Manipulation de l’information: de la loi Fake news au rapport CAPS-INSERM du 4 septembre 2018…

Il est évident qu’il faut lutter contre les fausses informations. N’empêche que, ayant lu attentivement ce rapport de 214 pages et, bien qu’il y ait des réflexions pertinentes il y a aussi, une stigmatisation de la Russie qui m’a parue bien agressive. Nous savons que, même les états peuvent diffuser de fausses informations, pour appuyer une stratégie et nous la faire accepter, comme l’a fait le gouvernement américain avec Collin Powell et sa poudre censée être une preuve contre Sadam Hussein où, le témoignage à propos des couveuses. On connaît la suite. Beaucoup de personnes manquent d’esprit critique et préfèrent la facilité d’un titre à l’analyse. Ce n’est pas une raison pour nous croire en majorité, inaptes à la réflexion.

Ce rapport loue les initiatives de journaux comme le Monde et son « décodex » et bien d’autres qui traquent les fausses informations. Pour louables que soient ces initiatives, elles mettent en évidence leurs limites, car beaucoup de sites sont épinglés, pour n’avoir pas une pensée conforme a ce que leurs colonnes diffusent ou la politique du gouvernement, voire être en totale contradiction. Ils font office de police de la pensée, ce qui hérisse beaucoup de monde. Comme certains journalistes de qualité qui ont déposés plainte contre cet « empêcheur de penser autrement ».

Sont ils les seuls à avoir le droit de donner des avis, qui soient vérités indéniables ? On se souvient de la propagande éhontée de tous les médias pour faire élire Macron. C’est le propre de la démocratie que de contester ce qui ne convient pas. Même si nous allons voir ailleurs ce que pensent les médias étrangers,  nous savons que, dans le contexte actuel, nous ne devons nous fier à personne, tous étant succeptibles de manipuler les lecteurs. Nous comparons les avis, ça ne veut pas dire que nous acceptons, ce que disent les uns ou les autres pour argent comptant.

Les états devraient écouter leurs citoyens et répondre à leurs attentes, au lieu de ça, c’est une avalanche de lois, d’interdits, d’obligations sans consultation, avec pour imposer une loi contestée, l’usage du 49.3 qui donne les pleins pouvoirs à l’exécutif, ce qui peut être perçu comme une dictature. Avec les 50 recommandations du rapport, allons nous devoir nous soumettre à la pensée unique, ou allons nous être obligés de nous taire ? Les gouvernements sont-ils les seuls à détenir la Vérité ? Avec le nombre de gouvernements qu’il y a sur la planète, il y a autant de vérités qui leur sont propres en fonction de leurs intérêts, qu’ils soient stratégiques, idéologiques ou commerciaux. Partagez ! Volti

**************

Source ThierryVallaAvocat , avocat au barreau de Paris enrichi par Aphadolie avec vidéo de l’interview

Le document qui fait polémique

Un rapport publié le 4 septembre épingle les « manipulations de l’information » dont seraient responsables la Russie et, à travers elle, RT. Invité du JT, Thierry Vallat, avocat au barreau de Paris, dénonce un procès d’intention du gouvernement à l’encontre des certains médias.

Les manipulations de l’information ne sont pas nouvelles, puisque déjà les hittites auraient utilisé des fausses informations avant la bataille de Qadesh en 1274 avant JC pour abuser les égyptiens et reprendre des territoires, alors que le pharaon Ramsès II l’a célébré comme une victoire personnelle.

Mais elles ont récemment pris une dimension sans précédent en raison des capacités inédites de diffusion et de viralité offertes par internet et les réseaux sociaux, ainsi que de la crise de confiance que vivent nos démocraties.

Le CAPS et l’IRSEM ont donc uni leurs forces pour l’étudier et ont établi conjointement un rapport pour mieux saisir la nature du problème et identifier les bonnes pratiques mises en œuvre par les États et les sociétés civiles, formulant 50 recommandations d’action.

Présenté pour la première fois le 28 août 2018 à l’occasion de la XXVIe conférence des Ambassadeurs et des Ambassadrices organisée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, il a été officiellement présenté le 4 septembre 2018 à l’Ecole militaire, dans une conférence ouverte par Florence Parly, ministre des Armées.

Ce rapport pointe ouvertement la stratégie du Kremlin en listant des préconisations comme :

  • « Sanctionner davantage les dérives médiatiques en suivant l’exemple de l’Ofcom brtiannique (qui a sanctionné RT à plusieurs reprises, ce qui semble avoir été efficace, c’est-à-dire dissuasif) » (page 177)
  • « Marginaliser les organes de propagande étrangers qu’il faut d’abord appeler par leur nom » comme l’avait fait le Président Macron dans sa conférence de presse du 29 mai 2017 à Versailles avec le Président russe Poutine (page 184)

Rappelons que le Sénat a, comme c’était attendu, rejeté sans coup férir les deux propositions de lois relatives à la lutte contre la manipulation de l’information, dite « loi Fakenews », par 288 voix contre 31 en séance le 26 juillet 2018.  Selon ce texte, « Toute allégation ou imputation d’un fait, inexacte ou trompeuse, constitue une fausse information ».

Le refus du Sénat va cependant permettre aux deux textes de lois de retourner en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Retrouvez le Rapport en français ainsi que notre article Lutte contre la manipulation de l’information: la loi Fakenews pour plus de détails sur la « loi Fake news »

Me Thierry Vallat était le 6 septembre 2018 l’invité du JT de 20 h sur RT France pour évoquer le rapport CAPS-INSERM.

Auteur et source Me Thierry Vallat, avocat au Barreau de Paris

Via Aphadolie

Voir:

 

 

2 commentaires