« Acheter des obligations chinoises… la fausse bonne idée à la mode !! » L’édito de Charles SANNAT

Que sera l’après crise sanitaire, qui cache une crise économique et financière mondiale profonde ? Va-t-on réinitialiser notre système moribond, et relocaliser nos industries ? Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

J’aime cette phrase de Mathieu dans les évangiles. « Quand vous dites “oui”, que ce soit un “oui”, quand vous dites “non”, que ce soit un “non”. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais »

Quelle que soit votre confession ou vos croyances, que vous en ayez ou pas d’ailleurs, ne change rien à la pertinence de ce qui est écrit plus haut. Il n’y a pas de grands succès dans les motions de synthèse et rarement d’enthousiasme lorsque l’on se condamne uniquement à rechercher les plus petits dénominateurs communs.

Pourquoi je vous dis cela ?

Parce que l’on me demande de plus en plus souvent ce que je pense de l’idée à la mode d’acheter des obligations chinoises. Lorsque je fais une analyse, elle est rarement mièvre… Mon non est non et mon oui un oui.

Sur ce sujet comme sur les autres, ma réponse sera donc assez claire, mais elle ne se contentera pas d’être une affirmation, nous allons un peu argumenter tout de même.

Faut-il acheter des obligations chinoises ?

D’abord est-ce possible et facile ? Oui c’est possible, et non ce n’est pas facile. Ceci étant dit, ce ne sera donc pas forcément pour toutes les bourses, mais là n’est pas le plus important.

Est-ce une bonne idée ?

Acheter des obligations chinoises, cela implique de prêter à la Chine… et de faire confiance à la Chine pour vous rembourser.

Cela veut dire que vous faites confiance au parti communiste chinoise.

Cela veut dire que vous confiez votre argent au parti communiste chinoise.

Cela veut dire que vous faites confiance à un pays ou la transparence est telle que l’on préfère tuer les messagers qui annoncent une épidémie plutôt que de les croire ce qui ferait gagner du temps. Tuer le messager n’a jamais rien changé, et même dans l’antiquité ils avaient fini par le comprendre.

Cela veut dire que vous faites confiance à la mondialisation telle qu’elle est aujourd’hui car si la Chine est aujourd’hui solvable c’est uniquement parce que nous avons ouvert nos frontières, parce que nous avons décidé de fermer les usines de chez nous pour les laisser s’ouvrir chez eux.

Cela veut dire que vous pensez que la Chine va rester l’usine du monde à faire du chantage aux masques quand le reste du monde s’enrhume, sans que cela n’entraîne un forme de retour des productions stratégiques.

Cela veut dire que vous pensez qu’il n’y aura jamais de démondialisation, que la Chine a gagné pour toujours.

Enfin, cela veut surtout dire que vous pensez que le politique chinois est honnête et que quoi qu’il arrive ils rembourseront leur dette en vous rendant votre argent…

Oui, bon Charles ça va, les riches, eux ils prêtent bien à la Chine…

Et bien globalement… non ! Et c’est ça qui est très intéressant soit dit en passant ! Voici ce qu’en dit cet article de l’AFP publié il y a quelques mois sur le site Zonebourse ici

« Jusqu’à présent, les investisseurs étrangers restent largement absents du marché obligataire chinois, en dépit des efforts du régime pour l’ouvrir.

Selon des estimations, seuls 2 % des obligations émises en yuans sont aux mains d’investisseurs étrangers, échaudés par l’interventionnisme permanent de Pékin.

D’autant que le système de changes ainsi que les flux de capitaux demeurent étroitement encadrés »

Et oui, les amis, la Chine est tout sauf un pays libre, l’économie chinoise n’est pas totalement libre non plus, et la finance chinoise l’est encore moins. C’est assez compréhensible. Le pouvoir ne peut pas être politique et financier… Il est financier ou politique ! Et c’est d’ailleurs tout notre drame actuel. Nous avons laissé l’économique et le financier prendre le pouvoir sur le politique ! Le politique a abdiqué son pouvoir en particulier en France. En cas de crise, nous payons 57 % d’impôts (prélèvements dans le PIB par l’Etat) pour que l’Etat ne soit même pas capable de filer deux masques à 50 cts par citoyen de ce pays…

Enfin la Chine est un pays qui massacre sans vergogne une partie de ses citoyens, notamment ceux qui croient à une transcendance autre que celle du grand timonier à la barre à Pékin, des Ouïgours aux Catholiques, des opposants politiques aux médecins lanceurs d’alerte, des petits enfants que l’on tue à la tâche dans les mines ou dans les chaînes de production d’I-phone, sans oublier ces histoires de chauves-souris en hibernation qui rencontrent des pangolins bouffés en nems par des Chinois sur un marchés aux animaux à côté d’un laboratoire P4… A mon sens la Chine n’est qu’au tout début d’une phase de très grands problèmes, et le monde va commencer à demander des comptes à l’empire du milieu. Alors si vous avez aimé les emprunts russes, je pense que les emprunts chinois sont fait pour vous !

Mais… ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Ce n’est pas parce que je ne prête pas mes sous à la Chine que je les prêterais plus aux Etats-Unis ou à la France. Il n’y a que des mauvais payeurs.Tous les pays sont en faillite, parce que le système général dans lequel nous évoluons est en faillite.

Je ne prête donc à personne, et tel un vieux con des tontons flingueurs, « touche pas au grisbi ».

Laissez les emprunts chinois aux Chinois !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous et désormais protégez-vous!

Charles SANNAT

Voir :

Laisser un commentaire