Simplicité volontaire: Les 10 conseils pour débuter

Pensez-vous réellement que cette société vous correspond? Ou pensez-vous plutôt que vous ne reconnaissez plus le monde dans lequel vous vivez? Car celui-ci change, et ces changements ne sont pas tous positifs, bien au contraire… Une des solutions reste « la simplicité volontaire », mais plus facile à dire qu’à faire sans aide! Voici pourquoi ces 10 conseils peuvent vous être utiles, sait-on jamais…

vivre-simplement2

Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont convaincues de la nécessité de s’engager sur la voie de la simplicité volontaire. Mais elles ne savent pas toujours par où commencer, s’il y a des étapes privilégiées pour débuter dans cette démarche.
J’ai essayé de dégager ici 10 conseils qui me paraissent fondamentaux. Puis, de toute évidence, chacun fera ses choix selon ses propres aspirations, s’inventera un nouveau mode de vie en adéquation avec ses goûts, ses passions, son histoire, son environnement, sa famille…

Il parait difficilement concevable de vivre en toute simplicité si nous avons un problème d’addiction à la consommation. Si c’est le cas, c’est la première étape à envisager sans quoi les suivantes n’auront pas de sens, ou seront sources permanentes de contradictions.

1/ Maîtriser ses pulsions d’achat. Ne plus acheter tout et n’importe quoi sur un simple coup de tête, à la vue d’une publicité, en se baladant sur le net ou dans une galerie marchande. Notez sur un petit carnet toute envie d’achat impulsif et imposez-vous une semaine de réflexion. Ce délai vous permettra de prendre du recul et de vous poser les bonnes questions sur la réelle nécessité de cet achat. Une fois sur deux, l’envie se sera évanouie.


2 / et c’est la suite logique du premier point : bannissez toute publicité. Rien de tel, pour ne pas acheter tout et n’importe quoi, que de ne plus se laisser influencer par la publicité. Stop-pub sur la boîte aux lettres, liste orange pour ne plus subir de prospection téléphonique, se désinscrire de tout mail publicitaire et autres newsletters, préférer des chaînes de TV, de radio, des magazines sans pub.
3/ Boycottez les fêtes commerciales et les cadeaux « obligés ». Ce n’est pas en fonction du prix d’un cadeau que vous manifesterez plus ou moins d’amour à votre conjoint le jour de la St Valentin ou à votre Maman lors de la fête des mères. Les sentiments ne s’achètent pas. Lorsque vous organisez des fêtes entre amis, donnez-leur la consigne de venir sans cadeau (ou avec un cadeau fabriqué de leurs mains). C’est le plaisir de partager un moment ensemble qui importe, pas de savoir si vous avez offert un cadeau plus somptueux que votre voisin de table.
4/ Apprenez à fabriquer par vous-même, à réparer, à recycler, à acheter d’occasion. Nous vivons dans une société qui a élaboré le concept d’obsolescence programmée. Il faut que les produits durent le moins longtemps possible, deviennent obsolètes par tous les moyens (panne, incompatibilité, mise à jour impossible, etc). Ne vous laissez pas prendre à ces pièges. Apprenez à réparer, bricolez, achetez d’occasion, détournez des objets de leur utilisation première, etc. Apprenez aussi à fabriquer par vous-même des produits d’entretien non polluants ou vos propres produits de beautés. Les recettes ne manquent pas.
5/ Désencombrez votre intérieur. Opération grand ménage, tri des vêtements, des objets inutiles, de la vaisselle fêlée, des casseroles cabossées, des souvenirs ringards, etc. Un voyage à la déchetterie, un autre à l’Emmaüs le plus proche, une vente à la brocante du coin, des dons à des associations caritatives. Enfin, votre intérieur devient zen, vous ne conservez que ce qui est beau, utile et noble. Les objets auxquels vous tenez vraiment sont mis en valeur et les autres vite oubliés. Et du coup, beaucoup plus de place et moins de ménage à faire.
6/ Consommez mieux et localement. Préférez à l’hypermarché qui est à 10 km de chez vous les commerces locaux, les marchés de plein air, les ventes directes à la ferme. Détrompez-vous, ce n’est pas plus cher. Dans un hyper, vous achetez 20 à 30% de choses en plus de votre liste de course du simple fait de la profusion de marchandises qui vous est proposée. Chez le petit commerçant du coin, vous n’achèterez que le strict nécessaire. Les aliments bio ou en provenance d’un producteur local sont bien meilleurs, plus goûteux. Economies d’emballage, de transport, etc.
7/ Apprenez ou réapprenez à cuisiner. C’est beaucoup plus économique que des plats préparés, vous exercez vos talents culinaires, vous maîtrisez de plus en plus de recettes, vous mangez moins d’additifs, de conservateurs et autres E quelque chose. Votre santé y gagnera !
8/ Reprenez en main votre propre santé. Vous êtes votre meilleur médecin. Commencez par une alimentation saine, ce qui est déjà un grand pas vers une parfaite santé. Une hygiène de vie, de la marche, de l’activité physique, un temps de sommeil préservé. Et quand un bobo survient, apprenez à vous soigner naturellement. Privilégiez l’homéopathie, les plantes, les huiles essentielles, les remèdes de grand-mères. Apprenez à mieux vous connaître et privilégiez toujours, en matière de santé, la prévention.
9/ Découvrez les vertus du partage et de l’échange. Moins de biens, plus de liens. Ne vous repliez pas sur vous-même, ouvrez-vous aux autres. Partagez, échangez, privilégiez l’entraide, la fraternité, l’amitié. Recréez avec vos proches des relations authentiques fondées sur la confiance et le désintéressement. Donnez toujours plus sans rien attendre en retour.
10/ Retrouvez du temps pour vous. Abandonnez tous les loisirs passifs (TV en premier lieu), tous les dévoreurs de temps, pour vous consacrer à des passions qui vous motivent vraiment. Nous en avons tous mais nous nous plaignons de ne jamais avoir le temps pour les réaliser. Travaux manuels, loisirs créatifs, jeux avec les enfants, activités artistiques, bénévolat, lecture, apprentissage d’une langue, etc. A chacun son hobby mais de grâce, ne dites plus jamais : ah, si seulement j’avais le temps…

En choisissant la simplicité volontaire, c’est vers une véritable philosophie de vie que vous vous orientez. Votre quotidien prendra très rapidement une nouvelle saveur, vous éprouverez enfin l’ivresse de vous sentir exister, de prendre en main votre vie, de la mener où vous le souhaitez plutôt que d’en subir les aléas. Bonne route !

Source et bien plus d’infos: Simplicite-volontaire.wifeo.com

 

17 commentaires

  • Chapaate

    Bonsoir Benji,
    J’ai l’impression que tu as hâte d’enterrer les sujets macabres que nous allons retrouver demain matin au petit déjeuner.
    En ce qui concerne ce sujet, nous mettons en pratique cette approche non consumériste, en partageant le savoir faire ainsi que les moyens, pour mettre en exemple une vie simple mais non minimaliste.
    Nous somme pour l’etre et non l’avoir, chose pas si facile a mettre en évidence dans ce monde ou la rolex a plus de valeur que celui qui ne la porte pas.

  • vico

    « Un édifice basé sur des siècles d’histoire ne se détruit pas avec quelques kilos d’explosifs. »
    (Pierre Kropotkine)
    « Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent. »
    (Pierre Kropotkine)

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    « Chaque découverte, chaque progrès, chaque accroissement des richesses humaines est le résultat du travail physique et intellectuel accompli dans le passé et dans le présent. Alors, de quel droit quelqu’un peut-il s’approprier la moindre parcelle de cet immense tout, et dire : ceci est à moi, pas à toi ? »

    « La misère fut la cause première des richesse. Ce fut elle qui créa le premier capitaliste. Car avant d’accumuler la « plus-value », dont on aime tant à causer, encore fallait-il qu’il y ait des misérables qui consentissent à vendre leur force de travail pour ne pas mourir de faim. C’est la misère qui a fait les riches. » P.k

  • getup

    Onzième recommandation: En cette fin d’année , bannissez les fêtes de noël et du jour de l’an.
    D’ailleurs pour la plupart êtes incroyants, alors pourquoi ces amalgames et hypocrisies de fin d’année.
    Les croyants c’est pas mieux puisque ces fêtes sont toutes païenne et tirent leurs origines de Babylone la ville antique.

    Pour plus de renseignement lire le livre assez rare vu que plus éditer: Les deux Babylones

    • fautoubenner

      C’est bien ce que voudrait le nwo , non?

      Supprimer le côté commercial à outrance ne serait pas mauvais , ce serait même souhaitable… mais supprimer le côté fête de famille et fête conviviale contribuerait à affaiblir encore plus notre tissu social.

      Nous avons besoin de racines et d’évênements positifs rassembleurs … alors , ce n’est pas le moment de tout abandonner pour nous retrouver dans un état d’errance dépressive qui serait propice au nwo .

      D’autant plus que ces fêtes sont pacifiques et ne font de mal à personne !

      • C’est vrai, on peut faire la fête avec peu de choses. La Nature, par exemple, nous offre de quoi faire des décorations, des couronnes de porte, des jolies tables.

        Je milite pour continuer à appeler Noël de son vrai nom, qu’on soit chrétien ou non, même si je sais bien qu’à cette date il y avait une autre fête. Car elle a pour moi une signification plus spirituelle que religieuse.

        En revanche, pas vraiment envie de souhaiter la nouvelle année depuis quelques années. Je n’ai plus le coeur à ça, voyant trop ce vers quoi nous nous dirigeons.

  • Graine de piaf

    Pour moi tout cela est du connu et déjà appliqué en grande partie, pour les réparations,je fais ce que je peux ou je demande à un de mes fils si c’est dans ses cordes.

    De toute façon, la simplicité volontaire sera bientôt « obligatoire » par les temps qui courent, donc, autant prendre les devants, choisir ce que l’on veut ou non, ainsi elle sera moins pénible quand elle pointera le bout de son nez, ce qui est déjà fait en partie pour beaucoup, et ce sera ainsi moins dur pour les autres…

    Au sujet des Fêtes, je reste convaincue que ce sont les traditions qui cimentent les familles, déjà tellement éparpillées et désorganisées avec les changements de partenaires à tout bout de champ ou presque.
    Les enfants ont besoin de trouver quelque part quelque chose de solide et de stable, et la famille comprenant grands-parents, oncles,tantes, cousins,cousines, pour peu que tout le monde s’entende,au moins pour un soir, est le parfait exemple de stabilité.
    j’ai eu la grande chance de faire partie d’une très grande famille, 10 tantes et 3 oncles, plus les conjoint(es), et tous les cousins, cousines… pour moi cela a été le ciment qui m’a permis d’avancer dans la vie avec une base solide.
    Il n’est pas nécessaire de se lancer dans des dépenses somptuaires, à qui fera le plus beau – et le plus cher cadeau – sans d’ailleurs tenir compte du goût de celui ou celle à qui il est destiné, d’où de nombreuses reventes après les fêtes !

    Pour moi Noël c’est sacré, non au point de vue religieux, quoi que… je pense que nous avons bien besoin de croire en quelque chose de doux, de pur, d’espérance, au moins une fois dans l’année,et qu’est-ce qui représente mieux cela que la naissance d’un nouveau-né ? mais bon passons ce sujet, c’est avant tout la fête des enfants par excellence et partant de là celle de la famille.
    Nous avons plus que jamais besoin de nous serrer les coudes tant matériellement que psychologiquement ,et dans l’amour, la tendresse, l’affection.
    La famille est la base de la société et cela il y a trop longtemps qu’on l’oublie, il suffit de voir les résultats, les tristes résultats, pour s’en convaincre…

    Maintenant le jour de l’An ? après tout on peut toujours espérer que la nouvelle année sera meilleure que celle qui vient de s’écouler, après tout l’espoir fait vivre…

    Ce n’est pas pour autant qu’il faut se saouler au champagne, manger force foie gras (au détriment de pauvres bêtes !)même si on adore cela comme moi, voire caviar (hum que c’est bon !) pour les plus riches, ou ceux qui veulent éblouir leurs invités, qui souvent n’en demandent pas tant !

    Le 31 Décembre est plutôt réservé aux amis, mieux vaut quelques uns très proches, qu’une parpadelle de soi-disant amis qui disparaissent aussitôt que vous avez quelques ennuis et besoin d’eux ! en les « oubliant » vous ferez des économies !

    • getup

      Salut à tous,

      Perso je crois plutôt que ce sont les gens, les familles qui cimentent les traditions, et pas le contraire.

      Quelques part je m’attendais à ce type de réactions et d’opinions. On pourra raconter ce que l’on veut, apparemment beaucoup de personnes n’arrivent pas à sortir des conditionnements sociaux pré-établis. Chacun trouvera toutes les excuses possible pour ne pas remettre en question des comportements dont les sentiments et émotions ont été pris en otage par la bien-pensance.

      Je ne soulèverais donc pas toutes les contradictions des arguments énoncés qui pour moi sont tous fallacieux tout comme beaucoup de traditions chatoyantes qui sont de douces prisons ayant la particularité de plaire à pas mal de monde.
      Je dirais tout simplement que les fêtes ne sont pas un parfait exemple de stabilité mais surtout d’une très grande hypocrisie générale. Si les gens s’aimaient vraiment d’une affection sincère ils n’auraient pas besoin que l’ont établissent pour eux des fêtes pour se rassembler. Cela coulerais de source pour eux comme de se côtoyer régulièrement.

      La famille est sans doute la base de la société mais faudrait-il encore savoir ce qu’est la famille qui de toute évidence est aujourd’hui construite autour de ce qui la détruit. Les mots n’ont plus la même essence qu’ils portaient en un temps ou le mensonges n’était pas le contenant du contenu.

      • Graine de piaf

        tu oublies une chose c’est que les familles sont souvent dispersées un peu partout en France, et que justement, Noël permet un rapprochement à cette occasion. Beaucoup ne peuvent pas voyager constamment pour retrouver tous les membres de leur famille en même temps.
        Se côtoyer régulièrement c’est bon pour ceux qui habitent près les uns des autres, mais il n’y en a plus beaucoup dans ce cas-là.

      • fautoubenner

        0getup
        Ta première phrase est intéressante ,on peut se poser la question du « pourquoi » nos dirigeants s’acharnent depuis des années à vouloir  » décimenter  » ce que font les gens et les familles.

        Actuellement « la bien pensance d’état  » va plutôt dans le sens de ce que tu dis ,cela fait des années qu’ils y travaillent ,le résultat n’est pas glop!

        On ne peut pas faire évoluer une civilisation en détruisant ses fondations .

        Je ne saisis pas bien ce que tu veux dire par  » la famille est aujourd’hui construite autour de ce qui la détruit « … c’est quoi qui la détruit ?

      • getup

        tradition, précepte/concept en conserve …

        L’assiette du pauvre…je me mare! Les beaux sentiment sont là mais les faits ou sont-il? C’est surtout l’assiette qui restera vide et qui donnera bonne conscience.

        Un rassemblement autour d’une hypocrisies sociales ou les mensonges fusent autant que les cadeaux ne me paraît pas être un berceau familiale bien sain.

        De plus à l’origine ces fêtes n’ont rien de familiale, elles sont religieuses et mystiques. Institué et construite autour d’un mensonge et adapter par les gens au progrès d’une société décadente qui n’en retire que des plaisirs de beuverie et gloutonnerie.

        Pour moi cela découle d’une mentalité limité que de penser que ces fêtes sont un bon ciment familiale. Si effectivement certain membres d’une famille n’ont que cela pour se retrouver une fois dans l’année, et bien c’est bien malheureux mais cela démontre aussi parfois à quoi certain sont prêt pour conserver ce mode de vie aberrant; la famille est sacrifié pour s’afférer à participer à la vie du système qui se fou royalement des individus sauf pour les presser comme des citrons.

        Je sais que cela peut paraître extrémiste et pourtant je comprend vos positions mais je ne ne peux l’accepter pour moi dans l’absolu. C’est à chacun de faire sont chemin personnel.

        @ Graine de piaf

        Y a pas de petit bébé née le 25 déc qui est la date de la fête de renaissance du soleil et que l’église à choisi parce que populaire à l’époque parmi ses croyants composé aussi de païens qu’il fallait aussi contenter. Petit à petit cela à été oublié et seul la fête de la pseudo naissance de Jésus est resté, le canular continue…

        Je n’oublie rien, ce que tu dis sur les possibilités de déplacement d’une famille dispersé, je suis aussi bien au courant de ce fait qui pour la plupart des cas est l’apanage d’une société qui a organisé sa vie autour de son esclavage en sacrifiant son véritable bien être, il faut pas se mentir.

        Personnellement je crois que d’avoir été pris si longtemps en otage des mensonges et manipulation en tout genre que cela à développé chez pas mal de personne le syndrome de Stockholm .http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • Natacha Natacha

    J’ai tout bon, même si j’aime encore le chocolat ( le vrai noir de noir et bio de chez bio ) ? ;)
    Je partage Petit oiseau, Noël est occasion de rassembler famille et amis, d’échanger des moments de douceur et de tendresse qui rendront les enfants et les plus grands forts d’amour et de confiance pour les temps difficiles. Et puis, toujours garder une place, un couvert pour la rencontre « du hasard ». :)

    • Graine de piaf

      Comme on le faisait dans le temps dans toutes les chaumières : le couvert mis d’avance pour partager le repas avec celui qui sera de passage et auquel on ouvrira la porte en grand. le temps du partage est-il vraiment fini ? les cœurs sont-ils devenus secs comme de vieux ceps ? ou vont-ils reverdir bientôt et donner des fleurs ? à nous de jouer !

      • Natacha Natacha

        J’y crois et y croirai jusqu’au dernier souffle de cette expérience terrestre. :-)

      • Bonsoir mesdames :)

        Chez-nous aussi on conserve les traditions d’antan. C’est important selon-moi, c’est ce que je transmettrai si un jour j’ai enfin un enfant…Chez-nous la porte reste toujours ouverte, et il y a toujours de quoi faire une bouffe improvisée, boire un coup et de quoi se distraire, musiques, film, jeux de sociétés, ou tout simplement discuter autours d’un bon verre. Se sont les choses simple de la vie, et les meilleurs…

        Le partage aussi est de vigueur on a la chance d’avoir une vie confortable, et se n’est pas pour devenir d’ignobles égocentriques rapiats…mes compétences aussi je les mets aux services de tous et bien souvent gratuit. Cela me permet tellement couler de bon sens de vivre ainsi que j’ai souvent du mal de voir comment le monde devient. Comment peut-on être épanouis de vivre autrement et de façon intéressée sans cesse ?

        Passez tous une belles et douce soirée messieurs dames bizou bizou ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

        Akasha.

      • Graine de piaf

        Akasha, ne te presse surtout pas d’avoir un enfant ! la vie telle qu’elle va se dérouler dans les années à venir, n’est pas faite pour cela, tu es jeune, attends donc des jours meilleurs afin d’assurer à ce futur être tout ce qu’il y a de meilleur. Les aînés de mes petits-enfants répriment justement ce désir, ne se sentant pas le droit de mettre un enfant au monde dans un contexte aussi désastreux.

        Mon fils cadet et ma belle-fille vivent aussi comme vous, la porte toujours ouverte, à la différence près qu’ils n’ont pas de travail, pas d’allocations d’aucune sorte et qu’ils se débrouillent avec de petits travaux ici ou là, mais on est sûr de trouver chez eux, amitié, réconfort, et hospitalité dans la mesure de leurs moyens.Leur cœur est généreux.

      • @ Graine de piaf

        La richesse du cœur est la plus belle des richesses et la plus importante, je dirai même la seule qui vaille la peine. Et c’est de cella-là que l’humanité a tant besoin.

        Je ne suis plus si jeune que ça ;) Mais tu as sans doute raison, beaucoup me disent comme toi, si ça se trouve c’est le destin qui fait que, à chaque fois ça foire pour moi…

        Akasha.

  • Je pratique aussi cette simplicité volontaire, même en fréquentant les hypermarchés. C’est une habitude que de savoir prendre ce qui nous est nécessaire, mais il faut aussi penser à engranger pour les temps qui viennent. Rarement de l’inutile, pour ne pas dire jamais. Je regarde, puis je me dis: ça j’ai déjà, ça j’en ai assez… et je passe à autre chose.

    Comme la pub dans la boite aux lettres: je la regarde, puis je l’oublie. Ce sont des arbres, d’accord, mais le gars qui la distribue est content d’avoir un petit boulot.

    Le petit magasin local est très cher et je n’y trouve pas mes produits habituels, souvent bios.

    Une bonne soupe de légumes, faite maison, pour ce soir ! Vraiment pas compliqué !