Un satellite va bientôt retomber sur Terre, mais la Nasa ne sait pas où..

Avec tout ce qui risque de nous tomber dessus, nous voilà avec une menace de plus. Le nettoyage va coûter cher, et ce n’est pas le moment … :?

Le satellite UARS en orbite. NASA

Le phénomène n’est pas neuf, mais la quantité de débris qui devraient toucher le sol est plus importante qu’habituellement…

Quels risques de vous prendre un bout de vieux satellite sur la tête? 1 sur 21.000 milliards, selon la Nasa –soit beaucoup moins que de gagner le gros lot à l’euromillion. En revanche, la probabilité qu’une personne, quelque part sur Terre, soit touchée par un débris, chute à 1 sur 3200.

Le satellite surveillé par la Nasa, UARS, est l’équivalent d’un petit bus (10 mètres pour 6 tonnes). Mis en orbite en 1991, il a achevé sa mission en 2005. Comme il n’a plus de fuel, il ne peut pas être précipité à un endroit précis (dans le Pacifique, par exemple). Petit à petit, il retombe vers l’atmosphère. Si la plupart des débris devraient se consumer, environ 500 kg devraient toucher le sol, sans doute fin septembre, et la Nasa n’a aucun moyen de prévoir où jusqu’à environ 2 heures avant la chute finale.

Beaucoup de zones inhabitées

Heureusement, 70% de la surface terrestre est occupée par de l’eau. Pour le reste, une fois qu’on retire les déserts, les montagnes et la toundra, l’homme n’occupe qu’entre 5 et 10% de la planète. La Nasa, qui publiera un bulletin hebdomadaire sur UARS, rappelle qu’en moyenne, un débris retombe chaque jour au sol. Selon l’Agence américaine, aucune personne n’a jamais été blessée.

La semaine dernière, un rapport sonnait cependant l’alarme, indiquant que le niveau des débris actuellement en orbite avait atteint un niveau «critique». Selon leur altitude, les satellites abandonnés peuvent rester en orbite de quelques années (pour les plus bas, situés à quelques centaines de km) à plusieurs milliers d’années pour les géostationnaires (à 30.000 km).

En cas de collision, comme en 2009, des dizaines de milliers de débris se retrouvent éparpillés et tournent autour de la Terre à plusieurs milliers de km/h, pouvant occasionner de gros dégâts pour d’autres satellites ou l’ISS. Avec un effet boule de neige, ils pourraient atteindre une telle densité qu’il deviendrait impossible de mettre de nouveaux satellites en orbite. Pour l’instant, les solutions pour faire le ménage restent coûteuses et technologiquement complexes. Mais tôt ou tard, il faudra bien finir par donner un bon coup de balais.

Philippe Berry

SOURCE

6 commentaires

  • mani

    faite vos jeux medames et messieurs faite vos jeux :
    Paris, moscou, new york, autre grosse ville, dans le desert chaud ou froid, en pleine mer… .
    Je ne sait plus qu’elle type en france avais un jour signalé que quelque chose de très gros tomberai sur Paris, qui sait, peut être que cela sera le cas, moi je ne joue pas je n’ai pas d’allumette à miser…woinnnn :lol: 

    Aller nous verrons bien, ce qui me surprend c’est que les états ont la capacité de détruire, militairement parlant, tout satelites,

    alors pourquoi ils le laisse tomber comme une vulgaire crotte…?. 

    • Melany

      Détruire ? vous voulez dire faire disparaître la matière de ces machines ? Ben au pire, ils pourraient la réduire de taille, (poussière) mais la faire disparaître.. à part avec l’expérience du trou noir du Cerne et utiliser un de ces trous noirs… je ne vois pas comment on peut faire pour réduire à néant de la matière en un clin d’oeil …..

  • Melany

    ça, c’est le genre de truc qui me mettent en rogne… depuis longtemps, j’en parlais… c’était une évidence que tôt ou tard, ces machines volantes allaient nous retomber sur la tête !! Mais comme pour tout, je me suis entendue répondre qu’on était pas à l’âge de la pierre et que l’évolution ragnagni & ragnagnère….Voilà ou en en est maintenant…. et demain ? Mystère…. il y en aura toujours qui défendront l’évolution envers et contre tout bon sens !

    • Pudding

      Je comprends pas trop votre intervention. L’article vous dit qu’il n’y a jamais eu le moindre mort. Alors pourquoi écrire : « Voilà ou en en est maintenant…. »
      « c’était une évidence que tôt ou tard, ces machines volantes allaient nous retomber sur la tête  »

      En fait il est où le problème ?

      Dans l’absolu, ces débris sont une pollution et je suis donc hostile à leur présence, mais franchement c’est loin d’être une priorité d’autant que l’immense majorité d’entre eux ne touchera jamais terre puisqu’ils bruleront complètement.

  • Aset

    :oops: Tu parles de l’Evolution  ….ils ont détruits la planète avec leurs conneries , ils ont detruits même notre conscience, notre liberté de penser et ne savent que faire crever ou détruire !!! alors leurs poubelles volantes dans l espace , ils sont incapables de les controler et ça parle de vouloir contrôler le monde !!!! ptdrrrrr bandes de nazes ..

  • zaza

    bon, faudrait arrêter de vouloir nous faire peur avec tous les hypothétiques accidents qui peuvent arriver.  On va tous se mettre au yoga et vivre le moment PRESENT, d’accord ?
    FUKUSHIMA et ses coriums partis en vadrouille, ça c’est du concret. J’avais une quinzaine de sites qui en parlaient, il n’y en a plus que deux qui fonctionnent.
    Quand j’étais petite, dans les années 70, mes camarades et moi avons tous été bombardé par des croyances selon lesquelles en 2000 nous serions tous dans des soucoupes, mondes ultra modernes, on devait se balader de planète en planète et j’en passe.
    Aujourd’hui je peux vous dire à quel point on s’est fait « baiser » : on roule dès qu’on le peut en vélo, on ne va plus avoir d’essence ni à manger ni à boire, l’homme est de plus en plus con , l’esclavage moderne a exonéré les « maîtres » de donner le gîte et le couvert, toutes les espèces animales (sauf les loufiats et les oligarques) disparaissent et/ou souffrent , Ramstein dit qu’on n’est pas allé sur la lune et nous n’avons répondu à aucune question existentielle.
    Alors un hypothétique bout de ferraille, c’est mesquin …