L’avenir du travail : comment éviter le chômage massif et la précarisation de l’emploi…

Hier je vous ai mis un lien en commentaire, vous avez été 21 courageux à aller le consulter. Pourtant, vous aviez par le détail, exemples à l’appui, les conséquences de la perversité de la loi travail. Lisez bien ce que vous avez présentement et, ce que vous aurez avec la loi travail, développée en 30 points, c’est hallucinant. Je vous propose l’article de Tony Founs, qui explique par écrit, ce qu’on a déjà entendu en vidéo par des gens lucides. Malgré sa longueur, cet article est facile à lire et à comprendre.

Et pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale, la peur du déclassement social l’emporte sur l’espoir de l’ascension.

1936, Léon a 40 ans et trime encore dans les champs.

La révolution industrielle a pourtant réduit le nombre d’agriculteurs au profit des ouvriers.

Produire de plus en plus de denrées avec de moins en moins de main-d’œuvre décime sa profession.

Mais Léon ne sait que cultiver et il aime ça.

Alors, il ne suit pas l’exode forcé vers le refuge offert par d’autres secteurs d’activité.

Il n’a pas envie de finir enfermé dans une mine ou une manufacture.

10 ans plus tard, il saute pourtant le pas… C’était ça ou le chômage assuré.

1956, son fils Pierre a 35 ans et bosse comme ouvrier qualifié dans une usine.

Le boulot est dur mais ce n’est pas grave, les 30 glorieuses sont là.

  • État-providence
  • Système de protection sociale (1945)
  • Salaire minimum (1950)
  • Augmentation des revenus grâce au fordisme

Le plein emploi et la croissance perpétuelle ont fortement augmenté les niveaux de vie.

Pierre a profité de la démocratisation de l’enseignement et il vit dans une grande ville où les premiers supermarchés poussent comme des champignons.

Alors, tant qu’il peut trouver un peu de bonheur dans l’achat (compulsif ?) instigué par la nouvelle société de consommation, tout va bien…

Consomation-masse-Avenir-travailCertes, c’est aussi l’époque du baby-boom, de l’immigration et du développement de l’activité féminine salariée.

Des phénomènes qui, alliés à la mécanisation de l’industrie, bouleverseront l’avenir du travail et son marché.

Mais qu’importe !

En 1970, le taux de chômage n’est encore qu’à 3%. Et voilà déjà 10 ans que le secteur des services se développe à fond pour offrir de nouvelles possibilités.

Alors au pire, Pierre migrera des usines vers les bureaux pour boucler les quelques années qu’il lui reste à tirer avant une retraite bien méritée.

1986, Nicolas, le fils de Pierre a 30 ans et bosse comme cadre dans un bureau.

15 ans déjà que la France se désindustrialise au profit des services.

  • La concurrence asiatique est féroce.
  • Les crises pétrolières de 1973 et 79 ont sévi.
  • Les machines remplacent les ouvriers des usines qui n’ont pas fermé.

Robot-ouvrier-Avenir-travail

Et le chômage se développe à vitesse grand V :

  • 1976 : 1 million de chômeurs
  • 1982 : 2 millions de chômeurs
  • 1993 : 3 millions de chômeurs

Mais les plus touchés restent les jeunes, les travailleurs sans qualification, les employés proches de la retraite et les femmes.

Du coup, Nicolas n’est pas à plaindre. Il a toujours accès à la consommation malgré la désindexation des salaires sur l’inflation (1982).

2016, Hugo a 30 ans et suit les traces de son père Nicolas.

  • Son arrière-grand-père (Léon) était agriculteur
  • Son grand-père (Pierre) était ouvrier
  • Et son père cadre dans une société

Chacune de ces générations a pu améliorer sa condition.

Mais pour Hugo, l’ascenseur social restera bloqué.

Car il a beau être un jeune cadre dynamique dans une grosse entreprise, le problème est bien plus complexe cette fois-ci.

La crise financière de 2008 a plongé la France dans la stagnation économique.

L’avenir du travail n’est plus aussi prometteur….

Article réduit à la demande de l’auteur.

Note: **Ne vous privez pas de la suite, ça vaut vraiment la lecture**

Lire la suite

Auteur Tony Founs pour TravelPlugin

.

38 commentaires

  • Ce que l’article préconise, c’est exactement ce qu’on fait, ce former tout seul et être son propre patron. Apprendre plusieurs choses, les développer puis proposer ses services. Et il n’y a pas besoin de formation pour ça et encore moins de prendre des courts c’est une perde de temps.

    Sauf pour avoir un registre de commerce ou accès à l’indépendance.

    Cette maudite loi du travail sera aussi bientôt en application en Belgique, ou il l’a font passé de façon plus insidieuse morceau par morceau.

    Il n’empêche c’est une catastrophe pour l’avenir, c’est fort peu rassurant je ne sais pas si tous auront la capacité à rebondir il y aura immanquablement de la précarité, de la violence, du sang et des larmes.

    Un soulèvement social serait sans doute plus convenus. Et donnerait la chance à plus de monde.

    Orné

  • logic

    Excellent article !

    En effet, le travail humain compte ces derniers jours, et nous sommes face a un changement de paradigme, car la robotisation de l’emploi est mondiale!
    Le problème est que le mouton de base est resté dans la valeur « travail » comme moyen de subsistance, cette valeur est aujourd’hui obsolète et l’humain n’échappera pas au revenu universel, c’est une évidence, car il faudra bien nourrir et logé les futurs consommateur du système de production robotisé!
    Nous sommes dans la période charnière de résistance au changement de paradigme et cette période sera douloureuse tant que nous nous accrocherons a l’ancien paradigme !
    Sortir du système par tous les moyens possibles aujourd’hui est une voie a suivre au plus vite….

  • gnafron

    un article aussi long pour au final simplement nous vendre de la formation professionnelle, avec la bénédiction

    complice de Volti … certains ont assurément trouvé un filon https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • JBL1960 JBL1960

      Le fait est que sur son site, en conclusion sa solution est = Tu veux faire partie de ce lot de privilégiés ?

      Et « inscris-toi aujourd’hui pour recevoir mes actus gratuites (encore heureux, bien que ça doit bien se corser à un moment) sur l’entrepreneuriat en ligne » !!! Et « Trouve ton idée de BUSINESS profitable »…

      Par ailleurs, que vient faire François Asselineau dans cette galère ? La référence appuyée à FA est franchement curieuse.

      Dans son tout dernier texte Tangente sortir du piège de la toile d’araignée mondiale, Zénon avait fait la synthèse de ces 12 précédents textes, qui préfiguraient de tous cela, de Nakba, Vox Populi, Burn-out…
      Tangente version PDF (6pages) uniquement les mots de Zénon et son tout dernier texte ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/11/pdftangentezenon.pdf
      Tous ses textes (version PDF) et poèmes inédit de cet auteur ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/
      Pour lui, comme pour moi, et d’autres (R71, Patrice Sanchez, Volti je crois) il ne s’agit pas de faire partir du lot de privilégiés. Parce qu’alors on reproduira, ad vitam æternam le même schéma mortifère et destructeur, cela est très bien décrit et comme l’a analysé les zapatistes dès 2005 au fin fond de la forêt du Chiapas :
      « Les capitalistes essaient de dominer le monde entier, la planète terre, le néolibéralisme est la théorie, le plan, qui fait fonctionner la globalisation, et le néolibéralisme à ses plans économique, politique, militaire, et culturel. L’objectif de chacun de ces plans est de dominer et de commander à tous et ceux qui n’obéissent pas sont réprimés et exclus afin d’éviter qu’ils contaminent les autres avec des idées de rébellion… »
      C’est extrait de la 6ème déclaration Zapatiste de la forêt de Lacandon ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/03/pdf6emedeclaration2005.pdf
      Vouloir faire parti du petit lot des privilégiés, les exploiteurs, les dominants, pour sauver sa peau ; NON MERCI…
      Comme l’avait définit Kropotkine (puis Malatesta, son poteau) c’est l’Entraide comme facteur d’évolution, par le Business…
      JBL

      • gnafron

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif content qu’au moins une personne ait perçu la même chose que moi !!!

      • Voltigeur Voltigeur

        C’est le détail en 30 points qu’il faut analyser, on se fiche de faire partie des privilégiés, chacun en regard de ce qu’il a lu, saura quoi faire ou pas. C’est extraordinaire qu’il faille sans arrêt, mâcher et régurgiter du tout prêt à digérer, tu crois qu’il y a la place pour enfin un peu de réflexion ? Il vaut mieux finalement parler des chemtrails, des prophéties en tous genres, là au moins il y a des convaincus qui ont le mérite, d’avoir un peu pensé aux trucs en mal ou en bien. Pour leur vie de tous les jours et, les conséquences de leurs choix, c’est un autre problème..

    • Voltigeur Voltigeur

      Encore une attaque du messager ? Personne n’est obligé. C’est l’analyse et la détail qu’il faut suivre, je n’ai aucun intérêt dans ce qui est proposé. C’est à l’intelligence des lecteurs que je m’adresse, pour le reste, c’est chacun qui voit..

    • Pignoufou

      Ouai cool, je fais parti des 21 courageux. Non, même venant des ME, ça me gène un peu de me sentir fliqué.

      Après avoir lu en diagonal le constat qui est bon, j’étais impatient d’arriver aux solutions proposées… et là déception. Déjà c’est pour nous vendre son truc. Et surtout, faudra être le meilleur et bourré de compétences pour manger les autres, car tout le monde ne s’en sortira pas…. mode requin quoi. Avoir de multiples compétences, ok, mais si c’est pour aller faire ensuite le larbin, non merci. Autant créer soi même son confort et surtout être capable d’assurer ses besoins primaires.

      La où ça risque de coincer, c’est qu’on a besoin de Terres pour être indépendant. Et l’objectif sociétal des « vilains », c’est de s’approprier toutes les ressources et Terres et entasser l’humain dans de grandes métropoles. Ça me fait toujours penser à ce vieux film culte: « Soleil vert ». Peut-être ont-ils besoin de détricoter les nations avant de s’attaquer sérieusement à cet objectif là? En tout cas même les meilleurs des survivalistes ou des collectifs autonomes seront un jour acculés et auront un choix à faire.

      • Voltigeur Voltigeur

        Il faut arrêter de tout vouloir pour rien, ton boulanger te fait payer 0.80€ ta baguette alors il ne faut pas incriminer celui qui veut monnayer ses services. Regardes plutôt les conseils et mets les à profit en multipliant tes compétences pour le cas où… A voir ce qui te paraît négatif, tu en oublies le positif.. ;)

      • Pignoufou

        C’est vrai. On ne peut pas tout faire soit même et il faut quand même pouvoir monnayer (avec de l’argent ou du troc) certains services et biens. Mais il y a quand même quelque chose qui me gêne dans ce système, c’est l’exploitation que l’on fait de l’humain pour le profit et les produits de mauvaises qualités qui en découlent. Ne sachant pas vraiment identifier le problème et encore moins y trouver une solution, je le rejette en fait. Plus qu’une vision négative, on peut même voir mon rejet comme un échec.

        D’ailleurs ton exemple du pain est très bon. On a un artisan qui fait un beau métier et qui est censé nourrir tout son village. Mais concrètement on se retrouve avec des produits de m….., et n’ayant pas trouvé de produits satisfaisants à coté de chez moi, je n’en consomme plus. Ces « bons produits » existent mais trop peu et trop loin de chez moi. Du coup je nourris l’espoir secret de me construire un jour mon four à pain et de pouvoir en faire profiter ma famille, mes amis. Mais il faudra quand même acheter la farine, c’est sûre que seul on arrive à rien. Mais quelle farine? La Monsanto/ogm/pesticide? Ça repose à nouveau le même problème. Franchement je ne connais pas la solution mais il est certain que le modèle actuel ne me convient pas.

      • Voltigeur Voltigeur

        :) D’où l’intérêt de partager les solutions, il n’y en a pas de mauvaises ou de meilleures solutions, il faut les adapter à son lieu de vie et à sa façon de vivre. Ce qui est bien pour les uns est inadapté pour les autres.. C’est toute une réadaptation à faire en fonction de son parcours personnel. Mais il faut se bouger, lier des contacts, faire du troc, se rapprocher, envisager une monnaie libre etc.. Je n’ai plus d’argument, ils sont consultables avec ceux de Benji; en plus de sept ans de posts de toutes sortes, pour donner des pistes.. Je n’ai pas la solution, je suis même démunie quand on me pose des questions, chaque cas est particulier, je ne suis ni un donneur d’ordre, ni un « jesaistout », mais avec de la volonté on peut y arriver si, on oublie le « JE » et on pense « NOUS » :)

      • engel

        Volti,
        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
        Le tout gratuit est un boulet sociétal!
        Surtout que rien n’est gratuit, même l’amour demande un échange en retour.
        A moins d’être un saint!…Et encore cela se discute.

      • engel

        Bonjour Pignoufou,

        Pour faire son pain,
        il faut :
        – de la Farine.
        – de l’Eau.
        – du Sel.
        – ( + un Ferment fait à partir d’eau et de farine)
        Et c’est tout!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

        Pour le four, celui de la cuisinière (gaz ou électrique) convient PARFAITEMENT.
        Les recettes sont disponibles sur internet, en veux-tu en voilà.

        Pour la farine ,il existe de la bio sur internet à prix raisonnable, ou encore mieux à l’agriculteur bio de proximité, achat vrac.

        Voilà, comme quoi les excuses…

  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

    J’ai donné les raisons juridiques qui condamnent la loi Travail en relayant aussi les réflexions très pertinentes de « Le Gaulois Libre ».
    https://lesmoutonsenrages.fr/2017/09/13/mobilisation-contre-la-reforme-du-code-du-travail-les-crs-en-greve/#comment-563216
    N’oubliez pas de lire ensuite les commentaires attaquant par l’ironie mes réflexions.
    Vous êtes suivis par une bande d’aveugles et les gens qui voient plus clair ne veulent pas les contrer.

    Pour casser des lois, il faut en démontrer l’inanité juridique et c’est ce que je fais et c’est ce qui est moqué.

  • Panurgie

    L’article est intéressant, mais je suis loin d’être convaincu que se former en autodidacte est une utilité sur le marché de l’emploi. Les employeurs privilégieront toujours (ou presque) des formations/diplômes reconnus.

    Après c’est sûr qu’une grande part de la population va finir sur le carreau, encore plus qu’actuellement. Tous les gens ne sont pas fait pour passer des diplômes, se former, ou monter une boîte. Seulement les plus adaptés au marché de l’emploi s’en sortiront, le reste de la population, les perdants de la libéralisation en somme, seront condamnés à l’inactivité et à une vie précaire.

    Pour la disparition des métiers je pense que ceux qui bossent avec l’humain ont encore un peu de temps devant eux: les commerciaux, les médecins, les profs, les flics, les sage femmes, etc… Les gens ne veulent pas d’un flic robot, d’un logiciel pour apprendre, ou d’une machine pour accoucher. Sur le long terme en revanche… Si l’on garde la courbe de progression actuelle en robotique il est possible que dans 60 ans les prostituées finissent elle même par être remplacées.

    • Bonjour,

      Je ne sais pas comment ça fonctionne en France, mais en Belgique, les documents qui sont remis après formation ne servent strictement à rien.

      Quand aux surdiplômés ils coûtent trop cher aux patrons. De plus un patron veut engager direct une personne ayant de l’expérience (genre au moins 3 ans), ce qui en revient à dire qu’une personne avec de l’expérience sera plus vite pris, même si il n’a pas les diplômes requit face à un qui en a, mais sans expérience.

      Nos cas personnels à la miss et moi prouve que c’est possible d’avoir accès à certains métiers (peut être pas tous), sans aucun diplôme.

      Et je sais que c’est du pareil au même pour d’autres métiers que les notre.

      Maintenant je n’approuve pas du tout le fait qu’on en arrive-là, car comme tu le soulignes à juste titre certaines personnes vont rester sur la touche.

      Puis lorsque je vois des personne ayant un niveau universitaire qui doit faire le ou la caissière, ça me fout les boules.

      Non franchement je n’aime pas le futur qui se profile, déjà que je trouve notre présent injuste pour beaucoup de monde, personnellement je pense que ça ira, bien que rien n’est acquit définitivement.

      Je termine sur cette réflexion, ce qui se profile à l’horizon c’est un système comme en Allemagne ou beaucoup devront être flexible au point d’assurer plusieurs temps partiels, les CDI, ce sera terminé, ainsi que le statut employer qui veulent faire passer à la trappe. Ils ne veulent plus que du statut ouvrier pour les bas et moyens salaires, bien moins avantageux que celui d’employer.

      Orné

  • JBL1960 JBL1960

    @ panurgie = Seulement les plus adaptés au marché de l’emploi s’en sortiront, le reste de la population, les perdants de la libéralisation en somme, seront condamnés à l’inactivité et à une vie précaire.

    Rien ne nous condamne à accepter ce schéma justement ; RIEN.
    Qui décide, aujourd’hui de ceux qui sont le plus adaptés au marché de l’emploi ???
    Accepter comme une évidence, inéluctable, ce process est le PLAN !
    On a toujours le choix de choisir de vivre libre, heureux et en paix.
    Coluche avait dit ; Le monde appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt !
    George Bernard Shaw lui a dit : “La seule véritable peur qui affecte l’autorité officielle n’est pas les gens qui vont lui résister, mais ceux qui vont l’ignorer.”
    https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/09/15/le-droit-dignorer-letat-par-herbert-spencer-en-1850/
    Et pour le coup ils avaient raison l’un et l’autre !
    JBL

  • Leveilleur

    Oui c’est évident que le revenu universel doit devenir une priorité dans l’avenir. Le travail est en voie de disparition mais c’est vrai que beaucoup rechignent encore à l’accepter car pour la plupart des gens, il est le seul moyen de subsistance viable.

    A l’heure actuelle le chômage, le RSA, les petites retraites ou même les pensions handicapées ne garantissent pas un revenu suffisant pour vivre, tout au plus ça permet de survivre, donc il va bien falloir un jour que les dirigeants finissent par envisager un revenu universel décent pour tout le monde.

    Mais une autre solution est possible; mettre les robots aux services de tous les humains et que chacun reçoivent gratuitement les produits de premières nécessitées afin de vivre décemment mais pour cela l’humanité va devoir passer à une autre étape de son évolution; la fraternité.

  • Grand marabout Grand marabout

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
    un article complet sur ce qui attend les adeptes du tripalium

    si ,cet article dresse l’avenir du travail,en y regardant de plus près,
    l’automatisation et le remplacement est déjà bien en place.

    d’ailleurs,les gouvernements sabordent l’éducation en général
    avec un nivellement par le bas,ce qui permettra à terme d’avoir
    une main d’œuvre corvéable à souhait.
    dans un époque,pas si lointaine,on a sorti les paysans des champs
    pour les installer dans les usines,pendant le grand essor industriel
    l’avenir pourra être certainement, l’inverse,quand ceux qu’ils n’auront
    plus accès au travail,devront se nourrir.
    parce que dites vous bien que les places vont être limités,de part la
    technologie et les capacités pour y accéder

    je vous re conseille la lecture:
    tout n’est pas à prendre,mais tout n’est pas laisser..

    https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/original/5/8/0/002624580.pdf

    http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/10699/manifeste-de-l-unabomber-theodore-kaczynski

    l’homme moderne est englué dans un réseau de lois et réglementations, et ce fait est du aux manœuvres de personnes inaccessibles qu’il ne peut influencer.

    Ce n’est pas accidentel ou le résultat de l’arbitraire de bureaucrates arrogants. Ceci est nécessaire et inévitable dans toute société technologiquement avancée.
    ..
    Mais la question n’est elle pas…
    Est-ce la révolution industrielle en elle même qui appelle à la mise en place de ce système?
    ou est-elle devenue ainsi du fait de ceux qui se la sont appropriée?

  • kalon kalon

    Les plans les mieux élaborés peuvent foiré du fait d’un seul grain de sable placé au bon endroit !
    Mais bon, l’ examen actuel de la situation n’en est pas, pour le moins, très rassurant ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif
    Une petite lueur bleue apparait pourtant dans ce ciel menaçant !
    de plus en plus de gouvernements tournent le dos à la finance Anglo-sioniste pour rejoindre la nouvelle économie venue de l’Est.
    Ils comprennent de mieux en mieux que ce système économique n’est basé que sur des sables mouvants et est tributaire de fonctionnements chaotiques impénétrables actuellement par les hommes !

    • Pignoufou

      Comme si le basculement de l’économie mondiale à l’Est pouvait se faire sans l’aval des banques. La banque populaire de chine (comme tant d’autres), c’est la maison rothschild.
      http://humansarefree.com/2013/11/complete-list-of-banks-ownedcontrolled.html
      Les Brics, c’est de l’enfumage! On t’enferme dans cette dualité Est/Ouest comme on nous enfermait avant dans la dualité droite/gauche.
      C’est comme si je prenais deux pommes. J’injecte du poison dans l’une et laisse pourrir l’autre. Et je te laisse croire que tu as le choix entre l’une ou l’autre. Ben non! Faut ignoré ces salauds et planter un pommier.

  • bob_tail

    Cet article décrit très bien les rouages du rouleau compresseur qui s’est mis en marche pour détruire les acquis sociaux des peuples occidentaux.
    Un point est cependant éludé, et non des moindres, celui de la finalité. Car quel est l’intérêt pour les multinationales de paupériser ses travailleurs – consommateurs ? Cela revient au contraire à se tirer une balle dans le pied. Cependant la situation décrite par le texte est irréfutable, donc il y a bien un but derrière les actions concertées de tous ces tristes personnages et leurs laquais en tous genres.
    Pour ma part je pense qu’il s’agit d’ingénierie sociale. La cupidité seule ne peut pas expliquer une telle autodestruction de ces compagnies à terme plus ou moins long : en conduisant un nombre toujours plus grand de leurs consommateurs à la misère, c’est inéluctable.

    Il y a une citation célèbre de Rockefeller sur la révolution culturelle de Mao :
    « Peu importe le prix de la Révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d’ambitions. L’expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l’une des plus importante et des plus réussie de l’histoire humaine. »
    – David Rockefeller, commentant sur Mao Tse-tung, cité dans le New York Times du 8 octobre 1973
    Lien : https://lesbrindherbes.org/2017/03/21/grand-promoteur-nom-david-rockfeller-decede-a-101-ans/

    Étrange comme point de vue, non ? L’empereur du capitalisme qui félicite l’empereur du communisme ! J’ai l’impression qu’on est en train d’être mangés à la même sauce. Je suis frappé de constater que bon nombre d’innovations technologiques dans tout un tas de domaines peuvent nous mener tout droit à un « meilleur des mondes » à la Huxley, ou la caste dirigeante fabrique au sens propre ses masses somatisées.
    La « guerre de l’opium » en Chine n’avait elle pas pour objectif pour la Compagnie des Indes et la HSBC (c’est la même toujours) de faire travailler les employés gratuitement, juste en échange d’une boulette d’opium ? Pour la petite histoire, l’empereur chinois qui s’opposait à ces pratiques perdit la guerre qui en résulta, et fut obligé de légaliser le commerce de l’opium sur tout son territoire.

    Enfin, concernant l’informatisation et ses conséquences, Serge Monast dans l’Aurore Rouge en a bien décrit les finalités dès 1985. A l’époque pourtant l’informatique était totalement ridicule comparé à aujourd’hui (Pong sur Atari). Annoncer alors un bouleversement si radical de nos vies à des fins de contrôle et de surveillance ressemble pourtant tellement bien à ce qu’on vit aujourd’hui que lorsque que Monast dit que ses informations viennent d’un plan des élites dont il a eu connaissance, on ne peut que lui donner du crédit aujourd’hui.
    http://vivresansogm.org/piecesjointesdes/l-aurore-rouge-comment-manipuler.pdf
    Ce monsieur a eu une fin brutale, tout comme Aaron Russo, lui peu après avoir parlé du projet de notre bon vieux Rockefeller se service de pucer toute la population.

    Au final ce qui se prépare, ce qui est déjà en route, est encore plus grave que ces textes sans cesse plus destructeurs des conditions de vie et toujours plus favorables à la surveillance généralisée. C’est une destruction sociale voulue et planifiée, visant au contrôle absolu d’une petite caste sur nos vies à tous, et ce à n’importe quel prix.

  • BA

    France, Etats-Unis : vers la déshumanisation.

    Le XXIe siècle sera le siècle de la déshumanisation.

    Au XXIe siècle, grâce à la soi-disant « mondialisation heureuse », les ouvriers seront traités comme des esclaves. Ils verront leur dignité bafouée.

    Durant leur journée de travail, les ouvriers ne boiront même plus d’eau, car ils ne voudront pas aller aux toilettes pour pisser : leurs petits chefs les surveillent, et ils leur enverront une « lettre de sensibilisation ». C’est pas bien, vous avez quitté votre poste de travail pour aller aux toilettes, c’est pas bien, il ne faudra pas que cela se reproduise.

    C’est ça, la « mondialisation heureuse ».

    Enquête : entre stress et troubles musculaires, les conditions de travail chez Amazon.

    Chercher, scanner et empaqueter sans répit. Derrière les 500 CDI promis par Amazon à l’occasion de la récente ouverture de son entrepôt d’Amiens-Boves (Somme) se cachent des conditions de travail bien moins roses que ce que dépeignent les campagnes de communication du géant américain de la vente sur Internet. 

    « Quand on travaille chez Amazon, on est en réalité un être humain piloté par ordinateur », affirme Jean-Baptiste Malet, auteur d’un livre-enquête, « En Amazonie – Infiltré dans « le meilleur des mondes ».

    Le journaliste y décrit un rythme de travail effréné, où chaque geste doit être rationalisé.

    Des observations corroborées sur le site de Douai (Nord), qui peut compter jusqu’à 3 000 employés. « Si dans la journée vous êtes allé aux toilettes, si vous avez pris un verre d’eau ou que vous ne pouvez pas justifier un temps d’arrêt, vous recevez une lettre de sensibilisation », soutient Gérald Defauquet, délégué CGT sur le site.

    Ces constants rappels à l’ordre ne sont pas sans conséquence. D’après un rapport de la médecine du travail de l’un des cinq entrepôts français du groupe, les employés souffriraient chroniquement de tensions musculaires liées au stress et de déshydratation.

    Un salarié sur cinq serait même atteint de troubles musculosquelettiques (TMS).

    Certains salariés semblent s’accommoder des cadences, d’autres abandonnent rapidement leur emploi. A l’image de cette ancienne employée de Douai, qui a lâché l’éponge après un mois seulement de formation. « Je veux bien faire des concessions, soutient-elle, avoir un petit salaire, des horaires décalés… Mais pas au détriment de ma santé. »

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/somme/amiens/enquete-entre-stress-troubles-musculaires-conditions-travail-amazon-1339369.html

    Les Etats-Unis, un modèle à suivre.

    Les Etats-Unis, un modèle pour tous les pays de la planète.

    Les Etats-Unis nous montrent ce que sera le XXIe siècle.

    Le XXIe siècle verra le retour des esclaves, qui resteront debout dans leurs usines pendant des heures, qui pisseront et qui chieront dans leurs couches-culottes.

    Vendredi 13 mai 2016 :

    Etats-Unis : privés de pause-toilettes, des employés portent des couches.

    Les employés du secteur volailler aux Etats-Unis travaillent dans un tel climat de peur qu’ils n’osent pas demander de pause pour aller aux toilettes et portent des couches au travail, affirme l’ONG britannique Oxfam dans une étude.

    D’après ce rapport publié mardi 10 mai, «la grande majorité» des 250.000 ouvriers du secteur avicole américain «dit ne pas bénéficier de pauses-toilettes adéquates», en «claire violation des lois américaines de sécurité au travail». 

    Ils «luttent pour s’adapter à ce déni d’un besoin humain de base. Ils urinent et défèquent debout face à la ligne d’assemblage, portent des couches au travail, réduisent leurs prises de liquides et fluides à des niveaux dangereux» et risquent «de graves problèmes de santé», martèle l’étude.

    Les chefs de ligne refusent aux ouvriers ces pauses «parce qu’ils sont sous pression pour maintenir la vitesse de production», fait valoir Oxfam. «Le secteur volailler affiche aujourd’hui des bénéfices records» tandis que «les ouvriers gagnent de faibles salaires, souffrent de taux élevés de blessures et maladies, évoluent dans des conditions difficiles» et «un climat de peur», dénonce l’étude.

    http://www.leparisien.fr/economie/etats-unis-prives-de-pause-toilettes-des-employes-portent-des-couches-13-05-2016-5791913.php

  • engel

    Le chômage massif c’est parce qu’il y a trop de chômeurs improductifs.
    La solution est donc simple. Et soyez en sûrs, l’élite l’a déjà trouvée
    Depuis des décennies, c’est même inscrit dans le marbre, à la vue de tout le monde. Mais bon…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

Laisser un commentaire