L’Ukraine a falsifié la mise en œuvre du retrait de ses troupes à Petrovskoye..

Devant autant de mauvaise volonté de la part de Kiev, la paix n’est pas pour demain.. Partagez ! Volti

******

Christelle Néant pour Donbass-Insider

Alors que toutes les mesures et étapes du retrait des troupes et des équipements dans la zone pilote de Petrovskoye sont censées être finies depuis le 4 décembre, l’OSCE a découvert que l’Ukraine n’a que partiellement comblé ses tranchées, et qu’elle est encore en train de démonter ses fortifications et de déminer sa partie de la zone de désengagement, ce qui signifie qu’elle a donc falsifié ses rapports officiels faisant état de la mise en œuvre complète du retrait de ses troupes.

Après la découverte cette semaine de la falsification par Kiev du communiqué officiel publié à l’issue de la réunion au Format Normandie qui s’est tenue le 9 décembre à Paris, voilà que la République Populaire de Donetsk (RPD) découvre que l’Ukraine a aussi falsifié ses rapports officiels à l’OSCE dans lesquels elle prétendait avoir mis en œuvre toutes les étapes du retrait des troupes et des équipements dans la zone de retrait de Petrovskoye.

Ainsi, alors que le processus est censé avoir pris fin le 4 décembre, l’OSCE a noté dans ses rapports du 9 et du 10 décembre 2019 la présence d’une excavatrice se dirigeant vers une des positions de l’armée ukrainienne située dans la zone de retrait de Petrovskoye.

Les observateurs de la mission de surveillance ont aussi découvert que quatre tranchées de l’armée ukrainienne ont été seulement partiellement rebouchées, et que les activités de déminage et de démontage des fortifications sont toujours en cours de ce côté de la zone de désengagement. Une situation qui requiert des « éclaircissements supplémentaires » d’après le rapport de l’OSCE.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’organisation est très diplomatique vis-à-vis de cette nouvelle fraude « made in Ukraine ». Car le 6 décembre, l’Ukraine, tout comme la RPD, a officiellement déclaré avoir corrigé toutes les violations dans la zone de retrait de Petrovskoye.

Or, comme l’ont constaté les observateurs de l’OSCE, l’Ukraine poursuit les travaux qui auraient dû être achevés le 4 décembre, conformément au calendrier approuvé. Là ce ne sont pas des « éclaircissements » qui sont nécessaires, mais un remontage de bretelles !

Car au vu des rapports de a mission de surveillance il est clair que les déclarations faites dans les médias par les représentants officiels, ainsi que la notification du ministère ukrainien des Affaires étrangères à la mission de l’OSCE, indiquant que toutes les étapes du retrait ont été menées à bien à Petrovskoye n’étaient qu’une falsification.

L’Ukraine n’a pas respecté ses engagements et n’a pas pleinement mis en œuvre les mesures prévues de correction des violations du retrait des troupes dans le délai convenu par le groupe de contact à Minsk. Cela constitue une violation du paragraphe 4 de la décision-cadre qui stipule que le désengagement des troupes et des équipements doit avoir lieu de manière synchronisée et en miroir et ne doivent pas prendre plus de 30 jours.

En ne respectant pas la procédure et en falsifiant ses rapports officiels remis à l’OSCE, l’Ukraine crée un dangereux précédent qui pourrait bloquer un futur accord sur le lancement du retrait des troupes et des équipements dans trois nouvelles zones pilotes comme prévu suite à la réunion au Format Normandie du 9 décembre.

Surtout que l’Ukraine n’a pas seulement falsifié la mise en œuvre du retrait de ses troupes, elle continue aussi de violer le cessez-le-feu dans la zone de désengagement de Petrovskoye.

Ainsi, dans le rapport de l’OSCE du 11 décembre, il est indiqué que la veille, les observateurs de la mission de surveillance ont enregistré des violations du cessez-le-feu dans la zone de désengagement de Petrovskoye. Au vu de l’endroit d’où ils ont entendu les coups de feu, et la direction indiquée dans le rapport, les tirs venaient de l’armée ukrainienne.

En effet, le rapport indique que les observateurs se tenaient à environ 1 km à l’est-nord-est de Bogdanovka (en zone contrôlée par l’armée ukrainienne) lorsqu’ils ont entendu trois tirs d’armes légères venant de 2 à 3 km au sud-est, à l’intérieur de la zone de désengagement.

La représentation de la RPD au sein du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) a retranscrit les informations du rapport de l’OSCE sous forme de carte qui permet de mieux se rendre compte d’où venaient les tirs :

Ces violations du cessez-le-feu dans la zone de désengagement et la falsification de la mise en œuvre du retrait des troupes et des équipements par l’Ukraine sont de très mauvaise augure pour les prochaines négociations visant à obtenir le désengagement des troupes dans trois nouvelles zones pilotes de la ligne de front d’ici la fin mars 2020.

Christelle Néant

Calendrier du Donbass 2020

La vente de ce calendrier, fait avec des photos prises par Christelle Néant au cours de l’année 2019, lors de reportage sur le front, à Donetsk, à Saour Moguila, ou pendant des événements publics, l’aidera à financer et poursuivre son travail dans le Donbass. Acheter un calendrier

Laisser un commentaire