La Licra, son livre contre le racisme et l’antisémitisme : un prêche partial pro-israélien

Il est intéressant de savoir exactement ce qui est enseigné à nos enfants durant leur période scolaire. Mais voilà, l’éducation de plus en plus vire à l’endoctrinement pour non seulement en faire de parfaits petits consommateurs, mais également pour y faire passer des idées voire des idéologies politiques plus que discutables. Si l’histoire n’est pratiquement plus enseignée comme elle l’était jadis, puisque De Gaulle, Napoléon, Charles Martel et bien d’autres sont passés à la trappe, quel besoin de leur enseigner dès le plus jeune âge qu’un enfant peut choisir s’il veut être un garçon ou une fille? Quand au dernier manuel pour lutter contre le racisme et l’islamophobie, il fait plus figure de support publicitaire pour Israël que de véritable message de tolérance. Les explications, si certaines sont détaillées, d’autres sont également faussées ou très orientées comme celle sur le sionisme et l’antisionisme. Dans ce passage aux pages 140-141, il est expliqué que le sionisme a été identifié en 1975 par l’ONU comme étant du racisme, et que le terme a changé depuis. Depuis l’an 2000, l’antisionisme est la délégitimation de l’état d’Israël et l’hostilité aux juifs. Le livre oublie une chose pourtant très importante, colossale même, il oublie d’expliquer à nos enfants POURQUOI des rabbins juifs israéliens se déclarent ouvertement antisionistes alors qu’ils sont juifs, et donc ne peuvent pas être antisémites. Nous faisons couramment un rappel sur le sujet dont le dernier en date se trouve ici, car il faut bien que certains informent de al réalité des choses…

100 Mots pour se comprendre

En septembre dernier, la Licra a publié un ouvrage rassemblant 100 textes, relatifs à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Problème, quand il est question d’Israël, il n’est jamais question de Palestine. Pour Pascal Boniface, qui a décortiqué les textes, ce traitement de la question du racisme et de l’antisémitisme est extrêmement problématique.

La Licra a édité en septembre 2014 “100 mots pour se comprendre, contre le racisme et l’antisémitisme“, sous la direction d’Antoine Spire et Mano Siri, aux éditions “Le bord de l’eau”.

Ce livre vient d’être publié sur le site Eduscol du ministère de l’Education nationale, qui a récemment renouvelé son partenariat avec la Licra, pour des interventions dans des établissements scolaires, ou la formation des formateurs.

Un traitement fondamentalement partial de la question
Combattre le racisme et l’antisémitisme, rien de plus nécessaire. Il n’est pas certain que ce livre y contribue réellement. On parle beaucoup d’éviter d’importer le conflit du Proche-Orient en France. J’ai déjà eu l’occasion de dire que ceci me paraissait vain, ce conflit étant de fait déjà importé. Le véritable objectif doit être d’en limiter les conséquences négatives sur notre société.
Le livre en question aborde bien le sujet, mais de façon tout à fait partiale. La volonté de donner un visage positif d’Israël est nette. L’entrée Israël est rédigée par Frédéric Encel. On peut y lire (p.93) :

“Seule authentique démocratie au Moyen-Orient, Israël fut confronté dès sa création au rejet quasi unanime des voisins arabes, et mena plusieurs guerres pour asseoir son existence.”

Des élèves qui auraient fait un peu d’histoire pourraient s’interroger sur qui fut à l’origine de guerres en 1956, 1967 et 1982.
Rassurons-nous, le processus de paix “finira sans doute par aboutir à un partage territorial entre l’État juif d’Israël et un État arabe de Palestine”. On ne sait pas trop quand. Mais aucun mot sur l’occupation, les checkpoints, la répression ou la colonisation, pour ne pas parler du blocus de Gaza.
“Quant au racisme, s’il existe hélas autant en Israël que dans d’autres pays, celui-ci tombe sous le coup de la Loi.” (p.94)
C’est oublier un peu rapidement les multiples déclarations de l’extrême-droite israélienne ou les manifestations où l’on crie “mort aux Arabes”.
On apprend aussi, à la même page, qu’”une forte minorité arabophone dispose des mêmes droits et devoirs civiques que ceux de la majorité juive.”

 

D’énormes oublis, dont le mot “islamophobie”
Le terme Palestine, Palestiniens, n’apparaît pas. Le terme sionisme (antisionisme), oui. Il est jugé utile d’écrire que “l’arrivée d’Hitler au pouvoir et les débuts de la Shoah accompagnent la montée en puissance du mufti de Jérusalem, Mohammed Amin al-Husseini qui croit pouvoir, en soutenant les nazis, contribuer à liquider la question juive de Palestine.” (p.140)
Mais rien sur les attentats des extrémistes juifs pour faire partir les Britanniques avant la création d’Israël. On apprend que “les armées arabes pourtant supérieures en nombre perdent la guerre” (de 1948) et qu’”Israël conquiert 26% de territoires supplémentaires par rapport au plan de partage.”
Mais les termes de “réfugiés” ou “nakba” n’apparaissent pas.
Un chapitre est consacré au terrorisme, qui est réduit à sa dimension islamiste.
Le terme islamophobie est absent, et celui d’islamiste assimilé à islamiste radical ou terroriste, sans nuance. On apprend dans l’introduction (p.13) : “Chaque islamiste contribue un peu plus à diaboliser l’Islam.” Ennahda, l’AKP, les Frères musulmans, le Hamas, Al-Qaida, Daesh, tous dans le même sac ?

 

Une présentation grossière et biaisée
Peut-être certains lecteurs adhéreront à ce type de message et en tireront une approche plus favorable à Israël. On peut penser qu’une partie non négligeable y verra un souci de donner aux évènements du Proche-Orient une lecture biaisée et pro-israélienne. Que tous ne sont pas à ce point ignorants de la situation et que le caractère excessif du parti-pris dans un document censé rassembler leur sautera aux yeux.

Cela les conduira à contester ce document. Va-t-on dès lors dire qu’ils contestent l’objectif de la lutte contre le racisme ?
Parmi les rédacteurs, on retrouve Robert Redeker, présenté comme “philosophe, menacé de mort suite à une tribune parue dans Le Figaro”. Les menaces reçues par Redeker sont inadmissibles. Chacun doit exprimer sa solidarité pour dénoncer de telles menaces. Cela n’oblige pourtant pas à adhérer à ses propos qui permettent de se demander s’il est réellement bien placé pour participer à un outil pédagogique de lutte contre le racisme.

Rappelons quelques extraits de sa prose de l’époque, dans “Le Figaro”, du 19 septembre 2006 : “Le Coran est un livre d’inouïe violence” ; l’islam est “une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine” ; Mahomet est “un chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame”.
On conviendra que ceci ne le rend pas très crédible pour participer à un manuel de lutte contre le racisme. Que sa présence peut légitimement être reçue par les musulmans comme une provocation.
Y-a-t-il quelqu’un qui au ministère a relu ce livre avant de le référencer ?
Ses auteurs ont manifestement choisi de privilégier la défense d’Israël à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. C’est leur libre-choix. Que l’Éducation nationale le cautionne officiellement est beaucoup plus discutable, et risque plus de faire monter les tensions que de susciter de l’apaisement.

Ils souhaitent réellement lutter contre les différences avec de telles méthodes? Quand à ce qui est enseigné à vos enfants, soyez derrière et n’hésitez pas à rétablir la vérité sur certains sujets.

 

36 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Un publication à rajouter au bourrage de crâne ambiant tendant à victimiser les Juifs, le sketch récent des guignols ici ou encore le sketch quotidien du gouvernement par exemple, et alimenter de surcroît l’amalgame : antisioniste/antisémite puisque le but final est de couper court à toute discussion sur le sionisme et par la même occasion, faire rentrer dans le rang les exocharlies.
    J’espère qu’ils ne vont pas obliger les élèves à acheter ce bouquin pour l’étudier en cours !

  • Jujusmart

    Pendant qu’ils réclament une sécurité totale, voilà comment les militaires, cul et chemise avec leur potos jouifs conçoivent les risques :
    http://www.panamza.com/060215-militaires-dansent-synagogue

  • La distinction racisme/antisémitisme démontre d’emblée l’escroquerie inhérente de l’antiracisme qui sévit sur notre territoire.

    Sauf à considérer que cette distinction ait pour but d’établir une échelle de valeur entre ces deux racismes et que sans le dire, elle place l’antisémitisme au dessus du racisme :

    https://http://www.youtube.com/watch?v=nzya93LlTGQ

  • ficam

    Un livre pour les charlies c un nouveau public

  • alioch

    Aux sources du racisme et de l’antisémitisme, lisez le Talmud, et vous serez fixés. De tous temps les juifs se sont faits haïr, Ils s’estiment être les seuls être humains, les autres “humanoïdes” de la planète n’étant que des animaux pour les servir. Ils ont la maitrise de l’argent du monde et donc de l’Amérique. Ils se permettent de massacrer qui bon leur semble, ils agissent en état mafieux et pleurent pour la Shoah, jackpot de leur peuple raciste au sommet.

    • eric67

      tu l’as lu le talmud ?

      ya quoi dedans ??

      c’est marqué où ca pour que l’on puisse vérifier

    • Ne les mets pas tous dans le même sac stp, car c’est aussi contre cela que je me bat. Dans ta prose, ne dis pas juif mais sioniste, car de nombreux juifs sont victimes du sionisme, et pas l’inverse.

      • odc

        Salut Benji, effectivement pas tous les mettre dans le même sac, MAIS …
        Tout comme pour les musulmans a qui on demande de condamner haut et fort le terrorisme, OU sont les Juifs qui dénoncent le sionisme??
        Et mon avis est que, ces deux religions ont un double discours FLAGRANT!

        De toute façon il suffit d’aller lire les com sur les site Isra…. pour se faire une idée et de comprendre que alioch n’a pas tout a fait tort.

        Je remarque que seule la religion la plus persécuté au monde (les chrétiens), essaie constamment d’apaiser les esprits !!

        • eric67

          que vous le vouliez ou pas la religion juive est sioniste !
          et cela au moins depuis la destruction du temple an l’an 70
          dans toutes les prières on demande à Dieu de retourner en israel,
          nous avons même un jour de jeûne pour pleurer la destruction de Jérusalem et du temple

          maintenant qu’un juif ne soit pas d’accord avec le sionisme, c’est son droit le plus strict, au même titre que des juifs mangent du porc . ou ne respectent pas les lois ou soient homosexuel ( interdit dans la bible)

          allons demander aux juifs de dénoncer le fait que le bible est homophobe ???

          pour les rabbins ‘antisioniste’ Les Neturei Karta considèrent que l’État juif de l’antiquité fut détruit par la volonté divine et que seul le Messie pourra le rétablir. Toute tentative humaine de recréer un État juif avant la venue du Messie est donc une attaque contre la volonté divine. Lors des élections israéliennes, ils appellent ainsi de façon systématique à refuser de voter.

          donc il sont quand même un peu sioniste non ??? pour moi , la différence entre eux et les sionistes c’est qu’une question de temps ? eux c’est on attend le signal divin, les autre on s’en fou de Dieu … on fonce !

          donc ,que vont faire les rabbins anti sionistes si le messie attendu par les juifs débarque ?? vont-ils garder les mêmes positions ??? j’en sais rien ! mais c’est une question que je me pose depuis longtemp

        • eric67

          la religion la plus persécuté au monde (les chrétiens)

          et là, curieusement personne pour en parler, rien à l’onu,

          pas de manifestation de soutien … rien dans les journaux

          tout le monde s’en moque….

    • Jésus est venu pour réformer l’ancienne loi devenue obsolète, il serait donc logique que la majorité des êtres humains (tout de même), ne tienne plus jamais compte de ce texte involutif et de sa sinistre métastase, le talmud.

    • Balou

      Dieudonné écoute les Rabbins qu’on n’entend jamais en France

      Proprement stupéfiant, même pour un Juif français, et fortement instructif ! Les pensées de ces Rabbins orthodoxes là, de Naturei Karta , sont réellement religieuses, et n’ont rien à voir avec tout ce qu’on peut entendre en France.

      http://soutiendieudo.free.fr/article.php3?id_article=90

  • whackangel

    Je ne peux qu’apprécier voir des Israéliens appliquer Goebbels à la lettre… Ce monde est vraiment rempli de surprises !

  • Le Gaulois libre

    La Licra, le CRIF et tous les machins pro-sionnistes, ne sont-ils pas en vérité que des fausses barbes du MOSSAD ?

    N’est-ce pas le principal responsable du MOSSAD qui a dit publiquement :

    Tous les juifs sont des agents du MOSSAD!

    En oubliant volontairement au passage que tous les juifs ne sont pas sionnistes, et qu’il y en a même de de profondément anti-sionnistes.