Canada : L’état d’Alberta (sables bitumeux) en proie aux flammes

Des feux de forêt dantesques ravagent la capitale canadienne du pétrole.

Depuis plusieurs jours, les flammes ravagent la ville de Fort McMurray dans la province de l’Alberta au Canada. Mercredi 4 mai, ses 88.000 habitants ont été évacués. Construite pour exploiter une des plus grandes réserves de sables bitumineux au monde, la ville pourrait bien être totalement réduite en cendres.

Moncton, Canada, correspondance

Imaginez Poitiers ravagée par les flammes, entièrement évacuée et menacée de disparition. C’est la situation de Fort McMurray au Canada. Depuis dimanche, des feux de forêts, alimentés par un temps chaud, sec et venteux, engloutissent cette ville construite au beau milieu d’une forêt boréale et devenue le plus grand chantier d’extraction pétrolière de la planète.

Le feu s’étend désormais sur plus de 100 kilomètres carrés. Toute la population de Fort McMurray, 88.000 habitants, a été contrainte d’évacuer. Une demi-heure pour rassembler l’essentiel, et fuir un gigantesque brasier. Dans le quartier de Beacon Hill, 80 % des maisons sont parties en fumée. Pour s’en aller, un seul chemin, l’autoroute 63, et deux directions, nord ou sud.

La fin d’un Eldorado hyper polluant ?

En un siècle, Fort McMurray, à 400 km au nord d’Edmonton, la capitale de la province, a vu sa population multipliée par cent du fait de l’arrivée des compagnies pétrolières. Pour répondre à cette explosion démographique, la ville s’est progressivement étendue au milieu de forêts d’arbres résineux.

L’or de la région : un mélange de bitume brut, de sable, d’argile minéral et d’eau qui donne un pétrole brut de synthèse, plus cher à produire qu’une extraction traditionnelle dans un puits pétrolier mais équivalent à un pétrole brut de très grande qualité. La ressource était connue des Autochtones avant l’arrivée des Européens, ils l’utilisaient pour imperméabiliser leurs embarcations.

Les gisements de l’Athabasca contiendraient environ 1.800 milliards de barils de bitume, soit l’équivalent de l’ensemble des réserves de pétrole conventionnel dans le monde. Aujourd’hui, des entreprises comme BP, Shell et Total ont pignon sur rue à Fort McMurray. Mais l’exploitation des sables bitumineux est terriblement polluante, et par ailleurs très émettrice de gaz carbonique quand on prend tous les maillons de la chaîne, de la production à la consommation. C’est pourquoi en 2011, le Canada s’est retiré du protocole de Kyoto pour pouvoir continuer à exploiter sans entraves cette ressource.

 SUITE ET VIDEO DU REPORTAGE ICI :

Source Reporterre.net via LesBrind’Herbe

Liens complémentaires:

VIDEO. Canada: Une ville de 100.000 habitants évacuée à cause d’un gigantesque incendie

Toujours au Canada:

Canada: Plus de 40 chevaux de course meurent dans un incendie

VIDEO. Canada: Des pompiers échappent de justesse à une tornade de feu

9 commentaires