Un député actionnaire de Sanofi veut déréglementer les essais cliniques sur les humains…

C’est une information grave, les rats, souris, chiens et autres singes ne suffisent plus ? Où alors les chercheurs se sont rendu compte que les expériences sur les animaux, ne donnent pas les résultats escomptés et, veulent pouvoir avoir des cobayes humains pour plus de fiabilité. Les essais cliniques sont fait actuellement sur la base de volontariat ou rémunéré (?). Si ce monsieur est écouté, ce sera n’importe quel patient qui pourra servir à des essais de « nouveautés médicales ou pharmaceutiques ». Ça fait peur. Très bons articles à lire sur Frustration, voir en fin d’article. Merci à Françoise G.

Illustration

Extrait:

Le 9 mai était examinée en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale une proposition de loi du groupe centriste MODEM, qui porte sur la réforme des « Comités de protection des personnes ». Ces comités ont pour rôle de s’assurer que tout projet de recherche portant sur l’être humain respecte diverses mesures (médicales, éthiques et juridiques) visant à assurer la protection des personnes qui participeront à cette recherche. Il existe une quarantaine de comités en France, composés de chercheurs, de professionnels de santé, d’usagers, d’associations et de psychologues. Ces comités doivent en particulier donner leur aval à des essais cliniques, c’est-à-dire les études qui évaluent l’efficacité et la tolérance d’un traitement. La proposition de loi qui veut réformer le fonctionnement de comité a été conçue par un député fort attentif aux intérêts de l’industrie pharmaceutique…

Une proposition de loi qui fragilise la protection des patients

La dimension expérimentale des essais cliniques présente d’abord des risques évidents : le dernier accident grave date de 2016. Un homme volontaire pour un essai mené par le laboratoire portugais Bial à Rennes décède des suites de l’absorption d’une dose de la molécule testée. On peut donc payer de sa vie la participation à un essai clinique, mais les sujets de ces études sont des personnes qui peuvent être en situation de grande vulnérabilité face aux commanditaires de l’étude : qu’ils soient en bonne santé ou malades, leur niveau d’information sur les risques auxquels ils font face peut être variable. C’est ainsi pour vérifier que leur consentement est éclairé, c’est-à-dire que l’industriel ou l’organisme de recherche organisateur de l’essai clinique a rempli ses obligations en matière d’information, que les Comités de protection des personnes jouent un rôle essentiel. S’ils donnent un avis défavorable à l’étude, le labo doit faire appel de la décision.

Mis en place avec la première loi bioéthique en matière de recherche, en 1984, ces comités sont donc des instances clefs dans le parcours d’un médicament. Et c’est parce qu’ils sont si essentiels que la législation a tout fait pour les protéger de l’influence de la toute-puissance pharmaceutique : pour une étude clinique, le comité qui contrôle est tiré au sort parmi les 40 comités répartis sur le territoire. Ainsi, il est plus difficile pour les industriels de cibler des membres à influencer.

Une réforme réclamée par le LEEM, premier lobby pharmaceutique français. 

Or, pour l’industrie pharmaceutique plus que pour n’importe quel autre secteur, le temps, c’est de l’argent : puisqu’un brevet ne dure que vingt ans, les labos doivent tout faire pour mettre un nouveau produit au plus vite sur le marché. Ces procédures préalables au lancement d’essais cliniques leur sont donc insupportables. En février 2017, le LEEM, lobby français des industries pharmaceutiques, lançait un cri d’alarme complaisamment relayé par la presse, se plaignant d’une durée moyenne trop élevée de traitement de ses dossiers par les Comités de protection des personnes (deux mois). Et alors même que la France est le troisième pays du monde en terme d’essais cliniques menés, le lobby alertait sur la baisse du nombre de participants.

C’était sans compter sur la complicité du groupe parlementaire MODEM qui a utilisé sa niche (journée accordée à un groupe d’opposition pour présenter à l’Assemblée ses propres propositions de loi) pour proposer une loi « relative à l’expertise des comités de protection des personnes ». Cette proposition fait parfaitement écho aux jérémiades des labos, estimant que le tirage au sort des CPP entraîne des délais trop longs. L’exposé des motifs de la proposition de loi ne mentionne pas un seul instant le point de vue des patients mais relaie tous les éléments de langage des industriels. Elle vise à instaurer une limitation du tirage au sort, réduisant son champ aux seuls CPP disposant d’experts reconnus pour le sujet donné de tel ou tel essai clinique. Une pirouette destinée à réduire le champ des interlocuteurs par essai clinique, et menaçant au passage l’intégrité des comités.

Un député fort gâté par les laboratoires

…/….

Lire l’article complet

source Frustration la Revue

Cet article est issu de notre enquête “L’industrie pharmaceutique a-t-elle intérêt à nous soigner ? Enquête sur le premier marché mondial”, à paraître dans le numéro 14 de Frustration, qui sortira en kiosque et librairie le 28 mai

Voir aussi:

Auto-apitoiement des grands médias, saison 35

Enquête : Les puissants donateurs qui ont propulsé Macron… et leurs récompenses.

Ce qu’ont déjà gagné les gros donateurs de Macron (partie II)

Argumentaire à emporter : Contrer les mensonges du gouvernement sur la SNCF

Les libéraux et l’ensemble de la bourgeoisie en rêvaient, Macron et ses sbires vont le faire : S’attaquer à l’anomalie néolibérale que constituent la SNCF et ses cheminots, les priver de leur régime et de leur statut pour en faire une main d’œuvre moins coûteuse que vont pouvoir se répartir les entreprises privées qui se jetteront sur le juteux marché du rail lorsqu’il sera ouvert à la concurrence. Le réseau, moins rentable, restera à la charge du contribuable, car ce gouvernement est fidèle au premier précepte de ceux qui l’ont précédé : Nationalisez les pertes, privatisez les gains.

21 commentaires

  • Rainette

    Pas certain que nous ne servions pas déjà de cobayes aux labos à notre insu. Il n’y a qu’à voir le nombre de médocs ou de vaccins non suffisamment testés qu’on s’évertue à nous faire accepter.

  • La revue Frustration, j’ai un peu fouillé et je ne suis pas convaincue du tout. Dans ce numéro, son article sur les gays, n’a pas dénoncé ma frustration quant à l’instrumentalisation qui est faite de la cause gay par le lobby LGBT pour créer des nouveaux marchés bien lucratifs au détriment du bien-être de l’humain. Elle n’a pas, non plus, calmer ma frustration quant à la mise sur le marché du travail, des femmes et cela au détriment des enfants et de la vie de famille. Cette revue promeut l’égalité, se bat pour les thèmes dans l’air du temps, très à la mode, très France Insoumise. C’est louable de défendre les valeurs de gauche mais ces valeurs sont depuis près d’un siècle utilisées par les capitalistes pour créer une société libérale, cosmopolite, et bientôt trans humaniste, il faudrait commencer à le comprendre et à le signaler.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    On pourrait noter qu’il y a longtemps que dans les hôpitaux les malades servent très, et trop, souvent de cobayes pour tester de nouveaux produits. Ce n’est un secret pour personne même si on n’en parle peu et surtout pas dans les médias !

    • Leveilleur

      Oui c’est exact, mais aujourd’hui ont leur donne davantage le choix contrairement aux animaux qui eux n’ont pas le choix et doivent subir un matraquage de tests qui ne serviront jamais à l’homme vu que leur organisme de répond pas comme nous aux traitements.

      Actuellement j’ai une tante qui est atteinte d’un cancer et je peux vous dire qu’elle est bien contente de tester les nouveaux médicaments du marché qui n’ont pas encore fait leurs preuves, comme elle dit, au point où j’en suis, je n’ai plus rien à perdre d’essayer ! Alors est-ce judicieux ? L’avenir nous le dira !

      • Rainette

        C’est vrai, on leur donne le choix. Mais qui donne les renseignements sur le traitement, les nouveaux médocs ou l’opération de la dernière chance ? Le malade se fie à ce que lui disent les médecins puisque lui-même n’a pas les connaissances nécessaires. J’ose croire que, dans ce cas, le corps médical n’a en tête que le bien des malades.

      • Graine de piaf Graine de piaf

        Pas toujours Leveilleur, je peux t’assurer, le sachant de source sûre, que cela se pratique depuis très longtemps sans que les patients en soient informés. Maintenant on leur en parle, et pas partout, mais on tait les conséquences possibles en leur donnant simplement l’espoir que leur cas peut s’améliorer, voire qu’ils peuvent guérir… ce qui est une arnaque car le patient doit savoir à quoi il s’expose, guérir peut-être, pas sûr, mais aussi avoir des séquelles ailleurs ou en crever !
        Si la situation leur est clairement expliquée, qu’ils sont en état de choisir en toute connaissance de cause, pourquoi pas ? mais c’est rarement le cas semble-t-il !

      • Bormes

        Désolé Leveilleur,

        Mais pour moi, les traitements expérimentaux pour les cancers ne sont que des moyens de faire des expériences avec des cobayes humains et avec leur consentement et sans aucun risque pour ceux qui les fabriquent et les prescrivent.
        afin de trouver quelque chose a vendre qui fonctionnera enfin….

        sauf qu’Il n’y a pas de solution au cancer avec des produits chimiques qui détruisent l’organisme,

        Cela fait des décennies qu’ILS cherchent et coutent des fortunes, avec des résultats minables…

        Tout simplement parce que un systeme immunitaire en bonne santé détecte et détruit les cellules cancéreuses.

        Le cancer ne se développe que dans un corps en surcharge de toxines avec un systeme immunitaire affaibli.

        On comprend donc de suite que LA SOLUTION au cancer est de NETTOYER l’ORGANISME et de fortifier son système immunitaire, pour que l’organisme fasse son travail de base !

        On comprend de suite que les traitements chimique qui attaquent le systeme immunitaire, comme la chimiO sous toutes ses formes est voué a l’ECHEC !

        Tous ceux qui n’ont pas changé leur habitudes alimentaires ou fait un gros changements dans leur vie et on suivit les protocoles sont MORT ou en cours de l’être…

        Même ceux qui ont des GROS moyens et accès aux meilleurs spécialistes et traitement …

        STEVE JOBS ou JOHNNY étant partis les plus connus, le prochain sera TAPIE.

        Par contre ceux que je connais et qui ont NETTOYÉ et REBOOTÉ leurs systèmes immunitaire sont toujours la, et sans aucune trace de leur cancer…

        Chacun ses choix !

    • Natacha Natacha

      +1 Petit oiseau.
      Sans compter ceux qui, atteints de pathologies modernes, acceptent de signer des décharges, parce qu’on leur fait miroiter les miracles de nouvelles molécules.

    • Bormes

      Les plus grand essais sur les humains cobayes sans réglementations sont effectués par les VACCINS !

  • D’accord avec vous sur le fait que les médicaments sont expérimentés sur les humains depuis bien longtemps. quoi qu’il en soit, difficile de faire autrement puisque les expériences sur les animaux ne peuvent pas donner de bons résultats. La Ligue contre la Vivisection dénonce depuis très longtemps ces expériences cruelles et absurdes, mettant en avant les tests sur cellules humaines, bien plus sûrs.
    Donc, pour moi, ces tests sur les humains sont très bien, à la condition du volontariat bien évidemment – bien qu’on ne demande pas aux animaux s’ils sont d’accord !- si toutefois on est capable d’apporter une information loyale, saine, éclairée.

    Toutefois, encore et toujours, rappelons que la science des médicaments n’a pas pour but de guérir les malades, mais de faire du fric. Si ça peut faire les deux, tant mieux. Mais ce n’est pas l’objectif.
    Tant qu’on ne prendra pas le malade dans son entièreté, au lieu de ne voir que des symptômes à faire disparaître, ce ne seront que des emplâtres. Et il faudra toujours plus de médicaments pour soigner les effets secondaires des médicaments précédents.

  • Au fait…
    un député actionnaire de Sanofi ? Voilà un beau conflit d’intérêt, non ? Pour moi, c’est proprement scandaleux. Tout comme les députés affiliés à des grosses boites comme EDF ou Enedis (Linky !), ceux qui nous imposent des contrôles techniques autos de plus en plus draconiens (histoire de faire marcher le commerce de voitures), des contrôles stupides (je parle des radars là où ils n’ont pas lieu d’être) sur les routes et une limitation à 80 (histoire de remplir les caisses un peu plus), … Les exemples sont nombreux. Et pas pour notre bien…

  • $$$$$ ! A qui profite le crime?

    Il n’y a pas que les labos qui testent sur la population… rappelez vous Pont St Esprit, vaporisé de LSD, et aux US, le nombre de gens qui ont été inoculés par l’air: tests sur la population, entre autres le contrôle mental. On est bien des cobayes… juste on ne le sait pas, on ne le voit pas (chemtrails???)

  • Graine de piaf Graine de piaf

    A Pont-Saint-Esprit il a été prouvé que ces empoisonnements ont été provoqués par l’ergot de seigle qui produit des alcaloïdes très dangereux.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Volti nous avons posté à la même minute ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    l’afrique et l’asie servent de labo d’expérimentation à ciel ouvert …. l’avantage des pays pauvres c’est que personnes à les moyens de ce plaindre et comme la france bascule gentillment au même niveau hé bien on va gentillement se transformer en cobaye légal …. au cas où certain auraient un peut d’argent sous le matelas pour porter plainte on s’assure d’une loi pour que ça devienne légal tout comme le racket fiscale et les frais banquaires par exemples

Laisser un commentaire