Un lanceur d’alerte révèle un grave danger d’explosion d’un site industriel en Alsace…

Encore une alerte qui risque de coûter très cher. Nous n’avons pas oublié le désastre d’AZF à Toulouse, il n’y a apparemment pas eu de retour d’expérience, puisque la vie de beaucoup de gens est mise en danger par inconséquence, inconscience ou pire, incompétence ou l’ignorance. La doyenne des centrales, celle de  Fesseheim n’est qu’à 13 Km, c’est dire l’urgence.. Et en matière d’alerte, il y a la centrale de Brunswick en Caroline du Nord déclarée en état d’urgence pour deux de ses unités, après la tempête « Florence » . Merci pour les liens. Partagez ! Volti

************

Source Reporterre

Pixabay

Le nitrate d’ammonium, ou ammonitrate, est l’engrais le plus utilisé de France. Il a plusieurs fois provoqué des explosions meurtrières, comme à l’usine AZF de Toulouse, en 2001. Un inspecteur d’assurance industrielle révèle que les conditions de stockage de ce produit chimique dans une coopérative alsacienne sont très inquiétantes. Enquête.

  • Ottmarsheim (Haut-Rhin), reportage

La péniche éventre l’eau paresseuse du Rhin. Un second chimiquier — ces navires-citernes destinés au transport de produits chimiques — ne tarde pas à suivre son sillon. Derrière les barges se découpent les hauts silos de la Coopérative agricole de céréales (CAC) d’Ottmarsheim. L’imposant bâtiment est installé dans la zone industrielle, située entre Mulhouse et l’Allemagne. C’est l’un des principaux sites de stockage céréalier de France et près de 1.500 agriculteurs alsaciens y apportent leurs récoltes chaque année. Cette coopérative, essentielle à l’agriculture de la région, se retrouve aujourd’hui au cœur d’un sévère bras de fer entre un inspecteur des risques industriels de la société d’assurance mutuelle Groupama Grand Est et les autorités compétentes. L’enjeu ? Le nitrate d’ammonium, aussi nommé ammonitrate (NH4NO3). Peu coûteux à produire et efficace, cet engrais a les faveurs des agriculteurs français. Fabriqué à partir d’ammoniac, il se présente sous la forme d’une poudre blanche ou de granulés. Sans danger tant qu’il est pur et non chauffé, il peut se décomposer à partir de 210 °C, et détonner dans un espace confiné. En cas de contamination par des impuretés, la chaleur nécessaire à l’explosion diminue. Il serait pourtant « géré comme du sable » par les coopératives, décrit l’inspecteur, en contradiction totale avec l’enseignement des nombreuses catastrophes qu’il a déjà provoquées (lire l’historique plus bas).

L’inspecteur de Groupama Grand Est — dont nous ne révélerons pas le nom à sa demande [1] — connaît bien la CAC d’Ottmarsheim. Sa mission était d’inspecter les coopératives agricoles de la région lors de « visites prévention » — des inspections régulières pour vérifier si les mesures liées au contrat d’assurance souscrit auprès de Groupama Grand Est par les sites agricoles ont bien été mises en place — et proposer le cas échéant des actions d’améliorations concernant les risques. En juillet 2017, il effectue la tournée des coopératives en compagnie d’un collègue ingénieur prévention de Groupama SA chargé de l’audit ; celui-ci rédigera les rapports de visite. L’inspecteur de Groupama Grand Est s’étonne que son confrère ne soit pas plus curieux de visiter les réserves d’ammonitrate des deux premières coopératives sur les trois inspectées (la troisième étant la CAC d’Ottmarsheim).

« L’ammonitrate est un sujet tabou dans le milieu de l’agriculture » 

« Nous devons avoir une vision maximaliste dans notre rapport », explique le lanceur d’alerte, ce qui inclut de prendre en compte le risque de l’ammonitrate. Sans cela, « le sinistre maximum, c’est l’explosion de poussière de céréales : on perd le bâtiment, peut-être le bâtiment voisin, mais on est limité au site. La CAC est [assurée à hauteur de] 41 millions d’euros, et à 50 millions d’euros environ en comptant la marchandise. » Mais, dans le cas d’une détonation d’ammonitrate, surtout en grande quantité, le coût des dégâts devient énorme. L’accident de Tianjin, qui a vu détonner 800 tonnes d’ammonitrates en 2015 dans un port chinois, a notamment coûté 9 milliards de dollars.

Img

C’est finalement sur le site d’Ottmarsheim que l’inspecteur de Groupama Grand Est convainc son collègue d’inspecter les entrepôts de produits chimiques contenant trois stocks de 1.250 tonnes de nitrate d’ammonium… Il y constate pas moins de dix non-conformités aux arrêtés préfectoraux et ministériels, qu’il documente en les photographiant. Il les énumérera dans un courriel envoyé à la Dreal (la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) le 31 janvier 2018. Elles sont graves : « Absence de deux lances à incendies », « mise hors service volontaire de la détection incendie par l’exploitant », « absence d’évacuation des fumées », « stockage de l’engrais entraînant un très fort confinement par 4 murs en béton armé, une toiture en partie en béton armé et l’absence de système de désenfumage », « absence d’affichage », « absence d’une clôture d’une hauteur minimale de 2 mètres interdisant l’accès à l’établissement », « engin de manutention (chouleur) garé à moins de 5 mètres des dépôts d’ammonitrate », mais également « absence de toute formation incendie récente ou d’exercice », absence de « zonage ATEX [zone à risque d’explosion] » et de « document relatif à la protection contre le risque d’explosion relatif au stockage d’engrais ». Soit des conditions dans lesquelles la probabilité d’un incendie et d’une détonation de l’ammonitrate augmente exponentiellement.

Face à ces non-conformités, quoi de plus normal pour l’inspecteur des risques que de mentionner les manquements aux normes de la coopérative d’Ottmarsheim dans le rapport de visite ? Ils sont pourtant absents de la version que son collègue chargé de l’audit lui transmet. Étonné, le lanceur d’alerte questionne ses collègues et supérieurs à ce sujet, et ressent, devant la frilosité de ses interlocuteurs, que « l’ammonitrate est un sujet tabou dans le milieu de l’agriculture ». Il n’a pourtant pas l’impression d’avoir manqué à ses devoirs. C’est dans l’intérêt de son employeur d’évaluer les risques pour assurer efficacement une entreprise. D’autant que manquer à ses responsabilités pourrait se répercuter de façon légale sur les inspecteurs et sur Groupama Grand Est. « J’ai visité le site, j’ai vu le risque. Si je ne dis rien, je risque d’être impliqué pour homicide involontaire. Dans la jurisprudence du pic de Bure, qui a statué sur l’accident d’un téléphérique, le technicien et l’ingénieur de la Cram [Caisse régionale d’assurance maladie] ont été mis en examen pour homicide involontaire et défaut de conseil. »

Le décret sur les lanceurs d’alerte implémenté par la loi Sapin II 

Mais l’ambiance se durcit à son égard au sein de la mutuelle d’assurance. Plutôt que de subir les foudres de ses supérieurs, pour qui il semble poser des questions embarrassantes, l’inspecteur décide de faire profil bas. L’idée lui vient de jouer la montre en attendant que s’applique le décret sur les lanceurs d’alerte implémenté par la loi Sapin II, soit le 1er janvier 2018. Cette date une fois passée, il alerte le déontologue de Groupama Grand Est, et transmet successivement le dossier à l’Agence française anticorruption, au directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et à la Dreal Grand Est. Il ne reçoit pas de réponse.

Pourtant, la Dreal effectue bien une visite de la coopérative agricole le 9 février 2018, sans toutefois en publier le compte-rendu. Un choix surprenant alors que tous les comptes-rendus de ce genre sont d’ordinaire disponibles en ligne sur le site de l’institution. On peut ainsi lire les rapports antérieurs concernant la CAC, jusqu’à 2014 seulement.

Dans un courrier du 13 juillet 2018, qu’a pu consulter Reporterre, le préfet par délégation du Haut-Rhin écrit néanmoins que « des non-conformités ont été mises en évidence. L’exploitant a entrepris d’y remédier. Celles qui sont encore en suspens font l’objet d’un échéancier de réalisation suivi par la Dreal. Certains travaux nécessitent en effet l’intervention d’entreprises extérieures ou d’études complémentaires ».

Une version que corrobore l’Agence de sûreté nucléaire (ASN), saisie par le lanceur d’alerte parce qu’il estime qu’une explosion pourrait mettre en péril la centrale de Fessenheim, située à 13 kilomètres du site. « La Dreal a mené une inspection pour vérifier l’état de conformité du stockage d’ammonitrate, et en a tiré des constats avec des écarts clairs, confirme à Reporterre Pierre Bois, chef de la division de l’ASN à Strasbourg, mais elle n’a pas jugé nécessaire d’exercer des actions coercitives ou de sanction à l’égard du site. » Selon cette source, le rapport d’inspection de la Dreal en février dernier a relevé des non-conformités, mais moins qu’évoqué par le lanceur d’alerte.

Ces non-conformités sont réfutées par la Coopérative agricole de céréales d’Ottmarsheim, jointe par Reporterre le 7 septembre : sa chargée de communication nous affirmait que la CAC est « en conformité et respecte les normes », et trouve « ces allégations choquantes, voire diffamantes ». Recontactée le 17 septembre, elle soutient mordicus que le site d’Ottmarsheim respecte les normes, sans toutefois vouloir commenter les non-conformités qui relèveraient « d’informations confidentielles » — pourtant présentes dans le rapport de la Dreal tout en concédant être « sous le contrôle et la surveillance de la Dreal », « mais comme toute entreprise ». A noter que les services de la Préfecture nous ont indiqué, lundi 17 septembre, que le rapport de la Dreal était consultable à la préfecture – sans nous indiquer dans quel service.

Si les documents dont dispose Reporterre semblent bien prouver que la coopérative d’Ottmarsheim a fait preuve de négligence concernant la sécurité de ses employés et le stockage d’ammonitrate, il est à craindre que ce site ne soit qu’un exemple parmi d’autres. « Le manque de culture de la sécurité vis-à-vis de l’ammonitrate dans le milieu agricole est flagrant en comparaison avec ce qui existe dans l’industrie », soupire l’inspecteur, qui a travaillé dans les deux secteurs. D’après des documents transmis à Reporterre, d’autres sites à travers la France feraient preuve de lacunes en matière de stockage et de savoir-faire concernant la sécurité du nitrate d’ammonium.

« Dérobé et utilisé à des fins de terrorisme ou d’actes de malveillance »

Ainsi, dans une autre coopérative, des palettes d’ammonitrates sont entreposées dans le magasin général « sans aucune précaution ». « Ils sont stockés avec d’autres substances diverses totalement incompatibles : charbon, allume-feu, pailles, matières plastiques… s’insurge-t-il. Le jour de ma visite, la CAC avait même réussi l’exploit de stocker la palette de sucre au-dessus de la palette d’ammonitrate. » Or, le mélange des deux produits permet la création d’explosif, et n’est qu’un élément parmi d’autres qui pourraient augmenter le risque de détonation. Dans une autre coopérative, des sacs d’ammonitrates ont servi un temps de « plots » pour empêcher des camions d’utiliser un parking.

Mais la détonation au cours d’un accident n’est pas le seul danger que révèle le cas de la CAC d’Ottmarsheim. « Un autre risque est qu’il soit dérobé et utilisé à des fins de terrorisme ou d’actes de malveillance », explique Christian Michot, directeur du secteur industrie de France Nature Environnement. Une peur qu’il n’est pas le seul à partager. Dans une audition menée à huis clos le 24 mai 2016 et révélée par Le Figaro, le chef de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, évoquait le possible passage à l’acte de Daech en France avec des bombes fabriquées à l’aide d’engrais. « Je suis persuadé qu’ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu’ils monteront en puissance, expliquait alors Patrick Calvar. Ils peuvent, de toute façon, fabriquer des bombes de manière artisanale, en achetant du nitrate d’ammonium par exemple. » Un procédé déjà utilisé par l’Organisation de l’État islamique en Irak et en Afghanistan.

Là encore, l’histoire prouve que ce danger n’est pas hypothétique : le 19 avril 1995, l’attentat dans la ville étasunienne d’Oklahoma City contre un établissement fédéral causait la mort de 168 habitants, et blessait plus de 680 personnes. Il avait été perpétré à l’aide d’une bombe constituée de 108 sacs d’ammonitrate de 23 kg, de 13 barils de nitrométhane liquide de 210 litres, et de plusieurs caisses d’explosif Tovex. L’ensemble avait été assemblé à l’intérieur d’un camion. Cet attentat, planifié par quatre Étasuniens vouant une haine féroce au FBI a détruit ou endommagé 324 bâtiments dans un rayon de 16 pâtés de maisons.

…/…

Lire l’article complet et voir les images

Source Reporterre

Note: Utilisé pour fabriquer des explosifs

De formule chimique NH4NO3, le nitrate d’ammonium, aussi parfois improprement appelé « nitrate d’ammoniac » par les industriels, peut aussi servir dans la fabrication d’explosifs ou de bombes artisanales lorsqu’il est mélangé avec du fioul, comme pour l’attentat d’Oklahoma-City en 1995 et celui perpétré à Oslo en 2011 par le tueur norvégien Anders Breivik. Source

Voir aussi:

Narbonne : une détonation et un incendie sur le site nucléaire Orano de Malvési (20 septembre 2018 )

9 commentaires

Laisser un commentaire