Pouvoir d’achat : les Français ont perdu 1 500 euros depuis 2009

Selon le journal le Parisien qui cite une étude du magazine 60 millions de consommateurs, les français auraient perdu en moyenne 1500 euros de pouvoir d’achat sur les cinq dernières années. Ce calcul, basé sur les moyennes d’inflation et le revenu annuel moyen, cache cependant de fortes disparités et doit être remis en perspective.

En effet, selon les chiffres de l’observatoire des inégalités, la baisse du pouvoir d’achat ne concerne pas tous les foyers. Depuis 2008, les 10% les plus riches ont par exemple vu leur revenus augmenter en moyenne de 1800 euros !

En l’espace de cinq ans, les Français auraient perdu 1 500 euros de pouvoir d’achat, soit une baisse de 4% depuis 2009. Selon le magazine 60 millions de consommateurs, le revenu annuel moyen (incluant , patrimoine et prestations sociales, et déduisant impôts et cotisations sociales) a augmenté de 2,9%, passant de 37 517 euros à 38 591 euros sur cette période.

Dans le même temps, les prix ont augmenté de 6,9%… Donc, le compte n’y est pas.

D’autant que certains postes de dépenses ont connu une bien supérieure à la hausse moyenne, dont plusieurs sont obligatoires comme les loyers, l’électricité ou encore le carburant pour les véhicules. Ainsi, selon le magazine, la hausse des prix du carburant a grignoté 335 euros de pouvoir d’achat depuis 2009, celle de l’électricité 205 euros et les loyers 175 euros.

Du coup, de nombreux ménages se retrouvent dans une situation compliquée «avec des factures sur lesquelles ils n’ont pas la main».

Outre de nouvelles habitudes de , qui ont ouvert le champ à de nouvelles dépenses comme pour la téléphonie mobile, plusieurs dépenses «arbitrables» ont aussi flambé pendant cette période. Ainsi, le prix du tabac a amputé les revenus de 225 euros suplémentaires. Même chose pour les cafés et les restaurants, avec 172 euros. Plus préoccupant dans cette liste, on retrouve des produits alimentaires : les dépenses en viande coûtent en 2014 près 146 euros de plus qu’en 2009.

Selon 60 millions de consommateurs, si la hausse des carburants «a frappé indifféremment toutes les catégories de ménages», d’autres augmentations frappent plus lourdement certains ménages. «La hausse des loyers affecte évidemment plus les personnes seules et les familles monoparentales, celle du tabac rogne plus le pouvoir d’achat des jeunes ayant de faibles ressources, des employés ou des ouvriers. Les propriétaires âgés de plus de 75 ans, ayant de modestes pensions, ont subi de plein fouet les hausses de l’électricité, du gaz et du fioul domestique», explique cette enquête.

Le pouvoir d’achat risque d’être un peu moins affecté en 2014 en raison de la faiblesse de l’inflation. (+0,7%). Encore convient-il d’être prudent. Si les prix ont tendance à baisser pour quelques produits alimentaires comme les fruits et les légumes, il ne s’agit pas en général des postes de dépenses prioritaires. Et donc, l’impact sur le pouvoir d’achat devrait être minime.

 

Source : Le Parisien

17 commentaires

  • yoananda

    1500€ de moins, c’est toujours autant de gagné pour les pays émergeant ! Le monde se ré-équilibre et on devrait s’en réjouir, non ?

    1500€ de moins, c’est toujours ça de moins de consommé et donc de pression sur les ressources naturelles. On devrait s’en réjouir, non ?

    • Grand marabout Grand marabout

      ils ont moins à dépenser mais la sur production continue,les pays émergents sont spoliés et exploités
      les spéculateurs s’inquiètent du manque à gagner(enfin presque) sur le cacao,à cause d’ébola

      ebola c’est pas grave,nous c’est le cacao qui nous intéresse!

    • Ender Ender

      Quel commentaire plein de bon sens Yoananda. Je propose donc de diviser votre revenu par deux, ce sera autant de gagné pour les pays émergeant. Vous devriez vous réjouir non ? Et puis ce sera toujours ça de moins pour consommer et faire pression sur les ressources naturelles…

    • Tyr

      Ce raisonnement est grave.
      Se réjouir de l’appauvrissement des français en prétendant sauver des ressources (lol), c’est ridicule et malsain.

      La perte d’argent n’est pas allé dans les pays émergents (faut réfléchir deux secondes, quand même). L’argent perdu (spolié, volé, comme vous préférez) est allé remplir les poches des plus riches et surtout des banksters et des escrocs européens.

      L’euro est la plus grande escroquerie de masse que les pays européens n’aient jamais connu.
      Cette fausse monnaie était supposée amener paix et prospérité.
      Regardez les chiffres et réfléchissez.

      • yoananda

        Si je réfléchis 2 secondes, en effet, je constate que ce sont les riches qui s’enrichissent chez nous.
        Si je réfléchis 3 secondes, je constate AUSSI et SURTOUT que les pays émergeant ont émergés, et que tandis que nos classes moyennes fondent comme neige au soleil, les leurs sont en train d’exploser. Ce n’est donc au final qu’un transfert de richesse depuis chez nous vers eux.

      • Ender Ender

        Moi si je réfléchis 2 secondes je comprends que les pays en développement sont aussi capables de créer de la richesse. Ne sont-ils pas, par exemple, riches en ressources naturelles, motif pour lequel ils ont été colonisés et pillés depuis plus de 3 siècle ? Cela dit je ne peux qu’être d’accord avec vous lorsque vous dites : « les pays émergeant ont émergés ». Par contre je suis plutôt inquiet du fait que cette tautologie vous ai demandé 3 secondes entières de réflexion…

      • Tyr

        Si j’essaie de comprendre cette « logique » très particulière, ce sont donc les classes moyennes des pays européens qui allaient prendre l’argent des pauvres des pays émergents.

        Avec 1500 euros dans un pays émergent, vous êtes où? Dans la classe moyenne? Vraiment?

        La paupérisation du peuple européen (et de l’américain aussi) est une volonté de l’oligarchie au pouvoir pour augmenter leur contrôle sur les populations concernées.
        De même, la création d’une classe moyenne dans les pays émergents leur permet d’asseoir leur domination dans ces pays, à moindre coût.

        Le vrai problème économique du monde s’appelle le mondialisme. C’est la seule idéologie que l’on ne peut pas mettre en cause (comment appelle-t-on les opposants à ce système? les alter-mondialistes, autrement dit, les mondialistes autres.) Comme s’il n’y avait aucune autre solution pour le monde que de suivre ce projet délétère.

  • Maverick Maverick

    J’adore la fin de l’article … « Le pouvoir d’achat risque d’être un peu moins affecté en 2014 en raison de la faiblesse de l’inflation. »
    Parce qu’en 2014, Sapin a inversé la courbe de l’augmentation de la baisse des prix ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • BA

    C’est fini.

    Ils n’y croient plus.

    Les européistes commencent à comprendre que l’Union Européenne n’est pas viable.

    Les européistes commencent à comprendre que l’Union Européenne va bientôt mourir.

    Les deux derniers exemples :

    Mercredi 24 septembre, un européiste de gauche, l’économiste Bernard Maris, écrivait dans Charlie Hebdo qu’il fallait maintenant sortir de l’euro. Bernard Maris est professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il est membre du conseil général de la Banque de France.

    Vendredi 26 septembre, un européiste de droite, l’économiste Eric Le Boucher, écrit dans Les Echos que l’Europe est en train de mourir.

    A gauche et aussi à droite, le vent tourne.

    Les européistes commencent à comprendre que la construction européenne est une expérience qui a complètement foiré.

    Le seul résultat politique de la construction européenne, c’est le retour des nationalismes d’extrême-droite partout en Europe, et la montée des forces centrifuges.

    Les égoïsmes nationaux, les fureurs populaires et les passions nationalistes vont faire mourir l’Europe.

    L’agonie de l’Europe a commencé.

    Lisez cet article :

    L’Europe est en train de mourir, surtout ne faites rien.

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0203805835795-leurope-est-en-train-de-mourir-surtout-ne-faites-rien-1046818.php

  • Plutôt que de fixer sur le pouvoir d’achat MOYEN de la population, je pense qu’il est plus significatif de s’attarder sur les problèmes les plus graves: Le nombre grandissant de ceux qui sortent du circuit et ne peuvent plus y rentrer (perdant alors bien plus que 1500 euros), et les proportions observées dans les dépenses non compressibles des ménages modestes: Loyer pour habiter à moins de 2 heures du lieu de travail, et transports. Après, vu ce qu’il reste, tout parait forcément cher (justifiant paradoxalement encore plus de délocalisations) alors que le problème vient bien du marché de l’emploi, et de rien d’autre. Délocalisation et attente de la croissance infinie sont les deux hérésies qui nous mènent dans le mur, et qui font que tout le monde se dispute ici…

  • Thierry92 Thierry92

    Et si au lieu de penser marché, on pensait politique?
    Si on pensait autrement qu’avec ce que les médias rabâchent a longueur de journée?
    En parlant ainsi on conforte de le système destructeur mis en place.
    Sinon a quand le marché des pieces détachées humaines?

    Comment se porte le marché du cœur? Du foie? des reins?

    Arrêtons la marchandisation a outrance de tout.

  • Romain

    Quand je vois les caddies des français ça ne les empêchent pas pour autant d’avoir 80% de produits de merde totalement inutiles…

  • supermouton supermouton

    La formule est simple :
    75 milliards de déficit commercial annuel
    66 millions de Français
    mécaniquement, ca fait 1136 euros par an d’appauvrissement de chaque habitant… On n’est pas très loin de leur estimation…