Préparer un éventuel chaos en sachant comment stocker la nourriture…

Comme il y a une forte probabilité pour qu’il y ait une dégradation de la situation en général, la sagesse veut que ceux qui en ont les moyens préparent ne serait-ce qu’un minimum. Bien sur, il existe mille et une manière de se préparer, avant tout en fonction de ses besoins, des priorités, de la zone géographique habitée, et bien évidement, des risques potentiels. On ne va pas se préparer de la même manière suivant si l’on habite au Canada, en Côte-d’Ivoire ou en France, même si certains des risques peuvent être similaires à ces trois zones.

Ce qui est intéressant dans cet article, c’est le côté technique de la préparation, avec quelques bonnes idées pour celle-ci, comme les casiers à monter soi-même et qui ne sont pas très difficiles à mettre en oeuvre par exemple…

doomsday_preppers_instore_ambient_96dpi

Si la mise en place d’une certaine résilience alimentaire familiale est une pratique ancestrale synonyme de prévoyance et d’indépendance, celle-ci peut être d’une logistique assez lourde et complexe selon la durée d’autonomie visée.

A la maison, nous nous basons sur une autonomie plutôt lourde de 12 mois. Pourquoi 12 mois ? Entre autre parce que c’est un cycle naturel complet calqué sur la production de la plupart de nos aliments. Parce que si nous perdons notre emploi, nous avons 12 mois d’avance sur le cout de la nourriture. Parce que plus de 12 mois et la logistique devient pénible au niveau de la place requise et de la rotation.

Bien sur, cette notion de résilience alimentaire peut être flexible, et se développer sur des durées plus courtes pour certains produits, et plus longues pour d’autres.
Par exemple, nous stockons assez d’huile végétale et de farine pour 12 mois, mais du riz et du blé pour cinq ans.

Tout va dépendre de paramètres propres a vos intentions, votre situation familiale (c’est a dire votre niveau de consommation), votre place ou encore la nature des produits sélectionnés.

Le témoignage ci-dessous reprend cette notion de résilience alimentaire, tout en simplifiant sa logistique.
volwest.

——————————-

Afin d’augmenter ma résilience, et la capacité de notre foyer à résister à des évènements imprévus, j’ai entrepris il y a deux ans de stocker de la nourriture, en voulant adopter la devise « stockes ce que tu manges et manges ce que tu stockes ».

2 questions se sont alors posées à moi, prepper débutant :

– Comment organiser les produits dans ma cave pour avoir une gestion efficace, facile, et évidemment à coût réduit ?
– Qu’est-ce que je peux acheter et stocker sans risque de perte par le dépassement des dates de péremption ?

Je remercie Volwest de me permettre de partager mes réflexions et mon expérience avec vous…

 

1- L’organisation

canrack1J’ai commencé par organiser mes étagères par type de produit : les boites de tomates, les boites de petit pois, les pâtes, les sauces etc…

A chaque retour de courses, je mettais les nouveaux produits achetés derrière les produits déjà existants dans les étagères et les placards, ainsi, le reste de la famille pouvait prendre les produits sans se préoccuper de la date, en prenant toujours les produits les plus accessibles.

Cette étape était particulièrement fastidieuse et pouvait conduire à quasiment réorganiser l’intégralité du stock chaque semaine.
J’ai alors recherché des options sur internet, y compris les systèmes de rotation de boites de conserves.
Mais ceux-ci ne m’ont pas convaincu au niveau de la place occupée par rapport à la quantité stockée, de plus je n’envisageais pas d’investir dans des étagères dédiées au stockage, préférant des étagères standard et polyvalentes.

J’ai alors décidé de réorganiser complètement mon stock, en l’organisant par date de péremption :

Chaque emplacement est nommé avec une Année: 2014, 2015, 2016 etc…

WP_20140927_002

L’idée est que, en revenant de courses, on place les stocks dans l’emplacement correspondant à l’année de péremption. Ainsi, l’espace de stockage « 2017 » par exemple, ne contiendra que des produits se périmant en « 2017 », et il n’y a pas besoin de mettre les nouvelles boites de conserves derrière les anciennes. Les nouvelles boites « 2017 » peuvent être placée à l’avant de l’étagère « 2017 », ce qui facilite le rangement des courses.

Afin de toujours consommer en priorité les produits ayant une date d’expiration approchant, il suffit simplement de sensibiliser la famille en expliquant qu’il faut prioritairement manger les produits stockés dans l’emplacement de l’année courante, par exemple « 2014 ».

Ainsi, lorsque l’on cherche une boite, on regarde d’abord dans l’emplacement de l’année courante « 2014 », si la boite recherchée n’y est pas, alors seulement on cherche dans l’emplacement correspondant a une date plus éloignée (Ou on change d’idée, et on décide de faire un repas basé sur une des boites restant dans l’emplacement de l’année !).

Lorsque l’on cherche des idées de repas à faire, une bonne pratique consiste à aller voir ce qui est dans cette étagère. L’Objectif étant de vider l’étagère dans l’année.

2- Rotation

A la nouvelle année, ou une fois l’emplacement de l’année vide, on peut transférer tout le stocke de l’année N + 1 (2015) vers cet emplacement, cela cans105aura pour effet naturel de remettre les boites 2015 achetées en dernier à l’arrière et les boites 2015 achetée en premier devant.

L’emplacement anciennement nommé 2015, maintenant vide, pourra être ré étiqueté avec une autre année, par exemple « 2019 ».

L’emplacement de l’année courante doit aussi être ré étiqueté pour correspondre à l’année courante.
Physiquement, la famille n’aura pas à changer ses habitudes, et continuera à chercher prioritairement des produits dans le même emplacement, appelé maintenant « 2015 ».

 

2- Consommation
Pour essayer d’identifier les quantités à stocker, l’idée est de suivre les conseils de Volwest (voir notamment le chapitre sur la nourriture dans « Rues Barbares – survivre en ville »), et d’identifier sa consommation mensuelle pour chaque produit à longue conservation: boites de conserves, pâtes, riz, légumes, produits secs, produits en Bocaux, huile etc…

Si je ne consomme un produit que tous les 2 mois, alors, j’estime ma consommation à 0,5 par mois.
Si je ne consomme un produit qu’une fois par an, alors ma consommation est de 1/12 par mois.

Il est aussi nécessaire d’identifier les durées de conservation des produits. Par exemple, une boite de thon peut être trouvée avec une date de péremption Y+3 . Achetée en 2014, la date de stockage sera alors 2017.

3- Ratio

Une fois notre « Consommation mensuelle moyenne » identifiée, pour savoir combien stocker, on pourrait design-basics-a-guide-to-the-golden-ratio-1 simplement considérer que chaque année, il faut stocker 12 fois la liste de consommation mensuelle. Cette approche me semble un peu risquée et peut être assimilée à un flux tendu: Cela voudrait dire qu’il faut absolument se tenir à la liste de consommation mensuelle, sans jamais faire d’écart car le moindre écart serait immédiatement sanctionné par la perte d’un produit en fin de cycle.

Une fois notre « Consommation mensuelle moyenne » identifiée, pour savoir combien stocker, on pourrait simplement considérer que chaque année, il faut stocker 12 fois la liste de consommation mensuelle. Cette approche me semble un peu risquée et peut être assimilée à un flux tendu: Cela voudrait dire qu’il faut absolument se tenir à la liste de consommation mensuelle, sans jamais faire d’écart car le moindre écart serait immédiatement sanctionné par la perte d’un produit en fin de cycle.

Article complet+illustrations complémentaires et modélisation au format Excel sur Lesurvivaliste.blogspot.fr

À lire également:

24 commentaires

  • Pelerin

    L essentiel est de stocker..en cas de disette quand il n’y a plus rien à bouffer on est plus très regardant sur les dates ! d’autant que lesdites dates ne correspondent pas toujours à la date réelle de péremption de l’aliment.

    Comment faire de la lessive soi-même ?
    Une recette de lessive de grand-mère à la saponaire permet de laver les tissus les plus délicats comme la laine. Très facile à faire soi-même, cette lessive d’antan est connue depuis des générations !
    Recette de la lessive à la saponaire
    1. Coupez les racines de saponaire en morceaux.
    2. Faites chauffer l’eau dans une casserole.
    3. Plongez-y les racines, puis couvrez.
    4. Laissez bouillir quelques minutes.
    5. Filtrez, puis laissez refroidir.
    6. Ajoutez l’huile essentielle de lavande vraie.
    7. Versez votre lessive à la saponaire dans votre bidon à l’aide d’un entonnoir.
    8. Utilisez un bouchon à chaque lessive.
    Ingrédients
    • 30 g de racine de saponaire séchée
    • 2 litres d’eau
    • 7 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie
    Équipement
    • Un bidon vide et propre de 2 litres
    • Une grande casserole
    • Un entonnoir
    Les conseils de nos grands-mères
    • Où acheter des racines de saponaire ? On trouve des racines de saponaire en parapharmacie ou en herboristerie.
    • La lessive à la saponaire n’est pas adaptée pour le linge blanc car elle pourrait le jaunir.

    • Le veilleur

      Avec la plante « prêle » vous pouvez vous confectionner du dentifrice après décoction et le mélanger à de l’argile verte ou blanche et vous en servir comme éponge à récurer les casseroles, sa texture fibreuse très dure est idéale pour ça.

  • Maverick Maverick

    Bien vue, l’organisation du stockage. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • Bardamu

    Le chaos je sais pas mais dans ma ville, il suffit de 3 jours de neige consécutifs pour bloquer l’approvisionnement et vider les magasins de tout contenu alimentaire.

  • samlours94

    Paranoïa land ….

    • Itsmie

      IL VAUT MIEUX PASSER POUR UN PARANO EN TEMPS DE PAIX QUE POUR UN CON QUAND LA GUERRE ARRIVE!
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    • article 35

      « La cigale ayant chanté tout l’été……….(vous connaissez la suite)
      Ceux qui se foutaient de moi il y a 10 ans en me traitant de parano et de pessimiste , riaient moins il y a cinq, plus du tout l’année dernière et me demandent mon avis aujourd’hui.

  • rouletabille rouletabille

    Pour stocker l’Or et l’Argent demandez à JOVA .

  • fliouguer

    Les hommes ont fait pleuvoir dans un pays sec,
    les conditions météorologiques sont redevenues normales.
    Un commentaire sur France Culture le raconte.
    Pourquoi d’abord ne pas reproduire ceci en France.
    Une météo clémente. Des saisons régulières.
    Pourquoi ne pas essayer tout ce que l’on peut obtenir
    de cette façon, et à plus grande échelle?
    Lisez le commentaire sur France Culture.

    http://plus.franceculture.fr/l-eau-un-tresor-en-partage – le commentaire –

  • Itsmie

    Il faut bien se dire que
    les dates de péremption sur les boîtes de conserve
    peuvent la plupart du temps
    être très largement dépassées…
    Mais il faut faire consommer…

    Si la boîte est en bon état
    et qu’elle a été stérile pendant 3 ou 5 ans
    il n’y a aucune raison pour que subitement
    les bactéries y entrent ou s’y développent!

    Juste faire attention aux boîtes rouillées, bosselées et gonflées.

    • Maverick Maverick

      Et ne pas oublier l’ouvre-boîtes :-)

    • Grand marabout Grand marabout

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
      mieux vaut éviter la choucroute,en effet ,en vieillissant,le jus devient acide,et altère la qualité et l’étanchéité du sertissage

      sinon t’as bien raison
      on peut jouter autant de bouteille de gaz que de nourriture,
      si on veut manger chaud..

  • Yanne Hamar

    Je ne comprends pas pourquoi la prudence est souvent surnommée parano . A propos des provisions, il vaut mieux avoir 3 ans d’avance que 5 minutes de retard.
    En plus des mésaventures de la cigale, j’ajouterais bien la parabole des vierges sages et des vierges folles.

    • marco marco

      c’est que certain on pas encore tout compris!
      mais sont peu nombreux ici.

      mais faut leur laisser le temps de comprendre, que vivre avec seulement une semaine d’avance dans les placards, de nos jours faut pas etre tres fute fute, ils imaginent pas encore tres bien ce qui se profile à l’horizon!

  • marco marco

    s’il n’y qu’une chose à retenir de l’article, c’est celle là:

    il faut absolument ranger par date et non par produit
    c’est le principe de base numéro 1, sinon tu aura de la perte et tu passera beaucoup trop de temps à gerer ton stock

    moi je gere par étageres de tous les six mois
    donc tous les six mois suffit juste de décalé quelques étiquettes.

    je ne suis pas trop boites, donc mon stock n’est pas énorme en fait.donc tres facile à gérer.

    car on est surtout riz, pates et patates…

    le riz on le prend dans les magasins chinois par sac de 22kg, plus économique que par petit sachet, et il nous fait que quelques mois, donc on fait tourner trois sacs.

    les patates je les cultive pour en avoir un an d’avance.
    le roulement se fait tout simplement
    pareil pour d’autres légumes, et d’autres denrées….
    farine etc….

    autrefois nos parents de tout temps, ne vivait pas sans un minimun de stock, pas besoin d’avoir cinq ou dix ans d’avance, un an ou moins suffit largement.

    je me rappelle, quand j’étais un petit jeune:
    mais maman pourquoi tu garde autant de vetements dans le grenier qui nous serve pas et prennent autant de la place.
    réponse: mon enfant, on voit bien que t’as pas connu ce qu’est la guerre!

    j’ai quelques billets d’avance pour grossir mon stock de derniere minutes.

    l’euro pour moi sera le déclancheur qui via les marchés financiers, va créer une panique à Wall Street et à Main Street entrainant la chute du dollars et déclancher début d’un effondrement financier complet

    ne soyez pas trop pressé comme dans certain coms, profitez en pour préparer vos arrieres, plus ça tarde, et aussi plus de gens seront au courant et pourrons aussi se préparer.

    mon petit doigt me dit que les marchés ne vont pas craquer de suite, quelques mois? ou plus? on verra bien!