En cas d’apocalypse, 21 téraoctets de données ont été mis à l’abri en Arctique [Vidéo]

Après le coffre-fort de l’Apocalypse qui contient les graines, voilà celui qui contient de quoi repartir à zéro, sous forme numérique, au cas où. À condition qu’il reste encore quelques rescapés. Continuons à détruire au lieu de préserver, et ces lieux seront indispensables. En oubliant pas d’informer les générations futures sur la folie des hommes, qui a permis la destruction de notre « maison » commune et, qu’il reste encore quelques endroits sains et non dévastés, à ces humains du futurs. Partagez ! Volti

******

Par Aphadolie

L’ancienne mine de charbon de Longyearbyen, en Norvège, où 21 To de données GitHub seront stockées pendant plus de 1000 ans

21 téraoctets de données open-source se trouvent maintenant sous le pergélisol norvégien pour être protégés et préservés. En cas d’apocalypse, les générations futures pourront alors les extraire pour les consulter.

En novembre 2019, l’entreprise GitHub Universe, spécialisée dans l’hébergement de code-source, présentait son programme Artic Code Vault. L’idée : préserver des logiciels open source pour les générations futures.

Dès lors, GitHub a listé tous les référentiels publics actifs sur sa plateforme à archiver dans le coffre-fort. Parmi eux figurent notamment des plans codés utilisés pour créer toutes sortes de technologies, des systèmes d’exploitation fondamentaux aux programmes d’apprentissage automatique complexes. Bref, autant d’éléments utiles si nous étions amenés à repartir de zéro.

Le but de l’Arctic Code Vault est en effet de garantir que « les souvenirs numériques les plus irremplaçables au monde de l’art, de la culture et de la littérature » soient protégés en cas de menace existentielle pour l’humanité. Qu’elle soit portée par une guerre nucléaire, le changement climatique ou une pandémie.

Notez que ce coffre-fort contient déjà un certain nombre de dépôts de données des Archives nationales du Mexique et du Brésil, de la Bibliothèque du Vatican, du Musée national de Norvège, de l’Agence spatiale européenne, et d’un certain nombre d’autres organisations.

Des données préservées dans le permafrost

Ceci étant dit, ce dépôt officiel vient d’être effectué avec succès le 8 juillet 2020, a indiqué la firme.

Ce coffre-fort de données a plus précisément été stocké dans l’Arctic World Archive. Cet espace d’archivage « construit pour durer 1000 ans » a été ouvert le 27 mars 2017 à l’initiative de l’entreprise norvégienne spécialisée Piql et de la compagnie minière détenue par l’État norvégien, Store Norske Spitsbergen Kulkompani (SNSK). Il est installé dans une ancienne mine de charbon sur l’île norvégienne de Spitzberg, dans le Svalbard.

C’est également dans la même région que se trouve la réserve mondiale du Svalbard, qui stocke plusieurs millions d’échantillons de graines provenant du monde entier. Là encore, pour les préserver au cas où l’espèce humaine serait menacée.

…/…

Lire l’article complet

Source Aphadolie

Voir aussi :

Mer du Nord : des milliers de tonnes de méthane s’échappent de puits abandonnés [Vidéo]

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

7 commentaires

  • C’est un paradoxe en effet, et pourtant… J’allais élaborer ici un scénario, mais je choisis la version la plus plausible…
    La poignée de milliardaires (comment dit JJC ?), bref, les emm… qui ont le pouvoir sur la finance et bientôt sur tout le vivant, ne doutent pas de leur réussite. Mais la Terre ne l’entendra pas de cette oreille et nous promet quelques feux d’artifice et mouvements de terrain sympathiques. D’où la nécessité de préserver quelques archives qui, bien sûr, les intéressent, eux.
    Et les moyens potentiels pour les lire. Tout semble prévu: pas d’ordinateur du tout et une lecture directe, ou bien des super ordinateurs.
    Pour nous c’est du gadget, surtout en cette période où certains tentent d’effacer toute trace de notre Histoire. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • rouletabille rouletabille

    Il y a une chose qui échappe à chacun d’entre nous ,c’est que nous somme TOUS une bestiole expérimentale sans avenir créer par inadvertance/sans intérêt/pour développer des croyances???.
    Bref ,vivre et se développer hahahah dans ce contexte idiot et se croire autre chose est comme croire à St Nicolas ou au diable assez con pour perdre son temps avec nous

  • rouletabille rouletabille

    Je me lance…
    Croire vivre est IMPOSE .
    imposé
    Ce que nous somme (rien du tout)..
    Bof
    jsuis sans match ce soir et des gens vivent (survivent)aussi sans rien.
    Du bol de croire que le Mondialisme a quelque chose à soutirer à cette multitude d’idiots pas encore parvenus à leur niveau.
    Pardonnez mon sentimentalisme svp
    merci

  • .article35. .article35.

    Bonsoir à tous.
    Encore une brillante idée…… ça manquait.
    J’espère juste qu’ils ont pensé à laisser des ordis et des modes d’emploi en bande dessinées car après l’APOCALYPSE y a de grandes chances que les survivants soient plus proches du bonobo que du geek.

  • rouletabille rouletabille

    les PYRAMIDES sont un exemple de transmissions.
    Alors « 21 téraoctets de données ont été mis à l’abri en Arctique »c’est RIDICULE

  • Avatar Jean Xana

    Bof. Si ça les amuse… Ces gens restent persuadés que dans l’univers il n’y a rien de mieux que l’HOMME, parce que des légendes prétendent qu’un Dieu nous aurait créés à son image.
    Mais demain d’autres espèces se développeront pour nous remplacer, et qui sait si elles auront comme nous des mains et un gros cerveau ? Ce n’est pas nécessaire pour évoluer, vivre et prospérer sur les ruines de notre époque. Quant à ces « banques de données », elles risquent surtout de devenir des nids de souris…

Laisser un commentaire