Economie : Nos amis chinois…

Investissements chinois en France, transfert de technologies, vente de terres agricoles. Trois articles qui ont interpellé X’yd. Partagez !

Chine, cultures en terrasse/Pixabay

Je vous l’ai déjà signalé, mais il est important de s’en souvenir. Avec ses champs français, Monsieur Hu se rêve en roi de la baguette en Chine.

La Chine, avide de terres à l’étranger, s’intéresse désormais au blé français. Un discret milliardaire, Hu Keqin, a racheté des fermes dans l’Indre et l’Allier. Il vient d’ouvrir une première boulangerie dans un complexe chic de Pékin et ne compte pas s’arrêter là…/…

Une école de cuisine destinée à 500 étudiantes chinoises va voir le jour d’ici 2020 en Isère.

Si la France compte de nombreux cuisiniers et pâtissiers japonais, c’est en partie grâce à l’école Tsuji qui forme chaque année 200 nippons à la cuisine hexagonale à Liergues (Rhône), petit village du Beaujolais. A l’image de cet établissement, va ouvrir d’ici 2020 le Centre international des arts culinaires (CIAC) à Autrans (Isère). Un campus de 25 000 m2 qui ambitionne d’accueillir annuellement des centaines d’étudiantes chinoises.

Le projet, dont la première pierre a été posée en avril, exploite les bâtiments du Village olympique monté lors des JO de Grenoble en 1968 et prévoit 70 millions d’euros d’investissements. Centre de formation, laboratoire de recherche, piscine, espaces de découvertes et d’activités, serres, jardins potagers bio seront au programme…/….

Le Charolais made in China (article de 2012)

La Chine s’intéresse à de nouveaux marchés français, comme le bœuf charolais et le Bourgogne. Le jumelage signé hier avec le Charolais-Brionnais marque le début des échanges.

Du « donnant donnant »

Mais qui dit collaboration sous-entend échange. Et l’échange en question, c’est que le Charolais-Brionnais fournisse des semences bovines pour que les Chinois s’essayent à la reproduction du Charolais chez eux. « Vous ne pouvez pas aujourd’hui exporter en Chine sans accepter un transfert de technologie », précise M. Nesme. Ce qui équivaut en somme à transmettre son savoir-faire. Pour autant, les interlocuteurs français se veulent rassurants. « Ce pays affiche un train de retard** dans les domaines qu’elle vise. Il lui faudra dix à quinze ans avant de maîtriser ça. D’ici là, nous sommes convaincus que la Chine sera au même niveau social et environnemental que les pays occidentaux. »…/…

Que pensez vous de ces nouvelles ?

**Ne pas sous-estimer nos amis chinois, il pourrait y avoir des surprises. Qu’elle soit économique ou de terrain, garder en mémoire « l’Art de la guerre » de Sun Tzu..

2 commentaires

  • papapoule

    celui qui donne reçois, comme celui qui sème , récolte.

  • Kool

    A-t-on le choix?
    Si on ne le fait tous nos voisins et le reste de la terre le feront volontier.
    Mieux vaut-il être ami ou ennemi avec ce géant?
    Idéologie, réalisme ou fatalisme…? Faites vos jeux, rien ne va plus!