La déséducation nationale… entreprise de destruction massive…

Éducation ou Instruction ? La différence est de taille et le résultât loin de tenir les promesses, selon que les enfants aient droit à une instruction de qualité ou à l’éducation du « basique » pour les moins favorisés. Un « troupeau » de futurs conditionnés contre une « meute » de futurs décideurs ? L’adage « le savoir c’est le pouvoir » prend tout son sens. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat le 17 juillet 2019 pour Insolentiae

N’imaginez pas que donner de bonnes notes soit « égalitaire ».

C’est de la démagogie à l’état pur, et comme toute démagogie à l’état pure, comme toute « facilité » cela mène toujours au résultat inverse à celui qui était recherché.

Donner le BAC avec mention à tout le monde, supprimer les concours d’entrée à Science-Po ce n’est ni du progrès ni de l’égalité.

La réalité, à un moment, rattrape tous les mensonges.

A force de mauvais choix les situations ne sont plus rattrapables.

La sélection naturelle est naturelle.

Dans un processus politique, l’action publique cherche à rendre la sélection naturelle moins « définitive » et à laisser sa chance à tous.

C’est le rôle de l’instruction.

D’ailleurs notez la différence sémantique entre instruction et éducation. Instruire c’est donner les outils de la connaissance ou d’accès à celle-ci. Éduquer, c’est élever, et cela implique par définition une ingérence dans la vie des enfants.

Le constat du niveau en France est alarmant. On cache derrière des taux de réussite « soviétiques », une réalité dramatique avec des gamins qui ne savent plus lire ni écrire, qui ne savent plus réfléchir ni penser.

Donner de bonnes notes est ce qu’il y a de plus inégalitaire, cela peut même faire croire à certains parents que tout « va bien », que le gamin a le niveau, alors qu’il est d’une nullité crasse, plus personne n’est en mesure de comprendre ce qu’il lui arrive le jour où la sélection fait son oeuvre.

Les bonnes notes à tous, c’est comme les taux 0 en économie. Cela biaise totalement la perception de la réalité des agents économiques, cela fait prendre les mauvaises décisions basées sur de mauvais indicateurs.

Les bonnes notes à tous, c’est faire croire que l’éducation est bonne pour tout le monde, alors que les plus aisés bénéficient d’une bien meilleure instruction et d’une préparation à la maison et pas les gamins issus des classes les plus populaires.

Mentir aux gens est ce qu’il y a de pire, après… les mensonges que l’on se fait à soi-même.

Charles Sannat

3 commentaires

  • Avatar jodine17

    Bonjour,
    Il est vrai que le niveau régresse mais encore ça n’est pas la vrai difficultée! Si le QI baisse, la dissonance cognitive aussi et donc sa propre réflexion également et là est le mal car l’esprit est biaisé!
    Cet Esprit qui nous permet de distinguer du Bien/ du Mal. Ainsi les princes de se monde se délectent de leurs lois infanticides car c’est bien de ce fléau ce dont il s’agit! Changer les moeurs et les traditions de nos enfants pour qu’ils puissent apprécier la pédophilie s’installer et devenir banal comme une des 120 genres rescencees par le LGBTI! Ces princes se sont attaqués au Spirituel, à la Famille et maintenant c’est à la Propriété qu’ils s’attaquent, mais non matérielle mais spirituelle ou propriété individuelle. Ils violent nos enfants intellectuellement pour le faire physiquement par la suite. Merci l’ONU d’avoir valider les études de Kinsey…. Pfff des monstres mais je me doit de prier pour eux, spécialement pour les F:.M:.
    Cordialement

  • Avatar Nelson

    Le socle commun de connaissances et de compétences né en 2005 et distillé sous l’ère Sarkozy, est la définition de savoirs a minima destinés à satisfaire le patronat à la perpétuelle recherche d’une main d’œuvre peu qualifiée mais sachant effectuer des tâches précises, sans trop réfléchir, ni s’opposer, ni se rebeller.