« Nous avons au mieux 18 mois devant nous »..

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Jacques Attali est décidemment particulièrement en forme ces dernières semaines. Alors qu’il nous avait gratifiés d’un excellent papier que j’avais repris dans les colonnes du Contrarien Matin et intitulé « Débrouillez-vous », le voilà qui poursuit dans sa veine contrarienne en nous prédisant une énorme crise en 2015 dans son dernier article dont le titre est « La prochaine crise : en 2015 ? ».

Jacques Attali y développe un raisonnement l’amenant à étayer pourquoi il pense que l’on arrive à la fin d’un cycle et donc au seuil d’une nouvelle crise qui ne sera jamais que le prolongement de celle que nous n’avons pas quitté depuis l’épisode paroxystique de 2007/2008.

Il explique surtout ce qu’il faudrait faire pour éviter cette nouvelle crise, et là, permettez-moi d’être dubitatif d’ailleurs sur deux choses. La première étant que même les éléments avancés ne me semblent pas de nature à nous permettre d’éviter ce qui va nous déferler dessus dans la mesure où cela ne répond pas ni à la raréfaction du travail ni à la raréfaction des ressources naturelles, et la deuxième c’est que quand bien même Jacques Attali aurait raison (et moi tort), il est fort à parier que rien de ce qu’il n’avance ne sera mis en place pour la simple et bonne raison que notre Monsieur 3 % (voir le dernier sondage du Figaro à ce sujet) qui siège à l’Élysée n’a toujours pas la moindre conscience de ce à quoi il est confronté et n’a, pour ainsi dire, strictement rien compris à la situation économique de notre pays. Je vous passe également le manque cruel de courage dont il a fait preuve jusqu’à présent et je le vois assez mal mettre encore plus de flexibilité dans le marché du travail alors que dès 2015 nous aurons de facto la suppression du régime (ultra-flexible) des auto-entrepreneurs aligné sur celui de la micro-entreprise avec quelques menus contraintes en plus…

Je vois également mal notre nodocéphale élyséen se changer brutalement en De Gaulle ou en Churchill capable de changer en totalité les modalités de fonctionnement de notre société. Notre situation est fondamentalement au-delà de toute notion de réforme. Encore une fois, nous vivons sur des structures héritées de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite

Les états-unis à nouveau en récession

C’est La nouvelle économique de la semaine, reprise comme il se doit par Charles Sannat dans son éditorial ce matin. Les états-unis, qui étaient soi-disant sortis de la récession et dont toute la presstitute et les élites nous affirmaient qu’ils étaient repartis sur la voix de la croissance la plus audacieuse et patati et patata, sont entrés à nouveau en récession sur le premier trimestre 2014 avec une contraction du PIB de 1%. Cela alors que le FMI annonçait 2.8% de croissance sur l’année, croissance qu’il faudra de toute évidence aller chercher avec les dents au rythme actuel, et ce malgré les maquillages statistiques dans le calcul du PIB qui intègre désormais la recherche et développement… C’est d’autant plus ballot que les USA sont sensés tirer la croissance mondiale et tous nous sauver de l’infâme dépression grâce à leur consommation « patriotique ». Mais voilà, de toute évidence ce sont les « super bears » comme Olivier Delamarche qui ont raison depuis le début en affirmant que les USA ne sont en réalité jamais sortis de la récession de 2008, et que seul l’argent déversé par la FED par tombereaux grâce aux QE a fait illusion un temps. Ce temps semble avoir pris fin, retour aux fondamentaux,  à la crise économique et à la pauvreté de masse

États-Unis : l’économie s’est contractée de 1 % au premier trimestre

Voilà, c’est le titre de la dépêche de l’AFP. L’économie américaine s’est contractée. Ce que j’aime c’est le « davantage que prévu »… Rien du tout oui, « ILS » avaient tous prévu un PIB en hausse. Bref, les Ricains nous avaient expliqué que leur PIB avait augmenté d’un petit 0,1 % tout symbolique mais en réalité, il n’en est rien puisqu’en « deuxième estimation » (c’est déjà drôle en soi la 2e estimation incertaine au doigt mouillé après un calcul en 1re estimation à la louche), le PIB est carrément en baisse de 1 %, et une baisse de 1 % c’est une récession !

Bon, c’est la première fois depuis 2011 que les USA voient leur PIB baisser mais ce n’est pas grave du tout car c’est à cause du froid… Oui, aux États-Unis, ils ont dû affronter un « polar vortex », soit un vortex polaire et ils se sont caillés de très longs mois. Résultat chez nous, en France, quand on a froid, on se chauffe plus donc on consomme plus d’électricité, plus de fioul, plus de gaz, on achète plus de pulls, de parkas, de doudounes et même des bonnets… Résultat ? Si les ventes de maillots de bain chutent drastiquement, il y a plein d’autres produits qu’on s’arrache… Même que quand il fait froid, j’achète plus de soupe (Royco) ou encore plus de choucroute… C’est excellent la choucroute et le cassoulet l’hiver, ça tient au corps comme on dit.

Lire la suite

«Mode d’emploi pour faire comme George Soros et placer de la même façon !! »

On vous en avait déjà dit un mot dans cet article. Comme nous le savons tous, les mots austérité, chômage, précarité ne sont malheureusement pas que des mots, nous vivons avec ces tristes compagnons chaque jours, nous demandant ce que nous pourrions bien faire pour atténuer ce mécanisme qui, tel l’allégorique Ouroboros ne montre pas de fin. Alors, il faut bien se tourner vers ceux qui connaissent les rouages obscurs, des « choses » de ce monde (qui rapportent). Et c’est notre ami C. Sannat qui s’y colle pour nous suggérer, de faire comme le très riche G. Soros qui a l’air de savoir exactement de quoi l’avenir sera fait. Bon!! restons sérieux, nous les moutons enragés, n’avons surement pas les moyens de suivre ces conseils, pour judicieux qu’ils soient.

Titre original:

« George Soros liquide ses actions de banques, achète des technologiques et une minière d’or ! Mode d’emploi pour faire comme George Soros et placer de la même façon !! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Tous les trimestres, les fonds d’investissements doivent remplir et adresser à la SEC (un grand machin étatique américain censé surveiller les marchés) une déclaration mentionnant l’ensemble des transactions opérées par le fonds concerné. Il s’agit du document 13F (c’est le nom du formulaire, un peu comme nos « cerfa » à nous).

Vous trouverez en lien en bas d’article la partie sur le site de la SEC où vous pouvez trouver cette mine d’informations.

C’est à partir de cette source d’information que l’agence de presse Reuters a été en mesure de répercuter les dernières modifications plus que substantielles que le « grand » financier mondialement connue George Soros a apporté à son fonds.

En effet, toutes ses participations dans les banques ont été vendues au profit d’entreprises technologiques et du secteur minier (mines d’or plus précisément).

Il a donc vendu : Lire la suite

« Pays européens en récession, croissance 0 aux USA, augmentation du chômage : rien ne va plus mais tout va bien ! »

On nous fait prendre des vessies, pour des lanternes. Là où devraient finir les oligarques. Ah ça ira, ça ira, ça ira!!

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il est de bon ton, dans l’économie de marché administrée dans laquelle nous vivons, de ne parler QUE des bonnes nouvelles. En effet, il est essentiel de remonter le moral de tous au cric et de faire croire que tout va bien. Il y a bien quelques menus problèmes mais rien d’insurmontable en termes de communication. Il faut juste trouver une excuse plus ou moins plausible comme le froid l’hiver aux États-Unis ou le manque de froid l’hiver en Europe, ou encore l’Ukraine…

Je vous indique en lien en bas d’article les derniers chiffres (complets) d’Eurostat sur la croissance en Europe. De très nombreux pays importants sont sans ambiguïté en récession/déflation, appelez cela comme vous le souhaitez, avec par exemple le Portugal qui ne va pas bien, la France et sa croissance zéro ou encore bien plus grave, les Pays-Bas, véritable indicateur avancé de la croissance allemande en récession d’un beau -1,4 % ! Mais qu’à cela ne tienne, l’Estonie remonte la moyenne, du coup l’Europe est en croissance. Bonne blague mais surtout foutage de gueule économique magistral. Ne soyons pas dupes. Lire la suite

« Contrat gazier du siècle et désaméricanisation du monde en marche ! »..

Notre inconfortable position se précise, les USA ont un besoin urgent du traité transatlantique que nous sommes de plus en plus nombreux à refuser…Merci Jeance.


Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Depuis plusieurs semaines, la rumeur courait et devenait de plus en plus insistante sur les négociations en cours entre la Russie et la Chine concernant la signature d’un contrat de fourniture de gaz d’ampleur historique digne de faire basculer les traditionnels rapports de forces géostratégiques.

En effet, la Chine et la Russie viennent d’annoncer officiellement, dans le cadre du voyage de Poutine dans l’empire du Milieu, la signature d’un contrat à… 400 milliards de dollars ! Colossal, surtout que ces ventes de gaz ne devraient pas forcément être libellées en dollars puisque derrière tout cela se joue une bataille féroce pour tenter de contrer la domination américaine du monde aussi bien politique qu’économique.

Souvenez-vous de l’épisode du relèvement du plafond de la dette américaine. La Chine furieuse avait indiqué qu’il était temps de désaméricaniser le monde… c’est véritablement en marche et la vitesse de changement est même assez incroyable.

La Russie menace sans ambiguïté l’Europe de couper le gaz Lire la suite

« Y a pô de croissance mais c’est pô grave ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Mais qu’ils sont forts nos ministres. Non, vraiment, ils sont très, très forts. Pour Michel Sapin – au nom prédestiné puisque son patrimoine contient pas mal de forêts (il a raison, ce sera un excellent investissement dans les années à venir) mais aussi quelques centaines d’hectares de terres agricoles, sans oublier les pièces et monnaies anciennes puisque notre ministre est un très grand collectionneur –, là encore je ne peux qu’admirer (pour de vrai) la stratégie patrimoniale de notre ministre des Finances puisque ce dernier n’a globalement presque pas un kopeck dans nos banques-qui-vont-si-bien et tout en actifs tangibles de chez tangibles. Alors effectivement, quand il n’y a pas de croissance économique, pour Michel il n’y a rien de bien grave. D’ailleurs, comme disait Chirac, cela « lui en touche une sans faire bouger l’autre »…

Je vous accorde que cette formule chiraquienne est quelque peu triviale mais j’aime bien à l’occasion le langage fleuri de notre ancien président (celui qui savait dire non aux États-Unis).

Croissance nulle au 1er trimestre ? « Pas grave » assure Sapin

Revenons sur l’événement du jour. La croissance économique au premier trimestre a été, selon l’INSEE, de 0 %. En réalité, nous devrions plus parler du taux de non-croissance que de taux de croissance, mais ma femme va encore me dire que je fais du mauvais esprit.

Bref, la croissance a été nulle. Et Michel Sapin sur Europe 1 a eu cette phrase lumineuse, transcendante, cet espèce d’éclair de génie puisqu’il a déclaré « ce n’est pas grave ».

Lire la suite

Brève économique : Quand les chacals s’entre-dévorent…

On ne va pas pleurer non plus, la JPMorgan-Chase reste une référence dans le domaine des « credits defauts swap » et de la manipulation des matières premières sur la planète. Un géant s’effondre, mais pour laisser une avenue totalement ouverte à la pire banque de la planète, la plus dangereuse, à côté la mafia fait figure de boy-scouts, j’ai cité la Goldman Sachs.

morgan jp tombTombe du banquier John Pierpont Morgan, bientôt sa banque risque de le rejoindre…

Vous connaissez au moins de nom Jp Morgan et Goldman Sachs les deux monstres financiers mondiaux sans foi ni lois, dont les noms apparaissent régulièrement à propos de scandales de toutes sortes. Et bien, il semblerait que dans la course à la main basse financière sur la planète, Goldman Sachs ait réussi à  déboulonner sa principale concurrente…  Le plus chacal des deux a gagné !

JPMorgan en difficulté va virer 10 000 personnes dont son PDG !

C’est un article passionnant du New York Post concernant les déboires de la JPMorgan qui, pour le grand quotidien américain, est dans les cordes !!

Les derniers déboires de la plus grande banque des États-Unis, employant plus de 250 000 personnes dans le monde, sont tellement importants qu’ils pourraient forcer le PDG de cette banque incontournable Jamie Dimon à jeter l’éponge. Lire la suite

« Dis papa, c’est quoi la valeur d’un homme et celle de Pierre Gattaz ? »

J’ai eu l’occasion, il y a quelques temps d’envoyer à un ami très cher, le poème de Rudyard Kipling « tu seras un Homme mon fils ». Aujourd’hui c’est Charles Sannat qui  l’offre, à votre réflexion, en plus de sa plume acide envers Pierre Gattaz. Comme dirait Benji « sachez en faire bon usage » ;)…

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Cette question il ne me semble ne jamais l’avoir posée à mon papa tant la réponse m’a semblé toujours évidente. À quoi mesure-t-on la valeur d’un homme ? Je fais partie de ceux qui pensent que la richesse d’un individu n’est pas matérielle et que les Rolex et autres attributs de la fortune matérielle ne pèsent pas lourd, voire ne pèsent pas du tout.

Ce qui fait d’un homme un homme, c’est un corpus de valeurs et de convictions, ce qui fait d’un homme un homme a été particulièrement bien exprimé et d’une manière tout simplement poétique par Rudyard Kipling

Ce qui fait d’un homme un homme, c’est son courage, sa constance, sa sagesse, sa pondération, sa capacité d’amour, de désintéressement, sa manière de tendre la main.

Tu seras un Homme, mon fils (avec une pensée toute particulière pour le président du Medef)

Lire la suite

Comprendre la politique étrangère américaine pour s’y opposer… pour le bien de tous! Par Bruno Bertez (1ère Partie)

Vous vous intéressez à l’économie, puisque vous donnez votre avis. Nous vous proposons des articles qui décryptent ce gigantesque labyrinthe, où tout s’imbrique, se dilue, se recompose en fonction des intérêts du moment. Vous avez pu apprécier la vision sans concession de Charles Sannat, vous ferez de même avec celle de Bruno Bertez, alias Lupus et ses compères. Si comme beaucoup, vous êtes atteint par le virus du « savoir pour comprendre », ne vous privez pas de le propager. Le virus Lupus, est un virus salutaire pour tous.

Nous constatons avec effroi que nos plus tristes prédictions sont en voie de se réaliser. La crise, mal traitée conduit aux affrontements. Déjà, nous sommes dans une phase belliciste. Le conflit Ukrainien est soit un point de départ, soit une répétition, un test. Un peu comme une manœuvre en terme militaire. 

On y voit l’enchainement inexorable de la bêtise et  de la lourdeur d’esprit. Une fois lancée, la machine de haine ne s’arrête plus, elle vit sa vie propre. Tout le monde finit par être dépassé. Le cours des choses illustre notre conviction centrale : le Système est une machine impersonnelle qui n’est contrôlée par personne, il est dominé par le mensonge, le cynisme certes, mais ceux qui prétendent le piloter sont en réalité des aveugles. Comme dans le tableau de Brueghel, l’apparente stabilité de la composition contraste avec le mouvement qui conduit au précipice. Lire la suite

Economie : les banques ne font toujours pas leur boulot et ne financent pas l’économie réelle

Pour faire suite à l’article de Charles Sannat relayé ici même hier par Benji, voici une confirmation scandaleuse du comportement des banques européennes, issue d’une enquête du NY Times relayée par le site Express.be. Cette étude démontre que les 1000 milliards d’euros prêtés par la BCE quasi gratuitement aux banques européennes, n’ont pas servi à financer l’économie réelle (cela dit on s’en doutait :) puisque les taux de financement des entreprises des pays en difficulté économique sont toujours aussi élevés (entre 4 et 6% pour l’Espagne et l’Italie par exemple et je ne parle même pas de la Grèce et du Portugal dont les taux sont carrément prohibitifs) et ne permettent pas aux entreprises de se financer. Donc résumons encore une fois : la BCE prête de l’argent quasiment gratuitement (le taux directeur de refinancement est aujourd’hui à 0.25%) aux banques européennes pour « relancer l’économie », et ses dernières achètent illico des obligations souveraines, et particulièrement des Junk Bonds Portugais, Grecs ou Espagnols qui rapportent en moyenne entre 4 et 7%, ou utilisent cet argent pour spéculer sur les marchés actions. Mais quand il s’agit de financer une PME, là c’est niet…

Le New York Times présente le cas de Lúcio Machado, un garagiste du nord du Portugal qui emploie 12 personnes et voudrait développer sa PME en empruntant 100.000 euros de sa banque. Mais son banquier vient de détruire ses projets, en lui proposant un taux d’intérêt de 10%. Et même s’il réduit le montant emprunté, il devra toujours payer 7% d’intérêt, un taux bien trop élevé pour sa petite entreprise. Par comparaison, une PME allemande se verrait offrir exactement la moitié de ce taux.

Dans tous les pays de la zone euro les plus affectés par la crise, le problème est le même : la plupart des PME ne parviennent pas à obtenir les crédits qui leur permettraient de repartir. Le New York Times publie deux graphiques bases sur les données de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui permettent de comprendre pourquoi on observe une reprise à deux vitesses dans la zone euro.

Lire la suite

1 81 82 83 84 85 87