Journal The independant: attaques de Bruxelles: Comment l’influence de l’Arabie Saoudite et un accord pour obtenir des contrats pétroliers ont semé les graines du radicalisme en Belgique

Nombre de personnes cherchent à comprendre le pourquoi des attentats se sont produits ces derniers islam-belgiquemois, comment des personnes ont pu se retrouver avec le cerveau de suffisamment lavé et gangréné par une idéologie radicale pour accepter de se faire exploser au milieu de civils. Sur ce blog, nous avons tenté un élément de réponse en démontrant qu’aucune lutte contre le radicalisme islamique ne pouvait être menée si dans le même temps des dirigeants ferment les yeux sur le financement des mouvements musulmans par le Qatar, ce pays étant reconnu comme étant l’un des financiers du terrorisme sur la planète.

Bien sur, les accusations sont gravissimes, mais les liens sont là, les articles également, et voilà que de nouvelles accusations sont tombées pour expliquer pourquoi en Belgique l’Islam radical y est présent, en échange de contrats pétroliers entre autres raisons, ce qu’explique un article du journal anglais The Independant. Afin d’obtenir des contrats pétroliers, le roi Baudoin de Belgique a fait une offre au roi d’Arabie Saoudite de l’époque le roi Faisal qui a visité le pays en 1967.

la Belgique allait alors mettre en place une mosquée dans la capitale et embaucher des religieux formés dans le golfe. C’est également à cette époque que le pays encourageait les travailleurs marocains et turcs à venir travailler pour un salaire moindre, cette mosquée devait alors devenir leur principal lieu de culte. L’endroit idéal, un pavillon oriental conçu par l’architecte belge Ernest Van Humbeek qui avait été construit dans le parc du Cinquantenaire de la capitale en 1879, mais qui tombait en désuétude. L’accord de 1967 a donné aux Saoudiens un permis d’occuper les lieux pendant 99 ans sans loyer bail. Le pavillon a été refaçonné par les Saoudiens, c’était la Grande Mosquée de Bruxelles qui ouvrit ses portes en 1978, hébergeant également le siège du Centre islamique et culturel de Belgique (ICC).

George Dallemagne, membre belge du Parlement pour le centre-droit CDH, un parti d’opposition, a expliqué que nombre de marocains et de turques étaient prêts à s’intégrer, cependant, nombre d’entre eux ont été re-islamisés par les prédicateurs salafistes et les enseignants de la Grande Mosquée. Certains Marocains ont même obtenus des bourses pour étudier à Médine, en Arabie Saoudite.

De plus, toujours selon M.Dallemagne, les prédicateurs salafistes ont tenté de saper les tentatives des immigrés marocains à s’intégrer. «Nous aimons à penser que l’Arabie Saoudite est un pays allié et un ami, mais les Saoudiens sont toujours engagés dans un double langage: ils veulent une alliance avec l’Occident en matière de lutte contre les chiites en Iran, mais ont néanmoins une idéologie conquérante en ce qui concerne leur religion dans le reste du monde « .

M. Dallemagne a parrainé de nombreuses résolutions du Parlement belge visant à réduire les liens avec l’Arabie Saoudite, et de réduire l’influence salafiste en Belgique. « Nous ne pouvons pas avoir un dialogue avec les pays qui veulent nous déstabiliser», a-t-il expliqué.

Il n’y a donc aucune réelle surprise, et le problème qui existe en Belgique existe également en France, combien se sont couché au nom de contrats juteux et militaires? Combien ont préféré fermer les yeux et ont joué double-jeu?

Manuel Valls lui-même a reconnu le problème aujourd’hui en expliquant « On a fermé les yeux sur la progression du salafisme », sauf que là encore, il parvient à faire dans la langue de bois en ignorant l’origine des problèmes, et en ne parlant que des conséquences.

Non, il n’y a vraiment pas que les terroristes qui ont du sang sur les mains, et la presse étrangère commence à ne plus garder cela secret du tout…

Il ne faut donc pas s’en prendre aux « musulmans » car la plupart ne demandent qu’à vivre en paix et à travailler, nombreux sont ceux qui ne sont pas tombés dans le piège de la radicalisation toléré par certains de nos dirigeants. Ne faisons pas couler le sang, ne laissons pas la colère nous gagner, ce n’est pas la solution, par contre, regardons vers ceux qui sont responsables, ceux qui sont complices, ainsi que ceux qui jouent ouvertement double-jeu. Des personnes sont décédées pour des contrats pétroliers, pour de l’argent, pour les intérêts de certains, c’est cela qu’il faut voir avant toute chose.

Pour les anglophones, vous pouvez retrouver cet article dans le journal Independent.co.uk

3 commentaires