,
    Un très grand merci à benji pour cet article. je connais parfaitement Brigitte et Patrick Baronnet, j’avais acheté une ferme à 15 km de chez eux est ai adhéré à leur groupe d’autonome, en réalisant la rénovation de cette ferme en matériaux naturel (chaux- chanvre, isolé le grenier avec de la laine de mouton coupée sur le pré, aucune peinture seulement des ocres, une cheminée avec récupérateur, j’ai vécu prés de 3 avec des toilettes sèches, récupéré l’eau de pluie dans les ex fosses septiques, construis dans l’étang un fossé planté pour récupérer les eaux grises (vaisselles et urines) composté tout ce qui pouvait l’ être. et pour une ultime récupération d’énergie un four solaire que vous pouvez commander (le plan ou le kit)ici:
    http://www.boliviainti-sudsoleil.org/spip.php?article92
    J’ai également eu des conseils par joseph Orzag (scientifique belge) dont j’ai le Cd de la gestion durable de l’eau « EAUTARCIE »peut-être pouvez-vous l’ avoir sur son site(dont je n’ai pas l’ adresse)….je n’ai malheureusement pas pu poursuivre cette expérience…
    mais elle m’a apporté beaucoup, j’oubliais que j’ai vécu sur l’eau du puits durant 2 ans avec un osmoseur. Qualité de l’ eau PURE.
    Bonne journée.

  • Si tout le monde faisait comme ça l’environnement ne s’en plaindrait certainement pas.

    Mais.

    « Une famille joyeuse et créative vit sans eau publique, ni pétrole ni nucléaire… » n’est pas tout à fait exact.

    Puisqu’il a fallu pas mal de pétrole pour fabriquer et transporter panneaux solaires, éolienne, tuiles, plastique de la serre, et même jeans de la charmante jeune femme au milieu de la photo…

    Hélas le pétrole est partout, bien caché et il ne faut guère se leurrer, maintenir ce style de vie lorsque ce sang noir nous aura quitté sera tout bonnement impossible.

    De par l’extraction dans les mines disséminées aux quatre coins de la planète, de par le transport des mines vers les lieux d’assemblage, des lieux d’assemblage vers les points de vente et des points de vente vers les utilisateurs finaux, et/ou en tant que matière première, le pétrole est omniprésent.

    • Oui Zéro KWh,
      Mais il y a 30 ans, tout cela n’existait pas encore sur le marché. Le chauffe eau solaire a été fabriqué à partir d’un tube récupéré et cintré qui couvre la longueur de la toiture.
      les batteries qui équipe l’éolienne ont été récupérées chez France Télécoms (du moins les premières) car la nouvelle éolienne est un nouveau prototype, sponsors des baronnet, et les batteries nouvelles générations. quant au reste, les cuves de récupérations d’eau sont en plastique et sont en terre depuis environ une 10 d’années, je les ai vu mettre en terre. la serre et en verre et plastique récupérés. les bassins sont des abreuvoirs en ciment, ceux que je devais installer étaient en plastique. Tout est en 12 volt et avec redresseur et un onduleur sur la nouvelle éolienne. ce n’est pas d’aujourd’hui que cette ferme date, ses 4 enfants sont nés là, et à l’époque c’était plutôt article 22…..
      aujourd’hui ils ont fait des émules malgré l’évolution technologique, ils ont réussi l’ exploit d’associer leur efforts à la DDE de Chateaubriand, qui équipe ses WC routiers en toilettes sèches et…..Ca marche depuis une diz

      • zut pardon pour mes gros doigts.
        Une dizaine d’années, avec également les mêmes WC autour des lacs et étangs du coin.
        Ils connaissent beaucoup d’industriels prêt à aider les futurs « auto-constructeurs ». sans pour autant coûter beaucoup d’argent. les puits canadiens fonctionne très bien, les poêles de masse aussi. Et puis on ait pas obligé d’avoir tout le confort électrique possible.. la simplicité de leur maison est plus que modeste. Et pourtant très confortable.

      • fautoubenner

        Bonjour Cri-cri ,
        Alors, pourquoi es-tu partie?

      • Bonsoir Fautoubenner,
        Simplement à cause d’une séparation, ma compagne du moment est partie….peut-être trop dur genre travaux d’hercule. 7 Ha de terre avec des bâtiments et la ferme en démolition et en « rénov » complète….
        mais que de souvenirs…..

      • fautoubenner

        Effectivement, 7Ha + de très gros travaux ce n’était pas rien ! ma question ne se voulait pas indiscrète , je te remercie de m’avoir répondu ,je te souhaite plein de bonnes belles et choses pour la suite .
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • fautoubenner

      Bof … c’est vraiment plat comme commentaire !

      • fautoubenner

        pour ceux qui crève de faim je pense qu’une poule et deux salades , un jardin … c’est du bonheur et pour les autres ça contribue à éviter de se retrouver à crever de faim!

        Si toi tu crève de sur-nutrition ,tu peux y remédier facilement , tu sais ce qu’il te reste à faire …

        Ce n’est pas en essayant de culpabiliser ceux qui mangent à leur faim que cela va régler le problème de la faim dans le monde .
        Comprendre pourquoi certains crèvent de faim et d’autre de sur-nutrition n’est pas si compliqué que cela ,il suffit de suivre les actualités .

        Le problème est de comment y remédier avec d’un côté les picsous psychopathes maffieux qui gouvernent en s’emparant de tout et de l’autre côté les peuples apathiques qui courbent l’échine !
        Où passe tout le fric qui est donné pour aider ceux qui ont faim ?

        Et tous ces milliards dépensés dans ces guerres qui empêchent la culture des terres ,détruisent le sol les récoltes et la population!
        … etc

  • azteck

    Bisous copain
    Si tu est comme je le soupçonne Faut tout laver, appel moi j’ai perdu ton phone.

  • azteck

    Nous vivons des temps bizarres ou les liens sont amené à se resserrer,si affinité. Face à huit petits chiots, la testostérone me fuit…(comportement normal en une telle situation.)
    Ne serait tu pas intéresse par une jeune boxer ? Tu connait la Maman une belle personne…
    Faut tout canaliser.

    ,

    • fautoubenner

      Bonjour azteck,
      Non,je ne suis pas Faut tout laver,c’est la 2 ième fois qu’on me pose la question , mais je ne vois pas de commentaire de sa part ,peut-être est-ce le fait de la trop grande ressemblance de nos pseudos ? alors je me demande si je ne devrais pas changer de pseudo afin de ne pas entretenir une confusion qui pourrait le gêner .
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif