Un slam de Digé Oussour.

Le slam « Or-rage » de Djé Oussour dénonçant l’orpaillage illégal qui ravage la forêt guyanaise et l’impuissance organisée d’un Etat français cupide et hypocrite.

« Or Rage »

« Or depuis des années une flotte nous noie
Surgissant par la mer l’armada se déploie,
Inondant tous les fleuves de pirogues chargées
d’hommes et de matériel aussitôt déchargés,
reparties dans l’instant pour être rechargées
de gasoil, de denrées dont on elles sont surchargées.

Pourquoi cette ruée ? cet envahissement ?
Eh bien tout simplement, de sacrés gisements.
Oh ! Pas une découverte pour les mineurs français.
Depuis bientôt un siècle, tous ceux-ci fournissaient
cet or à l’état pur que l’Etat recherchait,
mais ses lois étriquées les gênent pour chercher.

Pour avoir un permis, c’est toujours la galère ;
Les chercheurs clandestins, eux, ont squatté les terres.
On aurait pu penser que l’administration
aurait du s’offenser de cette immixtion.
Bizarre ! Faut croire que non. La ruée persista,
polluant, saccageant, malgré tous les constats.
Aucun ordre d’en haut n’est venu l’entraver
et l’on voit, impuissants, l’écosystème crever
L’eau n’est plus buvable et le poisson douteux
L’une était délectable, l’autre très goûteux
Les indiens sont malades à cause du mercure
Et l’Etat fait si peu pour aider la nature.

Après quelques années de cet état de fait
devant l’indignation devant l’indignation des habitants refaits,
l’autorité suprême, dans sa démagogie,
a décidé quand même que ce petit pays
En pleine Amazonie était relié à elle
pas seulement par un fil. Ariane était belle
et elle ne voyait qu’elle, mais nous, nous existions
et de nous occulter, il n’était pas question.

Alors nous pûmes voir quelques interventions :
les gendarmes procédèrent à des arrestations.
On renvoyait les mecs en payant leurs billets.
Aussitôt arrivés, ils revenaient piller.

L’armada de pirogues continue ses menées.
Les orpilleurs, en somme, ne sont pas malmenés.
mais les fleuves, très souillés, continuent de chier
une couleur diarrhéique dégueulasse à crier.

Nous déposions des plaintes, écrivions au préfet,
allions jusqu’aux ministres, tout ceci sans effet.
Dépités d’implorer, tout en restant fâchés,
Nous observons critiques, notre maréchaussée.

Pas besoin de télé pour nous faire rigoler,
Nous avons l’euphorie sans même picoler
Des spectacles mobiles avec des super clowns
Des dessins animés plus drôles que les cartoons
Et des westerns comiques avec les tuniques bleues
Dans des vidéo-gags à la mords-moi le noeud
Non, c’est vrai, je vous jure, croyez-moi, j’y étais,
des gendarmes volés, je ne l’ai pas inventé ;
Carrément leur pirogue et juste sous leur nez.
Un quad dans leurs locaux ; loco le pied-de-nez !
Des bagnoles saisies tirées devant leur poste ;
le tracteur communal fuyant comme Alain Prost
Si c’est pas des charlots dans la maréchaussée !
Dans “La Ruée vers l’Or”, Charlot est dépassé.

Et puis n’allez pas croire qu’ils n’ont pas d’effectifs.
Ils sont toute une troupe pour ces shows attractifs.
Ils viennent de métropole bardés d’incompétence
et exhibent aux médias toute leur importance.
Ils passent à la télé en jouant les héros,
y miment des assauts à l’orpilleur zéro
Et puis vont raconter qu’ils distribuent leur prise
Aux pauvres des contrées qui sont sous leur emprise
Alors qu’ils brûlent tout jusqu’aux denrées comprises.
Sans peur du ridicule, pourvu qu’on les adule,
Ils donnent de grands noms à leurs opérations :
Anaconda ! Lové par peur des réactions ?
Harpie ! Au nid au lieu d’être en faction ?

C’est vrai, je leur en veux mais ce n’est pas pour moi.
J’enrage effectivement qu’ils représentent la loi
car si notre protection est dans de telles mains
Toutes les exactions ont de beaux lendemains. »

Dge Oussour

https://youtu.be/QXKTZsI9raY

2 commentaires