10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution

Vous vous rendez compte que cet article a déjà 12 ans!!! 12 ans et qu’est-ce qui a changé hormis le nombre de personnes informées? Bien sûr, nous sommes encore trop peu, tragiquement peu, pas de quoi faire de vagues, et pourtant, il y a tant de raisons de faire la révolution, encore plus de raisons qu’il y a 12 ans…

revolution_wallpaper

Les causes de la Révolution de 1789 sont à nouveau réunies: injustices criantes et accaparement du pouvoir par une caste de privilégiés. Voici donc 10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution…

1  La hausse des prix de 100% – La misère en travaillant

Depuis le passage à l’Euro, les prix des produits de base ont doublé, au bénéfice des entreprises de la grande distribution. Mais officiellement, l’inflation pendant cette période n’a été que de 2% par an.Alors que les prix augmentent, les salaires n’ont pas augmenté depuis 20 ans, et les salariés ne bénéficient jamais de la « croissance » ni des fantastiques profits réalisées par les entreprises.

Aujourd’hui, le salaire d’une majorité de salariés est à peine suffisant pour assurer la survie quotidienne. Autrefois, les seuls pauvres étaient des chômeurs. Avec le « nouvel ordre économique », il est devenu normal d’être pauvre en travaillant.

 

2  Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d’entreprises

L’écart entre les salaires est devenu astronomique. Par ailleurs, lorsqu’un salarié commet la moindre faute, il est licencié sans pitié. Le plus souvent, il est même licencié sans avoir commis de faute.

Dans le même temps, les dirigeants qui ont ruiné leur entreprise conservent leur poste en bénéficiant même d’une augmentation de salaire de 20 ou 30% par an (parfois davantage), ou bien ils reçoivent des millions d’euros d’indemnités de départ (comme Michel Bon à France Telecom, ou Jean-Marie Messier à Vivendi Universal, parti avec 20 millions d’euros, soit 27.600 fois les indemnités de chômage du salarié de base).

En 2002, le salaire moyen des PDG des grandes entreprises françaises était de 2.070.000 euros par an. Pour gagner la même somme, un salarié de base devrait travailler pendant 172 ans. (*)

(*) entreprises du CAC 40, l’indice boursier des 40 plus grandes entreprises françaises
Pour la liste complète des salaires des patrons du CAC 40, voir l’article sur le « capitalisme vampire »

 

3  Deux poids et deux mesures pour la justice

Selon la constitution et la déclaration des droits de l’homme de 1789, la justice est la même pour tous. La réalité est devenue bien différente.

Alors qu’on accorde toujours plus de liberté aux entreprises, le citoyen ordinaire est soumis à une répression policière de plus en plus oppressante, et à des réglementations de plus en plus contraignantes. A la moindre faute de sa part, les sanctions sont impitoyables.

Récemment, un automobiliste a été condamné à 2 ans de prison ferme pour un excès de vitesse qui n’a pas causé d’accident. Une mère de famille peut être condamnée à 4 mois de prison ferme si ses enfants ne sont pas allés à l’école. Et José Bové a été condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir arraché des plants de maïs transgéniques dans un champs.

Dans le même temps, et dans des affaires qui ont causé des préjudices beaucoup plus graves, les élites politiques et économiques bénéficient d’une impunité systématique. Ainsi, Jean-Claude Trichet (ancien président de la Banque de France et membre du Groupe de Bilderberg) a été « totalement blanchi » à propos des malversations financières du Crédit Lyonnais. De même, Roland Dumas a échappé à une condamnation dans l’affaire d’Elf-Aquitaine, des frégates de Taiwan et de leurs commissions occultes. Et dans l’affaire du « sang contaminé », le ministre de la santé Edmond Hervé a été condamné à quelques mois de prison ferme, mais a été « dispensé de peine » par le tribunal. Etc, etc…

 

4  Le décalage entre les impôts élevés et l’inefficience croissante des services de l’état

Malgré la médiocrité des services publics, les impôts demeurent à des niveaux très élevés. En additionnant l’impôt sur le revenu, les impôts locaux, l’impôt foncier, la TVA et les taxes sur l’essence, les prélèvements de l’état représentent plus de la moitié du revenu d’un salarié moyen.

Dans le même temps, la qualité de l’éducation se dégrade faute de professeurs en nombre suffisant, faute de locaux adaptés, et faute d’un matériel pédagogique moderne (ordinateurs, magnétoscopes, etc.).

Pire encore est le délabrement des services de santé. Dans les hôpitaux, il devient habituel que des blessés attendent pendant 24 heures sur un brancard dans les couloirs, faute de chambres et de personnel médical. Les opérations sont réalisées « à la chaîne » et les erreurs médicales se multiplient. A cause du manque d’hygiène dans les hôpitaux, les malades ont 1 chance sur 4 d’être contaminés par des maladies nosocomiales mortelles ou fortement invalidantes, causées par des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques et qui abondent en milieu hospitalier (à cause de l’emploi abusif des antibiotiques par les médecins).

 

5  Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation

Les gouvernements organisent le sabotage des services publics dont l’inefficience est ensuite utilisée comme prétexte pour justifier leur privatisation.

Voici ce que l’on peut lire à propos de l’éducation publique dans un document de l’OCDE, l’organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI:

« Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.
Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population. »  (extrait du « Cahier de politique économique » n°13 de l’OCDE)

 

6  La corruption à tous les niveaux de l’Etat

Le décalage entre les impôts élevés et la médiocrité des services de l’état est causé principalement par la corruption, présente à tous les niveaux de l’administration: commune, département, région, état.

Une autre cause de ce décalage est le train de vie somptuaire des ministres et des hauts fonctionnaires: luxueux appartements et voitures de fonction, déplacements en avion et en hélicoptère, voyages à l’étranger, nombreuses escortes de motards, gardes républicains mobilisés pour un protocole pompeux, repas avec les mets les plus raffinés, cocktails et réceptions dont le coût atteint couramment 100.000 euros pour une soirée… Tout ceci est une autre façon de détourner l’argent du contribuable.

 

7  Les subventions abusives distribuées par l’Etat aux entreprises

Si l’état manque d’argent pour l’éducation, la santé ou les retraites, c’est aussi à cause des subventions abusives versées à des grandes entreprises, sous prétexte qu’elles vont créer des emplois, et quelquefois sans prétexte du tout. Puis une fois les subventions empochées, l’entreprise délocalise ses usines dans un pays où la main d’oeuvre est encore moins chère, ou la fiscalité plus avantageuse.

 

8  La collusion entre les gouvernements et les multinationales »

Les gouvernements sont avant tout au service des multinationales et non de l’intérêt général. C’est à cause de cette collusion que le libéralisme est appliqué depuis 30 ans par les gouvernements de droite comme de gauche, malgré ses effets désastreux qui ne font que s’amplifier (misère croissante, envolée des prix, précarité généralisée, privatisation des biens publics, destruction de l’environnement, tiers-mondisation des pays occidentaux…).
De même, les seuils autorisés pour la pollution, les mises sur le marché des médicaments, ou encore les normes pour les produits alimentaires correspondent aux souhaits des industriels et non aux nécessités de la santé publique.

Il est temps d’exiger la « séparation de l’entreprise et de l’état », afin que les gouvernements soient à nouveau au service des citoyens, de leurs aspirations et de leur droit au bonheur.

 

9  Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenu

Depuis 10 ans, le pouvoir réel a été transféré progressivement et discrètement vers des organisations non-élues (OMC, FMI, OCDE, Commission Européenne…). Les accords multilatéraux (AMI, AGCS…) élaborés dans le secret et l’opacité par ces mêmes organisations ont vidé la démocratie de son contenu. Ces accords réduisent en effet considérablement le pouvoir et le droit des états à jouer leur rôle de régulation dans le domaine économique, social, et environnemental.

 

10  Le saccage de l’environnement par les entreprises, en toute impunité

Par la pollution, le CO2, la déforestation, la destruction des paysages sauvages et de la biodiversité, les « prédateurs » saccagent la nature en toute impunité. L’homme et l’environnement sont sacrifiés aux intérêts économiques des multinationales, et un avenir bien sombre se dessine pour les générations futures. Le point de non-retour écologique est sur le point d’être franchi. Pour les citoyens de cette planète, c’est maintenant qu’il faut agir.


« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Article 35 de la constitution française de l’An 1 (24 juin 1793)
© syti.net, 2003

Source: Syti.net

 

32 commentaires

  • Jujusmart

    Avant, quand les notables avaient peur des gueux, les révolutions « physiques », ou l’on cassait tout fonctionnaient.
    Maintenant, à quoi tiennent véritablement les néo notables qui nous gouvernent ? Où sont leurs richesses à protéger ? Ils peuvent à tout moment « s’envoler » dans la nature, ils nous craignent mais ont déjà tout mis en place pour être intouchables physiquement.
    Donc, la révolution doit être différente aussi ! Si on fait pareil qu’avant, on va rentrer chez soi bredouille car rien ne changera ! On ne fait pas infléchir un gouvernement qui n’en n’est plus un ! Nous avons devant nous des clones décideurs, les vrais décideurs, on y a pas accès.

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Donc on peut considérer que ce gouvernement qui n’en est pas un n’a aucune légitimité, et de ce fait ne plus accéder à la moindre de ses demandes en optant pour la désobéissance civile est légitime ?

      Vous entendez les copains ?

      Demain matin on arrête de payer impôts, taxes, tva, péages et redevances en tout genre à destination de l’état.
      Demain matin on vide tous nos comptes en banque (même si le PQ n’a pas de valeur) ça peut toujours servir.
      Demain matin nous bloquons les routes et frontières du pays jusqu’à ce que les rats quittent le navire France.
      Jusqu’à présent ils ont réussi à nous presser comme des citrons, demain matin nous les mettons sur la paille.

      Oui je sais, ce n’est qu’un rêve, le mouton est trop con …

      M.G.

      • voltigeur voltigeur

        Chiche ou pois chiche? :)

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        C’est tentant. Faudrait juste trouver le bon moment en embrayant sur une colère, comme celle des paysans par exemple …

        M.G.

      • Et pourtant ne plus rien donner à ce système et créer autre chose aurait bien le plus d’effets que de simplement manifester dans la rue, il faut cesser d’avoir peur de perdre, c est ce qui empêche aussi chacun (e) de nous de réagir, alors que justement nous perdons encore plus en restant là à attendre que les choses changent, que les autres fassent. La colère effectivement nous la ressentons mais elle peut justement nous faire créer autre chose sans détruire ce que nous avons encore.

  • fliouguer

    On est tous très mécontents de quelque chose, on l’a dit tout au long de l’année et on ne se joint pas avec les agriculteurs. Martin Niemöller doit se retourner dans sa tombe. Ça ne durera pas mais ce qui provoquera le changement nous coutera très cher, à ce que l’on dit :

    « Le Réveil de la France Paysanne
    Maintenant que tout le monde sait, sans bouger, il faudra assumer.
    Tout est fait pour que le Peuple se rebelle. Nous attendons qu’il descende dans la rue et s’unisse. » Clefsdufutur-19/07/2015
    « Les dépenses militaires pour des armes de plus en plus destructrices atteignent des plafonds démentiels au détriment de la vie du Pays, des Pays.
    Le frein ce sera l’entrée dans une période très difficile où beaucoup mourront.
    Le Réveil de la France. Il est en route et ce sont les Paysans qui se révoltent. C’est Juste retour de leur condition de vie.
    Mais ce n’est pas suffisant. Le Peuple doit comprendre l’acte des Paysans comme étant le sien à part entière. Tant que chacun décide par lui-même ses revendications, il n’y aura pas d’avancée. C’est une question d’heure. » Clefsdufutur-20.07.2015

  • SURICATE

    IL n’existe pas une décharge à ordures assez grande en FRANCE pour y déposer tous les Enarques qui pilotent aux commandes du Pays.

    Y-a-t-il UN PILOTE dans l’AVION France ?

    Si oui il est du genre de celui qui a délibéremment jeté l’ Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes !

    Cause majeure appelant à la Révolution ? REJETER L’EURO & l’U.E.

    Ensuite prévoir de sortir de l’OTAN, l’ONU, le FMI, tout ce qui nous rattache à la pieuvre verte AMERICAINE !

  • Jujusmart

    Petite réflexion : Pour qu’une révolution « prenne comme la mayonnaise », il faut une cause commune.
    Commune contre quelque chose mais davantage commune pour quelque chose.
    La solidarité nait du fait qu’ensemble on se dirige du contre vers un « pour » commun.
    Or, ici, on est « contre » mais quid du « pour » ?
    Quel ingrédient manque à la sauce ? Une fois qu’on aura « vaincu » si tout va bien « l’ennemi », et après ? On ne pense même pas l’avenir. Redevenir « comme avant », c’est impossible, la vie va de l’avant jamais en arrière. Donc, ma question : qu’est-ce qui nous rassemble pour un avenir commun qui nous motiverait à nous battre ensemble « CONTRE » ?

    • Le veilleur

      Hélas je crois qu’on en ait pas encore là, tant que les citoyens auront encore à manger !

      Les politiques ont retenu la leçon, surtout pas nous laisser avec le ventre vide, par contre tout le reste doit être réquisitionné, tes économies ? tu n’en a pas besoin ! t’a une maison ? alors c’est que tu es riche et que tu peux payer les impôts ! t’a une voiture ? tu peux payer l’essence et l’assurance alors tu peux payer les amendes !

      Petit à petit on nous appauvrir mais on nous laisse 400 euros pour manger c’est amplement suffisant, tu comprends, ils sont gourmands en haut lieux, ils veulent tout et sont insatiables mais ils savent qu’avec 400 euros par mois on ne fera pas encore la révolution.

    • Grognard

      @ Jujusmart

      « Quel ingrédient manque à la sauce ? »

      Bonne question.
      Je pense qu’il faut commencer par se compter.

      De ce point de vue l’initiative du bouton rouge était une très bonne initiative.
      Ce serait intéressant de voir s’il est possible de l’élargir au-delà des ME.

      Si l’on regarde l’histoire on verra que le mouvement révolutionnaire était hétérogéne.
      Partant de là pourquoi ne pas essayer de créer un signe de reconnaissance plus large que pour les seuls membres des ME?
      Comme par exemple un pins ou un badge comme le bonnet phrygien?

      Ne pas se sentir isolé c’est bien.
      Créer des réseaux aux compétences multiples c’est encore mieux.

      • WOUAHAHAHAHAHA !!!

        Trops marrants les commentaires, et tellement révélateurs de certaines individualités…

        Bon, je ne parle pas pour vous trois (Juju, LV, Grognard), mais pour d’autres commentateurs qui se reconnaîtront.

        En attendant, tu as presque raison Juju, hormis sur ta touche finale.

        Il ne s’agit pas d’être CONTRE, mais de trouver le thème qui permettra de motiver une majorité de Citoyennes et Citoyens : POUR !!!

        Sachant, qu’il y a certains facteurs dont nous devons tenir compte.

        Primo, ainsi qu’il est évoqué, les individus désireux de voir changer les choses (et ils sont la majorité) sont dispersés, ne se connaissent pas, ne s’organisent pas, n’échangent pas, et n’ont encore, ainsi que dit juste avant une cause, ou un idéal commun.

        Deuxio, nous avons en face de nous, une oligarchie ayant sous sa coupe les merdias institutionnels, en collusion avec les Banksters, et qui assurent la Paix sociale, en fournis habilement un minima vital aux sans-dents, avec le RSA, la CMU, et la distraction avec la télé, les peoples, le Tour de France, ou autres « événements sportifs » (JO, championnats du monde foot-rugby, tennis,…)

        Du pain et des jeux…

        Tertio, les actifs qui financent le fonctionnement du système sont convaincus pour l’instant qu’ils ont plus à perdre qu’à gagner à un changement de paradigme, d’autant plus qu’ils ignorent qu’il puisse en exister UN.

        Quatro, une très grande majorité des potentiels activistes d’une telle révolution sont conscient qu’une révolution violente d’une minorité d’avant-garde est d’avance vouée à l’échec, et ne mettra en place qu’une dictature répressive en réaction.

        Vous connaissez ma solution, et je suis pas le seul à la promouvoir, ni à l’organiser.

        En fait, nous sommes de plus en plus nombreux, même si personne, ou bien peu n’en parle.

        C’est la mise en place d’une Grève Générale pour la Convocation d’une Assemblée Constituante issue d’un Tirage au Sort sur les listes électorales, et ayant pour mission d’en intégrer le principe dans notre Constitution.

        Nous avançons ! et nous continuerons jusqu’à la mise en place de la véritable Première démocratie républicaine dans notre pays.

      • hommesdupeuple

        Bonjour aux anciens de Marcel Pagnol!

  • Montet

    Dac pour la révolution.
    Mais pas tout de suite, je suis en vacances. Et quand je reviens ce sont les voisins qui partent.

    Alors nous allons attendre septembre
    Ah zut c’est la rentrée. Les gosses à l’école, le troisième tiers, les dossiers qui se sont accumulés ; plus d’sous cause trop profité des vacances…

    On va attendre octobre
    Ah oui mais non, ya les vacances d’automne. Septembre m’aura épuisé ; fô pas dec quand même.

    En novembre alors
    Ah oui meêê non ; Ya les impôts fonciers, locaux etc qui vont tomber. Et puis il commence à cailler un peu quand même ; et il fait nuit tôt.

    En décembre ; promis
    AH non ça va pas être possible. C’est bientôt Noël ; les cadeaux, le ski ou la Tunisie… ou la Guadeloupe soyons fous…
    En janvier ; craché-juré
    Heu non pas en janvier. Pludsous ma pôv’ dame ; tout dépensé en décembre. Va falloir se refaire un peu. Et puis on sles gèle.

    En février ; sûr…
    Heu ya pas des impôts dans le coin ? Et puis février ça caille aussi et c’est trop court.

    OK pour Mars
    Ah non début mars je suis en vacances d’hiver ; je suis dans la dernière zone padbol. Et comme je suis allé à la Guadeloupe en décembre ; je veux ma semaine de ski.

    On se retrouve en avril
    Pff pas une minute à moi. Fô boucler les dossiers avant le bilan, et puis les vacances arrivent ; il fô s’organiser. Et ya les gosses, leurs exams qui approchent ; les écoles l’année prochaine ; fô y penser dès maintenant… trop compliqué.

    Mais ça va le faire pour mai
    Ah jpeux pas. Le mariage de Martine, le baptême de Jonathan, celui de Noémie, la Bar Mitsvah de Nataniel ; et puis ya pas beaucoup de jours fériés cette année. Ça tombe tout le temps un samedi. Alors fô profiter et je prends mon viaduc pour l’ascension. Et c’est le début des beaux jours. Fô profiter de la vie aussi.

    En juin. Ca marche
    Euh mince ; ya la coup’ d’Europe de fou…tball. J’peux pas, c’est trop pour moi ; nan vraiment. Et en plus c’est en France. On va pas faire le foin alors que tout le monde nous regarde.

    En juill… Saperlipopette ! Je suis en vacances…

    On va la faire cette f… révolution Juré ! On prend date ; ça sera du quarante douze maarvril au cinquante treize septobre.

    NO PASARAN !!!

  • JEAN PN

    11 ème Raison pour faire la Révolution …
    Nos gouvernants acceptent que dès la nuit tombée les français soient obligés de rentrer chez eux pour ne pas se faire agresser par des étrangers !

  • du pur gauchisme ! lol
    méchants les plus riches ! méchants ! vilains pas beaux …

    allez y, on l’attends toujours votre révolution de bobos nantis qui font semblant de s’intéresser aux défavorisés …

    un smicard français fait partie, en salaire (et en niveau de vie) des 5% les plus riches de la planète.

    allez-y, faîtes tout péter paske c’est tropinjust’ ! ouéééé

    • rurbain

      Bonjour Yoananda,

      Il faut quand même reconnaître que les élites sont souvent d’un grand cynisme. Apres il y a à mon avis autant de pourri parmi les puissants que de pourri parmi les sans dents :(, ils ont cependant un plus grand pouvoir de nuisance.

      J’ai bien aimé ta remarque « un smicard français fait partie, en salaire (et en niveau de vie) des 5% les plus riches de la planète. » Il faut reconnaître que si l’on voulait vraiment plus d’égalité entre les Hommes, les occidentaux que nous sommes devrions abandonner une partie de nos biens.

      Tien d’ailleurs si on accepte l’idée que pour faire tomber les puissants/les riches ils faut une bonne révolution alors il faut accepter l’idée que le tiers mondes fassent aussi une révolution contre nous, car selon leur point de vue nous sommes les puissants et les riches.

      • AHAHAHA !!!

        Avec des si…

        Alors, oui, nous sommes un pays riche.

        Dont la richesse est spoliée par une minorité.

        Et il en est de même sur l’ensemble de cette planète.

        Car n’oubliez pas que les prétendus pays pauvres, où les populations sont dans la pire des misères, ont des « élites » qui les gouvernent qui vivent dans une opulence de millionnaires, pour ne pas dire milliardaires.

        Tant l’Arabie Saoudite, que le Nigeria, n’en sont que des illustrations pour l’exemple.

        1 % d’individus de la planète confisque plus de 50 % de la richesse créée par l’ensemble des activités humaines et robotiques de cette planète.

        Alors venir chercher encore une fois à culpabiliser de vivre dans un pays ou le vin, le lait, et le miel coulent à flots…

        Edit : concernant le vin, le lait, et le miel, le sujet n’est pas de se lancer sur une polémique autour des alcools, des quotas et du prix du lait, ni de la disparition des abeilles…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      • rurbain

        « Alors venir chercher encore une fois à culpabiliser de vivre dans un pays ou le vin, le lait, et le miel coulent à flot »; je ne cherche à culpabiliser personne.

        Sinon ce que tu dis est vrai, mais est-ce que la population des pays pauvres pense comme ça ? est-ce qu’elle ne nous voit pas comme des dominateurs ?

      • Bonsoir Rurbain,

        Tu poses une excellente question.

        Vu que nous même, nous pratiquons à tour de bras les raccourcis entretenus par les merdias, ils me semble évident, que les individus des autres pays en font tout autant.

        Exemple simple : nous parlons de l’Allemagne, ou de la Grèce (j’ai même entendu « Athènes ») au lieu de parler du gouvernement de l’Allemagne, ou du gouvernement de la Grèce.
        (Je n’ose évoquer la confusion entretenue autour d’Israël, de la nation, de la religion, et de son gouvernement fasciste impérialiste d’extrême-droite), et qui n’ont rien à voir avec les individus qui composent ces diverses nations.

        Il est vrai que ma remarque s’adressait en premier à Yonanda, mais que tu emploies le terme de révolution en parlant des pays du Tiers-Monde contre nous occidentaux ne me semble pas adéquat.

        En l’occurrence, il s’agirait d’une guerre contre l’impérialisme occidental de nos gouvernements.

        Qu’ils fassent d’abord une révolution chez eux pour virer les « profitateurs » qui les exploitent, et nous montrent ainsi l’exemple…

        Je souhaite que la population française soit les premiers à instaurer une véritable démocratie sur cette planète, mais si la population d’un autre état nous devance, j’applaudirais des deux mains, et les soutiendrait comme je pourrai.

        Quel sera le pays, où les individus deviendront en premier un collectif de Citoyennes et Citoyens, je l’ignore.

        Je l’ambitionne pour la France, car nous bénéficions d’une image dans le monde qui est encore globalement positive, et pourrait être un exemple et un modèle incitatif puissant pour les autres populations de cette planète.

        « J’ai fait un rêve… »

  • clipart

    Je pense qu’il serait intéressant de regarder cette vidéo de Johan Livernette pour comprendre la révolution, une autre façon de penser la révolution et la contre révolution

    https://

    http://www.youtube.com/watch?v=INpstCJcfxk

  • Une révolution ? Pour quoi faire ? Remplacer des ordures par des abrutis ? Pas sur qu’on gagnerait au change…

  • Bastille (la), Célèbre forteresse construite à Paris, à la porte Saint-Antoine, entre 1370 et 1382.
    Ce fut d’abord une citadelle d’où les militaires aimaient s’entretuer, mais c’est en tant que prison d’Etat qu’elle commença à connaître une notoriété que lui envient, aujourd’hui encore, bien des maisons d’arrêt pourtant cotées au hit-parade des QHS.

    Le plus célèbre prisonnier de la Bastille fut évidemment Voltaire. Le moins célèbre fut Jean-Paul Petit-Boudu : moi-même, je ne sais pas qui c’est. C’est vous dire.

    Rappelons que la Bastille était quasiment vide lorsqu’une brassée d’excités la prit vaillamment d’assaut un jour d’été 1789.
    C’était la révolution des bourgeois.

    Ils sont toujours au pouvoir. (Pierre Desproges)
    …………………………………………………………………..
    Peut être serait il enfin temps pour le peuple de France de faire sa vraie révolution !?

    Mais peut être nous manque t-il, pour l’heure encore, un homme providentiel, un héros désintéressé, Un gars que « l’axe du bien » n’effraiera pas…

    Pour le coup, ce n’est pas gagné !

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    la revolution c’est pas ce chemin qui nous ramène irrémédiablement à notre point de départ ?

  • Grand marabout Grand marabout

    pour la révolution…
    faudra attendre une
    appli sur smart phone
    désolé..

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Ou comment résumer en quelques mots la pauvreté intellectuelle ambiante … http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      M.G.

      • Grand marabout Grand marabout

        eh oui MG,la docilité et la servilité
        sont bien installées dans ce monde

        je me répète un peu,mais les chaines sont sur une télécommande
        de nos jours,pour faire court..

  • confucius

    Bonjour,

    Comme pour 1789, il faudra attendre qu’un groupe puissant se sente en danger pour qu’il y ai une révolution.
    Le mode opératoire de 1789, pour la bourgeoisie était de recruter dans les tavernes des ivrognes, pour le prix d’une barrique de mauvais vin, pour qu’ils aillent foutre le bordel et se faire casser la gueule.
    Même mode opératoire au XXI siècle, que dans les révolutions de couleur, de printemps et j’en passe.
    Faut pas rêver quand même !
    Révolution populaire connait pas, mais un groupe puissant marginalisé qui veut sa revanche et renverser le pouvoir en place, oui !

  • Carabibine

    Pour une révolution à mon avis il faut que le peuple meurt de faim.
    Malheureusement le système est fait de sorte a ce que t’ai juste suffisamment d’argent pour (sur)vivre et juste assez pour n’avoir comme hobby majeur que la télévision.
    Du pain et des jeux c’est ce qu’il faut pour tenir le peuple en laisse.

  • Grognard

    @ Fenrir

    Je veux revenir sur deux points que tu pointes et qui ma paraissent capital.

    1)
    Il ne s’agit pas d’être CONTRE, mais de trouver le thème qui permettra de motiver une majorité de Citoyennes et Citoyens : POUR !!!

    Le formulation est très importante.
    Il est plus « facile » de mobiliser des personnes pour quelque chose que contre.
    Cela n’empêche pas d’être contre l’injustice.
    Le « pour » c’est l’objectif, le but vers lequel on tend.
    Le « contre » tout seul c’est un peu le vide a terme et génère la crainte de l’incertitude.

    2)
    /…/les individus désireux de voir changer les choses (et ils sont la majorité) sont dispersés, ne se connaissent pas, ne s’organisent pas, n’échangent pas,/…/

    Oui c’est certain.
    Du coup nous ne savons pas quels sont les moyens dont nous disposons, des savoirs qui peuvent être mis au service du collectif.
    Nos sociétés évoluent vers un mode d’organisation horizontale. C’est l’apport d’internet notamment.
    Ce mode d’organisation est la trame d’un réseau pluridisciplinaire seul capable de produire les réponses aux attaques auxquelles nous sommes confrontés.

    Pour finir j’ajoute qu’il ne faut pas condamner le tiède d’aujourd’hui.
    Il peut être le radical de demain.
    Pour exemple lorsque Condorcet parle de République à la tribune de l’Assemblée deux ténors défendent eux la monarchie constitutionnelle: Danton et Robespierre.
    On connait la suite.