Les plus anciens outils de pierre ont été créé avant l’apparition de l’homme sur terre

rocheNous consacrons nos journées à vous parler de nouvelles technologies, mais parfois il est bon de revenir au commencement, aux humbles origines desdites technologies. Voici donc les plus anciens outils connus de notre monde.

Les archéologues sont actuellement à l’ouvrage au Kenya et ont découvert les plus anciens outils en pierre jamais dénichés. Ils sont plus vieux de 700 000 ans en comparaison de la dernière trouvaille de ce crû, ce qui leur donne l’âge impressionnant de 3,3 millions d’années. Ils sont donc plus vieux que l’Homme lui-même.

Ces humbles roches ne sont pas franchement excitantes pour un œil non aguerri, mais pour les archéologues, ce sont clairement des outils, enclumes, couteaux et marteaux. Ils ont déterrés pas moins de 149 objets de cet acabit au nord du Kenya, probablement taillés grâce à des techniques rudimentaires. Les scientifiques supposent qu’ils ont pu être tenus à deux mains et lâchés sur une pierre dans la tentative de leur donner une forme. Ou alors, un objet lourd aurait pu les frapper.

Ce qui est  surprenant, c’est que la datation au carbone 14 les positionnent 2,8 millions années avant l’émergence du genre « Homo ». Les chercheurs tendent donc à repenser l’évolution du cerveau des premiers hominidés. Ces pierres ont potentiellement pu être taillées par le Kenyanthropus platyops, découvert au Kenya en 1999, mais il convient de creuser la question avant d’être catégoriques. Le monde n’a donc pas fini de nous étonner.

Sources originales en anglais:naturesmithsonianmag

Traduction: Gizmodo.fr

40 commentaires

  • Enki13

    c’est a en perdre son latin…

  • Graine de piaf

    Avant l’arrivée « officielle » de l’homme sur terre, mais il est certain maintenant que l’homme était bien présent au-delà de la date annoncée. Des squelettes ont été retrouvés de géants dont la présence sur terre était antérieure.
    Ces trouvailles sont passionnantes et remettent en question les « certitudes » des archéologues patentés qui ne veulent rien savoir des récentes découvertes ! Heureusement, d’autres à l’esprit ouvert nous renseignent tout le temps sur nos origines.

    • Sana-Kan

      Cela fait longtemps que l’on soupçonne certains australopithèques d’avoir été capables de fabriquer des outils. De toute façon la limite entre les hommes (genre Homo) et leurs ancêtre est assez floue. Donc non, pour les spécialistes ce n’est pas vraiment une surprise, mais c’est quand-même cool quand on a de jolies preuves comme ça ^^

      • Trollzilla Trollzilla

        ‘Lut,

        Ce qui m’a toujours fait marrer c’est que pendant la période ou le néandertal et le sapien se sont « chevauchés », le néandertal est considéré comme étant moins évolué que son « successeur ».

        J’ai toujours butté sur un truc niveau taille de pierre ; comment ça se fait que notre lointain cousin extrayait le nucléus d’une pierre avant de la façonner selon l’emploi dévolu de l’outil final alors que nous autres sapiens, ne nous contentions que d’éclats…
        Bhéé soit on était fait néant au possible, soit on y comprenait que ch’ti par rapport à l’autre zigue au front saillant.
        ça a le mérite de faire chier les universitaires ce type d’évidence.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Sana-Kan

        « Plus » ou « moins évolué » n’a pas vraiment de sens. Disons que Néandertal était bien adapté dans une Europe froide et très isolée. Les conditions climatiques ont dû légèrement changer, les sapiens ont pu entrer en Europe et se sont trouvés mieux adaptés aux nouvelles conditions… De toute façon on ne sait pas trop comment Néandertal a disparu. On sait qu’ils étaient très intelligents, mais qu’ils avaient probablement un langage moins développé (à cause de leurs lobes frontaux plus petits, je crois, je dis peut-être des conneries).
        Quand aux outils, je ne sais plus, mais je crois que les petits outils sur éclats ont vraiment explosé au Paléolithique Supérieur quand Néandertal avait déjà disparu. Pendant la période de cohabitation les deux espèces ont dû utiliser surtout des bifaces, quoi que j’ai un vague souvenir de racloirs moustériens (néandertaliens) sur gros éclats…
        Et les petits outils sur éclats sont justement souvent bien plus élaborés que les simples gros bifaces…

    • Thierry92 Thierry92

      Qui dit que ce sont des géants? Ce sont peut etre des gens normaux et nous des nabots.
      A l’image de nos petites idées étriquées.

  • lalumiere

    C’est nouveau ? Parce qu’avant homo, nous n’étions pas des hommes… N’importe quoi. Titre débile. Auquel cas, c’est la datation de homo qui à remettre en cause, homo dont l’on ne cesse de reculer l’âge de sa naissance, tout simplement.

  • engel

    Foutaise!

    …Faudra m’expliquer comment on peut dater au carbone 14* une roche???
    D’autant plus, que même si la datation impossible était réalisée, elle n’indiquerait pas la date de la taille, mais bien celle de sa formation géologique!

    * Méthode de datation sur matière uniquement ORGANIQUE.

  • Baltazar Baltazar

    L’homme n’a pas inventé l’outil c’est l’outil qui c’est présenté a l’homme avec sa forme, sa forme a donné l’idée de la coupe de la masse ect…. si là vous n’avez pas compris je ne peut plus rien faire pour vous ……. Sacré pierre !!!http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • les scientifiques ont découverts une espèce de singe (il y a 2 ou 3 ans) qui se servent de pierres pour ouvrir les noix de coco et les bouffer, avant cette découverte il était dit que les singes ne savaient pas se servir d’outil …
    reste à savoir si les singes l’ont fait d’eux mêmes ou si ils l’ont vu faire et l’ont reproduit …
    Ce raisonnement est-il valable pour l’Homme ?
    A vous de voir …

    • Graine de piaf

      il y a plus longtemps que ça, car je l’avais appris alors que j’étais encore étudiante, c’est-à-dire il y a fort longtemps !

    • Sana-Kan

      La distinction se fait entre les « outils primaires » et les « outils secondaires ». Le singe qui prend une pierre pour écraser des noix n’a pas créé son outil, il l’a trouvé tel quel. Les outils dont il est questions dans cet article sont des pierres qui ont été volontairement cassées pour faire apparaître des arrêtes et des tranchants, pour se servir ensuite de ces tranchants. Ce sont donc des outils secondaires, qui n’ont pas été trouvés tel quels, qui ont dû d’abord être façonnés avant d’être utilisés.

  • Pierre L

    La question de supermouton, « Ils étaient trop cons pour se servir d’outils ? » éveille en moi un souvenir très intéressant.

    Figurez-vous que Francis Cousin, un philosophe qui s’appuie sur l’œuvre de Karl Marx, dit que l’Homme primitif n’avait pas besoin de technologie, telle que nous l’entendons aujourd’hui. Bien sûr, étant chasseur-cueilleur, il se servait parfois d’objets tranchants, mais vivant dans l’être et pas comme nous dans l’avoir, il ne s’embarrassait pas de choses compliquées dont il n’avait pas la maîtrise, comme, par exemple, les caisses d’aujourd’hui dont le diagnostic nécessite un ordinateur spécialisé.

    Dans sa conférence « Le fétichisme de la marchandise », F. Cousin explique bien des choses que chacun devrait savoir :
    http://www.youtube.com/watch?v=HGClV4Bf1n0

    Ceci dit, on ne répétera jamais assez qu’estimer l’âge des artefacts à l’aide du bilan carbone 14 est faire confiance à une méthode qui donne des erreurs de parfois plusieurs millions d’années (par exemple, dans le cas des cendres de l’éruption du Mont Saint Elens).

    D’autre part, seuls les machins crevés ayant un jour respiré peuvent être audacieusement évalués avec cette méthode, et ça me donne l’occasion de déconner : Une hache de pierre, ça respire ?

    • je suis d’accord avec toi avec les imprécisions du carbone 14.

      L’histoire que nous connaissons, qui est enseignée, est une histoire qui devrait être remis en cause à chaque nouvelle découvertes mais ce n’est pas généralement le cas.
      Notre histoire est régit par un dogme qui devient de plus en plus ridicule face aux dernières découvertes, théories…

      Par exemple, le site de Gobekli Tepe en Turquie repousse les dates de la « civilisation » de plus de 5000ans.

      La théorie « récentiste » est à lire, il y a des faits retenir je trouve http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/28b.htm#2

      L’histoire de l’homme au sens large a été jalonné par des périodes d’expansions puis des périodes de régressions, suite à des cataclysmes, l’humanité repart à zéro à chaque fois.

      Donc des civilisations très antérieures telles que les Atlantes, Mu font figure de mythes de nos jours mais pourraient bien être véridiques. Comment expliquer alors la théorie des nombreuses pyramides de par le monde et pas seulement en Egypte ?

      Bref une grande histoire reste encore à écrire … mais plait elle à la civilisation dominante ? (Christianisme ;) )

      • engel

        Certes tout est à réécrire.
        Mais de grâce, que l’on ne le fasse pas avec des conneries comme le carbone 14 sur des cailloux!

      • bien sur, d’ailleurs c’est impossible sur des cailloux, surement un article d’un journaliste à mal tourné une phrase, car un expert ne peut pas se permettre de dater une pierre …

        Ce qui me gêne le plus dans l’histoire enseignée, nous sommes à apogée de la civilisation humaine !!! Alors qu’il y a dû avoir des civilisation bien plus avancées dans des temps reculés, mais chutttttt!

  • Sana-Kan

    Pour ceux qui réagissent (à raison) sur le carbone 14, il s’agit probablement d’une erreur du journaliste ou du traducteur, parce qu’il est impossible de faire des datations au carbone 14 sur des objets aussi anciens. La demi-vie du carbone 14 est de 5000 et quelques années, et ça devient dur de dater quelque chose plus vieux que 30000 ans (je crois), alors avec 3 millions d’années… A l’occasion j’essaierai de jeter un coup d’oeil à l’article d’origine, mais les datations ont du être faites à l’uranium/plomb ou au potassium/argon.
    Et effectivement il est bien sûr impossible de dater le moment où les objets ont été taillés, parce que si on essaie de les dater on obtiendra la date de la formation de la roche… Ce que l’on date ce sont les couches sédimentaires (d’où l’importance des objets trouvés « en place », à l’intérieur de la couche). Mais dater les roches sédimentaires est assez compliqué, le plus facile étant de dater des coulées de basalte ou de cendres volcaniques qui se sont déposées entre deux couches de sédiments. Au Kenya ça doit être comme en Ethiopie, avec la vallée du rift et ses volcans il doit y avoir des couches volcaniques partout… Mais encore une fois il faudrait que je mette mon nez dans l’article pour savoir comment ils ont fait ^^

    • Effectivement:

      La datation par le carbone 14 est une méthode de datation basée sur la mesure de l’activité du carbone 14 contenu dans de la matière organique (vivante puis morte).

      Par définition, une pierre n’est pas organique, donc pas possible de dater une pierre par le carbone 14.

      Dans l’article original:

      Analyses of magnetic minerals and volcanic ash tufts imbedded in the local rocks put the age of the stones at 3.3 million years.

  • Ces méthodes de datation se basent sur la demi-vie d’un élément, par exemple le carbone 14, dont la demi-vie est de 5730 années: 5730 ans après la mort d’une matière organique (un homme, un animal, une plante) il y reste la moitié de carbone 14. Après 11460 ans il y reste la moitié de la moitié, càd un quart. Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il ne reste plus assez de carbone 14 pour faire la mesure, portant à 40.000-75.000 années la limite dans le temps.

    Il y a d’autres éléments que l’on utilise pour la datation, éléments qui se retrouvent dans les matières minérales et qui ont des demi-vies beaucoup plus élevées que le carbone 14, par exemple le potassium 40, avec une demi-vie de 1,25 milliard d’années.

    Les minéraux les mieux adaptés à cette méthode sont la biotite, la muscovite et les feldspaths. La datation par le potassium-argon permet de dater les minéraux des roches métamorphiques et des roches volcaniques.

    Elle est particulièrement précieuse en archéologie préhistorique, notamment en Afrique de l’Est où les niveaux de cendres volcaniques sont fréquents dans les sites archéologiques. Elle a notamment permis de dater les sites d’Olduvai et les empreintes de pas de Laetoli.

  • ray

    article très intéressant,a approfondir en complément d’autres domaines d’expertises,voir aussi : http://www.inmysteriam.fr/