L’essor considérable du trafic aérien en Europe augmente nettement les émissions de polluants..

On nous culpabilise sans arrêt mais, les très gros émetteurs de polluants continuent d’en déverser les tonnes.. Trafic aérien pour cet article, mais, et le trafic maritime avec les porte-containers qui naviguent au fioul lourd ? On m’a dit un jour « si tous les passagers prenaient leurs voitures….« . C’est sûr qu’une calèche ne pollue pas. C’est plutôt encombré là-haut. Partagez ! Volti

******

Source Notre-Planète-Info

Malgré les améliorations technologiques, la croissance soutenue du trafic aérien augmente sa contribution aux émissions de polluants, gaz à effet de serre et aux nuisances comme le bruit. L’Europe n’échappe à cette règle qui devient un véritable défi pour des déplacements plus vertueux.

Au niveau mondial, le trafic aérien représente environ 3 % des émissions de gaz à effet de serre, en augmentation constante. Pourtant, les technologies s’améliorent, les aéroports diminuent leurs émission de carbone mais rien n’y fait : les voyages en avion connaissent un essor considérable et entraînent mécaniquement la multiplication des appareils mais aussi des aéroports toujours plus nombreux et gigantesques. Par exemple, en Europe, il existe 82 grands aéroports (plus de 50 000 mouvements d’aéronefs par an), ils devraient être 110 en 2040.

La deuxième édition du « Rapport Environnement de l’Aviation Européenne » publié conjointement par European Aviation Safety Agency (EASA), European Environment Agency (EEA) et EUROCONTROL, fait état des bénéfices économiques, de l’innovation et de la multiplication des échanges mais souligne que le revers est l’augmentation de la pollution atmosphérique, du bruit et des émissions de carbone.

Lire l’article complet

Source Notre-Planète-Info

En une heure, un avion typique bi-moteurs avec 150 passagers brûle 2,7 tonnes de kérosène, émet 8 500 kg de CO2, 3 300 kg de vapeur d’eau, 30 kg d’oxyde d’azote, 2,5 kg de dioxyde de soufre (SO2), 2 kg de monoxyde de carbone, 400 g d’hycrocarbures, 100 g de particules et suies.

Sur le même sujet:

La pollution atmosphérique menace toujours la santé publique en Europe
Nuisances sonores aériennes et perception du bruit
Etat de l’environnement dans les grandes villes européennes : la qualité de l’air reste préoccupante
La Commission Européenne se félicite de l’adoption définitive de la directive «Qualité de l’air»

7 commentaires

  • Avatar Bormes

    Dans notre modele mondial, Taxer le kérosène dans son pays en restant ouvert a la libre concurence, c’est condamner le secteur aérien à la mort.
    Ça peut être un choix…
    Ce n’est qu’une question d’intérêt et de point de vue.

    Les avions consomment beaucoup, mais ils ont un très bon rendement spécifique, contrairement au moteur a explosion dont le rendement est pourri et les résidus bien plus important.

    De toute façon, l’humain utilisera les énergies fossiles jusqu’a sa fin, ce n’est qu’une question de temps.
    La décroissance de l’énergie fossile accompagnera la décroissance du nombre d’humain.

    Simplement parce que c’est l’énergie qui permet a l’homme d’être aussi nombreux.

    1 litre de carburant correspond en energie a 1 mois de travail humain, avant il fallait 10 paysans pour faire vivre 11 personnes, il suffirait de 10 litres (100 à 200km en voiture) pour faire vivre 11 personnes pour un mois (mais pas dans notre model de société).

    La bataille du CO2 est mort né, si tant est que l’on considère que le CO2 est un gros polluant.
    Q: Le co2 est il meneur ou suiveur ?

    Le danger est il le réchauffement climatique ou la destruction de l’environnement, la faune, la flore etc… ??

    Pour moi, les vrais polluants sont les pesticides, insecticides, plastiques et autres résidus chimique de la consommation humaine effréné.

    Tout comme l’extinction des civilisations précédentes, la terre survivra et tournera, mais la nature n’a pas demandé son sacrifice global pour notre civilisation.

    • Avatar Leveilleur

      Propos très pertinent https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Avatar sombre

      « Le danger est il le réchauffement climatique ou la destruction de l’environnement, la faune, la flore etc… ?? »

      Les deux sont un danger, non ?
      Et ils sont intimement liés : Le réchauffement climatique agis sur l’environnement, la faune, la flore

      [ https://e-rse.net/definitions/definition-rechauffement-climatique/#les-consquences-du-rchauffement-climatique

      On parle en autre : augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes > Cela veut dire plus de tempêtes, plus d’inondations, plus de cyclones et de sécheresses.
      La capacité de régulation des océans est aussi affectée par une augmentation des températures. Si les températures globales augmentent de façon très importante, il y aura donc augmentation des niveaux des océans, mais aussi une acidification et une désoxygénation des zones océaniques. En outre, une acidification des océans trop prononcée pourrait limiter la capacité des mers de la planète à produire de l’oxygène et à stocker le CO2, et donc augmenter encore le réchauffement climatique. Mais cela peut aussi affecter des zones de forêts et les écosystèmes fragiles (barrière de corail, forêt amazonienne) ainsi que la biodiversité (les coraux, certains insectes et même des mammifères pourraient ne pas survivre).
      Conséquences sur la santé publique (épidémie) , la capacité alimentaire des pays… (difficulté de production) ]

      Et les activités qui participe à la destruction de l’environnement, la faune, la flore émettent biens souvent des rejets (en équivalent co2).. participant au réchauffement climatique.

      Pour donner un exemple sur ce qui est une cause majeur à la fois dans la destruction de l’environnement & dans le réchauffement climatique : ont peut parler de l’exploitation animal.

      Sa consommation nécessite des végétaux (donc surface au sol) Bien plus de surface que si on se nourrissait exclusivement de végétaux – Et entraine la destruction de forets pour avoir de plus en plus de surface. C’est également produit majoritairement en mono-culture, donc entraine de la destruction de bio-diversité.

      Cette production de végétaux se fait majoritairement en agriculture conventionnel : donc avec des engrais pétro-chimique.

      Ces engrais pollue les sols & les nappes phréatiques (en plus d’empoisonné les humains), et leurs confection nécessite également de l’énergie, donc de la pollution.

      Le bétails lui aussi pollue, notamment de part ses excréments (ex : le lisier, un  » déchet  » dont on se sert comme engrais. Les plantes ne parviennent plus à absorber tout l’azote et le phosphore contenus dans le lisier. Conséquence : un excédent annuel de phosphates et de 110 000 tonnes de nitrates, qui rend l’eau non potable et provoque l’apparition d’algues vertes sur les plages. ) Il est interdit de rejets Purin, lisier & effluents agricoles en France mais ça n’est certainement pas les mêmes lois partout dans le monde.
      Ont peut parler également des émissions de méthanes des ruminants, dont le potentiel de réchauffement serais 25fois plus important que celui du CO2, ce qui classe l’exploitation animal devant tout les transports combiné en terme d’émission de gaz eq.co2.

      Mais c’est pas tout ! Les pays producteur de bétails n’ont pas nécessairement une capacité de production de céréales, par exemple, en adéquation avec leurs production de viiande. Donc on en importe, et ce trajet c’est aussi de l’énergie donc de la pollution.

      Le problème reste même similaire avec une production  » local » , les prairies, dont on vante la capacité d’absorption du Co2 (surtout les lobby) & qui servent en partie à nourrir l’élevage … sont des espaces gâchés, quand on songe au fait qu’il pourrait y avoir des forêts à la place – qui sont autrement plus efficace face au réchauffement climatique & autrement plus dense en terme de bio-diversité …

      Et puis il y a l’énergie nécessaire aux bâtiments également, l’élevage est majoritairement industriel. Et l’énergie nécessaire au stockage des aliments – les salles froides des boucheries, les rayons frais des supermarchés… Ah et les déplacement en camion réfrigérés aussi qui utilise des climatiseurs ( je n’ai pas les détails des fluides utilisé alors je m’avance peut être pour le coup … fluide frigorigène R 410 A ? Son action sur l’effet de serre est 2088 fois plus importante que le CO2 / R32 ? il a un effet de serre 3 fois plus faible que le R410A mais supérieur de plus de 600 fois à celui du CO2.)

      J’en oublie certainement.

      Bref, c’est un exemple d’activité qui détruit à la fois directement l’environnement (en plus de massacré accessoirement des milliards d’animaux chaque années), mais également indirectement avec le réchauffement climatique. Et les deux revers de cette médaille, si je puis dire, sont un danger.

      • Avatar Bormes

        Le niveau des mers, les périodes glacières et chaudes ont toujours évolué dans l’histoire de la terre, avec vents tempêtes, courant marin, etc…
        Que l’homme puisse contrôler la nature a cette échelle global est juste absurde.

        Les autres planètes du système solaire se réchauffent aussi, peut être que nous leurs envoyons notre CO2 !?
        Il semblerait que le CO2 soit suiveur du réchauffement et pas la cause profonde.

        Bref la terre a toujours évolué, avec sa faune, sa flore a s’adapter, a se déplacer, a migrer, car le rythme de ce changement est assez lent.

        Par contre les pesticides, insecticides et produits chimique exécrable n’existent que depuis la 2 eme guerre mondiale, soit env .70 ans, et cela détruit tout l’écosystème, ca c’est le plus gros problème.

        Sauf qu’il est plus facile de faire croire au gens que le carbone est le danger pour faire accepter les taxes carbone, que le cycle carbone soit court ou très long, ce qui est une hérésie !

        alors que pour les produits chimique destructeurs c’est open bar ! et cela ne fait qu’augmenter chaque année.
        sans parler des cancers et maladies qui sont intimement lié a ces merdes chimiques, ce qui est logique.

        Chacun son point de vue, mais il me semble que la priorité c’est la chimie,
        mais que l’on préfère et accepte de payer pour le carbone, et que les plus gros industriels pollueurs en sont dispensé, et ont même des quotas enorme gratuit, qu’il revendent au petit..
        et que l’on préfère mourrir de maladie dégénérative et de cancer plutôt que de s’attaquer aux causes.

        Les moutons sont fait pour être tondu, mais pour bien se faire il faut qu’il ne bouge pas trop !

    • Avatar gerard51

      Le moteur thermique n’a pas un rendement terrible, oui, mais un diesel turbo n’est quand même pas loin des 0,35 (certes ont peut monter en gros 2 temps diesel de cargo à 0,5 il parait, mais à régime constant), mais un réacteur turbo fan dépasse tout juste les 0,4. Pas de miracle. En négligeant les énergies grises des 2 côtés un avion moderne complet et aux environs de 5 litres par pers. au 100km. Si la voiture transporte 4 personnes nous sommes à moins de 2 litres par pers. aux 100km…. mais les voitures n’ont souvent que le chauffeur comme passager. Reste à comparer les énergies grises (?), pas simple, toutefois le coût au km est un bon indicateur, car le prix de toutes choses est proportionnel à la somme des énergies utilisées pour fabriquer le dit support..

  • bonjour

    pour moi le vrai polluant est « homosapienssapiens destructor »

    • Avatar Bormes

      Tout a fait, le seul etre vivant sur terre a produire des DECHETS non recyclable est l’homme.
      L’homme est aussi le plus grand prédateur.

      Mais ça va être difficile d’enlever l’homme sans détruire le reste….