L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Il y a longtemps que nous n’avons pas parlé des mystères que recèle notre planète. Pourtant ce n’est pas ce qui manque et, si les questions restent bien souvent sans réponse, l’imagination peut nous permettre de nous rapprocher de ces civilisations anciennes, qui ont bâti des monuments colossaux, sans aucun moyens techniques. Il nous reste beaucoup à découvrir..


Pour beaucoup c’est carrément la 8e merveille du monde !

Tout comme pour les monolithes de Stonehenge et les Moaïs de l’Ile de Pâques, l’histoire locale raconte que lorsque Nan-Madol a été construite, un puissant magicien vivant dans la région a été sollicité et que son aide a été un facteur important dans l’achèvement de la construction. En particulier, il était responsable de la fourniture des énormes blocs de pierre utilisés dans beaucoup d’endroits de Nan Madol, les faisant « voler » de leur lieu d’extraction jusqu’au site de construction.

C’est en Micronésie, à environ 1 600 kilomètres au Nord-Est de la Nouvelle-Guinée et plus exactement sur la petite ile de Pohnpei, qu’un marin irlandais découvrit en 1828 l’une des plus grandes énigmes de la technologie ancienne, la cité interdite de Nan Madol.

Aujourd’hui encore, elle exerce toujours une étrange fascination sur les insulaires de l’île qui refusent catégoriquement de s’y rendre, pensant que cela leur couterait la vie et ce ne sont pas les mystérieuses lumières qu’ils aperçoivent fréquemment en ces lieux qui leur ôteront cette idée de l’esprit.

Selon les scientifiques, cette citée qui couvre un peu plus de quatre kilomètres carré, aurait été construite vers 1500 AV JC avec des centaines de milliers de blocs de pierre basaltique (soit environ 250 millions de tonnes) que des tonnes de corail concassé permettent de maintenir soudées. Elle aurait été érigée par les insulaires pour une dynastie gouvernante (théorie officielle).

Ces constructions mesurent plus de 12 mètres de haut et 5,5 mètres d’épaisseur !

Mais, malgré tout leur savoir, les scientifiques ne peuvent affirmer avec certitude qu’elle a bien pu être la technique utilisée pour parvenir à un résultat si spectaculaire. En effet, comment un peuple primitif composé de trente mille âmes tout au plus, qui disposait de si peu de matières premières et ne possédait ni animal ni machine à roue, a-t-il réussit à édifier des monuments capables de rivaliser avec ceux de la grande Égypte ou de la Méso-Amérique ?

Les habitants de l’ile apportent une réponse. Selon les croyances locales, les colossales pierres de la ville, qui pèsent environ cinquante tonnes chacune, auraient été transportées par magie dans les airs ne retombant au sol qu’une fois atteinte leur place définitive.

Mais d’autres légendes racontent une toute autre histoire, les insulaires de Pohnpei racontent que leurs ancêtres, grâce à l’ingestion d’une drogue puissante faite à partir de plan de piment, aurait pu disposer d’une force surhumaine qui leur aurait permis de lever eux-mêmes ces pierres.

Les savants, quant à eux, pensent plutôt que les pierres ont été déplacées à l’aide de câbles fait à la main, de plans d’hibiscus et de troncs d’arbres. Si une telle théorie s’avérait exact, ce peuple primitif serait probablement, comparé aux autres peuples de ce rang, le plus ingénieux et le plus créatif du monde.

Plus intéressant encore, après de nombreuses recherches, un auteur et explorateur célèbre aurait découvert, au pied de Nan Madol, une stupéfiante citée sous-marine. Thèse qui est effectivement corroborée par l’histoire et les traditions orales de Pohnpei qui affirment l’existence d’autres mondes dont un en particulier, se situerait au plus profond de la mer.

Le mystère grandit lorsque l’on nous fait remarquer le côté tout à fait atypique de cette croyance qui est exclusive à ce peuple et ne se retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

Intrigués, d’autres chercheurs effectuèrent une seconde expédition sous-marine et leur verdict est bien différent. Il y aurait effectivement sous ces eaux, de gigantesque colonnes de matériaux semblables à de la pierre, mais malgré les apparences, ces piliers ne seraient en réalité que des prolongations naturelles du récif du corail.

Certains sites de carrières probables autour de l’île ont été identifiés, mais l’origine exacte des pierres de Nan Madol est encore un total mystère. Aucune des carrières proposées n’existent dans la région proche, ce qui signifie que les pierres ont été transportées jusqu’à leur emplacement actuel.

Les archéologues n’ont pas encore fini d’éclaircir le mystère, mais une plongée entre l’île et les carrières montrent un chemin de pierres abandonnées !

Ile Mystérieuse Nan Madol & continent englouti…


Ile Mystérieuse Nan Madol & continent englouti par Yahn25

Non loin de là, existe un autre mystère …

Une ville antique inconnue dans l’archipel des îles Carolines… !

…/…

Lire la suite

Un article de Merlin pour Homme-et-Espace

L’interdiction d’explorer derrière la porte secrète du Machu Picchu … !

Top secret sur la fabuleuse cité perdue du Grand Canyon en Arizona… !

L’étrange et mystérieuse immense grotte dans le Caucase Russe… !

Aogashima, l’île la plus insolite de la Terre… !

6 commentaires

  • Guni

    Au début de la vidéo, sur la carte, au lieu où se trouve Pohnpei, ils indiquent le nom de Phnom Penh…

    A l’époque de la création de cette vidéo, ils devaient certainement utiliser un ancêtre du traducteur automatique que l’on trouve aujourd’hui sur les téléphones portables et qui changent constamment certains mots par d’autres… https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • manguetsou

     » Remués par d’énormes événements cosmiques intérieures, les humains ont laissé des monuments et des édifices puissants partout dans le monde comme des signes de leur recherche céleste et de leur culte du Divin. Ces icônes symbolisent des ponts vers l’univers éternel et ont été faites pour représenter l’ascension de l’humain à une existence plus élevée. Elles reflètent la grandeur et le pouvoir suprême de ce qui a été intuitivement vu et reconnu intérieurement, et ont été exprimées extérieurement pour être appréciés par tous. Les structures gigantesques de l’ancien monde sont des testaments impressionnants d’une aspiration spirituelle profonde, une aspiration qui cherche l’unité avec le pouvoir divin. » M.M.

    • Oui c’est l’hermétisme.

      Mais chuuuut tu vas casser le suspens de Grimault VS Pooyard pour la Révélation des Pyrammides 2…

      Vous avez vu leurs dernières interview sur Btlv?

      C’est la même secte que Rorschach, celle des Sachants qui préfèrent nous en dire petit à petit, pauvre être de glaise que nous sommes.

      Et dire que j’ai versé l’obole pour RDP 2…

      Mais bon…. On apprend de ses erreurs.

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Dans le style , faut regarder du côté de Summer et de la civilisation l’ayant précédé.
    En Thaïlande et en Inde antique aussi.
    Et se refaire quelques best sellers de Charroux.

    :)

  • C’est un style de construction assez inhabituel. Les pierres longues devraient se casser d’autant plus qu’elles sont friables, et elles tiennent le coup.
    Que les locaux disent que les pierres ont volé, cela ne serait pas étonnant. On a quand même envisagé que les pierres des pyramides ont été levées par un système de lévitation par l’utilisation du son. C’est une hypothèse…

Laisser un commentaire