60 000 antilopes mort en 4 jours au mois de Juin au Kazakhstan

Les hécatombes d’animaux se multiplient, le rythme en est même soutenu, même si les médias n’en font plus les gros titre, il ne faudrait ni inquiéter les gens, ni qu’ils se posent des questions dont les réponses peuvent déranger… Celle présentée ici est une hécatombe d’antilopes au  Kazakhstan, 60 000 en seulement 4 jours, une catastrophe dans un silence assourdissant.

Saigas_Chyornye_Zemli

60.000 antilopes ont été retrouvées mortes au mois de juin au Kazakhstan. Un véritable mystère pour les chercheurs qui tentent de trouver des explications.

60.000 antilopes saïga avaient été retrouvées mortes en juin dernier au Kazakhstan. Il n’avait pas fallu plus de quatre jours pour que ces animaux périssent. Un véritable mystère pour les scientifiques qui étaient restés sans réponse devant cette découverte, rapportée par le site d’information Live Science.

Les antilopes saïga, de la taille d’un chien, font partie des espèces en danger et sont classées comme tel par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Elles vivent principalement dans les steppes du Kazakhstan et sont présentes dans une moindre mesure en Russie et en Mongolie. En 2014, on dénombrait 257.000 antilopes dans le monde, contre un million en 1993.

« L’étendue de cette mortalité, et sa rapidité (…) cela n’a pas été observé pour d’autres espèces », a indiqué à Live Science Steffen Zuther, chercheur en géo-écologie. « C’est du jamais vu », a-t-il ajouté.

L’explication tient peut-être à la présence de certaines bactéries. Selon Live News, les bactéries de type Pasteurella et Clostridium auraient causé des saignements dans les organes des antilopes. Mais la Pasteurella est sans danger, sauf si le système immunitaire de l’animal est affaibli.

Les bactéries ont clairement joué un rôle dans la mort des saïgas, estime Steffen Zuther, cité par Live Science. Mais savoir comment ces microbes normalement inoffensifs peuvent avoir causé ce phénomène est toujours un mystère.

Article complet sur Itélé

Cet article, c’est ce qui a été publié par Itélé hier, mais internet étant une mémoire vivante et impérissable, il est aisé de (re-)trouver d’autres informations intéressantes sur le sujet, notamment grâce à un article du 02 Juin qui parlait d’une hécatombe survenue en Mai, avec au bas mot non pas 60 000 victimes mais 120 000 bêtes qui auraient péri, soit le double!

Antelopes

Il a une drôle de tête, avec un museau en forme de trompe. Et deux cornes qui font son malheur : le saïga est une antilope vivant principalement dans les immenses steppes du Kazakhstan. Déjà très menacée par un braconnage intense depuis deux décennies – la corne de saïga entre dans la composition de dizaines de remèdes traditionnels chinois – l’espèce vient de subir un nouveau coup. Au mois de mai, la moitié du cheptel de cette espèce en voie de disparition, soit plus de 120 000 bêtes, a succombé à une maladie encore non identifiée. Pollution, pluies intenses, bactéries, ou même effets de la chute d’une fusée : les causes envisagées sont nombreuses.

Le saïga, un herbivore survivant des périodes glaciaires, représenté sur des gravures rupestres européennes et asiatiques, est coutumier des tragédies. On estime que pendant l’hiver 1971-1972, 400 000 animaux sont morts de faim, puis 100 000 quatre ans après. Les mâles, affaiblis par le rut, sont particulièrement touchés par les incidents climatiques, courants dans une région où l’amplitude de température peut atteindre 100°C entre l’hiver et l’été. Des épizooties déciment régulièrement les troupeaux : durant le seul mois de mai 1988, 270 000 bêtes sont mortes de maladie. Les attaques de loups font aussi d’importants ravages, bien que les saïgas soient de forts bons coureurs, capables de pointes à 100 km/h.

Armes automatiques et motos

L’espèce, qui a vu son aire de vie réduite au cours des millénaires jusqu’à vivre presque exclusivement dans les steppes du Kazakhstan, se régénère très vite, les femelles étant capables de mettre bas dès leur première année, en général de jumeaux, et ce jusqu’à l’âge de 10 ans.

Article en intégralité: Liberation.fr

Au final, il est difficile d’avoir une information précise, les articles se contredisant les uns les autres, et avoir une véritable information est difficile, même en reliant les points, les faits, et les différentes sources. Combien de saïgas disparues exactement? Selon le site d’information Svoboda.org, cela serait en fait 127 bêtes décédées. Difficile de le savoir, une chose de sûre, c’est que cela fait une hécatombe de plus dans la très très longue liste d’hécatombes de masse d’animaux pour l’année 2015, et cela sans que cela n’intéresse grand monde…

8 commentaires