Et si l’on remplaçait votre cerveau ? La robolution…

On peut aisément imaginer, que les avancées en la matière sont là et bien là mais, qu’adviendra t-il de l’humain en tant que tel ? Le cerveau est un organe très complexe, vont-ils aller jusqu’au bout de l’horreur ? Y aura-il des mises à jours des implants? En cas de retrait, l’humain sera t-il toujours aussi con ou encore plus ? Quelle connerie que de vouloir augmenter les capacités cognitives, la Nature n’a plus son mot à dire, place aux cyborgs… pour le meilleur ou pour le pire..

Cerveau augmenté, homme amélioré, ou surhomme, il n’y a aucune différence avec le rêve nazi de toute-puissance humaine, si ce n’est que l’on peut augmenter un noir, un marron ou un blanc sans distinction de couleur de peau ou de confession religieuse. Pourtant, au bout du compte, cette volonté démiurgique est la même.

L’homme n’est l’homme, humain et imparfait, qu’en étant perfectible.

Le surhomme n’est pas un homme plus intelligent ou plus fort en math.

Le surhomme n’est pas un individu capable de courir plus vite ou plus longtemps.

Le « surhomme » est un être doué de sagesse, d’amour, de compassion et de grandeur.

Nous pouvons nous « améliorer » techniquement, nous nous ferons de plus grosses guerres, nous attiserons plus vite de plus grosses haines, des guerres liées à des haines augmentées.

Je suis sidéré que personne ne rappelle cette simple évidence. La véritable amélioration de l’humanité est notre cheminement collectif vers la sagesse. Tout le reste n’est que bruits et parasites techniques, mais les boulons restent des boulons. Vides de sens et vides d’âme.

Pour partager cette réflexion ensemble autour de cette révolution technologique en cours, je vous invite à vous abonner gratuitement au site LaRobolution.com : c’est ici. Soyez les bienvenus.

Charles SANNAT

Et si l’on remplaçait votre cerveau ?

Cerveau remplacé ? Enfin, en tout cas « augmenté », tout comme votre corps sans doute qui pourrait bénéficier des avancées technologiques de l’intelligence artificielle en particulier.

C’est en tout cas le credo des transhumanistes de tout poil qui aimeraient bien que nous soyons plus performants, plus efficaces, plus jeunes, plus beaux, plus forts, plus, plus. Pour quoi faire ? Là, on cherche encore. Pour défier la mort, sans aucun doute, mais ces défenseurs de « l’homme augmenté » ont certainement un souci psychologique à régler avec l’issue fatale. Refuser de mourir est sans doute la raison principale à chercher mais pas seulement. La performance aussi, physique comme intellectuelle, est aussi une question centrale.

Je reviens sur ce sujet puisqu’il est toujours dans l’actualité et si l’on considère que ces technologies appliquées à rendre un homme « plus » pourraient être extrêmement utiles pour pallier des handicaps ou des déficiences, elles sont aussi très dangereuses pour ceux qui n’en ont pas besoin. Mon papier d’hier évoquait les travaux d’une chercheuse ukrainienne qui parle d’implants dans le cerveau mais l’on n’en voit pas vraiment les bénéfices en dehors des personnes atteintes d’une déficience.

À l’heure où l’on s’inquiète de l’usage des données personnelles, j’imagine bien que ce type de technologie pourrait effectivement en engranger bien davantage et sans que l’on sache ce qu’il en sera fait.

Ce grand écart entre les discours de protection et de limitations et les tenants d’une recherche débridée sans aucune précaution éthique existe et a toujours existé. Il est toutefois possible d’imaginer que l’équilibre puisse se trouver mais pas sans un débat de société, pas sans une vision de société. Mais vous en connaissez des intellectuels qui ouvrent ce genre de débat aujourd’hui ?

Et des intellectuels qui s’exprimeraient sur des débats de société ? Ils sont où les intellectuels aujourd’hui ? Ils sont remplacés par les politiques qui n’ont plus guère de vision depuis longtemps en dehors de la prochaine échéance électorale ou par des dirigeants qui ne font que défendre leurs intérêts propres ou ceux de leurs petits copains.

Dans un tel contexte, il est évident que les dérapages guettent au coin du bois ! La robolution est autant une formidable opportunité qu’un danger majeur, reste à espérer qu’elle pourra nous apporter le meilleur…

Il n’est pas trop tard… Mais presque !

Sylvain DEVAUX pour La Robolution

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné. »

Jean Delumeau

5 commentaires