Le massacre perpétré par Isis dans la ville syrienne sacrée de Palmyre : Les récits des survivants

On ne le dira jamais assez, des mensonges, des magouilles et des silences complices ici,  ce sont des massacres là-bas ! Tous les journalistes qui « oublient » de poser les vrais questions et d’informer sur les véritables « sponsors » de Daesh sont passivement complice de ces ordures ! Je vous invite à bien lire le tout dernière paragraphe de cet article, et la question qui est posée…

Par Robert Fisk – Le 5 juin 2015 – Source originale : The Independent
Traduction française : Dominique Muselet,  Le Saker Francophone

Nous avons entendu parler des menaces sur les monuments, mais qu’en est-il de la tragédie qu’ont vécue les êtres humains ? Dans la ville voisine de Hayan, située sur les gisements de pétrole et de gaz du désert syrien, Robert Fisk a recueilli les témoignages des rares personnes qui ont réussi à échapper aux envahisseurs djihadistes d’Isis

Lorsque les hommes armés cagoulés de noir de l’État islamique ont infiltré la banlieue de Palmyre, le 20 mai, la moitié des personnels de l’usine de traitement du pétrole et du gaz d’Assad Sulieman – 50 hommes en tout – effectuaient leur 12 heures de travail sur le site pétrolier de Hayan à 40 km de là. Ils ont eu de la chance. Sur leurs 50 collègues hors service qui dormaient dans leurs maisons situées à côté de l’ancienne ville romaine, 25 devaient être bientôt assassinés, au milieu d’au moins 400 civils – y compris des femmes et des enfants – par la milice islamiste que chaque syrien appelle désormais par son acronyme Daesh.

L’ingénieur pétrolier Ahmed – il a choisi ce nom pour protéger sa famille à Palmyre – assistait, par bonheur, à un cours à l’Université de Damas, le jour funeste où Palmyre est tombée. «J’étais horrifié, m’a-t-il confié. J’ai essayé d’appeler ma famille. On pouvait encore téléphoner. Ils m’ont dit que Daesh (ou Isis) ne permettait à personne de sortir de chez lui. Mais plus tard, mon frère est sorti prendre des photos des corps. C’était tous des hommes. Ils avaient été décapités. Il a réussi à m’envoyer les photos depuis [la ville contrôlée par Isis de] Raqqa par Internet, qui est le seul moyen de communication qui fonctionne encore là-bas.»

Destruction de l’usine de transformation de gaz et de pétrole de Jezaa


Certaines des photos sont trop horribles pour être publiées. On y voit des têtes séparées des torses, du sang qui coule en ruisseaux le long de la rue. Dans l’une d’elles, deux cyclistes contournent un corps gisant sur la chaussée. Ces hommes ont été abattus si peu de temps après la prise de Palmyre qu’on peut voir sur les photos les devantures des magasins encore peintes aux couleurs du drapeau rouge, blanc et noir du gouvernement syrien avec ses deux étoiles.

«Daesh a forcé les gens à laisser les corps dans les rues pendant trois jours, a poursuivi Ahmed. Les habitants ont dû attendre leur permission pour ramasser les corps ou les enterrer. Il y avait des cadavres partout dans la ville. Ma famille m’a raconté que deux hommes de Daesh étaient venus chez nous, deux étrangers – un semblait être un Afghan, l’autre avait un lourd accent tunisien ou marocain – et puis ils sont repartis. Ils ont tué trois infirmières. Une a été tuée dans sa maison, une autre dans la maison de son oncle, une troisième dans la rue. Peut-être parce qu’elles avaient aidé l’armée [en tant qu’infirmières]. Le bruit a couru qu’elles avaient été décapitées, mais mon frère dit qu’elles ont été abattues d’une balle dans la tête.»

L’ancienne cité oasis de Palmyre

Des gens qui s’enfuyaient précipitamment de Palmyre ont péri lorsque leur voiture a roulé sur des mines que les islamistes avaient placées sur les routes. L’un d’eux était un général syrien à la retraite de la famille al-Daas, sa femme, une pharmacienne de 40 ans, et son fils de 12 ans ont sauté avec lui. Selon des rapports ultérieurs, il y a eu aussi des exécutions dans l’ancien théâtre romain situé au cœur des vestiges de l’antique Palmyre.

Le directeur de l’usine de traitement de gaz et de pétrole de Hayan, Assad Sulieman, secouait la tête, incrédule, en racontant comment il avait appris l’exécution de son personnel au repos. Une partie d’entre eux, pensait-il, étaient gardés prisonniers dans les installations gazières dont Etat islamique avait pris le contrôle. D’autres ont été simplement emmenés et mis à mort parce qu’ils étaient des employés du gouvernement. Pendant des mois, avant la chute de Palmyre, il a reçu de terrifiants appels téléphoniques des islamistes, l’un d’eux lorsque des hommes armés assiégeaient une usine de gaz voisine.

Il a ajouté: «Ils ont appelé sur mon téléphone personnel, celui de mon bureau, et ils ont dit: ‹Nous venons vous chercher›. Je leur ai dit: ‹Je vous attends.› L’armée les a repoussés, mais mon personnel a aussi reçu ce genre d’appels téléphoniques et ils avaient très peur. L’armée est venue protéger trois de nos installations et les a chassés.» Après la chute de Palmyre, les appels téléphoniques menaçants ont continué, bien que Daesh ait coupé tous les téléphones mobiles et fixes dans la ville qu’ils venaient de prendre.

 

Le directeur de l’usine de traitement de gaz et de pétrole de Hayan, Assad Sulieman, montre les dommages causés aux champs de pétrole (Nelofer Pazira)

Un autre jeune ingénieur d’Hayan se trouvait à Palmyre lorsque État islamique est arrivé. Il avait tellement peur de témoigner qu’il a même refusé de se choisir un pseudonyme. «J’étais revenu à Palmyre deux jours plus tôt et tout semblait normal, a-t-il dit. Quand ma famille m’a dit qu’ils étaient arrivés, je suis resté à la maison comme ma mère, mon frère et mes sœurs et nous ne sommes plus sortis. Tout le monde savait que l’arrivée de ces hommes n’annonçait rien de bon. Il n’y a pas eu d’électricité pendant deux jours, puis les hommes armés l’ont remise en route. Nous avions des stocks de nourriture – nous sommes une famille aisée. Nous sommes restés enfermés toute une semaine, puis nous sommes sortis pour vaquer à nos affaires. Ils n’ont jamais fouillé notre maison.»

Le témoignage de cet homme montre la nature aléatoire de la loi d’Isis. Une semaine après l’invasion, la famille est sortie de la maison – les femmes portant le voile islamique intégral – et ils ont pris un bus pour la ville occupée de Raqqa et de là pour Damas. «Ils ont regardé ma carte d’identité, mais ne m’ont pas demandé quel était mon travail, a dit l’homme. Le voyage en bus s’est passé normalement. Personne ne nous a empêchés de partir.» Comme Ahmed, ce jeune ingénieur pétrolier, était un musulman sunnite – la même religion que les militants de Daesh – mais il n’avait aucun doute sur la nature des occupants de Palmyre. «Quand ils arrivent quelque part, a-t-il dit, la vie s’arrête.»

Le théâtre antique de Palmyre (Reuters)

Les oléoducs et gazoducs syriens courent actuellement sur 160 km de désert, de Homs, au centre de la Syrie, jusqu’aux installations pétrolifères stratégiques du brûlant désert de Palmyre. Il nous a fallu deux heures pour atteindre un endroit situé à 45 km de Palmyre; les dernières troupes syriennes sont stationnées, plus près, à 12 km de la ville.

A l’ouest se trouve la grande base aérienne syrienne de Tiyas – son nom de code T-4 vient de la vieille quatrième station de pompage du pipeline Irak-Palestine – où j’ai vu des bombardiers Mig peints en gris décoller dans le crépuscule et revenir atterrir sur les pistes. Une voûte de radars plats et des bunkers en béton protègent la base, et il y a des troupes syriennes dans toute une série de fortifications de terre situées de part et d’autre de la route principale menant à Palmyre, qui défendent leurs positions avec des mitrailleuses lourdes, de l’artillerie de longue portée et des missiles.

Les soldats syriens patrouillent sur la route toutes les quelques minutes sur des pick-up – et ils nous ont parlé de leur dangereuse mission. Ils nous ont dit qu’ils avaient trouvé un engin explosif improvisé quelques heures plus tôt à plus de 45 km à l’ouest de Palmyre. Plus loin sur la route, nous sommes tombés sur l’épave d’un camion plein de bombes que les tirs de roquettes de l’armée syrienne avaient fait exploser. Assad Sulieman, le directeur de l’usine gazière, dit que son père l’a prénommé Hafez, le nom du père du président Bachar al-Assad. Il a expliqué que les rebelles islamistes avaient totalement détruit une usine gazière près de Hayan, l’année dernière, et que ses équipes l’avaient entièrement restaurée et remise en marche en quelques mois en se servant du matériel récupéré sur d’autres installations. La capacité de production de son usine a atteint trois millions de mètres cubes de gaz par jour, qui alimentent les centrales électriques du pays et six mille barils de pétrole qui vont à la raffinerie de Homs.

Mais l’homme qui connait le mieux les dangers de cette guerre, est le général Fouad – comme tout le monde, dans la région de Palmyre, il préfère utiliser uniquement son prénom – un officier de carrière qui a enregistré sa plus grande victoire sur les rebelles, dans une chaîne de montagnes voisine, au moment où son fils a été tué en combattant à Homs. Il nous confie qu’il a ressenti un grand choclorsque Palmyre est tombée. Il pense que les soldats qui se battaient depuis longtemps pour défendre la ville ne s’attendaient pas à une attaque d’une telle force. Selon d’autres militaires – pas le général – État islamique avançait à ce moment-là sur un front large de 75 km, ce qui a submergé l’armée.

«Ils n’iront pas plus loin, a affirmé le général Fouad. Nous les avons repoussés quand ils ont attaqué trois sites d’exploitation l’an dernier. Nos soldats ont pris et fouillé quelques uns de leurs quartiers généraux locaux dans la montagne Shaer. Nous avons trouvé des documents sur nos installations de production, nous avons trouvé des livres religieux takfiris. Et nous avons trouvé de la lingerie.»

Qu’est-ce que État islamique pouvait bien faire de cette lingerie, ai-je demandé? Le général n’a pas souri. «Nous pensons qu’ils avaient des femmes yazidis avec eux, celles qu’ils avaient enlevées en Irak. Lorsque nos soldats ont pris leur QG, nous avons vu des hommes plus âgés s’enfuir avec des femmes.»

Mais il y a une question qui taraude ce général, comme presque tous les officiers syriens que j’ai rencontrés dans le désert – et tous les civils : les Américains, qui disent vouloir détruire Isis, savaient bien, grâce à leurs satellites, que des milliers d’hommes armés se massaient pour attaquer Palmyre. Pourquoi n’ont-ils pas prévenu les Syriens ? Et, même si Washington n’aime pas le régime d’Assad, pourquoi ne les ont-ils pas bombardés ? Ils étaient pourtant une cible facile pour l’armée de l’air des États-Unis pendant les jours qui ont précédé l’attaque sur Palmyre. C’est une question à laquelle il faudra un jour donner une réponse.

 

16 commentaires

  • Blackice

    ces ordures massacrent des innocents au nom de Dieu.
    qu’ils aillent brûler enfer!

    • Graine de piaf

      Ils se servent du nom de Dieu (Allah pour eux) mais ce n’est qu’une façade! ce qu’ils veulent c’est asservir les gens et augmenter leur pouvoir.
      Les Musulmans, les vrais, sont horrifiés de ce qu’ils voient se perpétrer, et en sont souvent les premières victimes.

      Mais n’oublions pas que les catholiques ont bien souvent exterminé des peuples au nom de Dieu !
      Dès que le fanatisme ajouté à une ignorance crasse se mêle de religion, c’est une horreur !

      • lebancduvillage

        Tout croyant se sert du nom Dieu, quoi qu’il en fasse. Nul n’a jamais et ne pourra évidemment jamais prouver ce que Dieu veut ou ne veut pas. Une religion n’est pas une science. En religion, tout le monde a raison.
        Si ces gens disent que c’est l’islam, c’est l’islam. Point barre. Assumez que votre religion puisse en 2015 produire des dégénérés et des monstres absolus comme le christianisme a produit des massacres il y a des lustres.
        Dire ignorance et religion dans la même phrase, c’est faire un pléonasme.
        Ps: je suis déiste.

      • Graine de piaf

        Je ne suis pas musulmane mais orthodoxe !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • Euh !!!

        Ni Dieu ! Ni Maître !

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • rhubarbe

    Massacres abominables de pauvres gens mais conduite abominable des Américains (et alliés,nos propres dirigeants)qui ne bougent guère que le petit doigt voire(on le saura dans 20 ans)facilitent la tâche des assassins;pourquoi,quel est le but de la CIA ou d’Israel ou d’autres de fomenter de telles horreurs?
    Les milliards perdus dans ces conflits,dans les destructions,pollutions…?le dixième aurait suffi,bien employé au départ à « arroser » de bienfaits les populations et administrations de façon à éradiquer les rebellions;bien sûr c’est sans compter sur la cruauté,l’avidité et la bêtise humaine;de ce côté,l’arrosage malfaisant de l’ADN a été fait depuis des millénaires

  • Ahlalala !!!

    Que voulez-vous ! Rien de nouveau sous le soleil…

    Et cela s’est interprété dans toutes les langues…

    « Krieg gross malheur ! » et « Got mit uns »

    aussi bien que :

    « Tuer les tous ! Dieu reconnaîtra les siens ! »

    C’est une guerre.

    Cela comprend donc toutes les horreurs qui accompagnent Arès…

    Après, vous comprendrez peut-être pourquoi il est loisible d’être pacifique sans pour autant être pacifiste…

    « Toca y se gausa ! »

    Que ferez-vous lorsque les Hordes Barbares seront à votre porte ? …..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • lebancduvillage

      Elles y sont déjà, suffit de regarder les boîtes aux lettres.

    • alexei

      « Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens ! » est un mensonge, cette phrase n’a jamais été prononcé et a été inventée par un moine allemand luthérien, donc anti catholique, plus important encore, le soit disant massacre de la ville de Bézier en entier n’a pas eu lieu, seule la communauté d’hérétiques a été tuée par les soldats de l’inquisition, la population n’a rien eu à subir… si je puis dire.
      Je ne suis pas là pour défendre l’inquisition qui pour moi contrevient au « tu ne tueras point » des 10 commandements, c’est toujours des morts non justifiés même au regard de la foi et surtout d’une religion d’Amour comme le catholicisme (Dieu est Vérité et Amour, donc qui est dans l’amour est en Dieu et Dieu est en lui, dixit saint Paul).
      Cette phrase a été usée jusqu’ à la corde par tous les révolutionnaires ceci afin de pétrir d’effrois le bon peuple face à ce « monstre sanguinaire » qu’est l’Église, tout en passant sous silence le génocide républicain autrement inhumain des vendéens ou on prenait les enfant par les pieds et les cognait jusqu’à la mort contre les murs de maisons… alors qui dis mieux?
      Pour en revenir à Isis, ce nom lui va très bien au sens littéral, car financé indirectement par l’autre Isis qui trône sur Liberty Island, et oui, la Statue de la Liberté est la représentation littérale de la déesse Isis… c’est Bartholdi lui même qui l’a voulu ainsi et elle devait initialement trôner dans le port d’Alexandrie avant de se retrouver à New York. Isis, donc n’est que le pion (ou plutôt le fou) afin de créer un ennemi sanguinaire utile et détruire toute résistance syrienne et iranienne. La religion n’est que le prétexte afin de saisir d’effroi le bon peuple esclave de la pompe à phynance…

      • « Un mensonge » !!!!!

        Basta ! Si tu veux, Mon cher Alexei.

        Je n’y étais pas, et toi non plus.

        N’empêche que les chrétiens se sont allégrement massacrés pendant des siècles au cri de « Dieu le veult ! »

        Tant catholiques que protestants, ou à l’époque Albigeois…

        Une guerre est une guerre.

        C’est du sang, de la merde, de la sueur, de la boue et des cendres, et des larmes…

        Les pires étant les guerres civiles, et l’horreur culminant avec les fanatismes religieux ou idéologiques.

        Le règne des psychopathes…

  • fliouguer

    Je découvre le programme pour la suite des évènements. Il ne remet pas en cause la bonne volonté et le talent incomparable de Poutine, mais ce texte le replace dans un contexte plus grand ou interviennent aussi d’autres acteurs militaires, l’économie (et l’action de la nature). Je constate que l’on continue à décrire ce qui ne va pas et comment cela ne va pas, mais après quelques décennies il n’y a toujours pas d’action entreprise au niveau de la France pour y remédier. De nombreuses actions ont étés entreprises par des petits groupes. Certains on même arrêtés une guerre ici et là ou on fait baisser la criminalité dans telle et telle autre grande métropole, ou fait pleuvoir sur commande de façon naturelle dans ce pays africain… etc. parce qu’il y a eu bien d’autres réalisations encourageantes. Mais personne n’en a fait la sélection pour choisir les plus efficaces et proposer leur application par tous ceux qui veulent éviter la catastrophe. C’est à dire tous les petits groupes positifs, tous les volontaires, promu par tous les blogs concernés, par les partis politiques responsables (pas les grands), appuyés par tous ceux qui manifestent pour diverses raisons … etc. Martin Niemöller nous a convaincu de cette nécessité d’être unis. En accomplissant cela on découvre les astuces, d’autres idées, d’autres méthodes pour amplifier et accélérer la réussite, l’habitude de ne considérer que ce qui est constructif. Je n’ai vu cela entrepris nulle part, nous attendons tous la réalisation du programme pour la suite des évènements. Ci dessous je pose le message relatif à : Le Plan immédiat

    • fliouguer

      Le Plan immédiat
      « Bien sûr que la menace nucléaire est brandie comme une provocation mais elle est aussi réelle dans l’escalade volontaire que les USA font peser sur le monde. Leur méthode : provoquer et pousser dans ses derniers retranchements pour qu’un incident leur donne le beau rôle. Il faut répondre à la folie US et vaincre. Tout le monde sait que les USA ne peuvent vaincre à eux seuls le monde et c’est ce qui fait monter la pression. La Russie a voulu calmer le jeu mais elle est entourée d’ogives nucléaires. La sécurité internationale n’est plus contrôlable.
      Nous sommes dans le processus : le 1er qui tire gagne la bataille. Oui, c’est la dernière partie d’échecs et tous les pions sont avancés. Il n’y a pas de reculade, chacun a pris position.
      Vont s’engager en même temps – et c’est là le Grand Nettoyage – la guerre, la récession, les pénuries de tous ordres.
      Ce que Nous appelons le temps d’une Lune : c’est le coup d’envoi de l’explosion générale dans son paroxysme immédiat : la guerre en Europe, la guerre en mer de Chine, la guerre en israel.
      En une Lune : les jeux seront faits et la suite prévisible : la fin de l’impunité. Mais il faudra se battre comme des lions pendant encore trois ans pour assoir la Paix véritable : les fondements de la Paix définitive basée sur la Loi Juste : Liberté Égalité Fraternité.
      Pendant les 3 années, de nombreux évènements destructeurs se succèderont, laissant la Terre moins habitée et aux prises avec des mouvements tectoniques importants. Il faut s’y attendre. Nous vous avons prévenus.
      Ce n’est pas l’heure de se décourager, mais de maintenir contre vents et marées « la trouée de Lumière ».
      Les actes positifs du futur sont déjà en germe. Ils vont se multiplier dès l’espace de liberté s’agrandissant. Tout est en place. Nous sommes dans le dernier acte : la guerre en Europe.
      Post-scriptum
      Là où vous pouviez l’éviter, vous avez laissé faire. Ce n’est pas faute de vous avoir prévenus.
      Le Réveil de la France est une nécessité inscrite dans le Plan lancé en 1789, qui doit trouver sa Vérité exprimée aujourd’hui. » Clefsdufutur-11.06.2015-

      • Natacha Natacha

        Assurément, on ne peut rien d’autre que « maintenir la trouée de lumière « , l’entretenir.
        Une question d’un professeur à ses élèves :
        Comment reconnaître le moment où la nuit s’achève et le jour se lève?
        Première réponse : Lorsque l’on peut distinguer un mouton d’un loup
        Deuxième réponse : Quand on peut faire la différence entre un figuier et un olivier
        Troisième réponse : Au moment où, voyant un inconnu, nous reconnaissons en lui un frère, alors le jour se lève et la nuit prend fin.
        L’obscurité ne peut nous sortir de l’obscurité, seule la lumière le peut. :)

  • SURICATE

    Pour toutes ces HORREURS au comble de l’IGNOMINIE j’ACCUSE Le président des ETATS UNIS D’AMERIQUE Monsieur BARACK HUSSEIN obama…

    Pour toutes ces HORREURS au comble de l’IGNOMINIE j’ACCUSE
    LE président de la République Française François hollande.

    Pour les mêmes horreurs qui seront à nos portes dans un proche avenir en FRANCE, j’ACCUSE françois hollande et tout son gouvernement complice aux ordres d’obamadit.

    Pourquoi barack hussein a laissé faire et n’a pas prévenu l’arrivée massive d’ISIS ? tout simplement parce qu’il veut se « taper » la PEAU de Mr. Bachar el ASSAD et celle de tous ceux qui le soutiennent dans son pays !

    Le roi barack hussein veut aussi la PEAU de Vladimir POUTINE.

    Alors VIVE EL ASSAD!
    VIVE POUTINE !

    VIVE une FRANCE LIBRE.

    A défaut, Préfère, et de loin, être Franco-Russe demain plutôt qu’arabo-Française. Je n’ai rien contre le « métissage » messieurs sarkozy et hollande, SAUF lorsqu’il m’est Imposé !!!

    AMEN

  • fliouguer

    Le YÉMEN encore ATOMISÉ !
    Frappe aérienne terrible à Sanaa au Yémen[20 avril 2015].
    Parmis toutes ces visions d’horreur, on peut constater la déflagration très importante et le souffle dévastateur procuré par l’explosion. La question qui demeure en suspens c’est : Quel type d’arme à été utilisée pour occasionner de tels dégats avec une telle rapidité ??? : une arme de type arme nucléaire tactique (mini tête nucléaire) où bien encore …
    Une vidéo reçue en provenance du Yémen, qu’on croit être prise le 20 mai 2015, d’une explosion, qui est analysée par des experts en armes nucléaires, il y a une très forte probabilité pour que cela soit une bombe à neutrons qui ne pouvait avoir été qu’une attaque israélienne.

    Le 20 juin ce sera quoi ?