Deloitte Education s’attaque au marché des écoles privées…

On digitalise, on virtualise, on dématérialise.. Partagez ! Volti

*************

Auteur Alexandre pour Un citoyen Engagé

La promulgation de la loi LRU devient un tremplin pour Deloitte Éducation l’aidant à se lancer sur le secteur privé.
Ce que Deloitte Education a à offrir ?

Le cabinet Deloitte Education s’est longtemps spécialisé dans les solutions dédiées aux établissements supérieurs en matière de digitalisation des cours, de dématérialisation des processus administratifs, de développement de technologies applicatives, d’innovations pédagogiques et de stratégies immobilières.

Cette orientation s’est accentuée en 2007 avec un marché de 1.5 à 2 millions d’euros par an. Au départ, les offres Deloitte s’adressaient uniquement aux établissements publics (universités). Le cabinet a notamment eu une participation importante dans la création de l’Université de Strasbourg.

Deloitte Education propose son aide et son accompagnement aux établissements pour repérer les meilleures offres numériques adaptées à leur fonctionnement structurel et à leur particularité respective. Il intervient notamment dans la sélection des cours hybrides ou distanciels ainsi que dans la valorisation et la rémunération d’un professeur de l’enseignement supérieur.
Le nouveau marché des écoles privées

Le directeur de la branche éducation, Magued Abdel-Maaboud vient d’annoncer fin juillet 2018 que Deloitte Éducation envisageait de se développer en changeant de cible c’est-à-dire de client final. Désormais, ce sont les écoles du secteur privé qui seront dans le collimateur du cabinet. Écoles de commerce, école d’ingénieurs et instituts de recherche seront donc les premiers bénéficiaires.

Son porte-parole affirme également l’exploitation de divers autres axes de développement comme un meilleur positionnement sur le secteur secondaire et primaire, sur les marchés internationaux, sur la formation professionnelle et sur le développement de l’offre Edtech. Deloitte prend note du fait que les établissements préfèrent souvent s’orienter vers les startups de l’Edtech qui proposent des solutions existantes plutôt que de passer par un long processus de mise en place et de développement d’un programme de digitalisation personnalisé.

Source Le Citoyen Engagé

Voir:

Les polémiques de Parcoursup

2 commentaires