Il y aurait bien une vie après la mort….

Voilà un regard scientifique sur la « fin » de vie..

K.Porter/AP/SIPA

Des scientifiques ont mené une étude sur des patients ayant subi un arrêt cardiaque…

Être conscient après la mort, c’est désormais du domaine du possible selon une équipe de scientifiques de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni. Durant quatre ans, ils ont mené une étude sur 2.060 patients ayant subi un arrêt cardiaque.

Une étude dont les résultats surprenants révèlent que près de 40% des survivants ont décrit une sensation étrange de conscience alors qu’ils étaient en état de mort clinique, avant que leur cœur se remette à battre. Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.

Conscient même en état de mort clinique

«Les preuves suggèrent que, dans les premières minutes après la mort, la conscience n’est pas annihilée. Nous ne savons pas si elle s’estompe ensuite mais directement après la mort, la conscience n’est pas perdue», explique au Daily Mail le Dr Sam Parnia, qui a mené cette étude. Les scientifiques ont notamment recueilli le témoignage d’un Britannique, un travailleur social âgé de 57 ans qui, alors qu’il était en arrêt cardiaque, explique avoir quitté son corps et assisté à sa résurrection depuis le coin de la pièce. L’homme, en état de mort clinique pendant trois minutes, a ensuite été capable de raconter de manière assez détaillée les soins qu’il a reçus et le bruit des machines autour de lui.

Des souvenirs réels

Pourtant, «nous savons que le cerveau ne peut pas fonctionner quand le cœur a cessé de battre», rappelle le Dr Parnia. «Mais dans ce cas, l’état de conscience semble s’être poursuivi durant les trois minutes où le cœur du patient avait cessé de battre, alors que le cerveau «s’éteint» généralement dans les 20 à 30 secondes après que le cœur a cessé de battre», explique-t-il. Les résultats de l’étude sont donc «importants», sachant que jusqu’à présent, les médecins «supposaient que les expériences relatées de vie après la mort étaient en réalité des hallucinations survenant soit avant que le cœur se soit arrêté, soit après que le cœur a été redémarré avec succès», poursuit-il, mais pas une expérience correspondant à des «événements réels lorsque le cœur du patient ne battait plus». D’autant que dans le cas présent, «les souvenirs racontés étaient compatibles avec les faits», déclare le scientifique.

39% des patients interrogés dans le cadre de l’étude se rappellent avoir eu conscience de ce qui leur arrivait, sans pour autant se souvenir des moindres détails. «La mort n’est pas un moment précis mais un processus potentiellement réversible, qui survient après une maladie grave ou un accident et qui fait que le cœur, les poumons et le cerveau cessent de fonctionner. Lorsque l’on tente d’inverser ce processus, on parle d’«arrêt cardiaque. Mais si on n’y parvient pas, on parle de mort», conclut le Dr Parnia, qui rappelle qu’avec cette étude, les scientifiques ont voulu analyser «objectivement» ce qui se passe après la mort.

Auteur Anissa Boumediene pour 20Minutes/Sciences

Et un petit lien pour partir écologiquement et utilement

Capsula Mundi : Une capsule funéraire pour devenir un arbre

Des dessins de mode réalisé à partir de pétales de fleurs

73 commentaires

  • dereco

    Le cerveau a rêvé .
    Si cela est vrai, comme nous sommes similaires à tout être vivant, il y a aussi une vie après la mort pour toutes les fourmis, araignées, que j’ai écrasé, ou les bactéries, de yaourts, les poules, vaches, moutons que j’ai mangé,
    Ainsi cet univers après la mort est gigantesque de vies d’êtres vivants morts , indispensables pour nous permettre de vivre après la mort !!

    Donc il y a de quoi en douter pourquoi on meurt alors pour vivre après.

    • Willy

      L’homme est le seul être à avoir un esprit. Il n’est donc pas similaire à tout être vivant.

      • sombre

        @ Willy,
        L’homme le seul être à avoir un esprit ?
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Esprit
        Est-ce que tu peux préciser ce que tu désigne par esprit ? parce que le terme est large.

      • engel

        …mais, pas pour autant tous des lumières.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • dereco

        « L’homme est le seul être à avoir un esprit. » est contredit par le comportement d’une fourmi , d’un moustique qui pique ou d’une araignée qui pique parfois aussi, lorsque je vais l’écraser, qui a bien compris que je vais l’écraser, qui fuit, se cache, avec la conscience de ce grand danger dans son esprit.

    • Musashi Musashi

      Rêve commun ?

    • supermouton supermouton

      Un arrêt cardiaque n’est pas la mort …
      Ce peut en être une étape, mais pas encore la mort du cerveau.
      Et de là, on n’a jamais vu revenir personne encore :-)

      • Norbert

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
        Poussiere tu es ne,poussiere tu retourneras.
        la vie c’est comme la lumiere,l’electricite, c’est tout betement qu’un bouton.
        Que nenni …apres la mort=le neant absolu…c’est ma conviction…le reste n’est que litterature

    • Planete bleu Planete bleu

      Peut-être pour expérimenter ce genre de chose. La naissance et la mort ne sont qu’une illusion en fin de compte. De plus tout ce que nous observons autour de nous, ainsi que nous même est énergie, vibration, conscience

      Rien n’est solide & tout est énergie : des scientifiques expliquent le monde de la physique quantique

      http://www.espritsciencemetaphysiques.com/solide-energie-physique-quantique.html

      • dereco

        Encore du loufoque arbitraire comme beaucoup de religions, alors que la mécanique quantique est précise, prédictive avec une grande précision, et si on n’y met rien de loufoque, ( conscience vague, collapse de la fonction d’onde, etc.., juste pour la réconcilier avec nos a priori de notre vie usuelle macroscopique ) en plus, que ses équations, elle conduit aux ordinateurs quantiques, calculant sur plein de micro-mondes parallèles et aux univers parallèles à notre univers.

  • dereco

    « Le cerveau «s’éteint» généralement dans les 20 à 30 secondes après que le cœur a cessé de battre» » est faux, il prend presque 10 minutes ( cela laisse un peu de temps pour réanimer ) et des cellules moins indispensables parfois vivent plus d’un jour après.

    • Mouton hardos

      Hello.
      Tu as raison, la disparition de la conscience est longue. Il faut donc être d’une attention extrême pendant un long moment avec le mort, que ce soit un proche que l’on soit venu assister, un accidenté,etc, et même votre chat ou chien ou n’importe quelle bestiole. Restez avec eux une demi heure au moins, soyez gentils le temps que les dernières bribes de consciences ne soient plus. Professionnels de la vie et de la mort aussi, vos cadavres ont encore une conscience.

      • Willy

        Des questions sont donc à se poser au sujet des dons d’organes.
        Pour qu’un organe soit « utilisable » il faut que le donneur ne soit pas mort, donc qu’il soit susceptible de « revenir », donc ……

      • Musashi Musashi

        Donc … qui va à la chasse perd sa place .

      • Mouton hardos

        Willy, pour les organes, c’est pas le problème de revenir si les dégâts corporels sont irréparables, mais j’imagine qu’il faudrait pouvoir attendre un peu avant de découper si la cervelle est intacte. Tu sais déjà que tu es mort, et en plus on te découpe en prime, c’est bof.
        Perso, comme je fais du vélo de route et que j’ai déjà eu un très gros crash contre une voiture, heureusement sans dommage, j’ai pris une précaution: j’ai un papier sur moi qui indique que je refuse que l’on me préserve des organes avec une justification ( autre que celle évoquée qui est ma véritable raison). C’est que comme je suis imprégné de weed en permanence, la greffe ne prendra pas, que je sois donneur ou receveur dans l’urgence. Et rien n’y changera, donc merci de ne pas découper.

      • Mouton hardos

        …..pas d’organes donc…mais j’ai trouvé un arrangement pour pouvoir donner mon sang: 48 heures sans fumette avant le don ( gros effort). Il a fallu que je me batte avec l’EFS pendant un an pour pouvoir donner mon sang de vieux toxico dans ces conditions. Mais j’en suis heureux.

      • supermouton supermouton

        « Mon cœur s’est arrêté de battre. Après de longues et multiples tentatives de réanimation, il n’est pas reparti. Les médecins m’ont déclaré mort. »
        Des urgentistes classiques (et respectables), qui ont « statistiquement » dit qu’il était mort… parce que dans ce genre de cas, la probabilité de survie et faible… Il est où l’électroencéphalogramme montrant que le cerveau a cessé de fonctionner ?
        Une NDE n’est pas un retour de la mort.
        Les gogos qui avalent ces conneries de vie après la mort font du bon bétail pour religions et extrémistes de tout poil les forçant a aller se faire sauter histoire d’aller se taper toutes les vierges qu’ils veulent…
        Bullshit.
        Ca suffit ces conneries ! Vivez votre vie, aimez là, chérissez là, et grandissez vous, il n’y en a qu’une.
        Et cessez de rêver a mieux après, vous ne faites que servir (bêêêhhh) les parasites qui vivent grassement sur votre dos en vous faisant gober ces boniments dignes de toutes les poudres miracles…

  • Leveilleur

    Natalie Saracco réalisatrice raconte son expérience de mort imminente après un accident de voiture, de cette expérience est né un film  » la Mante religieuse ». A voir.

    http://www.youtube.com/watch?v=R4WCHZHANDk

    En Conscience (Documentaire).

    http://www.youtube.com/watch?v=sb2s7dbvChA

    • NDE : preuves scientifiques

      L’expérience de mort imminente (EMI) désigne un ensemble de « sensations » vécues par certains individus pendant un coma avancé ou une mort clinique avant qu’ils soient réanimés et dont ils témoignent souvent comme d’une possibilité que la conscience survive à la mort.
      Synonymes : « expérience aux frontières de la mort », « expérience de mort approchée » (EMA), « expérience de mort-retour », « near-death experience » (NDE).
      Ces états sont aujourd’hui publiés dans des études scientifiques comme le Lancet.
      http://www.brujitafr.fr/article-nde-preuves-scientifiques-76758882.html

  • C’est beau comme la Théorie. :)

  • Passetec Passetec

    Dieu est tout amour et t’envoie en enfer pour l’éternité !!!!

    • Willy

      Dieu n’a rien à voir la dedans. Dieu a mis en place des Lois contre lesquelles il est impossible d’agir. Et une de ses Lois est « La réciprocité des effets » où dit autrement ; « on récolte ce que l’on sème ». Si une âme va donc en enfer, c’est qu’elle a semé de quoi aller en enfer.

      • supermouton supermouton

        L’animal humain aura fait un grand pas vers un début de vraie intelligence quand il cessera d’attribuer a un père noël quelconque tout ce qu’il ne comprend pas :-)

  • Willy

    S’il ne comprend pas, qu’il cherche.
    Et s’il cherche réellement, il trouvera la Vérité.
    Et dès cet instant, tout deviendra logique, limpide, sans lacune etc….
    Il y a 2000 ans, quelqu’un nous a déjà exhorté « cherchez et vous trouverez ! »

  • Musashi Musashi

    Le jour où c’est scientifiquement prouvé, bonjour le taux de suicide !!! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

    • Willy

      Pour se retrouver avec tous les suicidés ; de part la Loi (encore une mise en place depuis le début de l’humanité) des affinités.
      Il y a un au delà plus attrayant que celui là ! Non ?

  • nomdemon

    Nosso lar ou notre demeure en Français, ce film traite aide à imaginer ce qui se passe post-mortem : https://www.youtube.com/watch?v=eyuyKMcOuG0 https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

    • Willy

      Très beau film effectivement, très proche de la Vérité et des Lois en place auxquelles les hommes ne peuvent échapper.

  • Emy Emy

    l’être humain réfléchit en tant d’individu, en tant qu’une personne
    alors que nous faisons parti d’ un ensemble de choses
    l’univers est un ensemble de choses, dieu est dans tout ce qui existe
    si nous sommes lié a tout cela nous ne pouvons pas vraiment mourir

    tu passes par le tunnel, tu arrives a la lumière extraordinaire
    et il y a même le bus qui t’attend https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

    • Willy

      Une âme est là, dans la chambre mortuaire, toute seule, sans comprendre. Sans comprendre, parce que l’être humain qui repose sur le lit s’opposa toujours, au cours de sa vie terrestre, à l’idée de croire à la poursuite de la vie après le dépôt du corps de matière dense; c’est pourquoi il ne se préoccupa jamais sérieusement de cette pensée, et raillait toujours ceux qui en parlaient. Confus, il regarde autour de lui. Il se voit lui-même sur son lit de mort; il voit des êtres humains qu’il a connus, l’entourer en pleurant; il entend leurs paroles et ressent aussi la douleur qu’ils éprouvent à l’occasion de sa mort. Il veut rire et crier que, oui, il vit encore! Il appelle! Étonné, il doit constater qu’on ne l’entend pas. Il continue d’appeler à voix haute et de plus en plus fort. On ne l’entend pas, on continue à pleurer. L’angoisse commence à grandir en lui. Pourtant, il entend fortement sa propre voix et sent aussi distinctement son corps. Encore une fois, il crie, en proie à l’oppression. Personne ne fait attention à lui. Tous regardent en pleurant ce corps immobile, ce corps qu’il reconnaît comme étant le sien et que pourtant il considère soudain comme quelque chose qui lui est étranger et qui ne lui appartient plus puisqu’il se tient à côté de son corps, libéré de cette douleur qu’il éprouvait jusqu’ici.

      Avec amour, il crie maintenant, le nom de sa femme qui est agenouillée auprès de son lit. Mais les pleurs ne cessent pas; aucune parole, aucun geste ne montre qu’elle entend. Désespéré, il s’approche d’elle et la secoue rudement par les épaules. Elle ne le remarque pas. Il ne sait pas, en effet, qu’il touche le corps de matière fine de sa femme, et non son corps de matière dense; mais sa femme qui, comme lui, n’a jamais pensé qu’il puisse exister plus que le corps terrestre, ne peut pas davantage ressentir qu’il touche son corps de matière fine.

      Un indicible sentiment de peur le fait frissonner. Cette faiblesse due à l’impression d’être abandonné le précipite au sol, sa conscience s’évanouit.

      Mais une voix qu’il connaît le réveille lentement. Il voit le corps qu’il portait sur la Terre reposer au milieu des fleurs. Il veut partir, cependant il lui est impossible de s’éloigner de ce corps immobile et froid. Distinctement, il sent qu’il lui est encore relié. Mais voilà que résonne de nouveau cette voix qui l’arrache du sommeil. C’est son ami qui parle à quelqu’un. Tous deux ont apporté une couronne de fleurs et, tout en les déposants, ils parlent ensemble. Personne d’autre ne se trouve auprès de lui. Son ami! Il veut se faire remarquer de lui ainsi que de son compagnon, qui a souvent été son cher hôte! Il doit leur dire, combien d’étrange manière, la vie est encore présente en lui, qu’il peut encore entendre ce qu’ils disent. Il appelle! Pourtant, tranquillement, son ami se tourne vers le compagnon et continue à lui parler. Or, les paroles prononcées lui font passer comme un frisson de frayeur à travers ses membres. C’est là son ami? C’est ainsi qu’il parle de lui à présent! Atterré, il écoute les paroles de ces hommes avec lesquels il a si souvent bu et ri, ces hommes qui ne lui disaient que du bien lorsqu’ils étaient assis à sa table et qu’ils fréquentaient sa demeure hospitalière.

      Ils sortirent, d’autres vinrent à leur tour. Combien il pouvait, à présent, reconnaître les êtres humains! Beaucoup de ceux qu’il avait hautement estimés faisaient, à présent, monter le dégoût et la colère en lui, tandis qu’à ceux qu’il n’avait jamais considérés, il aurait volontiers serré la main avec gratitude. Mais ils ne l’entendaient pas, ne le sentaient pas, malgré les bruits qu’il faisait et les cris qu’il poussait pour leur prouver qu’il vivait encore.

      En grand cortège, on conduisit son corps vers la tombe. Il était assis à califourchon sur son cercueil. Amer et désespéré, il ne pouvait plus maintenant que rire, rire! Mais le rire fit rapidement place à nouveau au découragement le plus profond et un sentiment de grande solitude entra en lui. Il se sentit fatigué et s’endormit.

      Au réveil, tout était sombre autour de lui. Combien de temps avait-il dormi? Il n’en savait rien! Cependant, il sentait qu’il ne devait plus, comme jusqu’ici, être relié à son corps terrestre, et qu’il était libre. Libre dans une obscurité qui pesait singulièrement sur lui.

      Il appela. Aucun son. Il n’entendait pas sa propre voix. Gémissant, il s’affaissa en arrière. Mais, il se heurta durement la tête contre une pierre tranchante. Lorsqu’il se réveilla de nouveau, après un temps assez long, c’était toujours dans la même obscurité, dans le même silence sinistre. Il voulut bondir, mais ses membres étaient lourds; ils refusaient tout service. Avec toute la force de son désespoir rempli d’angoisse, il parvint à se relever et se mit à tituber en tâtonnant par-ci par-là. Souvent, il chutait sur le sol, se meurtrissait, se heurtait aussi à droite et à gauche à des coins, des rebords, mais il ne pouvait pas trouver de repos et attendre, car une forte pulsion le poussait constamment à continuer à tâtonner et à chercher. Chercher! Mais quoi? Ses pensées étaient confuses, lasses et désespérées. Il cherchait quelque chose, mais il ne savait pas quoi. Il cherchait!

      Cette recherche le poussait à aller plus loin, toujours plus loin, jusqu’à ce qu’il s’effondre de nouveau, pour se relever brusquement et reprendre sa marche. Des années s’écoulèrent ainsi, des dizaines d’années, jusqu’à ce qu’enfin des larmes, puis des sanglots gonflèrent sa poitrine et… il s’en dégagea une pensée, une prière, tel le cri d’une âme fatiguée qui désire la fin de son sombre désespoir. C’est ce cri de désespoir immense et de douleur désespérée qui apporta naissance à la première pensée d’échapper à cet état. Il chercha à reconnaître ce qui l’avait mis dans un état aussi épouvantable, ce qui le forçait si cruellement à errer dans les ténèbres. Il palpa autour de lui: ce n’était que du roc dur! Était-ce la Terre ou peut-être cet autre monde auquel il n’avait jamais pu croire? L’autre monde! Alors, il était terrestrement mort, et pourtant il vivait, si cet état pouvait s’appeler vivre. Le fait de penser lui devenait infiniment pénible. Ainsi, il titubait, cherchant plus loin. Et de nouveau s’écoulèrent les années. Sortir, sortir de cette obscurité! Ce désir devint une impulsion impétueuse, puis une ardente nostalgie se forma. Cette ardente nostalgie c’est l’intuition plus pure qui se dégage de l’impulsion grossière et c’est dans cette nostalgie que grandit timidement la première prière. Cette prière née de la nostalgie jaillit finalement en lui comme la fraîcheur d’une source, et comme une paix tranquille et bienfaisante; l’humilité et l’abandon de soi pénétrèrent dans son âme. Mais, lorsqu’il se leva pour poursuivre ses pérégrinations, un courant d’une ardente expérience vécue traversa son corps; soudain, l’aube l’entourait à présent, il pouvait voir! Au loin, très loin, il reconnaissait une lumière, pareille à un flambeau, qui le saluait. Jubilant, rempli d’un profond bonheur, il étendit les bras vers elle; il s’affaissa de nouveau et d’un cœur débordant, il remercia Celui qui lui avait accordé la lumière! Avec une force nouvelle, il marcha alors vers cette lumière; elle ne s’approchait pas de lui, mais d’après ce qu’il venait de vivre, il espérait l’atteindre, même si cela devait exiger des siècles. Ce qui venait de lui arriver pouvait se répéter et le conduire hors de ces masses rocailleuses pour pénétrer dans un pays plus chaud, irradié de lumière, s’il implorait humblement.

      «Mon Dieu, viens à mon aide!» Le cri sortit de sa poitrine oppressée et remplie d’espoir. Avec délice, il entendait de nouveau sa voix! Même si ce n’était encore que faiblement, il l’entendait! Le bonheur qu’il en éprouva lui donna une force nouvelle et, rempli d’espérance, il alla de nouveau vers l’avant.

      Telle est l’histoire d’une âme à ses débuts dans le monde de matière fine. Cette âme ne peut pas être désignée comme mauvaise. Sur Terre, on l’avait même trouvée très bonne. Un gros industriel, très occupé, attentif à accomplir fidèlement toutes les lois terrestres.

      Maintenant, une explication sur ce sujet: l’être humain qui, au cours de sa vie terrestre, n’a jamais voulu reconnaître qu’il y a aussi une vie après la mort et qu’il peut être contraint de répondre de tous ses actes ou de ses omissions d’une manière qui ne concorde pas avec les conceptions terrestres actuelles, celui-là est aveugle et sourd dans la matière fine, aussitôt qu’il passe de l’autre côté. Mais aussi longtemps qu’il demeure encore relié à son corps de matière dense, dont il vient de se dépouiller, – ce qui peut durer des jours ou des semaines – il continue pendant quelque temps à percevoir ce qui se passe autour de lui.

      Lorsqu’il est libre par la décomposition de son corps de matière dense, cette possibilité se perd pour lui. Il n’entend ni ne voit plus rien. Ceci n’est pas une punition, mais résulte tout naturellement de ce qu’il n’a jamais rien voulu entendre ni voir du monde de la matière fine. Sa propre volonté, qui peut vite former la matière fine correspondante, empêche que ce corps de matière fine puisse voir et aussi entendre, aussi longtemps que, dans cette âme, une transformation ne s’est pas produite. Que cela dure des années ou des dizaines d’années, peut-être des siècles, c’est l’affaire personnelle de chaque être humain. Son vouloir lui est complètement laissé. Ainsi, le secours ne lui vient que s’il y aspire lui-même. Pas avant. Jamais il n’y sera contraint.

      La lumière que cette âme devenue voyante salua avec une si grande joie était toujours là. Toutefois, elle ne lui était pas perceptible auparavant. Elle est d’ailleurs plus claire, plus forte que l’âme, aveugle jusqu’ici, ne l’avait d’abord perçue. La façon dont l’âme la voit, soit forte, soit faible dépend à nouveau uniquement d’elle. La Lumière ne fait aucun pas à sa rencontre, mais elle est là! L’âme peut en jouir à tout moment, si elle le veut sérieusement et humblement.

      Cependant, ce que j’explique ici ne s’applique qu’à cet unique genre d’âmes humaines. Pas pour les autres. La lumière n’est pas dans les ténèbres proprement dites et sur leurs plans. En ces lieux, il n’est pas possible pour celui qui progresse intérieurement de pouvoir soudainement contempler la lumière; il doit d’abord être éloigné de cet environnement qui le retient.

      Certes, l’état de l’âme qui vient d’être exposé peut être qualifié de cruel, surtout parce qu’elle est en proie à une grande angoisse et qu’elle a perdu tout espoir. Mais elle-même n’a pas voulu qu’il en aille autrement. Elle reçoit seulement ce qu’elle s’est attirée elle-même. Elle ne voulait rien savoir de la vie consciente après le départ terrestre. La poursuite de la vie, l’âme ne peut pas pour autant la supprimer, car cela elle ne peut pas le décider. Toutefois, elle se construit un plan de matière fine stérile, paralyse les organes des sens du corps de matière fine de sorte qu’elle ne peut ni voir ni entendre jusqu’à ce qu’enfin… elle se ravise.

      Ce sont les âmes que l’on peut aujourd’hui voir sur la Terre par millions qui, en dehors du parti qu’ils ont pris de ne rien vouloir savoir au sujet de l’éternité ou de Dieu peuvent être qualifiées de convenables. Pour ceux qui veulent le mal, ce qui arrive est encore pire; toutefois, ce n’est pas le moment de parler de ceux-ci, mais seulement des êtres humains désignés comme convenables.

  • Willy

    Sombre.

    L’esprit (rien à voir avec le cerveau et l’intellect) est l’étincelle vivante au sein de l’âme.
    C’est notre conscience, celle qui à travers notre intuition détient la Vérité et essaye de nous prévenir.
    C’est ce qui fait la différence avec les autres êtres vivants qui ne possèdent qu’une âme.

    • sombre

      @ Willy Ah d’accord, c’est en rapport avec la spiritualité que tu parle d’esprit alors.

      • Willy

        Exactement, mais en ce qui me concerne, il n’y a pas de distinction à faire.
        Nous faisons partie d’un tout; un corps, une âme, un esprit.
        C’est cet ensemble qui constitue l’homme.

  • sombre

    http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-vivons-nous-dans-une-simulation-informatique-37929.php

    Certains scientifique estime que nous vivons dans un univers simulés.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypoth%C3%A8se_de_simulation

    SOMMES-NOUS DES SIMULATIONS ? L’argument de la simulation de Nick Bostrom – Argument frappant #1
    https://www.youtube.com/watch?v=AtTTn7KMIys

    Note : D’ailleurs, c’est assez compatible avec l’idée de la vie après la mort. En faite : c’est même plus simple d’imaginer une vie après la mort si on vie dans une simulation informatique, puisque notre conscience (simulé) peut simplement passer d’un « univers simulés » à un autre ; à la manière d’une migration de donnée d’un ordinateur à un autre…

  • Graine de piaf Graine de piaf

    A l’âge de 8 ans, déclarée en état de mort clinique – et cérébrale ! ceci pour la personne qui plus haut a dit qu’on ne revenait pas de la mort du cerveau – je suis revenue d’une NDE, aussi depuis ce n’est pas à moi qu’il faut conter qu’il n’y a rien « derrière le rideau ». A cet âge je ne pouvais être affabulatrice ni avoir l’esprit farci par des propos que mes parents auraient été bien en peine de tenir.
    Oui, il y a autre chose…
    Autre précision : à l’époque on ne cherchait pas à faire « revenir » quelqu’un qui cassait sa pipe, mort on était, mort on restait, maintenant c’est différent. Je suis revenue toute seule au bout de quelques minutes.

    • sombre

      Est-ce que tu te souviens de ce que tu aurais vu ?

    • Willy

      Ici on touche à la réincarnation.
      Ce que votre esprit à vu de l’autre côté était un savoir vécu lors d’une vie passée.
      A 8 ans, vous n’aviez en effet pas encore vécu les évènements imprimés dans votre esprit que vous avez perçu lors de votre NDE.

    • dereco

      « Je suis revenue toute seule au bout de quelques minutes. » et donc temps court avec le cerveau loin de la mort intact, qui a redémarré avec la circulation sanguine.

    • supermouton supermouton

      Vous dites que vous êtes revenue seule en quelques minutes, et donc confirmez ce que je dis (comme d’autres)…
      en quelques minutes, le cerveau n’est pas forcément mort…
      Les critères affirmant la mort cérébrale (et surtout les moyens de « lire » l’état réel du cerveau) ont sérieusement avancé depuis des années…

  • Encore un titre d’article franchement putaclic du site 20minutes qui doit plus savoir quoi faire pour racoler…
    Quel rapport entre conscience, rêve et vie après la mort ?? Sérieux !
    (Si ce n’est de rassurer ceux qui s’en rapproche inéluctablement)

    Après chacun ses croyances, mais dans ce cas on est pas dans une démarche scientifique.

  • engel

    – Quand t’es vivant, t’es pas mort.
    – Et quand t’es mort, t’es pas vivant.
    Le reste n’étant qu’expérience strictement personnel, ou supputation tout autant personnel.
    Alors, la vérité dans ce domaine…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • clegiru

      Hé oui Engel, une vie après la mort?
      Tout ce dont je suis certain, c’est qu’il y a une mort après à vie.
      Qu’avant de naître je n’était pas et qu’après ma mort il n’y a aucune raison que je sois encore.
      C’est même en accord avec la première évocation de la condition des morts dans la genèse : « tu es poussière et tu retourneras à la poussière. » Comme quoi faut pas chercher midi à quatorze heures !

    • Ayus-Ved

      C’est quand on a raison qu’il est difficile de prouver qu’on n’a pas tort.

      Pierre Dac

    • dereco

      « – Quand t’es vivant, t’es pas mort.
      – Et quand t’es mort, t’es pas vivant. »
      voir le chat de Schröndinger, qui est à la fois mort et vivant en mécanique quantique, prouvé par de très nombreuses expériences :
      http://sciencepost.fr/2017/05/nouvelles-chat-de-schrodinger/
      http://www.nature.com/nphoton/journal/v11/n6/full/nphoton.2017.57.html

      et soit vivant ou soit mort, n’est qu’une expérience strictement personnelle de mécanique classique, totalement fausse au niveau réel microscopique quantique..

      • engel

        Et bien mon ami, ne parle pas de chose qui te dépasse!

        En mécanique quantique, suivant l’observateur, une « chose » peut-être tout à la fois particule ou onde (électromagnétique), mais pas les deux en mêmes temps.
        …Là aussi, il faut choisir.

        L’histoire du chat de Schrödinger n’est qu’une métaphore pour les ignare comme moi. Elle attire l’attention du néophyte sur le fait, que c’est l’observateur qui par son comportement va définir l’état physique du « chat particule ».
        Mais au final, quand l’observateur observera en ouvrant la boîte, le chat sera mort OU vivant MAIS PAS LES DEUX !

        Et en plus, ce n’est qu un postulat non prouvé, qui ne fait absolument pas l’unanimité au niveau scientifique quantique.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Ayus-Ved

    La petite mort.

    Le passage de l’état éveillé, conscient à l’état de sommeil, entre ces deux états, il y a un état intermédiaire ou l’on est conscient mais détaché de son corps, juste avant la petite mort (état de sommeil).

    Cet état intermédiaire bien souvent, il n’est pas perçu ,il faut donc s’entraîner pour le percevoir ,cela ne marchera pas du premier coup et peut être pas du dixième, il faut de la persévérance et de la constance en ensemencement tous les soirs notre inconscient (pas si inconscient que ça d’ailleurs). Cet état existe bien, il est très fort ,vous vous sentez, joyeux, très léger, lumineux.

    Le corps subtile dans la philosophie orientale.

    • dereco

      Dans « le passage de l’état de sommeil à l’état éveillé, conscient , entre ces deux états, il y a un état intermédiaire ou l’on est conscient mais détaché de son corps, me donne de belles crampes si je m’étire dans mon corps pas détaché du tout, , car mes muscles sont mal connectés à mes nerfs, partiellement endormis !!

      Conseil, pour éviter les crampes au réveil la nuit, bougez et étirez vous que très lentement, prenant le temps de vous réveiller.

  • Ayus-Ved

    Aux frontières, nous ne pouvons même pas dire ou se situe la limite entre le monde matériel inanimé et le monde matériel animé .

  • Ayus-Ved

    L’homme qui visitait le royaume des morts.

    Que signifie la mort pour l’individu ou l’espèce?
    A t’il rencontré les esprits et les anges?

    L’univers mental de Swedenborg.
    Qu’éprouve t’on aussitôt après la mort?
    Qu’est ce que la mort selon Swedenborg?
    Les trois états de l’homme après son trépas.

    Le concept chez Emanuel Swedenborg est celui du Grand Homme qui correspond au Mahat (le grand) du Samkhya.
    Le Grand Homme c’est la nature humaine totale et parfaite et dont chacun de nous est une image.

    Il est très proche du Védanta par son concept de l’Un sans second, il en perçoit l’action derrière toutes les manifestations du monde.

    A t’il vraiment visité l’univers des trépassés?
    Nous sommes tous en rapport avec tous les divers niveaux de la réalité cosmique.

    Plusieurs univers se superposent au notre,l’être humain que nous sommes, s’étend du subatomique au supra-galactique, au cosmique et par son psychisme, par niveaux successifs,le plus souvent sans le savoir,il est en rapport avec les innombrables psychismes cellulaires, organiques, de son propre corps qu’il connaît si mal.

    D’autre part, son niveau de conscience de veille est une frontière mouvante vers l’inconscient collectif et ainsi jusqu’au Soi cosmique.

    Et la mort, à chacun de ces paliers, revêt une signification différente.

  • Oui, il y a une vie après la mort, car c’est le corps qui meurt, pas l’esprit. Lui est immortel. Il nous faut prendre un corps/matière pour vivre l’expérience de la matière, c’est-à-dire de l’énergie densifiée. Mais une fois l’expérience terminée, ciao la compagnie, je tire ma révérence ! Je laisse le manteau physique et je pars en esprit libre, enrichie de mes expériences terrestres.
    Aucun problème.
    Sauf que… quand on s’identifie à son corps physique, arrive ce qui doit arriver: on ne veut pas le quitter. On ne veut pas non plus quitter nos possessions matérielles, tant nos proches que nos biens.
    Nous ne sommes pourtant que de passage.

    Je sais qu’un jour nous aurons pu suffisamment évoluer pour transcender la matière et ainsi nous pourrons, comme d’autres l’ont fait, partir avec nos corps/matière. Ou bien vivre très très longtemps, comme les premiers personnages de la Bible.

    Certains Sages Bouddhistes sont morts sans qu’on les retrouve, alors même qu’ils ont été enfermés dans une pièce, et se sont mis en état de méditation. Ils sont passés ainsi de l’autre côté. On estime leur réalisation pas tout à fait complète si, en partant, ils ont laissés ongles et cheveux. Leur conscience a fusionné avec la Conscience Universelle.

    En attendant, humbles humains que nous sommes, nous partirons un jour, puis nous reviendrons, ici ou ailleurs, continuer nos expériences en fonction du travail que nous aurons à accomplir. Entre deux, période de reconstruction, de repos, et aide aux personnes mortes à leur tour sur le plan terrestre.
    Ce n’est pas de la croyance, et peu importe que la science explique cela ou non. Entre témoignages et régressions, on a de quoi faire.

    • supermouton supermouton

      Yoda, sors de ce corps !
      :-)

    • laspirateur

      Moi je préfère être dans la lumière que dans ce corps qui est douloureux, et mon esprit n’apprécie pas plus que ça la matière densifiée, je dirais même qu’elle est un casse tête ou quelque chose qui ne me correspond pas! Ce monde hyper-matérialisé, je ne l’aime pas, et cette attitude qu’ont les humains d’aujourd’hui ne me satisfait aucunement. Tous bercés par des mensonges plus gros les uns que les autres, bercés par la messe-télé-médias. Un monde fini pour des êtres pas finis! La mort fait partie de la vie, Jeanne D’Arc trancha la tête de ceux qui allaient détruire son peuple, pour la gloire du roi de France.
      Pourquoi l’homme est-il ramené à chaque fois au cours des âges à devoir livrer bataille, à s’employer à tuer ses semblables? La mort de son corps donné par un autre esprit conduit-il celui-ci à se sublimer?
      Est-il du devoir de l’homme d’être le pourfendeur de la vérité ou doit-il veiller à l’équilibre de son environnement? En tout cas dans ce monde, ces deux forces s’opposent constamment!
      Mais vu que la vérité sur nos origines nous est bien gardée, je crois qu’il ne peut y avoir ici bas ni de paix ni d’harmonie, tout comme le reste, les sentiments, l’amour, cela demeure une illusion que le temps efface, supprime.
      Comme bien d’autres, je serai content de quitté cette boule à mythes puante qui n’est plus qu’un monstrueux amas d’idées humaines imbriquées les unes dans les autres, matérialisées au point de créer une vibration moteur permanente, des rejets de gaz sans cesse plus important. L’homme a succombé au confort, et le confort de l’homme est inadapté au caractère biologique et cyclique du vivant sur cette planète.
      Nous sommes tous derrière nos écrans, d’une laideur presque Luciférienne, paralysés par l’hyper matérialité qui nous submerge et nous éloigne toujours plus de notre vraie nature. La plupart des gens subissent lamentablement le désir de ces quelques personnes qui croient contrôler le monde, mais qui ont bel et bien perdus les pédales. L’imaginaire humain, l’intention de l’invention sont vraisemblablement le pire cauchemar de Gaïa.
      Croyant que l’homme a subi des modifications génétiques au cours de son « évolution », il ne pouvait en être autrement de son destin.
      Je crois que ceux qui s’amusent à embarquer les peuples dans des guerres, ces rois invisibles, ont tout leur temps et s’amusent d’un chef d’état comme un enfant joue au petit soldat.
      Nous, dans ce monde figé, dont le mouvement mécanique ne produit que déchéance de l’esprit, ne sommes pas en mesure de changer quoique ce soit. Un pion est un pion. Noir ou blanc il est sur l’échiquier, ou plutôt dans les veines de la pieuvre monétaire dont il ne peut s’extraire que s’il la détruit.

  • laspirateur

    Tous ces gens qui tentent de survivre aujourd’hui dans des conditions indécentes, les souffrances animales, tout ça sans discontinuité! Instrumentalisation du diable, qu’est-ce que cela peut bien faire? N’est-il point rassasié de prendre tous les jours autant de vies?
    Et ceux qui ont des anomalies génétiques ça se passe comment?

  • logic

    Et dire que des scientifiques sont payé pour faire ce genre d’études!!!

    ça me rappelle une info que j’ai vu il y a 30ans dans un journal, ou l’on nous expliquait que des scientifiques avaient fait une étude sur le meilleur lait pour les nourrissons…. Et bien la conclusion, c’était que le meilleur lait était le lait maternel et qu’il fallait donc allaiter!!!

    Les scientifiques sont trop forts !!!!!!!!!!

  • Bonsoir les blacksheeps :)

    Je crois en la survivance de l’âme qui devient esprit afin de se réincarner dans un autre corps pour que l’âme entreprenne un nouveau cycle de connaissance.

    L’âme durant toutes ses nouvelles vie évolue vers l’illumination, la connaissance, chaque nouveaux cycle correspond à de nouvelles expérience pour acquérir cette connaissance qui libérera l’âme du samsara pour atteindre le nirvana et s’arracher au cercle infernal des réincarnation et rejoindre la source ou la lumière.

    L’âme dépend aussi du monde causal, le karma qui est la somme de nos actions, bonne ou mauvaise qui déterminera les conditions de notre nouvelle incarnation qui en quelque sorte la pénalisera ou au contraire la récompensera rapport à notre vie antérieur.

    Il est dit dans certains cercles d’initiés qu’à la base l’âme est sujette à 12 cycles correspondant aux 12 signes du zodiaques, mais en générale notre somme karmique en décide autrement et on en fait bien plus.

    Akasha.

  • Pyramidion

    En France il y a le Dr Charbonnier qui étudie cette question http://youtu.be/mgPAMD9H5c4

  • « La Vie après la Mort »

    Nouveau record de l’oxymore !

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif