AREVA : Les eaux radioactives d’une ancienne mine d’uranium s’écoulent directement dans la rivière…

En espérant qu’il n’y ait pas de pécheurs qui consomment le produit de leur pèche, issu de ces eaux contaminées et que les baigneurs éventuels soient au courant. Comment va-t-on sortir de ce piège ? Volti

**************

Source Aphadolie via CRIIRAD….

Site AREVA des Bois Noirs : vue depuis la vallée de la Besbre : station de traitement des eaux et de la digue du grand bassin (1,3 millions de tonnes de résidus radioactifs au fond du grand bassin) © CRIIRAD et Collectif des Bois Noirs

1,3 millions de tonnes de résidus radioactifs non confinés entreposés au fond d’un bassin artificiel. Les eaux radioactives de l’ancien site d’extraction d’uranium AREVA (ORANO) des Bois Noirs (Loire) s’écoulent directement dans la rivière. La CRIIRAD a mis en évidence la contamination des mousses aquatiques de la vallée de la Besbre sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Des résidus radioactifs non confinés

ORANO (ex COGEMA-AREVA) est responsable de la gestion de l’ancien site minier uranifère des Bois Noirs (Loire).

A la fermeture du site en 1980, 1,3 million de tonnes de résidus radioactifs issus de l’extraction de l’uranium ont été laissés en place dans un lac artificiel (Grand bassin) retenu par une digue de 42 mètres de haut et 500 mètres de long qui barre la vallée de la Besbre. Les résidus étant en contact direct avec l’eau, celle-ci se charge en éléments radioactifs : l’uranium, le radium 226, le radon 222, etc…. Les propres mesures d’AREVA montrent que la contamination des eaux par le radium 226 est 5 fois supérieure aux normes de rejets édictées dans l’arrêté préfectoral qui régit le site.

Des eaux contaminées qui s’écoulent directement dans la rivière

Les documents présentés par AREVA ces dernières années lors des réunions de la Commission de Suivi de Site laissaient penser qu’en cas de risque de débordement du grand bassin, les eaux étaient pompées vers la station de traitement afin de retenir une partie des éléments radioactifs avant rejet dans la rivière. Ceci était probablement exact dans le passé : un salarié de COGEMA-AREVA mettait alors en place une pompe qui permettait ce transfert. Ce n’est manifestement plus le cas actuellement.

Les images recueillies par la CRIIRAD et le Collectif des Bois Noirs au moyen d’un drone le 19 mars 2018 montrent que les eaux contaminées s’écoulent directement dans la rivière sans traitement. En effet, lorsque le niveau des eaux du grand bassin monte, elles s’écoulent vers un bassin annexe relié directement au dispositif évacuateur de crues vers la Besbre.

Une contamination sur plusieurs dizaines de kilomètres

Les études réalisées par le laboratoire de la CRIIRAD en 2014 ont montré que dans la rivière, la contamination des mousses aquatiques par le radium 226 est 200 fois supérieure à la normale en aval de la digue, 800 fois à 100 mètres en aval des rejets après traitement, 500 fois à 1,5 km du site et 12 fois à plus de 30 kilomètres en aval du site. Cette situation est inacceptable. La préfecture a mis en demeure AREVA de remédier à cette situation, sans effet concret pour l’instant. Au contraire l’industriel a attaqué l’arrêté de mise en demeure en contentieux.

Contact :

Contact Collectif des Bois Noirs : Mme Arlette Maussan, présidente du Collectif des Bois Noirs : arlette.maussan@gmail.com / téléphone : 04 70 59 73 50.

Contact CRIIRAD : Bruno CHAREYRON, ingénieur en physique nucléaire, directeur du laboratoire de la CRIIRAD bruno.chareyron@criirad.org  / Mobile : 06 27 27 50 37

Source Aphadolie via :

http://www.criirad.org/actualites/dossiers-08/stpriest-la-prugne/som-boisnoirs.html

https://blogs.mediapart.fr/association-criirad/blog/120418/les-eaux-radioactives-du-site-areva-secoulent-directement-dans-la-riviere

https://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/loire/loire-les-eaux-contaminees-d-une-ancienne-mine-d-uranium-inquietent-5701015

Voir aussi :

 

 

 

3 commentaires

Laisser un commentaire