C’était comment la Grèce avant l’UE ? ( adhésion de la Grèce 1er Janvier 1981) ….

Sachant que toutes les monnaies plurinationales ont toujours échoué, comme le dit depuis 3 ans F.Asselineau, et que vient de découvrir « enfin » le figaro, qu’en « 2012 la dette de la Grèce a été restructurée pour sauver les banques françaises et allemandes, afin d’éviter la panique généralisée », toujours dans un article du figaro . Donc! ce n’est pas la Grèce qu’il fallait sauver, mais les intérêts privés, et ce sont les con-tribuables européens qui doivent payer les pots cassés. N’oublions pas ces grandes fortunes mondiales qui ont elles,  perdu 88 milliards de dollars, dont 55 milliards, rien que dans la journée de lundi.. ( le sourire de Bill Gates, laisse supposé que « la manche », ce n’est pas pour demain)…

Mis en ligne par Geronimo Guu Ji Ya

16 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Permettez-moi d’ajouter, c’était comment la France avant l’UE ? Et l’Espagne, le Portugal, l’Italie … ?
    Ce n’est pas si loin que ça, mais beaucoup ont oublié ou n’ont pas connu …

    M.G.

  • gerard.gutknecht

    Des oligarques européens avouent, l’Euro ne serait en fait qu’une « monnaie de singe »

    On apprend de la bouche d’un certain Coeuré, adjoint de Draghi, que l’Euro ne serait considéré, que comme une « monnaie de singe » . Gouda pourrait alors dire, « une monnaie de singe pour les sans dents » .

    https://fr.finance.yahoo.com/actualites/grèce-doit-imprimer-vrais-faux-euros-120427242–finance.html

    La Grèce doit-elle imprimer des vrais-faux euros ?

    Pour sortir de la crise, le gouvernement grec et la banque centrale de ce pays n’ont qu’à oser faire acte de souveraineté et d’autorité jusqu’au bout et imprimer le montant d’euros nécessaire à leur survie. Ils ne feront que traduire concrètement l’absurdité du système monétaire européen mis en place en 2002. 1 – Voilà une idée qu’elle est bonne !

    Dans la salade grecque servie actuellement par les bouis-bouis de Francfort, Bruxelles et Washington, personne ne reconnaît plus ses légumes. La Grèce ne rembourse plus et les doctes institutions internationales sont fort marries de ce « défaut » mais ne savent pas exactement quelles conséquences en tirer, notamment sur l’appartenance du pays à la zone euro. On dit que la BCE continuera à fournir des liquidités aux banques grecques mais sans trop savoir ni quelle quantité ni combien de temps.

    Cette situation absurde n’est que le reflet du vice fondamental de l’Euroland : une monnaie unique sans Trésors communs, avec des banques centrales nationales qui survivent et des taux d’intérêt divergents. Poussons donc le raisonnement jusqu’à l’absurde, car souvent c’est par la déraison qu’on retrouve le chemin du bon sens. La Grèce doit approximativement 350 milliards d’euros à ses créanciers qu’elle ne pourra en aucun cas rembourser, surtout avec un taux de change de sa monnaie qui l’handicape encore gravement dans les échanges internationaux. La BCE est prête, nous dit un dénommé Coeuré, adjoint de Draghi, a faire usage des presses à monnaie de singe dont elle dispose déjà (QE, OMT) voire à en inventer de nouvelles ! Quand les bornes budgétaires sont franchies, il n’y a plus de limites à l’égarement des banquiers centraux …

    Mais au fond, dans cette transgression généralisée, ne faut-il pas aller jusqu’au bout ? N’oublions pas que la BCE n’imprime pas elle-même la monnaie fiduciaire qui, en dernière analyse et pour le grand public, matérialise l’action (…)lire la suite sur Atlantico

    • gerard.gutknecht

      Nous savions, que c’étaient des scélérats et des escrocs, mais là ils le disent eux meme

      • gerard.gutknecht

        Les faux monnayeurs internationnaux (FMI) veulent se présenter en donneur de leçon

        Grèce: un délai de paiement « n’aide pas » les pays en crise (FMI)

        https://fr.finance.yahoo.com/actualites/grèce-accorder-délai-paiement-naide-pays-crise-175004531.html

        Le FMI a estimé mercredi qu’accorder un report des remboursements, comme le lui demande la Grèce, « n’aidait pas » les pays confrontés à des besoins de financement « immédiats » et à des problèmes économiques « fondamentaux ».

        « Le FMI a accordé des délais à quelques pays à faible revenu à leur demande, mais dans chaque cas ce délai n’a pas aidé à faire face à des besoins de financements et à des problèmes économiques fondamentaux », a écrit le FMI.

        Athènes a officiellement fait défaut auprès de l’institution mardi après avoir échoué à rembourser 1,5 milliard d’euros. Mais le pays a, in extremis, déposé une demande de délai de paiement sur laquelle le Fonds se prononcera « dans les prochaines semaines », selon une source proche.

        « En vertu d’une règle en vigueur de longue date, le Fonds n’accorde pas de délai de paiement. Notre but est d’aider un pays à résoudre ses problèmes », ajoute le Fonds monétaire international dans ce communiqué consacré à la Grèce.

        La décision finale appartient toutefois au conseil d’administration, qui représente les 188 Etats-membres du FMI et où Américains et Européens détiennent près de 50% des voix.

        Si la requête était acceptée, la Grèce ne serait plus considérée en défaut et aurait de nouveau accès aux ressources du FMI à l’heure où le pays, à court de liquidités, cherche parallèlement à obtenir une rallonge de l’aide européenne.

        Prévu dans la charte fondatrice du FMI, le mécanisme utilisé par la Grèce n’a été utilisé qu’à deux reprises, à chaque fois en 1982, par le Nicaragua le Guyana, l’ex-Guyane britannique

  • rhubarbe

    Navré de vous décevoir mais le petit Franc d’avant c’était de la ferraille de m….Tous les anciens vous le diront: emprunter de l’argent à 16%,c’etait une galère interminable de remboursements au profit des banques;les dévaluations de la monnaie tous les deux ans ou presque faisaient que vos trois sous mis de côté à grand peine ne valaient plus rien à terme;changer de l’argent était une source d’arnaque de plus pour les banques:le Franc était devenu une telle m… sans valeur que Giscard a du l’arrimer au Deutschmark;si vous pensez que çà c’est la panacée bravo,vive les monnaies confetti .Remettez le Franc et vous comprendrez vite: les banques anglosaxonnes vous le démoliront en moins de deux mois et vous vous retrouverez en slip à pois pour tout benef.L’euro est une monnaie forte,rien à voir avec le dollar qui est aussi du confetti;le problème avec l’euro est que les Français ne sont pas habitués aux monnaies fortes,contrairement aux Suisses et Allemands.Le hic est bien sûr ,au dessus de tout çà les Mafias financières:on peut avoir n’importe quelle monnaies on sera toujours endoffés;(endoffés?c’est comme çà qu’on doit dire)

    • Comme si notre problème principal d’aujourd’hui était de faire des beaux placements et des emprunts (sous réserve d’avoir un boulot d’ailleurs)! C’est bien beau la monnaie forte combinée avec le libre échange, mais juste pour les retraités encore chanceux tant que l’état n’a pas fait faillite. Et je ne parle pas de la soumission qu’exige l’appartenance à l’eurozone dans tout un tas de domaines. Mieux vaut avoir une monnaie de m… que 20% de chômeurs et un pays aux mains des atlantico-eurocrates belliqueux qui essayent en ce moment de faire éclater une guerre avant le crash, histoire de camoufler leu caca et d’invoquer d’autres raisons à la catastrophe.

    • Balou

      Euro = (ferraille de merde) fois 6,55957
      Emprunter est peut-être moins cher aujourd’hui, si c’est pour investir dans l’immobilier… mais quand on a un découvert non autorisé, ça frise les 20% comme dans les années 80-90. La dévaluation entraine la relance de l’économie. Les rentiers sont les premiers à s’y opposer. Allez savoir pourquoi…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    • laisse tomber, ici la culture économique est si faible et les contre-dogmes économiques si fort qu’il est inutile d’essayer d’expliquer.
      la loi de 73 c’est caca boudin, ils préfère que Hollande commande la planche à billet.
      etc…

    • Tyr

      Le Franc de la ferraille de merde…. ben voyons, par contre, l’euro c’est beau c’est grand c’est fort.

      Et puis c’est la solution contre la misère et le chômage et ça va créer une croissance sans fin merveilleuse et une vie où tout n’est que bonheur et miel.

      Oups, ça c’était avant.
      Avant que des escrocs ne fassent voter le peuple pour mettre en place cette connerie pure qu’est l’euro, machine à misère et douleur pour tous les peuples d’Europe.

      Si vous n’avez pas connu l’avant: allez regarder les publicités pour l’euro des années 90… une merveille de propagande et de mensonge.