Corporatisation de l’Etat, un pas de plus est franchi en France… LHK

Avons-nous encore besoin de députés? La question est ouverte. Partagez ! Volti

******

Source Liliane Held Khawam

Dentons est un cabinet de 6’000 avocats. Il s’agit d’une firme transnationale. Elle fut fondée en mars 2013 par la fusion du cabinet anglo-américain SNR Denton, du cabinet canadien Fraser Milner Casgrain et du cabinet français Salans LLP. (Wikipédia)

Avant-propos:

Un pas de plus est franchi en direction de la privatisation et de la corporatisation de l’Etat. Une firme transnationale est chargée de rédiger « l’exposé des motifs » de la loi « mobilités ».

« En droit français, l’exposé des motifs est la partie d’un projet de loi ou d’une proposition de loi, ou d’un acte réglementaire, qui indique « de manière simple et concise, les raisons pour lesquelles ce [texte est adopté/proposé], l’esprit dont il procède, les objectifs qu’il se fixe et les modifications qu’il apporte au droit existant. Il constitue l’un des éléments des travaux préparatoires, auquel le juge peut se référer en cas de doute sur les intentions du législateur (CE, 12 mars 1975, Sieur Bailly, Rec. p. 183)1.  » (Wikipédia)

Ce pas supplémentaire démontre que la sous-traitance à des privés de l’administration publique s’approche de plus en plus du coeur de la démocratie, à savoir l’Assemblée Nationale.

Alors avons-nous encore besoin de députés? La question est ouverte….

Des articles intéressants qui illustrent bien que les ambassadeurs du marché sont d’ores et déjà bien en place.
http://www.lefigaro.fr/politique/2015/01/27/01002-20150127ARTFIG00196-quand-les-deputes-recopient-les-textes-des-lobbyistes.php
>http://www.leparisien.fr/politique/comment-les-lobbys-s-immiscent-dans-la-fabrique-de-la-loi-29-08-2018-7868979.php
LHK
****

Quand l’Etat décide de sous-traiter la rédaction de « l’exposé des motifs » de la loi « mobilités ». Le Monde

Par Anne Michel

L’exécutif affirme que l’appel d’offres visait essentiellement à réaliser l’étude d’impact du projet de loi présenté lundi en conseil des ministres.

C’est une première en politique. Le gouvernement d’Edouard Philippe a lancé, en janvier, un appel d’offres visant à sous-traiter à une entreprise privée la rédaction de « l’exposé des motifs » du projet de loi d’orientation des mobilités présenté lundi 26 novembre en conseil des ministres, en plus d’une étude d’impact de la loi. Le marché est allé à un cabinet d’avocats international dénommé Dentons implanté à Paris et qui possède de nombreux clients dans le monde, notamment aux Etats-Unis et en Chine.La démarche suivie par le gouvernement est inédite. Car « l’exposé des motifs » d’une loi n’est autre que l’argumentaire politique du gouvernement qui la soumet au législateur. C’est une explication de texte visant à faire connaître l’esprit et la finalité d’un texte de façon concise, ainsi que les modifications apportées au droit. Donc un acte de pure politique, qu’aucun gouvernement jusqu’ici ne s’était risqué à sous-traiter.

De telles pratiques s’observent dans les pays anglo-saxons où le recours au privé est admis, au point même que certaines lois ou instructions fiscales, par exemple, s’écrivent avec des cabinets privés. Mais elles restent taboues en France, où même l’externalisation des études d’impact des lois auprès d’autorités administratives indépendantes fait débat. L’Etat perdrait, ce faisant, de son pouvoir, et cela nourrirait le risque de conflits d’intérêts, font valoir les opposants à la sous-traitance.

Originale sur le fond, la décision prise par le gouvernement l’est aussi sur la forme. Car le bureau parisien de Dentons a obtenu le contrat au terme d’un appel d’offres éclair. Lancé le 12 janvier par la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du ministère des transports d’Elisabeth Borne – rattaché au ministère de la transition écologique et solidaire –, l’appel d’offres s’est clos le 22 janvier, dix jours plus tard. (A lire la suite sur le site. Pour abonnés)
https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/11/29/quand-le-gouvernement-sous-traite-a-des-avocats-l-expose-des-motifs-de-la-loi-des-mobilites_5390274_3224.html
Egalement:

 

https://lilianeheldkhawam.com/2015/06/04/comment-demembrer-et-privatiser-un-etat-cas-pratique-liliane-held-khawam/
https://lilianeheldkhawam.com/2015/06/11/finma-entre-pouvoir-regalien-et-dysfonctionnements-par-liliane-held-khawam
https://lilianeheldkhawam.com/2013/10/12/la-haute-finance-sinstalle-dans-leconomie-publique
https://lilianeheldkhawam.com/2013/09/05/la-democratie-suisse-devoyee
https://lilianeheldkhawam.com/2013/01/29/les-dangers-du-pouvoir-de-la-haute-finance/

Pour savoir et comprendre:

Le marché global de la dette représente aujourd’hui 230 000 milliards de dollars. Autrement dit, le triple du PIB mondial.

À côté de cette dette inconcevable, plus d’un quadrillion de produits dérivés, véritable arme de destruction massive du système financier global, alimentent les circuits de la haute finance internationale.

Plus personne ne peut rembourser une telle dette. Plus personne ne contrôle l’émission d’argent scriptural par les institutions financières privées. Les Etats et le secteur public sont dépassés. En clair: ils n’existent plus, sinon lorsqu’il s’agit d’éponger les opérations aventureuses du « casino » planétaire.

Illustrant par de nombreux exemples ce constat apocalyptique, DÉPOSSESSION nous plonge dans les mécanismes et les manœuvres de la puissance techno-financière globale. Cette enquête d’une précision inédite nous montre que la dématérialisation, l’abolition des frontières et la démission des institutions politiques ne sont que les multiples noms de l’esclavage de demain.

Un ouvrage de choc et d’éveil à lire et à méditer avant qu’il ne soit trop tard.

DÉPOSSESSION

8 commentaires

Laisser un commentaire