Matrix : Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus ?…

C’est la question que nous nous posons. On le voit avec les élections où même si le système est critiqué avec son lot de corrompus, de traîtres, de fraudeurs et autres incompétents qui mènent une politique contraire aux désirs du peuple , on les retrouve toujours au fil des années, sous différentes casquettes. Certains y sont tellement ancrés, qu’on se demande s’ils n’ont pas pris racine. Il faut dire que les privilèges sont à la hauteur de leurs ambitions, mais ça la masse bêlante, préfère l’ignorer quand le système vacille, tout doit continuer à donner l’illusion que « ça fonctionne ». Tous charlie ou charlot ? Partagez ! Volti

***************

Source Aphadolie via SOTT

Morpheus dans le film Matrix (1999)

Comment se fait-il que les gens défendent et appuient des systèmes sociaux (gouvernements, institutions, entreprises…) qui s’avèrent injustes, incompétents et corrompus ?

Dans le cadre de la théorie de la justification du système (1), en psychologie sociale, des études montrent qu’ils cherchent à maintenir leurs vues selon lesquelles leurs systèmes sociaux sont relativement légitimes, même lorsqu’ils sont confrontés à des informations qui suggèrent le contraire. Ils s’engagent alors dans des processus psychologiques qui visent à défendre le système et à le justifier.

Mais ils ne justifient pas leurs systèmes sociaux en tout temps, expliquent les psychologues Aaron C. Kay de l’Université Duke et Justin Friesen de l’Université de Waterloo. Certains contextes, proposent-ils dans une étude publiée en 2011 dans la revue Current Directions in Psychological Science, motivent davantage à défendre le statu quo.

Selon leur analyse des études sur le sujet, 4 conditions peuvent motiver à justifier un système.

Le système est menacé

Lorsque menacés les gens se défendent eux-mêmes et défendent leurs systèmes. Par exemple, illustrent les chercheurs, avant la destruction des tours du World Trade Center de New York le 9 septembre 2001, le président George Bush plongeait dans les sondages. Aussitôt après, sa cote de popularité a grimpé ainsi que le soutien au Congrès et à la police.

Autre exemple, lors de l’ouragan Katrina, les Américains ont été témoins de l’insuffisance « spectaculaire » de la capacité de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) à sauver les victimes. Pourtant, beaucoup de gens ont blâmé les victimes plutôt que d’admettre les ratés de l’agence et de soutenir des idées pour l’améliorer.

En temps de crise, disent les auteurs, « Nous voulons croire que le système fonctionne ».

Les gens sont dépendants du système

Les gens défendent également des systèmes desquels ils dépendent. Dans une expérience, illustrent les chercheurs, des étudiants ayant été mis dans un contexte les incitant à se sentir dépendant de leur université défendaient une politique de financement de cette dernière, mais désapprouvaient la même politique de la part du gouvernement. Mais lorsque mis dans un contexte les amenant à se sentir dépendants du gouvernement, ils approuvaient la politique de la part du gouvernement mais pas de la part de l’université.

Les gens ne peuvent échapper au système

« Lorsque nous sentons que nous ne pouvons pas échapper à un système, nous nous adaptons. Cela inclut d’accepter des choses que, autrement, nous pourrions considérer indésirables. », expliquent les chercheurs.

Dans une étude, mentionnent-ils, les participants étaient informés que les salaires des hommes dans leur pays étaient 20 % plus élevés que ceux des femmes. Plutôt que de considérer le système injuste, ceux qui estimaient qu’ils ne pouvaient pas émigrer avaient tendance à attribuer l’écart salarial à des différences innées entre les sexes. « On penserait que quand les gens sont coincés avec un système, ils voudraient davantage le changer. », dit Kay. « Mais en fait, plus ils sont coincés, plus ils sont susceptibles d’expliquer ses lacunes. »

Les gens ont peu de contrôle personnel

Finalement, des études suggèrent que quand les gens sentent un manque de contrôle personnel sur leur propre vie, ils ont tendance à compenser en soutenant les systèmes et les dirigeants qui offrent un sens de l’ordre, afin d’être rassurés que les choses sont sous contrôle.

La justification, soulignent les chercheurs, n’est pas la même chose que l’approbation. En justifiant un système, les gens lui attribuent souvent des qualités qu’il n’a pas mais devrait avoir.

Il y a aussi des limites, des points de basculement, au-delà desquels les systèmes ne sont plus considérés comme étant moins légitimes, mais comme complètement illégitimes et donc presque impossibles à défendre.

Source Aphadolie via :

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie-sociale/2014-05-20/justification-du-systeme

https://www.psychologicalscience.org/news/releases/why-do-people-defend-unjust-inept-and-corrupt-systems.html

https://fr.sott.net/article/21440-Matrix-Pourquoi-les-gens-defendent-ils-des-systemes-injustes-incompetents-et-corrompus

Référence :

(1) Introduite par le psychologue John. T. Jost et ses collègues en 1994.

Voir aussi :

 

 

13 commentaires

  • engel

    « On ne mord pas la main qui vous nourrit. »

    Simplement parce que des dizaines de millions de personnes dépendent directement ou indirectement du système qui les avantage et les nourrit…pour l’instant.

    Si « le frigo » se vide, alors là peut-être que…

  • GROS

    Parce qu’un système, aussi imparfait soit-il, fait toujours moins peur que l’inconnu.
    Ainsi, ce qui est établi rassure.

  • Pimpin

    Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus ?
    Parce qu’ils sont mal informés, parce qu’il n’ont soit pas le temps soit l’envie de vérifier ce que racontent ces systèmes et les médias à leur botte qui leur font croire que ceux qui s’opposent à leur politique sont des méchants.
    Et aussi parce qu’ils ne sont pas encore assez touchés par les mauvais résultats.
    Sinon il y aurait longtemps que le FN serait au pouvoir.

  • Pyramidion

    Tant que nous ne sommes pas touchés personnellement on s’en moque un peut de l’injustice qui touche autrui même une personne de la famille proche

  • fin2cycle

    salut tout le monde

    Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus ?

    parce qu ils croient en lui , ils ont quelque part foi en ce systeme .
    une croyance inculqué des le plus jeune age de génération en génération meme quand elle engendre
    l injustice ,l inegalitè et meme la mort ,sera defendu par ses adeptes .
    ils défendent le système car il s agit de la survie de leur croyance ;
    avec tout ce qui suit derriere au niveau materiel (leurs salaires ,leur appart ,leur boulot etc…) .

    ceux qui tiennent le systeme font de la religion .
    des partis politiques avec leurs grands pretres , politiciens de hauts rangs qui repandent la parole sacree du parti et tout les 5 ou 7 ans, ils annoncent la venue du futur sauveur ou messie qui va changer les choses et sauver le pays et le guider ……le futur president .

    allez dire a un musulman ,un chretien ,ou un juif les injustices qui existent dans leur croyances .
    le systeme de survie va passer direct en action .
    defendre la croyance …..la sauvegarder .
    juste mon opinion .

  • « Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu’il n’aie pas le temps pour la rébellion. » Aristote

    « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice ! » George Orwell

    « On ne peut pas dire la Vérité à la Télé, il y a trop de gens qui regardent ! » Coluche

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Rik22

    Les vrais leaders naturels ont également disparu. Les grandes gueules qui pourraient aujourd’hui faire le bilan d’une vie de contestations et d’expérimentations ne sont plus : Coluche, Dewaere, Renaud n’est plus qu’une ombre, ceux qui devraient être en âge de jouer les vieux Brassens, les vieux Léo Ferré forts d’un vécu et d’une confrontation au réel social ne sont plus.
    Le conditionnement social a nivelé ce manque de repère dans un jeu de théatre politique où tous sont complices, votent ou laissent passer des votes sans crier au scandale (George Marchais tapant sur la table avec sa chaussure en criant : c’est un scandale !, ce n’est plus d’actualité).
    Aujourd’hui le leader de la contestation à gauche est un grand franc-maçon avili dans les privilèges et l’opulence, entouré d’une cours de salariés prêts à de trop nombreuses compromissions.
    La critique est facile, pourquoi attendre des autres la légitimité de ton initiative présente ? Mais aussi parce que la société est violente envers ses dissidents, avec assez récemment l’affaire Julien Coupat où le gouvernement sarkozy a monté de toutes pièces de fausses preuves pour enfermer tout un petit monde pendant plusieurs années.
    Antonin Artaud parlait de la force d’avoir faim. A force de mépriser le peuple, ce bon peuple bienveillant, la mafia en place va devoir durcir le jeu pour se maintenir.
    Merci à Galaxien pour la citation d’Aristote :
    Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu’il n’ait pas le temps pour la rébellion