Crise ukrainienne et négociations à Minsk : analyse de Slobodan Despot

Slobodan Despot, écrivain, journaliste et éditeur, analyse pour l’Agence Info Libre le « sommet de la dernière chance » de Minsk où les chefs d’Etats ukrainien, allemand, français et russe doivent se rencontrer afin de peut être obtenir un accord pour pacifier le pays. Slobodan Despot reste pessimiste concernant l’issue de ce sommet, auquel les représentants des Républiques populaires de l’Est de l’Ukraine n’ont pas été convié.

Source: Agoravox.tv

9 commentaires

  • kalliia

    Ces négociations soit disant de la dernière chance me font penser à Munich 1938 où la France et le Royaume Uni avaient vendu la Tchécoslovaquie à Hitler…Car tout comme les représentants du Donbass et de Donievsk, le président tchécoslovaque à l’époque n’avait pas été invité à la table de négociation…
    A croire que l’histoire se répéte constamment et à croire que les hommes politiques n’ont jamais ouvert un livre d’histoire de toute leur existence ou bien ont du dormir durant les cours d’histoire…Et dire qu’il y a encore des idiots utiles pour croire que les américains sont les gentils avec leurs petits caniches européens et que les grand méchant c’est la Russie de Poutine alors que c’est tout le contraire…Et pourquoi ne pas reconnaître l’indépendance des habitants de l’est de l’Ukraine qui est russophone (et non pas pro russe comme les journalopes veulent faire croire à la population) alors que l’on a accordé cet état de fait de par le passé aux kosovars (alors que ce peuple avait volé la terre des serbe) ! On marche vraiment sur la tête à l’heure actuelle. C’est à croire que les Américains veulent absolument leur troisième guerre mondiale afin de mettre en place leur nouvel ordre mondial et surtout asseoir leur domination sur la terre entière !

    • Dubitatif

      Kaliia, entièrement d’accord avec ton billet virgules et points, compris.

      je suis effrayée des propos tenus pas « mes amis » qui ne
      tiennent pas notre discours mais celui des merdias.

      Ils ont tous la tête dans le guidon. Une amie dont le métier
      est le droit international (style PROUT PROUT : langage, vêtements, études, familles…) non je l’aime bien (si si)

      bref une personne dite « intelligente » me dit fermement
      genre elle a lu tous les docs secrets des Etats, depuis cette crise débutée en février 2014…et moi, je sais rien

      donc me dit tout cru
      « Les Zamerlocs veulent défendre l’Ukraine ENVAHIE par les
      Russes ». Poutine veut refaire la Grande Russie http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

      Mes épaules s’affaissent devant tant de bêtises crasses.
      Je lui ai juste répondu

      « Putain si tu défends tes clients sans connaitre RÉELLEMENT
      TOUT LE DOSSIER, je ne ferai JAMAIS appel à toi, pour me défendre.  »

      Avec cet exemple, je crains que nous ne fussions peu nombreux à dire la vérité au sujet de ce « dossier » brûlant.

      Les MERDIAS payés normalement à dire les FAITS RIEN QUE LES
      FAITS en restant NEUTRES y sont pour beaucoup. Et c’est pour cela, que nul ne descend dans la rue.

      Je suis pessimiste quant à un revirement de la population.
      Dans l’esprit des Charlieconnards sont persuadés que Poutine est le SUPER GRAND MÉCHANT.

      A ce sujet… hier j’ai mis un lien car justement, ce dernier menace le connard prixnobeldelapaix qui fait allègrement crever des millions de personnes sans frémir,

      …des révélations sur le 11 septembre. J’espère que M.Poutine mettra VITE cette menace à exécution. Ainsi les gens ne dénigreront plus le réseau voltaire qui dès la 1ere seconde a montré les incohérences dans cette affaire.

      Les causes sont toujours fausses. Les victimes sont bien réelles.

      IMPORTANT un autre « ami » m’a fait cette réflexion au sujet
      de ce blog:

      il m’a dit vous vous « cachez » derrière des pseudo, pas de photo… vous dites n’importe quoi sans preuve… »

      A quoi, j’ai répondu

      Et Bush ??? son nom n’était pas un pseudo, il a montré sa
      gueule à la planète entière quand il a dit que l’Irak détenait des armes blablabla… NON ?????

      RADICAL pour lui clouer le bec à mon « ami »…

      allez… bonne journée, perso je suis épuisée de remonter
      les bretelles aux connards. Je retourne à mon bouquin et mes héros car je viens d’avoir une idée pour une scène…
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

      • Sky

        Dubitatif j’abonde dans ton sens !A croire Que les gens avalent sans réfléchir toute la propagande anti russe. Moi je me suis fait une idée. Les USA sont les instigateurs du désordre.
        Ça va être compliqué pour les Russes. Il faut qu’ils aient le soutien de la Chine !
        Ils l’ont déjà eu mais une aide sur le plan des sanctions. Je ne sais pas quelle et le mieux pour la Russie : Accepter l’OTAN et dans ce cas plus de sanctions. L’économie de la Russie repartirait en flèche ou alors continuer la guerre en crimée en subissant les conséquences financières. Une troisième solution ?

      • Balou

        > ou alors continuer la guerre en crimée en subissant les conséquences financières

        Il n’y a pas de guerre en Crimée, son peuple s’est retrouvé à l’abri des nazis ukrainiens grâce au référendum puis son rattachement à la Russie.

  • Thierry92 Thierry92

    Il serait peut etre de bon aloi de demander leurs avis aux personnes directement impliquées dans ce conflit

    Sinon autant virer chocolatcheznko et le remplacer par nobama

  • Fin de l’Europe, elle aurait dû ce faire du Portugal à la Sibérie et ni avec les E.U. ni les pays arabes.
    Les E.U. sont, la guerre, la terreur et misère planétaire, ils répandent leur fiel sur l’Europe : favorisant l’immigration de masse sur l’Europe entière et l’affaiblir de l’intérieur et d’influencer un conflit militaire entre l’Est (en évolution) et l’Ouest en pleine dégénérescence et décadente. Plan : déstabilisation de l’Europe ; La couper en 2 et attiser la guerre (E.U. main du diable ?), 3 Allumer en même temps la mèche de la poudrière l’islamique bien installer au cœur même de l’Europe.
    L’Europe se suicide, elle n’a aucune chance de faire face au déferlement de puissance militaire Russe (l1er puissance au monde, sans ses alliés).
    Les E.U. ont poussés le bouchon trop loin, la guerre de front avec la Russie et surtout la guerre civile en Europe, sera fatale à l’Europe, la Russie sortira particulièrement agrandie et occupera définitivement le continent Européen (Seul le Portugal restera souverain ? FATIMA).
    Les E.U. se soumettra au nouvel empire « la Russie d’Europe» et les armes nucléaires ne changeront en rien cet issu catastrophique, alors, voir notre président parler ouvertement de guerre face à la Russie avec comme moyen une fronde en poche, c’est vraiment pitoyable. Ils ont tous donné leurs âmes au diable, qui lui, doit se tordre de rire en regardant l’humanité agonisante sous son propre supplice ! Bien sûr l’idéal, serait que les politiques se battent en duel, à l’ancienne pour éviter des bains de sang inutile. Malheureusement de nos jours pour fabriquer pantin politique il y a des critères stricts, tous les possèdes : Une lâcheté à toutes épreuves ; Virtuose du mensonge et traître à sa patrie et sa race; Exceller dans l’art de la corruption; Légiférer dans leurs intérêts personnels.
    Bonne chance à tous, c’est inéluctable, sauf ! Si l’armée se décide enfin à prendre le pouvoir pour rebâtir d’urgence notre civilisation, les heures sont comptées.
    Amicalement

  • Balou

    Giulietto Chiesa sur l’Ukraine : l’Europe est au bord du précipice

    Le point du journaliste italien Giulietto Chiesa sur la situation en Ukraine et les négociations officielles – et celles en coulisses – entre Moscou, Paris, Berlin et Kiev, le tout, pour la première fois depuis longtemps, sans « l’aval de Washington ». Sommes-nous à un tournant ? En tout cas, pour Giulietto Chiesa, l’Europe joue « sur le fil du rasoir ».

    Le signal d’alarme d’une guerre en Ukraine s’est finalement déclenché. Tardivement, mais il s’est déclenché. Il aura fallu la visite éclair de Merkel et Hollande à Kiev puis à Moscou. Une visite très importante à tous points de vue, une nouveauté. Aucune information n’a filtré, tout le monde se tait, aucun compte-rendu final, et les tractations se poursuivent. Impossible donc de tirer des conclusions pour le moment. Mais les faits, ou ce que l’on en sait, parlent d’eux-mêmes. Je vais donc tenter de faire le point avec vous en rassemblant les informations dont nous disposons, mais en distinguant ce que nous savons, puisque nous l’avons vu, et c’est peu de choses, de ce que l’on peut déduire, qui représente bien plus.

    Tout d’abord, ce voyage improvisé et très secret des dirigeants des deux principaux pays européens. Cinq heures avec Poroshenko, et quatre ou cinq heures à Moscou avec Poutine. Chacun sait qu’on ne parle pas cinq heures si on n’a rien à se dire. Mais la question est : pourquoi maintenant, et de cette façon ? L’Europe de la France et de l’Allemagne semble s’être réveillée maintenant après avoir accepté en 2014 presque toutes les manoeuvres des USA. Sous la pression, certes, mais ils les ont acceptées.

    Pourquoi maintenant ?

    Je pense que c’est lié à la décision américaine d’allouer immédiatement un milliard de dollars pour réarmer l’Ukraine, suivi de deux autres, en 2016 et en 2017. Une décision qui a dû inquiéter considérablement l’Europe. Et donc, Merkel et Hollande ont fait ce voyage pour signifier aux USA leur désaccord. Chacun à sa manière a d’ailleurs dit, à demi-mot, que ce serait un pas de plus vers la guerre contre la Russie. Et prononcer cette phrase équivaut à condamner l’idée d’un armement de l’Ukraine en cette période. D’ailleurs, Mme Mogherini, interviewée par La Repubblica, a dit exactement ceci : « donner des armes à l’Ukraine maintenant équivaudrait à aller vers la guerre. » C’est très clair. Je n’accorde pas plus d’importance que cela aux déclarations de Mme Mogherini, mais si elle l’a dit, c’est qu’elle pouvait le faire, qu’elle était autorisée à le faire. Nous savons que Mme Mogherini n’était ni à Moscou, ni à Munich, ni à Kiev, c’est dire combien elle compte peu dans cette affaire, mais le fait est qu’elle l’a dit.

    Mais ce qui confirme indubitablement que quelque chose s’est produit, c’est que Associated Press, et d’autres sources américaines, ont laissé filtrer et nous savons bien que tout cela a une signification, ont laissé filtrer que Hollande et Merkel avaient fait cela sans avertir Washington. C’est un signal, et venant de sources américaines, je pense qu’on peut le croire.

    Une brèche s’est donc ouverte. Hollande et Merkel ont signifié à Obama qu’ils ne veulent pas d’une escalade militaire. Même John Kerry confirme tout cela : à Munich, il a déclaré que les USA et l’Europe sont d’accord sur tout. Quand on dit ce genre de chose, c’est qu’en réalité c’est le contraire. Quand on affirme une telle unité, c’est que l’unité n’est en réalité pas aussi forte que ça.

    Notons que certains pays sont laissés de côté, comme l’Italie, qui compte pour rien, l’Angleterre, la Pologne, et les trois républiques baltes pourtant très présentes dans cette affaire. L’Europe est divisée.
    De l’autre côté, on a Poroshenko, qui s’est exprimé aussi, mais comme le ventriloque de Washington, en demandant des armes.

    L’autre information que nous savons, qui nous vient non pas de ces rencontres, mais directement du terrain, est que l’Ukraine est à genoux militairement. Un milliard de dollars de matériel militaire américain va arriver sous différentes formes. On essaie de différencier les armes létales et celles non létales, mais après le rapport de la Brookins Institution qui demandait la livraison des armes, et connaissant la position du parti républicain, et l’absence de position d’Obama,il est clair qu’ils les livreront.

    La question n’est pas seulement celle des armes, mais aussi de qui combattra. Selon des sources « prudentes » du Donbass, il semble que les rebelles indépendantistes sont en mesure d’avancer. Et Merkel et Hollande seraient allés à Moscou peut-être pour demander à Poutine pour qu’il tente de convaincre les rebelles de ne pas gagner trop « haut la main ». Peut-être. Difficile de savoir précisément.

    Mais le bruit circule, dans les agences de presse aussi, que l’un des secrets des tractations, qui a provoqué toute cette frénésie à Paris et Berlin, est que lors de la visite à Moscou, il a été demandé à Poutine d’intercéder auprès des rebelles pour qu’ils relâchent leur étreinte sur Debaltsevo, car dans ce cul-de-sac, seraient coincés 2000 hommes et pas seulement des soldats ukrainiens, il y aurait aussi beaucoup de soldats, disons, d’un contingent de l’OTAN « sous faux drapeau ». Environ 700 hommes, américains, français, de la Légion étrangère, des services secrets allemands, des forces spéciales polonaises, et aussi un certain nombre de soldats, de volontaires ou plutôt de mercenaires provenant des 3 Républiques baltes.

    Et donc, l’histoire cachée est peut-être qu’on est accouru à Moscou pour demander une faveur à Poutine, afin qu’il garantisse qu’on évite le massacre de tous ces militaires. Avec en échange la promesse que l’Europe s’opposera à l’envoi d’autres armes et d’autres mercenaires de l’OTAN sur le territoire de l’Ukraine. Hollande a immédiatement parlé d’une trêve, évoquant même un retrait de 50 à 60 km des troupes ukrainiennes, avec en plus une force d’interposition contrôlée également par la Russie, et a parlé de la concession d’une certaine autonomie au Donbass, qui accompagnerait le cessez-le-feu. Il faudra vérifier toutes ces informations.

    Tout cela n’est pas du goût de l’Ukraine, mais le problème fondamental est que dans cette partie d’échecs, secrète, chacun des joueurs joue une partie différente de celle qui plairait aux autres. Il y a plusieurs parties en même temps, et certaines sont mortelles. Si quelqu’un se trompe de coup, l’Europe pourrait se retrouver en guerre. Ceux qui ont écouté mes commentaires ces derniers mois savent que j’appréhendais une telle situation depuis longtemps. Nous y sommes.

    Il est probable que cette année se poursuivra au milieu des incendies et des bombes, et de nombreux morts, civils et militaires, dans chacun des deux camps. Je pourrais dire « que Dieu nous protège ». Essayons quand même de rester optimistes, tout en sachant que nous sommes « sur le fil du rasoir ».

    Bonne chance à tous.

    Giulietto Chiesa

    Source : http://ilfattoquotidiano.fr/video-giulietto-chiesa-sur-lukraine-leurope-est-au-bord-du-precipice/

  • Kalliia a écrit plus haut  » On marche vraiment sur la tête à l’heure actuelle. C’est à croire que les Américains veulent absolument leur troisième guerre mondiale afin de mettre en place leur nouvel ordre mondial et surtout asseoir leur domination sur la terre entière ! »

    c’est exactement ce que je pense et ce depuis longtemps !leurs provocations incessantes envers Poutine le montre bien !
    les populations où qu’elles soient en Ukraine en ont assez de ces atrocités. Pourquoi ne leur demande-t-on pas leur avis ? ce sont elles en premier lieu qui souffrent ! et cela partout sur cette terre…