Regain de tension dans le Donbass, et augmentation des bombardements dans le Sud de la RPD – Deux civils blessés en 48 h …

Dernières informations sur le Donbass du 25 Juin 2018 où la situation empire. Volti

******************

Auteur Christelle Néant pour DoniPress

Alors que depuis le début de la coupe du monde de football, la situation semble rester sur un statu quo d’un faible nombre de violations du cessez-le-feu, mais d’un nombre assez variable de munitions tirées, les dernières 24 h ont vu un doublement du nombre de violations par rapport à la journée précédente.

De huit violations du cessez-le-feu du 23 au 24 juin, l’armée ukrainienne est brutalement passée à 15 violations du 24 au 25 juin. Au cours de ces 48 h, l’artillerie lourde et les chars d’assaut ont été utilisés contre plusieurs localités du Sud de la République Populaire de Donetsk (RPD).

Au total, contre les localités de Sakhanka, Kominternovo et Leninskoye, qui ont été les plus touchées, l’armée ukrainienne a utilisé l’artillerie de 122 mm à 22 reprises, les chars d’assaut à six reprises, et les mortiers de 120 mm à 30 reprises.

Hier, suite à l’un de ces tirs de mortiers de 120 mm, un civil a été blessé à Sakhanka, après avoir reçu des éclats d’obus à la tête et aux membres supérieurs. L’homme a été hospitalisé. Avant-hier, c’est à Dokoutchayevsk, c’est une femme qui avait été blessée à la nuque par des éclats.

Et malgré leurs échecs successifs, les soldats ukrainiens continuent de faire des tentatives de percée des lignes de défense de la RPD. Après l’échec de la nuit de vendredi à samedi, les FAU ont tenté de nouveau hier d’avancer face à Gnoutovo, en utilisant la venue du président de la mission de l’OSCE, Martin Sajdik sur place, en comptant sur le fait que cela empêcherait les soldats de la RPD de repousser l’attaque.

Vers 13 h 30, un groupe de 10-12 soldats ukrainiens s’est ainsi avancé vers les positions de la RPD. Malgré leur entraînement aux normes de l’OTAN, ils n’ont pas réussi à approcher discrètement et contrairement à leurs attentes, la venue de monsieur Sajdik n’a pas empêché les soldats de la RPD de les repousser à coup d’armes légères.

Les soldats ukrainiens ont fui en abandonnant trois de leurs blessés sur le champ de bataille, sous un tir de couverture d’artillerie et de mortiers.

Comme on peut le voir, l’armée ukrainienne essaye d’utiliser le calme relatif actuel sur la ligne de front pour avancer, et grignoter encore plus la zone grise. Et ce même si chaque tentative se solde par des pertes énormes côté ukrainien, et un retrait ultérieur de leurs troupes, comme à Gladossovo, Travnevoye ou Tchigari, car ces positions sont intenables au vu des pertes infligées.

La RPD a demandé que l’OSCE condamne fermement ces tentatives, et surtout celles faites en face de la localité de Petrovskoye, qui est l’une des trois zones pilotes de désengagement des forces armées.

Faute de quoi, si l’armée ukrainienne devait encore avancer dans la zone grise, l’armée de la RPD a promis une réponse brutale et sanglante sous la forme d’un bombardement de destruction des postes de commandement, et des zones de déploiement des soldats et de l’équipement militaire ailleurs. L’avertissement, annoncé aujourd’hui par le porte-parole de l’armée de la RPD, vaut pour toutes les zones (y compris vers Marioupol) où l’armée ukrainienne aurait la mauvaise idée d’avancer.

« Pour toute tentative d’approcher ou d’améliorer leurs positions à un endroit, nous frapperons de manière adéquate les installations militaires non protégées ailleurs, là où un grand nombre de soldats et d’équipements militaires sont concentrés, » a ainsi déclaré aujourd’hui Daniil Bezsonov.

Cet appel à l’OSCE s’est doublé d’une autre demande : celle de cesser de raconter n’importe quoi dans leurs rapports. Ainsi, le 23 juin 2018, dans le rapport de la mission, l’OSCE a publié une information sur la présence d’un engin explosif sur le bord de la route à Petrovskoye, à proximité duquel se trouvait un soldat de la RPD prétendument saoul.

L’armée de la RPD a enquêté sur cette histoire, et fait passer un examen médical au soldat en question, qui s’est avéré être parfaitement sobre, mais extrêmement fatigué après une longue garde. De plus, ce soldat, a stoppé les observateurs en les avertissant qu’il y avait un engin explosif sur le bord de route et les a empêché de rouler là où il n’y a pas d’asphalte pour leur propre sécurité ! Le remerciement de la part de ces observateurs pour leur avoir sauver la vie, a été d’écrire que ce soldat était saoul. Bonjour la gratitude…

Ce genre de déclarations délirantes ne visant qu’à provoquer un scandale n’a rien de nouveau. Il y a trois ans en arrière, l’OSCE avait déclaré qu’un enfant de 12-14 ans, armé, gardait un point de passage à Makeyevka (RPD).

Après enquête d’Anatoli Sharii, il s’est avéré qu’il s’agissait d’une jeune femme de 24 ans qui sert dans l’armée de la RPD !

Sans parler de toutes les fois où ils racontent n’importe quoi sur les armes utilisées par l’armée ukrainienne contre les civils du Donbass, en minimisant systématiquement les calibres (déclarant du mortier de 82 mm quand il s’agit de 120 mm, ou de mortier 120 mm quand il s’agit manifestement d’artillerie de 122 mm ou 152 mm).

Face à un tel degré d’incompétence (pour ne pas dire autre chose), l’armée de la RPD a recommandé de faire passer une formation ad-hoc aux observateurs de l’OSCE, et de leur rappeler que seul un examen médical peut permettre de déclarer si un homme est saoul ou pas !

Il est vraiment temps que l’OSCE revoit le niveau de compétence de ses observateurs si elle espère enrayer l’escalade de la situation.

Christelle Néant pour DoniPress

Url: http://dnipress.com/fr/posts/regain-de-tension-dans-le-donbass-et-augmentation-des-bombardements-dans-le-sud-de-la-rpd-deux-civils-blesses-en-48-h/

 

3 commentaires

  • Balou

    «Il faut dégager Washington de l’Ukraine»

    […]
    Nikola Mirkovic revient de la ligne de front du Donbass, où il menait une mission humanitaire pour l’ONG Ouest-Est. Entretien choc.
    […]
    https://fr.sputniknews.com/radio_parade_riposte/201806261036963442-ukraine-donbass-conflit-nikola-mirkovic/

  • Fouiner. Chercher le pôurquoi du comment du par ce que.
    Des fois ont retrouve des petites choses sur le net. Comme cette infos de reuters.

    traduite pas par moi mais par gogol.
    July 27, 2016 / 12:35 PM /

    KIEV, 27 juillet (Reuters) – Une société créée par le fonds d’investissement Emerstone Energy a remporté un contrat d’exploration de gaz de schiste en Ukraine, après le retrait de Royal Dutch Shell PLC de la violence séparatiste dans l’est de l’Ukraine.

    La société d’Etat Nadra Ukrainy a désigné mercredi Yuzgas BV comme lauréat de l’appel d’offres.

    Shale aiderait l’Ukraine à réduire ses achats de gaz en Russie. Les relations entre les deux ont plongé après l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014.

    Selon les estimations préliminaires, le champ de Yuzivska, d’une superficie de 7 800 kilomètres carrés, pourrait produire environ 8 à 10 milliards de mètres cubes de gaz par an.

    Il est situé dans les régions de Kharkiv et de Donetsk dans les zones limitrophes du territoire saisi par les séparatistes pro-russes. Depuis 2014, le conflit a fait plus de 9 400 morts.

    L’Ukraine en 2015 a produit environ 20 milliards de mètres cubes de gaz et en a importé 16,5 milliards.

    « Dans des circonstances de baisse des prix mondiaux du pétrole, l’Ukraine a fortement réduit la recherche d’hydrocarbures », a déclaré Nadra Ukrainy dans un communiqué sans donner le montant exact des investissements prévus. « C’est pourquoi il est important que le gagnant s’engage à investir plusieurs centaines de millions de dollars dans le programme d’exploration géologique sur le site de Yuzivska. »

    Yuzgas BV indique sur son site Web qu’elle a été créée spécifiquement pour l’appel d’offres d’Emerstone Energy, détenu par Emerstone Capital Partners.

    Ce dernier a été fondé par Jaroslav Kinach, chef de la société privée canadienne Iskander Energy Corp. et ancien chef de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en Ukraine. (Reportage de Natalia Zinets, édité par Matthias Williams et William Hardy)