La terrible pauvreté des 50-60 ans pas encore à la retraite et plus au travail…

C’est grave et que fait le gouvernement ? Il fait les poches des citoyens encore en capacité de payer, et le nombre diminue à force. C’est la politique à la shadock, pendant que tout part en live, on continue dans ce qui ne marche pas, en souhaitant qu’un jour ça fonctionne.. Partagez ! Volti

*************

Charles Sannat pour Insolentiae

Une étude vient de se pencher sur le cas de nos seniors qui ne sont pas encore à la retraite, mais qui n’ont plus de travail.

Notre maréchal mamamouchi aura beau nous expliquer qu’il y a plein de postes pas pourvus et que « yaka » traverser la rue, ce qui peut être partiellement vrai à 25 ans ne l’est plus du tout à 55 ans !

Personne ne veut de vous après 40 ans, et pour tout vous dire, la banque que j’ai servie pendant quelques années avait décidé de virer tous ceux de la classe d’âge des années 70, j’avais à l’époque 37 ans… et j’étais déjà trop vieux. Obsolète.

Je vous laisse imaginer les capacités physiques pour être couvreur à 59 ans…

Du coup, pour nos « vieux » du marché du travail, c’est la catastrophe, et cela se voit dans les statistiques quand on veut bien en faire, et c’est tout le mérite de cette première étude sur le sujet. Un sujet qui dure depuis 20 ans maintenant.

Le nombre impressionnant de seniors qui vivent quasiment sans rien

« Une étude révèle que les personnes de plus de 50 ans vivent souvent sans emploi ni retraite…

Un tiers des seniors sans emploi, ni retraite, vivent en dessous du seuil de pauvreté. C’est le triste constat que tire ce mercredi une étude du service statistique du ministère de la Santé (Drees), révélée par Le Figaro. Selon le document, 1,4 million de Français, âgés de 53 à 69 ans, ne perçoivent ni revenu d’activités ni pension de retraite. La pauvreté touche donc 11 % des seniors. L’étude se penche sur les problématiques que traverse cette catégorie de la population.

Ces seniors sont majoritairement des femmes (pour deux sur trois), relève l’étude. Ils sont âgés en moyenne de 58 ans et sont en moins bonne santé que les retraités : « 29 % se déclarent en mauvais ou très mauvais état de santé et 30 % ont une reconnaissance administrative de handicap, contre, dans les deux cas, 11 % de l’ensemble des seniors », précise le texte. »

Voilà les conséquences de l’absence de volonté politique.

Voilà la conséquence de l’absence de vision politique et de projet collectif pour notre pays et pour nos concitoyens.

Notre système est à bout de souffle et cela craque de partout.

Charles SANNAT pour Insolentiae

Source Capital.fr ici

Voir :

22 commentaires

  • C’est tout à fait vrai et très problématique. L’autre problème est qu’on ne peut peut même plus dire à un jeune: travaille tant que tu peux et mets autant d’argent de côté que tu le peux, pour tes « vieux » jours, car tu ne sais pas de quoi demain est fait.
    Parce que placer de l’argent est aussi problématique. Et pour acheter, il faut beaucoup d’argent. Quand on a encore la chance de faire construire, on n’a plus de quoi assurer les « vieux » jours. Bref, on est coincé.
    Reste la débrouille, le troc, le système D, les restos du cœur, les dons de vêtements…
    Parce que, quand on nous parle de vivre dans la dignité, c’est dans le sens de « travaille ! ». Le travail n’est pas la dignité. C’est juste faire partie du système. Et gagner tant bien que mal sa vie, pour la perdre… en travaillant ! La dignité, c’est pouvoir vivre correctement, sainement.

    Alors si vous avez un travail qui vous épanouit et grâce auquel vous gagnez décemment votre vie tout en profitant de cette vie-là -il paraît qu’on en a qu’une – eh bien tant mieux, soyez dans la gratitude. Pour qui vous voulez, mais soyez heureux et remerciez.

  • lumpenproletariat

    « Volonté politique » « Système à bout de souffle »…
    Comme si c’était la préoccupation de qui que ce soit le sort des autres…

    Avant de vous endormir vous pensez aux soucis des autres ? Vous n’en n’avez pas assez de votre propre merde ?

    Alors, espérez de tels égards de fils à papa nantis qui nous gouvernent et qui ont autant d’empathie qu’une dalle de béton… Ptête falloir revoir sa copie lol…

  • Leveilleur

    Normalement les séniors sont ceux qui ont réussi dans la vie si je puis dire, grâce à leurs anciennetés dans les entreprises, maisons, belles voitures, un bon job à plein temps, sauf que maintenant ils ne peuvent plus démissionner de leur poste sans avoir la désagréable surprise de devoir pointer des années à Paul emploi et donc subissent les pressions au boulot sans rechigner, autant dire que pour le moral c’est pas mieux.

    Nous sommes tous dans le même bâteau, il suffit que l’entreprise décide de délocaliser à l’étranger ou fait faillite pour que la situation bascule pour eux aussi.

    Chaque années des milliers de Français vendent leurs maisons achetés à crédit pour avoir perdu leur job, plus personne n’est à l’abri de devoir se retrouver un jour à la case départ, en cause les politiques d’austérités et les machines qui remplacent la main d’œuvre.

    Pour ma part j’ai autour de moi des gens de cette tranche d’âge et plus qui vivent avec 700 euros par mois, lorsque l’on voit que la vie en France est chère, il y a de quoi se demande comment nous allons pouvoir nous projeter dans l’avenir.

    • chat noir

      Je suis exactement dans le cas de figure cité. J’ai 55 ans au rsa et c’est  » no future » car l’avenir n’existe plus. Aucune perspective dans cette société qui nous crache dessus , qui dénis nos connaissances ou compétences et nous vole indirectement nos moindres ressources pour vivre. La pression économique est socialement invisible et ne fait pas de bruit c’est l’outil ultime pour faire des esclaves qui marchent aux pas cadencés. Bienvenue dans le nouveau monde moderne de ouioui ou tout le monde est gentil, des robots et du transhumanisme.

  • Nimbus.

    Quand un mouton redeviendra il un bélier?

  • logic

    Si la valeur des 50/60ans est resté « l’avoir », il est clair qu’ils seront de plus en plus pauvres, étouffé par leur dépendance au système !
    Mais si leurs valeurs deviennent « l’être », la liberté, l’autonomie et la sobriété, alors ils seront très heureux !!!

    • Quand tu as une famille à charge, ton discours est beau sur papier mais va dire à tes enfants qu’ils doivent vivre comme des Amish en France en 2018. Mon fils de dix-sept joue au Handball, suit des cours de piano, adore le tennis, sans argent, il ne fait rien de tout ça. Mais il peut rester sobrement des heures sur le pc à la place de faire toutes ces activités, cela ne coûte quasi rien et son cerveau sera totalement prêt à être intégrer par la matrice. Essaye d’envoyer un jeune garçon de dix-sept au potager pour cultiver sa nourriture, il y en a mais ce sont des exceptions malheureusement!

      • logic

        pour ma part, à partir de 14ans je travaillais tous les étés et cela me faisait mon argent de poche pour mes loisirs de l’année!
        Par ailleurs, les allocations familiales existent toujours, ainsi que toutes les aides sociales pour que les enfants puissent faire des activités!
        Le problème est surtout que les générations de parents d’après 68 ont fabriqué des enfants Rois, aujourd’hui, ils payent le prix d’avoir fait rêvé leurs enfants!
        Je n’ai pas été un enfant Roi, et crois moi, j’ai été très heureux toute mon enfance…

        • Que de cliché. J’ai horreur des enfants rois, j’ai élevé mes enfants avec amour et rigueur. Tu ne comprends pas que la perversité de ce modèle économique est partout. Pour mes aînés mon plus grand à 25 ans, je n’ai pas eu ces problèmes. et si j’avais dû élever mes enfants pendant les années septante, cela aurait été du pur bonheur mais aujourd’hui, tu peux essayer d’inculquer des valeurs, de montrer l’exemple, le système veille à casser ton travail, tout est facilité, non-valeurs. Je n’ai pas encore trouver le moyen pour vivre en vase clos avec des enfants.
          Ne confonds pas tout.

    • chat noir

      Mais pour  » être  » faut-il avoir accès à la terre , à l’eau, à l’énergie, avoir un toit , pouvoir manger â sa faim ….

      L’autonomie ne se décrète pas, mais se réalise avec un minimum de conditions d’existence décentes préétablis

      • logic

        n’importe qui peut avoir un bout de terre s’il s’en donne les moyen, il y a de nombreux exemple de personne qui se sont lancé avec moins de 50000 euros pour avoir une petite maison et un terrain!
        Et si tu n’as pas de capital, il y a l’allocation logement! A la campagne, il est tout à fait possible de louer des petites maisons avec terrain pour des loyer très convenables. Et si vous le faites en collocation, là c’est le grand luxe!
        Avec les allocations logements, si on se débrouille bien, avec 50euros de sa poche on peut vivre à la campagne avec un jardin!
        La seule impossibilité qui existe sur terre réside dans le psychisme des humains qui ont peur du changement…

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Jolie petite maison, 90 m2, dans le 27 avec jardin et tout et tout 130 000€, nul besoin donc d’avoir 500 000 ! mais il faut accepter de ne pas avoir de cinéma tout près, de dancing, il y a encore quelques commerçants et un InterM tout près, sinon rien d’autre. Ah oui, médecin, pharmacie, agences…
    Je connais bien l’endroit car j’ai vécu mes vacances de jeunesse à 5 kms mais dans le 41 et là il n’y avait que des champs et des fermes. La vraie vie quoi !

    Tu as raison Logic, les jeunes d’aujourd’hui ont été trop gâtés par leurs parents, Dieu merci, mes enfants n’ont pas élevés les leurs dans cette ambiance, ce sont des jeunes qui ont bien la tête sur les épaules, ont fait ou font encore de très bonnes études et se passent très bien de tous les trucs connectés actuels… et ne se sentent pas dévalorisés parce qu’il n’ont pas le dernier machin à la mode et préfèrent le sport qui ne coûte rien, en pleine nature quand cela leur est possible, à tous les autres coûteux même si leurs parents pourraient les leur offrir.

    • logic

      dans ma région, pour 700 euros par mois, tu as une maison avec jardin, pour un couple au RSA, ça doit lui coûter 100 euros max de sa poche!
      Après, bien sûr, pour vivre de cette façon, il faut apprendre à savoir tout faire et tout réparer, mais c’est un choix de vie, soit vous rester dans le modèle « je travaille pour gagner ma vie » , avec le chômage de masse et tous les problème économique qui en découle et qui ne s’arrangeront pas, soit vous prenez le chemin de l’autonomie relative* !

      * l’autonomie totale étant illusoire dans un monde ou l’accès aux ressources terrestres reste limité à la propriété privée lucrative…

  • predateur

    ça ne date pas d aujourd hui les gens sans emploi aprés 50 ans , la seule différence c est qu il y a 20 ans on les mettait en préretraite ,d ailleurs souvent d un bon niveau
    je me souviens de voisins à l époque ,(elle travaillait dans une banque et lui était dessinateur dans l industrie ), licenciés vers les 55 ans ,qui avaient gardé leur train de vie, maison à la campagne ,belle voiture ……..
    l état s est aperçu un peu tard, que financièrement ce n était pas tenable pour la collectivité …on en paie les conséquences

Laisser un commentaire