L’un des dirigeants du plus gros fonds d’investissement du monde pourrait prendre la suite d’Angela Merkel…

On ne peut plus nier que c’est la haute finance qui veut prendre le pouvoir. L’Allemagne ce « modèle » que l’on nous ressert ad nauseam, va elle aussi, si ce financier est désigné, voir la nocivité de cette caste. Quand ce sont des banquiers qui sont à la tête des pays, la gestion de ceux-ci ne peut pas être en faveur des peuples, ni de la protection de la planète, ces pays doivent rapporter un maximum. Ils veulent faire encore plus d’argent, que ce qu’ils ne pourront jamais en dépenser, pour eux et pour leurs actionnaires et, tant pis pour les « gueux » qui crèvent de faim, mais produisent leur richesse. Les adorateurs du « veau d’Or », de l’argent roi, sont moins à la fête en ce moment, les esclaves se rebiffent et, ils vont se rendre compte, que l’argent ne se mange pas. Quand « ceux qui ne sont rien » s’attaquent à l’économie, ce sont des milliards qui leur échappent et leur pouvoir qui vacille. Partagez ! Volti

******

Auteur Rachel Knaebel pour BastaMag

CC Azchael via Flickr.

Le parti conservateur allemand CDU désigne le 8 décembre son ou sa nouvelle présidente, qui pourrait ainsi prendre la suite d’Angela Merkel à la tête du pays dans trois ans. L’un des trois candidats déclarés, Friedrich Merz, fait son retour en politique après un lucratif détour dans le monde de la finance et des affaires. Membre de l’aile la plus conservatrice du parti, Friedrich Merz est également le président du conseil de surveillance de la filiale allemande du plus puissant fonds d’investissements du monde, BlackRock, soupçonné d’implication dans un immense système de fraude fiscale organisée.

Il a été député au Bundestag, le parlement allemand, pendant quinze ans, avant de disparaître de la politique allemande pendant neuf ans. Puis, d’un coup, Friedrich Merz est réapparu. C’était le 29 octobre, lorsqu’il s’est porté candidat à la succession d’Angela Merkel à la tête du parti conservateur CDU. La veille, l’actuelle chancelière avait annoncé qu’elle ne se représenterait pas lors du prochain congrès, les 7 et 8 décembre. Merkel souhaite terminer son mandat à la tête du pays jusqu’en 2021 mais ne sera pas candidate pour poursuivre au-delà.

Après quatorze années au pouvoir, cette décision de la chancelière était attendue. Celle ou celui qui va prendre la suite de Merkel à la tête du parti conservateur a de bonnes chances d’être le prochain chancelier. Trois candidats vont concourir pour prendre sa succession : une femme, Annegret Kramp-Karrenbauer, ancienne ministre-présidente de l’État-région de Sarre (à la frontière française) et deux hommes, l’actuel ministre de la Santé Jens Spahn, et Friedrich Merz, un puissant homme d’affaires, ancien élu de la CDU, dont la candidature est une surprise.

Avocat d’affaires, dirigeant d’HSBC et de BlackRock

Friedrich Merz a été député européen de 1989 à 1994, puis député allemand de 1994 à 2009. Depuis 2009, cet avocat de formation est reparti vers le monde des affaires. Il exerce comme avocat d’affaires au sein du cabinet international Mayer Brown, et détient de multiple casquette dans les milieux financiers. Il est membre du conseil de surveillance de la filiale allemande de la grande banque HSBC, est aussi dirigeant du fabricant de papier Wepa (dont il préside le conseil de surveillance), du fabricant suisse de matériel ferroviaire Stadler, et de l’aéroport de Cologne-Bonn (président du conseil de surveillance également).

Surtout, l’aspirant futur chancelier de l’Allemagne est depuis 2016 président du conseil de surveillance de la filiale allemande de BlackRock, le plus gros fonds d’investissement au monde. BlackRock possède des participations significatives dans l’actionnariat de plus de 15 000 entreprises à travers la planète, pour plus de 6000 milliards de dollars d’actifs [1].

En France, BlackRock détient des parts significatives dans toutes les entreprises du CAC 40 et dans plus de 170 entreprises en tout, soit près de 90 milliards d’euros investis. Les actions de BlackRock dans les seules entreprises du CAC40 français pourraient lui rapporter plus d’un milliard d’euros de dividendes annuels (voir notre article).

Plus de 115 milliards de capitaux en Allemagne

En Allemagne, première économie européenne, BlackRock est encore plus présent. Il possède au moins 115 milliards d’euros d’actions dans 189 entreprises. Entre autres, le fonds détient 10% du capital de Bayer (qui a racheté Monsanto), 10% de l’assureur Allianz, d’Eon (énergie) et de Merck (industrie pharmaceutique), 9 % d’Adidas, de BASF (chimie) et de la Deutsche Bank, 8% de Siemens, 7% du constructeur automobile Daimler, 6% de Deutsche Telekom et de RWE (énergie), 3 % de l’équipementier automobile Continental…

BlackRock est aussi un lobbyiste de poids auprès des institutions européennes. Il dépense plus d’un million d’euros en lobbying par an, et honore des dizaines de rendez-vous avec les responsables de la Commission [2]. Parmi les sujets sensibles pour BlackRock, il y a évidemment les questions de taxation et de régulation financière. « C’est aussi sur des questions comme celle de l’extension du secteur de l’épargne-retraite, à laquelle BlackRock a un clair intérêt, souligne l’organisation allemande Lobbycontrol. L’Union européenne discute par exemple d’un système européen d’épargne-retraite, ajoute Lobbycontrol. En cas de retour à la politique, Merz devra confirmer qu’il a bien la volonté de faire de la politique dans le sens du bien commun, même si cela va contre les intérêts de BlackRock. »

BlackRock soupçonné de participer à un gigantesque système de fraude fiscale

En 2016, quand l’ancien député Merz prend son poste à la tête du conseil de surveillance de BlackRock, le magazine allemand Manager soulignait que son rôle serait de défendre les intérêts du fond d’investissement : « Merz devient le contrôleur en chef de BlackRock Allemagne, a indiqué la firme. Il “prendra aussi un rôle de conseiller“ dans lequel il “ aura pour tâche de promouvoir les relations avec les clients importants, les régulateurs et les autorités gouvernementales“. Bref : Merz devient un lobbyiste important pour le géant de l’investissement », expliquait le magazine d’économie [3].

En plus d’être un fonds d’investissement ultra puissant, BlackRock est peut-être aussi impliqué dans un immense scandale de fraude fiscale. Le 6 novembre, la justice allemande a perquisitionné les bureaux du fonds. En cause, la gigantesque fraude CumEx, ce système de vol organisé dans les caisses publiques des États, pratiqué par des fonds de placement, des banques, des courtiers, des avocats qui avaient monté un système pour se faire rembourser des impôts non payés sur les dividendes des actionnaires. La fraude s’est faite sur le dos des contribuables de l’Allemagne et d’autres pays, entre 2007 et 2010 [4].

Contre la sortie du nucléaire et le droit d’asile

Les faits incriminés se sont produits avant que l’aspirant chef du parti conservateur allemand n’arrive à la tête du conseil de surveillance de BlackRock. Le parquet de Cologne, qui a mené les perquisitions début novembre, a bien précisé qu’« il n’y avait pas de soupçon contre Friedrich Merz ». Reste que, avant de travailler pour BlackRock, Merz travaillait déjà pour la banque HSBC, comme membre du conseil d’administration, puis au sein de son conseil de surveillance. « Là aussi les enquêteurs s’intéressent à une possible fraude de type CumEx », rappelle le site d’informations allemand Correctiv, qui a mené des investigations sur le sujet avec une réseau de médias européens.

De ces activités dans la finance et les grandes entreprises, Friedrich Merz tire aussi de substantiels revenus. À un journal allemand qui lui a posé la question, il a admis gagner un million d’euros par an, dont 125 000 euros annuels pour son activité au sein de BlackRock [5]. En plus d’être le candidat de la grande finance, Friedrich Merz est aussi plus conservateur que l’actuelle chancelière. En 2010, il s’était prononcé contre la sortie du nucléaire alors que celle-ci a déjà été votée une première fois en 2002. Ces dernières semaines, il a pris des positons publiques contre le droit d’asile, remettant en cause la ligne de relative ouverture face aux migrations prise par Angela Merkel.

Ces positons hostiles aux migrants sont partagées par l’un de ses concurrents, Jens Spahn. Cela ne leur a pas servi dans les sondages. Celle qui arrive en tête aujourd’hui dans les enquêtes d’opinion auprès des militants du parti conservateur, qui choisiront leur futur chef les 7 et 8 décembre, est Annegret Kramp-Karrenbauer, la plus proche de la ligne de Merkel. Sur son site, celle qui est surnommée AKK dans les médias allemands met en avant le fait d’avoir été la première ministre de l’Intérieure femme – dans son Land de Sarre – en 2000. Elle sera peut-être la deuxième femme chancelière.

Rachel Knaebel pour BastaMag

Note:

[1Voir l’enquête du collectif Investigate europe et ses déclinaisons dans Médiapart et le Tagesspiegel.

[2Voir les données ici sur le registre de la transparence de la Commission.

[3Lire l’article du magazine (en allemand).

[4Voir l’enquête du Monde.

[5Voir l’article de Die Zeit.

2 commentaires

  • Leveilleur

    Pour que ces dirigeants puissent faire des bénéfices, il faut que les gueux soient dociles et acceptent de payer pour eux sans que ça fasse de vague, mais on dirait qu’en bas ça commence à se réveiller, cependant le peuple devrait s’unir dans une même voix/voie sans pour autant tout casser, bloquer le pays pacifiquement est suffisant pour faire plier ceux qui nous gouvernent et leur faire perdre des milliards.

    Le ras le bol se fait entendre et c’est légitime. Macron ne veut pas toucher à l’ISF comme une promesse de campagne, mais quand est-il des promesses faites au peuple qu’il ne tient pas ?
    Des milliards partent chaque année dans les paradis fiscaux, mais de ce coté là, personne ne cherche à récupérer cet argent alors qu’on en demande toujours plus aux petits gens.

    Il est temps que ça change, on ne peut pas gaver d’un côté et presser de l’autre, l’argent d’en haut doit être réinjecté dans le système pour maintenir un équilibre économique et pour que chacun puisse vivre décemment mais pour cela il faudrait un président des pauvres, des laissés pour comptes, des plus faibles ce que Macron ne fera jamais vu qu’il a été mis au pouvoir par les adorateurs du veau d’or qui ne sont jamais rassasiés, comme un vide sans font qu’ils ne peuvent remplir par là sans se heurter à des conflits qui doivent un jour ou l’autre les réveiller.

    Si demain nous arrêtons tous de consommer, la finance pliera devant le peuple car sans nous tous, ils ne sont rien, il est important qu’on le leur rappelle, cependant il est bien aussi de prendre conscience que moins consommer est bon pour notre planète qui se meurt.

    Il est temps que chaque humain apprennent à se gouverner et qu’il sache quel confort destructeur il est prêt à sacrifier aujourd’hui pour que les générations futures est un avenir demain, les dirigeants ne feront rien pour arrêter le massacre, ils ne cherchent que le pouvoir et l’avoir, partant de se principe là, nous comprenons que nous sommes tous responsable de notre planète et qu’il est urgent d’agir ici et maintenant chacun à notre échelle.

  • CryptoKrom

    Encore un qui va dire pour le sujet Imigration « Wir schaffen das ! » ?

Laisser un commentaire