Le Brésil déploie des troupes à la frontière vénézuélienne après le chaos migratoire –  » Cela va se transformer en guerre  » !

On voit bien les conséquences de l’effondrement économique d’un pays. Comment va évoluer la situation ? Très mal si l’on en croit les témoignages. Un exemple de ce qu’il pourrait se passer et c’est inquiétant. Partagez ! Volti

************

Auteur Tyler Durden via Zero Hedge. Traducteurs Pascal, revu par Martha pour Réseau International

par Tyler Durden

Le président brésilien Michel Temer a annoncé une réunion d’urgence du gouvernement dimanche après avoir déployé des troupes dans la ville frontalière de Pacaraima, où des migrants vénézuéliens se sont affrontés avec des résidents.

Temer a rencontré les principaux responsables de son palais présidentiel, y compris ceux de la défense, de la sécurité publique et des affaires étrangères, mais peu de détails ont été divulgués selon l’AFP.

La situation à Pacaraima était critique ce samedi, les camps de migrants ont été assaillis par des résidents en colère après la nouvelle qu’un restaurateur local avait été attaqué par un gang de Vénézuéliens.

Au cours des derniers mois, il y a eu une hostilité croissante à l’égard du nombre de migrants vénézuéliens entrant dans l’État de Roraima, la région la plus septentrionale du Brésil.

Des groupes d’hommes portant des objets contondants ont mis le feu aux camps et à d’autres objets appartenant aux Vénézuéliens, et plus d’un millier de migrants ont fui la ville de l’autre côté de la frontière.

Un porte-parole d’un groupe de travail brésilien sur les migrations a déclaré à ‘AFP :

« Plus de 1 200 migrants vénézuéliens sont retournés au Venezuela après les violences de samedi ».

« La ville semble déserte aujourd’hui, c’est très calme parce que les renforts de police sont arrivés et que les marchés rouvrent », a déclaré un local de la ville d’environ 12 000 personnes, qui ne voulait pas être identifié.

Le ministère brésilien de la sécurité publique a déclaré avoir déployé 60 soldats du gouvernement pour soutenir la police dans la région. Ils doivent arriver lundi.

Des images choquantes de la crise migratoire à Pacaraima ont été filmées sur vidéo :

Un utilisateur de Twitter a déclaré :

« Des Vénézuéliens sont expulsés de Pacaraima (ville de Roraima à la frontière avec le Venezuela). L’état de Roraima ne les soutient plus et le gouvernement fédéral ne fait rien @MichelTemer pour aider, nous sommes en train de nous effondrer. Cela va se transformer en guerre« .

*

Vidéo des migrants expulsés de la ville

Révolte de la population à Pacaraima à la frontière entre le Brésil et le Venezuela, chassant les Vénézuéliens

*

POLITIQUE D’OUVERTURE DES FRONTIÈRES

Lorsque l’État ferme les yeux sur le problème, la population se révolte et prend position. Après qu’un chauffeur de taxi brésilien ait été attaqué par un Vénézuélien, la population a décidé de tous les expulser de Pacaraima/RR et de fermer la frontière.

*

Les Brésiliens brûlent des objets appartenant aux migrants.

Les Brésiliens se réjouissent lorsqu’un tracteur démolit une structure de camp de migrants.

*

Des migrants qui courent vers les collines.

#URGENTE – BRAZIL / RR

Le climat est tendu à la frontière entre le Brésil et le Venezuela, dans la municipalité de Pacaraima, Roraima. Le Ministère de la sécurité publique dit que la situation est « sous contrôle ».

*

Une autre vision du chaos.

Les #migrants vénézuéliens courent vers les collines après les attaques de la ville frontalière#Venezuela #Pacaraima

« C’était terrible, ils ont brûlé les tentes et tout ce qu’il y avait à l’intérieur« , a dit Carol Marcano, une vénézuélienne qui travaille à Boa Vista et qui était à la frontière pour revenir du Venezuela. « Il y a eu des coups de feu, ils ont brûlé des pneus en caoutchouc.«

La gouverneure de l’État de Roraima, Suely Campos, a supplié Brasilia d’envoyer des renforts de sécurité pour « faire face à l’augmentation de la criminalité » qu’elle associe aux Vénézuéliens dans la région, en particulier dans la capitale Boa Vista.

Pendant ce temps, Caracas, la capitale du Venezuela, a appelé le Brésil samedi à fournir « les garanties correspondantes aux ressortissants vénézuéliens et à prendre des mesures pour sauvegarder et sécuriser leurs familles et leurs biens« .

La montée de la violence s’est produite dans un contexte de tensions croissantes en Amérique latine au sujet de la migration déclenchée par l’effondrement économique du Venezuela.

Selon les derniers chiffres des Nations Unies, plus de 2,3 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, principalement pour la Colombie, l’Équateur, le Brésil et le Pérou.

migration quotidienne

Les représentants de l’ONU ont également signalé que 1,3 million de ces migrants souffrent maintenant de malnutrition, avec de graves pénuries alimentaires dans certaines parties de l’Amérique latine.

Avec l’apparition d’une autre crise de type marchés émergents, les monnaies les plus faibles d’Amérique latine (Argentine, Brésil, Venezuela, etc.) ont été parmi les monnaies les plus touchées par les emprunts extérieurs en devises fortes et les turbulences politiques et/ou les déficits courants les plus élevés, après la Turquie.

Le rôle des Etats-Unis dans cette crise ne doit pas non plus être sous-estimé, car l’augmentation constante des taux d’intérêt du dollar et le resserrement quantitatif de la Réserve fédérale ont conduit à une « crise monétaire » sur les marchés émergents.

Bilan de la Fed par rapport à iShares S&P Amérique latine 40 Indice S&P 40

titre originel : Brazil Deploys Troops To Venezuela Border After Migrant Chaos – « This Is Going To Turn Into War! »

traduit par Pascal, revu par Martha pour Réseau International

Voir aussi:

Une armée privée chinoise tout au long de la « nouvelle route de la soie »

Comment mener une guerre perpétuelle

 « Six Bombes Atomiques Sur Moscou » – Détails d’une frappe prévue en 1945 par les Etats-Unis

Le socialisme chinois et le mythe de la « fin de l’Histoire »:

Ventes d’armes : La Russie pourrait sortir du dollar

À propos des rumeurs concernant les avions, les chars et les porte-avions russes

 

 

3 commentaires

  • kalon kalon

    Faut’ il nommer les responsables ?
    Ben oui, comme toujours, la C.I.A., le pentagone, Washington et les milliardaires sionistes ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Rik22

    Si ces gangs soutiennent des groupes d’opposition (soutenus par la CIA), leurs exactions au Brésil desservent l’image internationale du gouvernement de Maduro.
    Les medias vont-ils enfin parler de l’embargo sur le Vénézuéla, alors qu’il n’y en a pas en Israel qui pratique une politique d’apartheid ?

  • JBL1960 JBL1960

    Donc, les Brésiliens appellent Temer à la rescousse ?

    Ah ouais, là ça craint grave quand même et ce n’est pas comme si on n’avait pas prévenu de qui était Temer Le Bref, qui dure donc ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/05/28/sous-le-regne-de-temer-le-bref/

    Cela colle bien avec le Congrès et le Sénat brésiliens actuels, dominés par les intérêts BBB [Beef : le puissant lobby agro-industriel, Bullet : les armes et le complexe de la sécurité privée, Bible : les fanatiques évangélistes], tous soutenus par les médias d’entreprise. Beaucoup de ces personnages peu recommandables ont un lien avec et/ou représentent l’aristocratie rurale brésilienne toxique – ils sont en fait les héritiers des titres de noblesse remis aux propriétaires d’esclaves.

    Et là, pour le coup, ça ressemble à ce que disait les Natifs : Résistance au colonialisme : Population amérindienne… décidément pas une population « immigrante »

    « Pour la plus grande partie du XXème siècle, les archéologues croyaient que les Indiens sont arrivés sur le continent des Amériques à travers une ‘connexion terrestre’ établie dans le détroit de Béring, il y a environ 13 000 ans, à la fin du dernier âge glaciaire… En 1997, cette théorie s’est effondrée. certains de ses plus ardents partisans, comme Haynes, concédèrent publiquement que de nouvelles trouvailles archéologiques dans le sud du Chili ont montré des preuves irréfutables d’habitations humaines bien plus anciennes que 12 000 ans. Parce que ces gens vivaient à quelques 10 000km au sud du détroit de Béring, une trop grande distance pour être parcourue à cette époque, ces gens arrivèrent avant que le couloir du détroit ne soit libéré des glaces. Quoi qu’il en soit, de nouvelles recherches ont également jeté un grand doute sur l’existence même de ce couloir de Béring. Ainsi certains archéologues suggèrent que les premiers habitants des Amériques sont arrivés il y a plus de 20 000 ans… » ~ Charles C. Mann, « 1491 », 2005, p.17-18 ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/02/14/les-nations-primordiales-damerique-ne-sont-pas-des-immigrants/

    C’est d’ailleurs pourquoi on peut affirmer que la Théorie (encore une) du Détroit de Béring, c’est des konneries ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/03/29/sauf-que-la-theorie-du-detroit-de-bering-cest-des-conneries/